11 février 2008

No Country for Old Men

Félix a eu des entrées gratuites suite à un concours sur DvdRama, on a donc pu aller le voir en avant-première à l'UGC, en présence de Javier Bardem et Josh Brolin. Le film est une immense merde. Mais à la fin on pouvait poser des questions aux deux acteurs. Alors j'ai levé le doigt et j'ai juste dit à Javier Bardem "je suis javier de vous rencontrer". Puis Félix a aussi levé le doigt et a déclaré tout haut à Josh Brownie qu'il adorait ses gateaux. Mais par contre le film c'est de la merde.

No country for old men des Frères Coen avec Javier Bardem, Tommy Lee Jones et Josh Brolin (2008)

36 commentaires:

  1. vous etes vraiment des cons qui n'y connaissent rien.

    RépondreSupprimer
  2. Alors là ouais, je dois dire, même si ça ne veut rien dire, que pour le coup vous êtes vraiment passés à côté :D

    RépondreSupprimer
  3. Non non, le film est bel et bien une merde.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas aimé non plus ce film qui est caractérisé par des plans longs pour "faire artiste" et pour filmer des scènes sans mystère et des personnages inintéressants.

    RépondreSupprimer
  5. Moi je ne l'ai toujours pas revu depuis !

    RépondreSupprimer
  6. Moi, je ne l'ai pas regardé jusqu'au bout :D

    RépondreSupprimer
  7. Pas revu depuis non plus mais je suis prêt à lui redonner une chance.

    RépondreSupprimer
  8. Moi si, après en avoir parlé avec quelqu'un qui l'a aimé pour d'excellentes raisons et qui l'a analysé brillamment.

    RépondreSupprimer
  9. Moi surement pas et je le reverrai jamais, même si j'en parlais avec quelqu'un qui a su y trouver toutes les qualités que le jury des oscars y a trouvé. Rappelez-vous que les oscars ont honoré les pires merdes every single year, ou des films tout juste regardables (à l'exception du seigneur des anneaux, le retour du roi de mes deux) : chicago, collision, shakespeare in love, american beauty, les infiltrés. J'arrête là car tout est dit, les moutons sont bien gardés et les chiens se trouvent au milieu du troupeau.

    RépondreSupprimer
  10. Je ne pense pas que les Oscars y aient "vu" grand chose de ce qu'en ont vu ceux qui l'ont analysé avec un regard de critiques ou d'universitaires. Et les Oscars n'ont pas toujours sacré que des daubes, même s'ils ne l'ont peut-être pas fait exprès.

    RépondreSupprimer
  11. La décennie 200-2010 a été quand même sacrément daubesque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand The Artist sera récompensé dans quelques jours, tu feras un gros "cocorico" comme tout le monde, enflure d'O'Toole !

      Supprimer
    2. (mon image ne se voulait pas agréable à l'oeil, au contraire)

      (le saviez-vous : Christina Ricci est passée sur le billard pour une réduction mammaire)

      Supprimer
    3. Est-elle heureuse désormais avec les deux omelettes qui lui pendent sur le buste ?

      C'est une réduction oculaire qu'elle aurait dû faire !

      Supprimer
    4. Elle justifie ce choix en expliquant qu'il a été très traumatisant pour elle de grandir sous le feu des projecteurs et qu'elle se sentait très mal dans sa peau (d'ailleurs, elle a aussi été anorexique).

      Supprimer
    5. Et mon cul c'est du poulet ! Et si j'avais encore mes deux pattes arrières je viendrais te dire entre 4 murs et entre 4 yeux ce que je pense de The Artist dont la copie a fait un aller retour dans mon pc du dossier download au dossier corbeille sans qu'il ne soit passé par la case visionage. Pourquoi ? Parce que j'en ai rien à battre de ce film de mes deux. Si Dujardin avait été au Viet-Nam avec moi, t'en fais pas que je serais pas allé le sortir d'une rizière, je l'aurais laissé se démerder à parlementer en muet avec les Viets du Nord, ceux qui ont le couteau entre les dents et dans la poche arrière de leur jeans troués.

      Supprimer
    6. Cette photo fait froid dans le dos.

      Supprimer
    7. Pauvre Christina ! Je les aimais particulièrement, moi, ses 2 seins et ses 2 yeux. Je l'ai toujours trouvé canon de chez canon. Voilà, maintenant, c'est super triste, elle va pouvoir se regarder dans le miroir comme si elle avait encore un corps d'enfant, elle qui a été enfant star n'a donc pas grandi "apparemment" dans sa tête. Notez que je ne suis pas psy. Mais je lui aurais fait adorer ses nibards si elle avait été ma meuf.

      Supprimer
    8. Je lui aurais badigeonné les tétons de nutella et de lait frais et je lui aurais fait sucé, elle aurait trouvé cure à son anorexie et à son mal-être mamelonnaire. Elle aurait dégusté son propre corps en découvrant son aspect sensuel, charnel et délicieux. Vraiment, il n'y a que moi qui puisse aider les seins des stars en ce bas-monde :D

      Supprimer
    9. :D

      Hé bien, je ne regrette pas de vous avoir fait croquer cette photo.

      Supprimer
    10. Tout cela ferait un superbe sujet pour un film à oscars

      signé l'anonyme pro-nutella

      Supprimer
    11. Cette histoire d'auto-érotisme au nutella ferait un merveilleux sujet pour un film à oscars.

      signé l'anonyme au nutella

      Supprimer
    12. Les titres possibles :

      *Le chocolat 2
      *Tétonic
      *Il faut sauver l'enfant star Ricci
      *Un sein d'exception
      *Pulp Succion
      *Million dollar nibard
      *No country for old boobies

      ;)

      Supprimer
  12. Certes, et ce dossier s'emploie(ra) à le démontrer :)

    RépondreSupprimer
  13. Ce film est un des plus beaux que j'ai jamais vu. L'une des scènes avec Javier Bardem est magistrale. Votre critique de 5 lignes est minable, se résumant simplement à "ce film est une immense merde.", c'est tout ce que vous avez comme arguments? Vous pourriez au moins développer, pour faire un minimum genre que vous n'êtes pas des cons qui font des critiques sur Fast and Furious. Vous êtes comparables à Zemmour et Naulleau qui descendent de très bon films pour se donner l'air intelligent. Sérieusement Hesher? Ce n'est pas en utilisant de très longues phrases que vous deviendrez Desproges. Si plus rien ne vous impressionne, allez mourir dans votre coin, et pitié, loin d'une salle de ciné ou d'un clavier d'ordinateur. La seule bonne critique est sur Ratatouille. Pitié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte 6 lignes mais j'ai un écran un peu petit.

      Supprimer
    2. Je les ai pas comptés parce que je recois les articles sur mon Tatoo© et y'avait plein de caractères !!!

      Supprimer
  14. Non, la critique sur le mec qui se retourne aux chiottes pour contempler sa propre merde est pas mal non plus (par contre j'ai oublié quel film c'était...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle était bien aussi celle-ci !

      Supprimer
    2. J'ai retrouvé le film. C'est pour Je Suis Légende. La meilleure critique jusqu'ici sur ce blog dans la catégorie "digression".

      Supprimer
    3. Elle est pas mal du tout c'est bien vrai, mais moi je craque pour la critique d'Assassins : http://ilaose.blogspot.fr/2009/01/assassins.html

      :)

      Supprimer
    4. Oui, elle est énorme, mais trop longue je trouve.
      Celle de I am legend est en plus tellement raccord, au final, avec le sujet, une perle, un diamant brun, une médaille de bronze...

      Supprimer
  15. Pardonnez à cet homme tant d'idioties et d'ignorance. Cette critique est d'une Pardonnez à cette homme tant d'idioties et d'arrogance. Ce film montre le décalage entre la nouvelle amérique dont le rêve américain n'est plus qu'une ombre et entre l'ancienne amérique, celle de tommy lee jones, vieux et fatigué dépassé par cette jeunesse qui devient absolument folle,

    UNE AUTRE DIMENSION DU FILM : l'appat du gain.
    Jusqu'où un homme peut il aller pour de l'argent ?
    Qu'est il capable de faire pour une poignée de papier ?

    On ne peut pas jugé un tel chef d'oeuvre sur un ton aussi simpliste, à moins d'être tels ceux que tommy lee jones ne comprend pas, des facades toutes aussi tristes les unes que les autres, et ci par bonheur l'on gratte la facade, il n'en restera pas grand chose à l'intérieur.

    Un je sais tout monopoliste du bon goût , il me reste deux questions à te poser :

    1) As tu compris la morale du film ?

    deuxième question :

    2) Comment as tu osé ?

    RépondreSupprimer
  16. Ce film montre le décalage entre la nouvelle amérique dont le rêve américain n'est plus qu'une ombre et entre l'ancienne amérique, celle de tommy lee jones, vieux et fatigué dépassé par cette jeunesse qui devient absolument folle,

    UNE AUTRE DIMENSION DU FILM : l'appat du gain.
    Jusqu'où un homme peut il aller pour de l'argent ?
    Qu'est il capable de faire pour une poignée de papier ?

    On ne peut pas jugé un tel chef d'oeuvre sur un ton aussi simpliste, à moins d'être tels ceux que tommy lee jones ne comprend pas, des facades toutes aussi tristes les unes que les autres, et ci par bonheur l'on gratte la facade, il n'en restera pas grand chose à l'intérieur.

    Un je sais tout monopoliste du bon goût , il me reste deux questions à te poser :

    1) As tu compris la morale du film ?

    deuxième question :

    2) Comment as tu osé ?

    RépondreSupprimer