4 janvier 2011

L'Autre Dumas

On va pas reparler de la polémique qui a tourné autour du film : Alexandre Dumas était fils d'haïtien et le réalisateur a choisi un Depardieu blanc comme neige et blond platine quoique affublé de quelques frisottis couleur de blé, pour incarner l'illustre écrivain. Scandale ou circonstances atténuantes ? Trahison ou libre transposition ? Racisme ou xénophobie ? C'est comme chacun voudra. Il est vrai que le sol Français compte peu d'acteurs noirs connus faute de les mettre à l'affiche. Roshdy Zem aurait pu faire l'affaire mais il est trop fitté et reste coincé dans les rôles de dealers, de pères de dealers, de pères de filles emmerdées par des dealers ou de fille de dealers. Légitimus est fatigué et Smaïn est grillé dans le métier à force de se la raconter et d'emmerder tout le monde. Il y aurait eu d'autres candidats potentiels, des dizaines, en cherchant environ une minute, mais l'équipe du film n'ayant pas pris la peine de le faire, ce n'est pas à moi de me taper le boulot. Je suis comme le chien de Nivelle qui fout le camp quand on l'appelle.
 
 
 
On peut considérer que Depardieu correspond d'une certaine façon au personnage de Dumas tel qu'il était dans la vie, dans ses gestes du quotidien, ou tel que le cinéaste a voulu le montrer en tout cas : bon vivant, truculent, ventripotent, limite gerbant. On peut toutefois regretter qu'un tel personnage, écrivain Français reconnu, du "patrimoine", non-blanc, soit incarné par un visage pâle, voire écarlate... On peut aussi s'en foutre et dégueuler à qui veut l'entendre que Gérard Depardieu est un grand acteur, que la couleur de peau de Dumas ne résumait pas Dumas, que la ressemblance physique est finalement, dans la limite du raisonnable, le critère le moins capital du travail de comédien, à partir du moment où l'on se détache un peu des vérités historiques contraignantes qui empêchent l'adhésion à un personnage par trop de vérisme inconsistant. Le mieux serait alors de réaliser un film sur la vie de Guy de Maupassant et de le faire interpréter par Mouss Diouf. Avec les mêmes arguments. J'attends.
 
 
 
En tout cas le film se regarde, il se regarde plusieurs fois même puisque je l'ai maté en treize fois sans voir la fin. La narration est légèrement originale et les acteurs sont sympathiques même s'ils tirent une tronche de six pieds de long d'un bout à l'autre du film. C'est pas trop mal. Poelvoorde joue bien par exemple. Depardieu aussi. Mélanie Thierry itou. Ça manque cruellement d'humour mais ça se regarde avec un certain intérêt, par moments... Non c'est naze en fait.  
 
 
L'Autre Dumas de Safy Nebbou avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Mélanie Thierry (2010)

5 commentaires:

  1. Il a écrit quoi Dumas ? Il jouait pas au foot ? Franck Dumas ? Il était noir ? Merci pour cette colorographie mais j'y vois toujours pas méga clair, j'ai des petits bouts de noir devant les yeux.

    RépondreSupprimer
  2. Le nom ne peut pas être vide.4 janvier 2011 à 15:42

    un film "honnête" ?

    RépondreSupprimer
  3. D'où qu'il a dit que le film était honnête ou pas ?

    J'ai essayé de le mater, j'en suis à ma deuxième tentative. Mais M. Thierry m'est insupportable contre vents et marées. Elle me fout des hauts-le-coeur.
    Rien qu'imaginer un film avec elle + Seth Rogen m'attire invariablement vers les chiottes pour me vider par tous mes orifices.

    RépondreSupprimer
  4. Pareil que Le Bruit des Glaçons, je le materai jamais du coup.

    RépondreSupprimer