12 janvier 2013

Bilan 2012



Du 1er janvier 2012 à zéro heure au 31 décembre 2012 à minuit, nous avons épié l'actu ciné. Plus qu'hier et moins que demain, le cinéma a rythmé nos vies. Profitant d'une situation de demandeurs d'emploi jouissive, nous avons pu caler quelques séances de salles obscures entre deux rendez-vous avec des conseillers Pôle-Emploi malheureusement trop peu cinéphiles. A défaut de pouvoir partager nos passions avec eux, nous l'avons fait avec vous pour la quatrième année consécutive, et toujours avec autant de plaisir. Que le débat se poursuive dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux à la mode, l'essentiel est de communiquer avec vous nos enthousiasmes, nos déceptions et nos dégoûts, et surtout de découvrir les vôtres. Connectés à Facebook et à Twitter, nous avons pu échanger tout au long de l'année sur les films qui sortaient chaque semaine et sur ceux, plus vieux, que nous découvrions sur le tard. Nous nous sommes également servis de ces réseaux pour tenter d'entrer en contact avec la petite famille du cinéma, de solliciter des retweets sympathiques de Marina Hands et Frédérique Bel ou des retweets haineux de Leïla Bekhti, Géraldine Nakache, Charlotte le Bon, Emma de Caunes, Mouloud Achour et Romain Levy, sans obtenir ni des uns ni des autres de réponses satisfaisantes. Soucieux d'être envahis un jour ou l'autre par le GIGN, nous avons tenté de provoquer à coups de "Lov' ur chest. Pleazzze RT" et autres "RT mes Nike fluo Mouloud, moi aussi je possède des sneakers pourries !", en vain. Bref nous avons voulu être un grain de sable inattendu dans le petit monde confortable du ciné. Mais rien de trop croustillant à raconter en matière d'anecdote de chantier, donc revenons sur ce qui nous a vraiment intéressés, c'est-à-dire échanger avec vous. Comparer nos préférences, défendre les films que nous aimons, puis connaître vos cinéphilies singulières et entendre ce que vous avez à en dire, c'est encore le but de nos grands articles bilans annuels, qui comme vous le savez réservent toujours une place à vos classements. Ainsi succédera à nos petites listes personnelles votre grand bilan collectif, avec d'un côté les dix films que vous avez préféré en 2012 et de l'autre ceux que vous avez le plus détesté.


Holy Motors de Leos Carax

De notre côté si on fait le bilan on peut être satisfaits de nous-mêmes : nous avons publié 176 articles dans l'année, soit deux par jour. Parmi ces articles figurent la majorité des films que nous avons aimés et surtout les principales sorties de 2012, à l'exception, pour l'instant du moins, de The Hobbit et L'Odyssée de Pi (nous n'avons pas pris en compte le mois de décembre), Skyfall (on l'a vu au ciné et on avait toute la critique dans la tronche en sortant de la salle, mais on n'avait pas de calepin et le lendemain : trou noir), Astérix au service de sa majesté (ici on ne tire pas sur les ambulances), Hunger Games (on attend le jeu de plateau), Argo (on ne maîtrise déjà pas le verlan), Starbuck (on l'a pas vu mais on y est souvent allés, tout comme nous sommes souvent allés manger au Subway alors que nous n'avons toujours pas vu le film de Luc Besson, highlight de 1985), MIIIB (on n'avait pas vu MIIB), The We and the I et Camille redouble (trop de mauvais souvenirs de ce bahut qu'on essaye de quitter depuis plus de dix piges), Blanche-neige et le chasseur (Chris Hemsworth joue dans le film et nous n'aimons pas que des trisomiques soient exposés sur un écran) ou Le Lorax (on n'avait pas compris que c'était un film). Ces gros titres ne se retrouveront donc pas dans nos Tops malgré notre envie de surprendre.


Les Chants de Mandrin de Rabah Ameur-Zaïmeche

Nous n'avons peut-être pas tout vu mais dès le mois de mars, quand nous avons commencé à trier nos préférences, à hiérarchiser la catégorie socio-professionnelle "cinéaste", nous avons déjà entraperçu les grandes lignes directrices de nos classements à venir. Dès le premier film de l'année vu au cinéma, Take Shelter, c'était un souci de moins. Un blogueur ciné commence chaque année avec 10 soucis, les 10 films qu'il doit trouver à mettre dans son Top. Or là, paf, dès la première quinzaine de janvier un souci d'éradiqué. A l'orée du mois de juillet, nous avions la certitude de passer nos vacances au frais avec un Top 10 bien entamé, fait de bric et de broc mais déjà solide, et tout de même l'envie tenace d'éjecter quelques titres. Mi-décembre, grosse gueule de bois au réveil. Nuit de noël sans lune, sur dix œuvres intouchables dans ton Top il ne t'en reste qu'une. Emprunts à la médiathèque à gogo, achat de cartes de visites illimitées au cinéma Le Cratère et au Gaumont Pathé, abonnement à Vidéo-Futur, si ça existe encore, et passage à la fibre pour rattraper le retard et sauver les meubles. On a fini le mois de décembre avec des yeux comme des boules de bowling, incapables de distinguer la réalité de la fiction, paumés dans un univers lynchéen au possible (notre fidèle Poulpard a quant à lui passé son réveillon à éplucher Rotten Tomatoes et Metacritic pour terminer l'année avec un petit Top 4 dont il est bien fier). Et vu que l'année fut chargée en films de qualité, dresser des Tops 10 sans faire l'impasse sur quelques titres aimés s'est avéré compliqué. Nous nous y sommes pourtant pliés, au prix de fêtes de fin d'années passées entre quatre murs face à des écrans diffusant en simultané nos films préférés, à la recherche du moindre défaut. Sans plus attendre voici donc nos Tops 10 par ordre de préférence (ici et plus bas, cliquez sur les affiches pour accéder aux critiques) :


NOS TOPS
(Félix/Rémi, par ordre de préférence)
















































































http://ilaose.blogspot.com/2014/02/la-baie-des-anges-le-feu-follet-oslo-31.html



































Au-delà de l'évidente profusion de grands films, que nos classements nous semblent révéler (bien qu'ils soient avant tout le simple reflet de nos cinéphilies particulières), on se réjouit du vent de fraîcheur, d'audace et de nouveauté qui aura soufflé sur le cinéma cette année. Certes nos chouchous sont là, même si Olivier Assayas et son Après mai manquent à l'appel faute de place - cruauté du Top 10... - ainsi qu'Abbas Kiarostami faute d'avoir pu découvrir Like Someone in Love en salles, où il n'est resté à l'affiche que deux heures montre en main. On retrouve malgré tout des valeurs sûres, des cinéastes incontournables dont on attendait les films de pied ferme et qui ne nous ont pas déçus, à l'image d'Alexander Sokurov (Faust), d'Alain Resnais (Vous n'avez encore rien vu) ou de Werner Herzog (Into The Abyss). A côté de ça, des cinéastes en pleine croissance et en pleine confiance, déjà remarqués mais qui gagnent peu à peu en maturité, ont confirmé un talent exceptionnel, ce sont Rabah Ameur-Zaïmeche (Les Chants de Mandrin), Jeff Nichols (Take Shelter) ou Hirokazu Kore-Eda (I Wish). Et puis il y a eu quelques surprises, des cinéastes rares revenus d'outre-tombe sur le devant de la scène pour nous épater, Leos Carax (Holy Motors) d'un côté, Chantal Akerman (La Folie Almayer) de l'autre, et Abel Ferrara (Go Go Tales et 4h44 Dernier jour sur Terre) aux États-Unis. Hasard du calendar, ce dernier s'est retrouvé deux fois à l'écran en France, pour deux chefs-d’œuvre, partageant le haut de l'affiche de 2012 avec le prolifique et déjà très grand Hong Sang-soo (The Day he Arrives et In Another Country). L'autre poule aux œufs d'or - mais les siens sont pourris - de l'année, avec également deux films au compteur, n'est autre que Steven Soderbergh, auteur de Piégée et Magic Mike, qui nous ont tous deux piégés sans aucune magie... En revanche et pour terminer, nous avons fait quelques heureuses découvertes, quelques cinéastes viennent d'éclore sous nos yeux, dont nous attendons les prochains films avec, dans certains cas, un peu d'appréhension, mais globalement avec beaucoup d'optimisme, ils se nomment Ben Wheatley (Kill List), Joachim Trier (Oslo 31 août), Guillaume Brac (Un monde sans femmes), Nick McCarthy (The Pact) et Alex Ross Perry (The Color Wheel). Parmi ces noms se trouve peut-être bien la relève de demain !


http://ilaose.blogspot.com/2014/02/la-baie-des-anges-le-feu-follet-oslo-31.html
Oslo 31 août de Joachim Trier

Se dégagent des films que nous avons préféré quelques idées communes, une même urgence à se saisir de l'actualité sans lourdeur, à la différence de cinéastes comme Jacques Audiard ou Cédric Kahn, qui nous ont torché leurs petits films sociaux misérabilistes pour se sentir bien dans leurs souliers tout en nous foutant la rage. Les cinéastes de 2012 que nous aimons partagent un regard humaniste portant l'homme au centre de toutes les attentions, et insufflent coûte que coûte la vie à leurs œuvres (y compris quand elles évoquent la peine de mort, chez Herzog, ou la fin du monde). C'est d'ailleurs sur ce point que le très froid, théorique et désaffecté Cosmopolis, film important sur la crise, n'a pas retenu notre intérêt au même titre que les œuvres de Jeff Nichols ou d'Abel Ferrara entre autres, qui quant à eux ont su se placer au cœur des enjeux angoissants de notre monde contemporain tout en aimant leurs personnages et en leur accordant une chance de bonheur et de salut non-négligeable. Certains auteurs l'an passé s'interrogeaient sur l'absence de guide à suivre les yeux fermés, et se projetaient avec doute et anxiété vers un futur incertain (La Dernière piste de Kelly Reichardt, Habemus Papam de Nanni Moretti, etc.). Cette année en revanche les cinéastes se sont souvent entendu à relier le présent au passé ou à le lire selon ses enseignements, pour constater la pérennité de la soif de lutte et de liberté (Les Chants de Mandrin), pour dénoncer le retour en arrière violent impacté par la crise et la politique de rigueur (Gebo et l'ombre, critique de l'immobilisme mortifère, que rejoignent sur ce point des films comme Faust ou La Folie Almayer), ou tout simplement pour questionner l'actualité du cinéma et de l'art en général. C'est une dimension primordiale des projets très différents que furent Vous n'avez encore rien vu et Holy Motors, mais aussi Tabou, trois films convoquant les origines du cinéma et leurs fantômes tout en jouant avec la modernité des techniques nouvelles pour les rendre plus poétiques que jamais (même si le film de Miguel Gomes ne nous a pas séduits, bien qu'il ait occupé nos soirées en famille, où l'on aime bien faire une partie de Tabou 1982, celui où il faut faire deviner Eddy Mitchell sans dire "dernière séance" ni "chaussettes noires").


Faust d'Alexander Sokurov

Dans les films de Carax et de Gomes, que beaucoup s'accordent à placer conjointement au sommet des sorties de l'année, mais aussi dans ceux de Resnais ou de Hong Sang-soo, on perçoit ainsi une envie de jouer avec l'outil cinéma (comme d'autres jouent avec le spectateur, à l'image de l'étonnant Kill List). L'énergie déployée par ces cinéastes pour sublimer leur art et créer des images poétiques fascinantes excelle à démontrer la puissance du cinéma même le plus modeste. Beaucoup de films pauvres nous ont éblouis, des Chants de Mandrin à Un monde sans femmes et de Kill List à I Wish en passant par les films fauchés de Ferrara, Oslo 31 août de Joachim Trier, The Color Wheel d'Alex Ross Pery ou Gebo et l'ombre de Manoel de Oliveira. L'économie (forcée ou consentie) de moyens (on pourrait aussi penser à Twixt, même si le film ne nous a pas convaincus), conjuguée à des efforts toujours plus grands pour réaliser des films magistraux dans un sincère élan ludique et joyeux (car même si cet adjectif ne serait peut-être pas le premier venu pour parler des films de Carax et Resnais, il se dégage une profonde joie de leurs films aussi libres que majestueux), dénote enfin un besoin de croyance et une injonction à croire en ses rêves et en son art, à faire jouer son imagination, à s'exprimer librement, y compris dans les temps difficiles que nous traversons, et c'est ce que traduisent des films aussi différents que I Wish, Go Go Tales, 4h44 dernier jour sur Terre, The Color Wheel, The Day He Arrives, In Another Country ou Un Monde sans femmes.


In Another Country de Hong Sang-soo

Mais ne tardons pas davantage à découvrir ensemble le visage de votre propre bilan, élaboré à partir de vos classements personnels réunis par un très ingénieux système de points (à raison de 10 points attribués au 1er de chaque liste, 9 aux seconds, 8 aux troisièmes et ainsi de suite). Voici donc votre Top 2012 suivi de votre Flop de l'année :


VOTRE TOP
(Par ordre de préférence)




http://ilaose.blogspot.com/2014/02/la-baie-des-anges-le-feu-follet-oslo-31.html








VOTRE FLOP
(Par ordre de répugnance)












Quel fier bilan que voilà. Un top qui nous ressemble, un top qui nous assemble... Mais au large les contagieux ! Parce qu'alors Wes Anderson, c'est déjà un gros malentendu qu'il ait eu droit à son papelard positif dans nos colonnes. Quant à Cosmopolis, nous l'avons vu, et ne nous l'offrez pas en dvd merci ! Et puis il y a le couac nommé Tabou, dont on a déjà parlé et sur lequel nous reviendrons dans un futur article.


I Wish de Hirokazu Kore-Eda

On notera dans notre classement (comme dans le vôtre plus ou moins) la relative timidité du cinéma américain, et l'absence totale de films hollywoodiens, puisque les seuls cinéastes nommés chez nous (Jeff Nichols, Abel Ferrara, Alex Ross Pery) sont des artistes indépendants, et pas qu'à moitié, on parle de films pauvres, certains tournés en DV (The Pact), d'autres réalisés au prix d'une lutte constante pour contourner les contraintes du système (Ferrara). Ce n'est ni calculé de notre part, ni faute d'avoir regardé des films à gros budgets sortis des grands studios, y compris en espérant sincèrement passer du bon temps. On a donné cher de notre peau, et la majeure partie d'entre vous aussi, en voyant et en critiquant pas mal de gros morceaux tels que Avengers, The Dark Knight Rises, Prometheus (ces deux-là arrivent en tête de vos haines annuelles - et sans doute des nôtres) ou Looper, soit la preuve par 1000 que le cinéma américain ne sait plus divertir intelligemment et poursuit son infantilisation macabre. Avengers est peut-être le plus triste succès de l'année puisque tandis que la mode du reboot et des super-héros commençait à s'enrayer, le carton phénoménal du film de Josh Whedon a relancé la machine à fric en réunissant bêtement une pléiade de personnages connus dans un délire pyrotechnique orchestré par un enfant turbulent et débile. Mais Avengers n'est venu, après un flot ininterrompu de médiocres films de super-héros, que comme l'affreux couronnement d'une entreprise bien rodée et depuis longtemps malsaine, tandis que les films de Rian Johnson, de son modèle Christopher Nolan et de l'idole de ce dernier, Ridley Scott, ont scié en deux les maigres espoirs que l'on pouvait encore placer sur la science-fiction grand public à l'américaine. On n'attendait rien du golden boy Nolan, plus grand chose du vieillard sénile Scott, mais on pouvait croire une seconde dans la soi-disant pépite à ne pas louper qu'était Looper, film encensé à droite à gauche et porté par une relique du cinéma américain populaire de qualité nommée Bruce Willis. Sauf que le film ne fut qu'une mascarade de plus, au goût particulièrement amer. Mais oublions ces dérapages industriels à des années lumières du cinéma qu'on aime. En est-ce encore vraiment ?


The Color Wheel d'Alex Ross Pery

On peut par contre noter l'absence totale, dans une sorte d'indifférence polie, des world acclamated directors que sont Steven Spielberg (Cheval de guerre), Tim Burton (Dark Shadows), David Fincher (Millenium, l'homme qui allumait des feux de paille) ou Clint Eastwood (J. Edgar). Cités nulle part, ni dans les Tops ni dans les Flops, ces noms célèbres échouent à marquer l'année, au contraire de certains de leurs camarades plus encensés, les Cronenberg (Cosmopolis), Coppola (Twixt) et autres Friedkin (Killer Joe), qui ont su aux yeux de certains d'entre vous trouver un second souffle ou une originalité faisant défaut aux exercices mollassons des premiers. Mais que leurs fans se rassurent, ces dinosaures-là reviennent chaque année tels de véritables marronniers avec une nouvelle fournée à faire croquer. On a maté Lincoln, le nouveau Spielberg, on a maté Frankenweenie, le nouveau Burton, on a même maté La Dernière chance, énième Eastwood en mode fin de vie, et on s'empéguera forcément le prochain Fincher, à notre corps défendant...


Un monde sans femmes de Guillaume Brac

Pour rester une minute de plus sur le dos du cinéma américain, que dire de l'anomalie Bellflower. Pourquoi consacrer un paraphet à ce film qui n'est rien ? Parce qu'il a été fait avec cœur, c'est indéniable, mais par quel connard ! C'est comme si votre cousin schizophrène vous montrait un film qu'il aurait mis quinze jours à tourner mais trois années à monter entre deux énormes taffes de beuh, l'esprit détraqué et démultiplié, à la Hal Ashby de Festes-St-André. Aurait-on vraiment envie de profiter des bilans annuels pour tirer une balle dans le dos d'un individu déjà pas loupé par la vie ? Personnellement non. Mais il faut croire qu'Evan Glodell a poussé le bouchon un peu trop loin pour les plus rancuniers d'entre vous, à l'image de notre collaborateur Paul-Emile Geoffroy, qui envisage de passer ses vacances à Houston juste pour "se faire" le vidéaste amateur. C'est ainsi que l'anonyme Glodell se retrouve derrière les grands noms de Ridley Scott, Christopher Nolan et Michael Haneke dans la liste de vos têtes de turcs favorites, et ce n'est pas pour nous déplaire.



On remarque aussi que cette année fut profitable à notre cher cinéma français, même si "français" ne rime pas toujours avec "prendre son pied", surtout quand on repense aux râles morbides de la pauvre Emmanuelle Riva, poussée dans ses derniers retranchements par un détraqué dans Amour, le snuff movie le plus récompensé et acclamé de l'histoire du 7ème Art, lauréat de la Palme d'Or et légitimement bien placé dans vos coups de gueule de l'année. Michael Haneke, l'homme aux deux palmes et à l'humour so british, en a semble-t-il énervé pas mal, nous y compris. Son pensum sur la peine de mort nous a laissés froids. Représentatif d'un cinéma qui nous glace le sang, nous détruit l'humeur, nous écrase de bêtise, nous sommes heureux d'avoir découvert ce film à un âge où l'on peut faire la part des choses, et s'imaginer qu'après chaque prise Trintignant buvait des verres de schnaps en écoutant du Bob Marley pour décompresser. Nous nous sommes plaints du cinéma américain mais le cinéma français et francophone nous a aussi donné du fil à retordre. Haneke n'est pas seul à la barre des accusés, bien qu'il soit en tête de gondole avec son bouc traînant sur l’échafaud. Derrière lui se tient notamment Jacques Audiard, menotté pour De Rouille et d'os, que nous avons également détesté comme nous avons détesté Bullhead, polar agricole d'une lourdeur bovine sans précédent et autre film porté par l'acteur belge Matthias Schoenaerts. Un amour au quotidien ce Schoenaerts par contre, l'homme qui vient toujours filer un coup de main, le brave jeune, qui croyait flamber à Cannes (où il s'est surtout fait remarquer quant à son comportement auprès des petits fours), et qui est reparti avec un gros coup de pied au cul, l'emprunte de godasse de Gilles Jacob, pourtant pas bien costaud mais pas mal énervé, imprimée à jamais sur la raie.


Into the Abyss de Werner Herzog

On a souffert aussi du côté des comédies à succès, avec Le Prénom, Radiostars ou Nous York, respectivement portés par Patrick Bruel, Manu Payet et Géraldine Nakache, que nous considérons ouvertement comme des usurpateurs de malheur. On pourrait aussi parler de films comme Dépression et des potes, Plan de table, Marsupilami et tant d'autres, au point que nous avons consacré un certain temps à nous lamenter et à pointer du doigt les principaux auteurs de ces private joke misérables distribuées sur 500 copies et omniprésentes sur les plateaux de nos pires émissions télé. Sur ce point, c'est l'Amérique et ses comiques sans foi ni loi qui nous sauvent et nous offrent nos seules chances de rire bien franchement devant un écran. Will Ferrell dans The Campaign et Adam Sandler dans Jack et Julie et Crazy Dad ont marqué l'année de leurs facéties et des éclats de rire qu'ils nous ont fournis. Adam Sandler a pourtant été crucifié par la critique, et on ne vous remerciera jamais assez d'avoir quant à vous choisi d'épingler des grosses cylindrées et des grands noms qui le méritaient tellement plus.


La Folie Almayer de Chantal Akerman

Revenons en vitesse sur quelques tendances plus farfelues, qu'on aimerait voir dégager à tout jamais. Nous regrettons par exemple la mode des titres en "Dark" (Dark Shadows, Dark Horse, Dark Knight Rises, Dark Hairy Pussy), autant de films à fuir comme la peste, ainsi que la vague des films de l'est portant des prénoms de femmes en "a" (Elena, Aurora, Barbara, Vahirua, Valbuena, Pauletta, Bernarbia, etc.), films austères, graves et chiants.



En priant pour ne plus avoir affaire à ce type de titres, on espère que 2013 sera aussi riche en découvertes, en surprises et en plaisirs cinématographiques que 2012. En ce qui nous concerne on a la barre au beau fixe. Cette année on va continuer à bouffer ciné, à pioncer ciné et à halluciner, parce qu'on n'est pas encore vaccinés. Nous continuerons bien sûr à critiquer les nouvelles sorties qui nous inspireront et à revenir sur de plus vieux films aimés depuis longtemps ou à peine découverts. Peut-être que quelques nouveautés viendront animer le blog, en attendant nous poursuivrons sur notre lancée, par exemple en vous proposant bientôt un nouveau dossier consacré, on vous le donne en mille, aux westerns ! Tarantino oblige... On commençait notre bilan 2011 par lui et on finit par lui celui de 2012. D'ailleurs on lui dit "à dans onze mois !", pour voir s'il n'aura pas définitivement pété un plomb d'ici là, étant donné que d'année en année on le trouve physiquement de plus en plus sous tension.


 
Kill List de Ben Wheatley

Pour finir, nous souhaitons remercier chaleureusement tous ceux qui nous suivent de près ou de loin mais surtout ceux qui ont généreusement participé à ce grand bilan en nous faisant parvenir leurs préférences par mail (on vous invite d'ailleurs à les poster en commentaire), et notamment quelques collègues cinéphiles : Gendar (toujours fidèle au poste) ; Olivier Père (de mes enfants) ; Fredastair (pour toi nous changerons de sexe) ; Nightswimming (à quand une analyse des couv' France Foot ?) ; Le Cinéphobe (dont acte !) ; Ca flim (figure de proue du snuff movie bruxellois) ; Une fameuse gorgée de poison (méfiez-vous de ses fameux cocktails) ; C'est entendu (on attend un nouvel article depuis bientôt 6 mois !) ; Thibault (notre dirlo photo) ; Christoblog (666 gravé sur le front) ; TeddyDevisme (dont on a bien pris en compte les 16 tops succesifs) ; Pausanias (qui n'a pas participé mais que l'on salue amicalement car nous avons une passion commune : les grosses aréoles) ; FredMJG (même si un bogue nous a privés de son top) ; AdrienClem (ton gros boule de black, ma main : they should meet) ; Gondebaud (que trépasse si je faiblis !) ; JeanCalin (pour lequel nous n'avons pas de link, mais beaucoup de think) ; Thibault Fleuret (bon courage pour ta recherche de films) ; Josette K. (la sœur de Joseph Kessel) ; Pierre Morin (dans l'annuaire, entre "Pierre Morin" et "Pierre Morin") ; Sylvain Métafiot (mets ta cagoule !) ; Guillaume A. (côté de la plaque - sans rancune !) ; pierreAfeu (on a respecté jusqu'à la typologie de son blaze, toujours utile en ces temps sombres) et les autres ! (si nous avons oublié quelqu'un qu'il se manifeste et veuille bien nous excuser). Avec un petit clin d’œil à Pathé pour nous avoir fait pendre au nez un procès juste parce qu'on avait mis en lumière un film d'animation obsolète qui avait bien du mal à démarrer au box-office...

Merci encore à tous et à très bientôt pour de nouvelles aventures cinéphiliques !

56 commentaires:

  1. Un bien chouette bilan, bravo !

    J'aime particulièrement le paragraphe avec "Dark hairy pussy", "Benarbia" et compagnie.

    Et bien sûr je ne cautionne pas le "couac Tabou" ni le "malentendu Moonrise Kingdom" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)

      Le "malentendu Moonrise Kingdom" est bel et bien une petite pique qui t'était gentiment adressée :D

      Supprimer
  2. Gné ? ké bogue ?
    Ravie en tout cas de retrouver Les chants de Mandrin sortis très tôt et partis aux oubliettes dès le début de l'année ! grrrrr
    Bon. Je ferme les yeux sur la faute de goût cronenbergienne :) Et je n'ai rien vu ni rien entendu sur Tabou.
    Et bravo pour ce petit bilan. On sent les spécialistes de la synthèse ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !

      Si un Cronenberg et un Gomes nous séparent, constater que l'on se rejoint sur Les Chants de Mandrin nous fait bien plaisir.

      Quant au bogue rassure-toi, c'était juste une plaisanterie bizarre, ton classement a bien été pris en compte :)

      Supprimer
    2. Ah je vois, monsieur est taquin :)
      PS. Il ne nous est pas interdit de nous rejoindre sur les autres Cro ^^

      Supprimer
  3. Ah vous avez bossé, ça. Merci pour le résultat.
    J'aurais aimé jouir de l'usufruit de votre Flop 10, mais j'imagine et comprends que vous avez vos raisons de ne pas.

    Enfin, chers congénères lecteurs, voici le double classement - non non, je n'ai pas inversé les deux (!) - que désignent nos chers Félix et Rémi (qui n'ont certes pas le goût parfait - sans rancune en effet) comme étant à côté de la plaque :
    1. Amour
    2. The Descendants
    3. Tinker, Tailor, Soldier, Spy
    4. Un monde sans femmes
    5. Les Nouveaux chiens de garde
    6. Les Chants de Mandrin
    7. The Impossible
    8. The Dark Knight Rises
    9. Adieu Berthe. L'Enterrement de mémé
    10. Take Shelter


    Flop Ten :

    1. Holy Motors
    2. Vous n'avez encore rien vu
    3. Young Adult
    4. Cherchez Hortense
    5. 4:44 - Last Day on Earth
    6. Skyfall
    7. Looper
    8. My Week With Marilyn
    9. Moonrise Kingdom
    10. Cosmopolis


    Guillaume A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins tu es cohérent... :)

      Supprimer
    2. Cher Guillaume, si je devais faire un Flop 2012, il ressemblerait à quelque chose comme ça :

      1) Amour / Dark Knight Rises
      3) Prometheus
      4) Looper
      5) Piégée
      6) La Taupe
      7) Radiostars
      8) Quelques heures de printemps
      9) Dark Horse
      10) Dark Shadows

      Mais beaucoup d'autres films pourraient y prétendre, comme Le prénom, Martha marcy may marlene, Millenium, Bellflower, Bel-ami, La vérité si je mens 3, Damsels in distress, Jane Eyre, etc.

      Et puis quelques films que je n'ai pas vus mais qui, vu ce que j'en sais et ce que m'en a dit mon acolyte Félix (ou Simon pour La Chasse), auraient toutes les chances d'y figurer, comme De Rouille et d'os, Avengers, Magic Mike, Detachment, Nouveau départ ou Friends with kids.

      Supprimer
  4. Bravo pour tout, merci pour tout ! Je ne me reconnais pas des masses dans le top lecteurs mais les autres ne font que regarder les images !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je ne me reconnais pas dans votre top! Est-ce qu'il ne serait pas un peu truqué ou joué d'avance?

      Supprimer
    2. Donnez vos Tops perso si le Top lecteur ne vous correspond pas, qu'on sache un peu ce que vous avez aimé !

      Supprimer
  5. Holy Motors? Vraiment? L'un des plus gros navets du 21ème siècle!

    RépondreSupprimer
  6. Holy Motors quoi! Ça me fait saigner les yeux de lire ça

    RépondreSupprimer
  7. dans mon top 2012 , je mettrais sans hésitation : Margin Call et les Adieux a la Reine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joseph Von Sternberg12 janvier 2013 à 23:57

      Et quoi d'autre ? Parce que là ça fait peur :)

      Supprimer
    2. Vous ne partagez pas mes gouts et je trouve ça plutôt revigorant , quelle tristesse si tout le monde pensait la même chose .
      Au passage , dans mes top 2012 , je mettrais aussi la mini-série "Mildred Pierce " avec Kate Winslet .

      Supprimer
  8. 1) Trop bon article, aussi intéressant que marrant.
    2) Vivement le dossier Westerns !
    3) Vos tops sont beaux à chialer. Celui des lecteurs doit être le plus beau top ciné de lecteurs d'un blog ciné du net tout entier.
    4) Mandrin en prem'z Rémi, tu me fais bander.
    5) Continuez d'attendre, peut-être que dans trois ou quatre ans, C'est Entendu publiera un nouvel article !
    6) Vous êtes rudes avec Cosmopolis, Tabou et Moonrise Kingdom.


    7) Mes goûts personnels :

    J'ai ajouté, pour chaque film, un sous-titre, à la Platon, qui résume en un mot l'idée que j'ai retenu du film et celle pour laquelle le film est dans mon top. Parfois, voire à chaque fois, ce mot est une mini-épiphanie pour moi, en 2012, donc c'est pas queud.

    TOP

    1 Faust ("Du démonique")
    2 Les Chants de Mandrin ("De la joie")
    2 Holy Motors ("Du spectacle")
    4 Vous n'avez encore rien vu ("De l'amour")
    4 Cosmopolis ("De la pénétration")
    6 Take Shelter ("De la mort")
    7 Twixt ("De l'écriture")
    8 Un monde sans femmes ("De la bêtise")
    9 In another country ("Du choix")
    10 Go Go Tales ("De la décadence")


    (auraient pu y figurer : Crazy Dad, Moonrise Kingdom, The Campaign, La Folie Almayer, mais ils m'ont moins révolutionné, donc.....)


    FLOP

    1) Prometheus ("De la merde")
    2) Bellflower ("De la merde")
    2) Dark Night Rises ("De la merde")
    4) rec3 ("De la merde")
    4) Resident Evil : Retribution ("De la merde")
    6) Le serment de Tobrouk, la bande-annonce ("De la merde")
    7) Beasts of the Southern Wild ("De la merde")


    (par ordre du plus pourri au moins pourri)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) Merci
      4) J'ai bien failli le mettre à la première place aussi :)
      5) Ah ouais ?

      Supprimer
    2. 5) C'est un scoop ma parole !
      6) Cosmopolis, Tabou et Moonrise Kingdom ne m'ont pas conquis (Félix ne les a pas vus), mais je tiens à préciser qu'ils n'apparaîtraient pas dans mon Flop si j'en avais fait un. Je suis conscient de leurs qualités, simplement leurs défauts me semblent plus importants que ces dernières.

      Sympa d'avoir publié tes classements :)

      Supprimer
    3. J'ai claqué une bonne barre en lisant votre flop, Joe !
      La bande-annonce du film de BHL m'a achevé !

      Supprimer
  9. jolis top :) aaah putain Savages...... mérite même pas qu'on murmure son nom...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne l'avons pas vu mais nous te croyons sans problème !

      Supprimer
  10. Bien content de pas voir Twixt dans vos tops, ça prouve qu'ils ne sont pas en bois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense aussi qu'il décrédibiliserait un top entier

      Supprimer
    2. article excellent

      Supprimer
  11. Il semble q'un ou deux films ne soit pas dans votre top comme le dernier Xavier Dolan ("laurence anyway") que je trouve magnifique, ...ou "the we and the i" de michel gondry ...et cela n'engage que moi le dernier né des studio Ghibli "La colline aux coquelicots"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avouons-le, nous n'avons vu aucun de ces trois films. Nous ne sommes pas de grands fans - doux euphémisme - de Xavier Dolan et de Michel Gondry, mais qui sait... En tout cas merci de partager ces coups de cœur. Si vous avez un Top 10 à soumettre, ça nous intéresse !

      Supprimer
  12. À travers un système alambiqué que la pondération dispute à la péréquation, il s'avère que mes choix sont légèrement plus proches de ceux de Félix que de ceux de Rémi, ce qui, dans la mesure où je vous confonds toujours, nous fait une belle jambe ; cf. Jacques Epaulard, pardon, Audiard.

    RépondreSupprimer
  13. Questions Rémi : pourquoi The Day He Arrives plutôt que In Another Country ? Et pourquoi 4:44 plutôt que Go Go Tales ?

    Par ailleurs je tiens à signaler que la tignasse rousse de Chastain en bannière de ce bilan est du meilleur effet (sur moi en tous cas) :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les deux cas par manque de place (foutu Top 10...)

      The Day he Arrives plutôt que In Another Country parce que même si j'ai beaucoup aimé In Another Country (et Isabelle Huppert dans In Another Country), et même si c'est sans doute un film plus abouti, The Day he Arrives m'a plus directement ému. (Et accessoirement parce que je savais que In Another Country allait apparaître dans le Top des lecteurs, donc tant qu'à faire je préférais mettre en lumière l'autre film.)

      4h44 Dernier jour sur Terre plutôt que Go Go Tales uniquement parce qu'il fallait choisir, et parce que Go Go Tales datant en réalité de 2007 j'ai préféré retenir un film de 2012.

      La tignasse de Chastain fait son petit effet oui :)

      Supprimer
    2. Vous parlez de Jessica Chastain, mais vous êtes dans l'erreur : une anecdote de plateau nous révèle en effet que, afin de respecter les délais imposés par les producteurs, le réalisateur Jeff Nichols se vit contrait de remplacer au pied levé son actrice, clouée au lit par une terrible gastro, pour le tournage de ce plan précis.
      Heureusement, la belle chevelure rousse que le très doué Jeff Nichols a en commun avec sa ravissante comédienne fait totalement illusion.

      Supprimer
  14. Je ne suis pas d'accord avec votre top, car personnellement je mettrais Amour en tout premier de mon top, et de loin, tandis que je mettrais Holy Motors en premier de mon flop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais trouver un soutien en la personne de Gui/Billy ci-dessus :)

      Supprimer
  15. Deux beaux tops que voici !
    En les découvrant je m'en veux d'être passé à côté de films a priori superbes comme Les Chants de Mandrin, 4h44, Gebo et l'ombre, The color wheel et ceux de Hong Sang-soo.

    Très heureux de voir I Wish, Faust, Holy Motors, Oslo 31 août et Kill List parmi vos préférés. Ces oeuvres sont vraiment magnifiques (à prendre au sens large, hein, parce que pour Faust et Kill List le terme n'est pas vraiment approprié). Into the Abyss je le verrais début février lors d'une projection spéciale organisée par mon asso, j'ai hâte !

    Je me réjouis également de voir figurer ces vieux étrons chauds d'Amour, Bellflower et Prometheus dans le flop des lecteurs.
    J'ai, en revanche, une grande affection pour Moonrise Kingdom et un intérêt pour Cosmopolis.

    Bref, de dessous ma cagoule (ouais gros !) je vous remercie d'avoir cité mon humble participation et j'espère que les classements de 2013 seront aussi classieux.

    À bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous nous rejoignons donc sur beaucoup de titres. Merci à toi pour ta participation et pour tes commentaires !

      Supprimer
  16. Au fait : "nous avons publié 176 articles dans l'année, soit deux par jour."
    Vous ne vouliez pas plutôt dire "un tous les deux jours" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était une plaisanterie :)

      Supprimer
    2. Je me disais aussi...
      Mon détecteur de 2nd degré devait être cassé.

      Supprimer
  17. Vous n'avez même pas fait UNE référence à l'excellent Will Ferrell de l'année "Moi, député" ! Ni à "Tucker and Dale" ! Que le sérieux vous emporte !

    Mon top 3 :
    1 Un monde sans femmes
    2 Moi, député
    3 Tucker & Dale fightent le mal

    Mon flop 4 :
    1 We bought a zoo !
    2 The Darkest Hour
    3 Prometheus
    4 La cabane dans les bois

    A la prochaine, F&R ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faux cher ami, faux !

      "Sur ce point, c'est l'Amérique et ses comiques sans foi ni loi qui nous sauvent et nous offrent nos seules chances de rire bien franchement devant un écran. Will Ferrell dans The Campaign et Adam Sandler dans Jack et Julie et Crazy Dad ont marqué l'année de leurs facéties et des éclats de rire qu'ils nous ont fournis. Adam Sandler a pourtant été crucifié par la critique, et on ne vous remerciera jamais assez d'avoir quant à vous choisi d'épingler des grosses cylindrées et des grands noms qui le méritaient tellement plus."

      Tes classements sont brefs mais bien sympathiques.
      A la prochaine Arnaud :)

      Supprimer
    2. Vous avez rajouté cette citation après coup :D

      Supprimer
    3. Ah non non, elle y était déjà ! :)

      Supprimer
  18. Ca m'énerve de retrouver partout dans chaque top, "Take Shelter" ! Je comprends pas le délire autour de ce film bourré de facilités scénaristiques, de musique pâte à tartiner nous disant quand chialer et d'une ambiance pré-apocalyptique-nature-qui-se-révolte globalement pompée de Shyamalan.

    Holy Motors ? Inégal et surestimé.
    Tabou ? Pareil.
    Les bêtes du sud sauvage ? Encore pareil.
    etc
    Bref, 2012, une année très passable où le moindre film, avec la moindre petite idée-cinéma devenait un chef-d'oeuvre du 7eme art et sera oublié dans dix voire cinq ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu t'es trompé en tapotant ta barre d'adresse ! Essaie ça : http://www.ecranlarge.com/article-details-24749.php

      Supprimer
    2. Je n'ai pas vu les 10 films de cette liste "Ecran large" ils ne me plaisent pas plus que les films que j'ai cité. Mais je comprends l'ironie de ton lien, si je n'ai pas pleinement apprécié certains films du top 10 des inrocks (beurk), je suis donc un spectateur "allociné", un peu primaire.
      Je pense juste qu'un critique cinéma doit être un peu plus exigeant (avec lui-même et les autres) et arrêter de s'extasier devant des films, certes au-dessus de la mêlée générale, mais bourré de défauts à y regarder de plus près. Ces cinéastes sont tellement conscients de leur "gestus" cinématographique, à l'heure où n'importe quelle référence cinématographique est accessible d'un clic sur internet, que ces oeuvres manquent finalement de spontanéité et de sincérité.

      Supprimer
  19. GloubiBulgare, le roi des steppes16 janvier 2013 à 02:13

    Trrrrrrrrrrrrrrrrrrrrop pas !

    RépondreSupprimer
  20. Voici mon top :

    transformers 3
    universal soldiers 3
    the hobbit
    Cleanskin
    le prénom
    le marsupilami
    La couleur des sentiments

    RépondreSupprimer
  21. Mon top 2012: The Dark Knight rises
    Mon flop 2012: The Dark Knight rises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Tep'. Tu n'as vu qu'un film en 2012?

      Supprimer
    2. Je n'en mettrais pas ma main à couper, mais il me semble bien n'avoir vu qu'un film de 2012 en 2012, et c'est cette déception de Dark Knight rises. :-)

      Supprimer
  22. Merci à vous surtout de continuer à pondre d'articles toujours aussi drôles et pertinents !

    Bon, alors, entre le moment où j'ai envoyé le top et aujourd'hui, ce dernier a bien évidemment changé... (J'en ai encore tellement à voir que ce top est pas géant mais bon)

    Top 2012 :

    1. Les Bêtes du sud sauvage
    2. La Luna
    3. Millenium
    4. Holy Motors
    5. Paperman
    6. Rebelle
    7. Le Hobbit
    8. Cosmopolis
    9. Skyfall
    10. Les mondes de Ralph

    (Ouais, les Disney, je sais.)

    Flop 5

    1. Ted
    2. The Dark Knight Rises
    2. Prometheus
    3. La Chasse
    4. Expendables 2
    5. J. Edgar

    Voila, voila. Je me retrouve un peu plus avec les tops globaux, pour une fois. (J'ai bien dit un peu !)

    RépondreSupprimer
  23. Top 2012 :

    1. Twixt
    2. Argo
    3. Millenium
    4. Le prénom
    5. The Dark Knight Rises
    6. Kill List
    7. La part des anges
    8. Le grand soir
    9. Les adieux à la reine
    10.Les bêtes du sud sauvage

    Et aussi Les infidèles, Margin Call, Alyah, MI4, De rouille et d'os, Chronicle, Cosmopolis, Radiostars, Voisins du 3e type, Viva riva!, Rengaine, Amour, Looper et Oslo.

    Flop 5

    1. Prometheus
    2. Bullhead
    3. Reality
    4. Holy Motors
    5. Les Kaira

    Bonus. Moonrise Kingdom

    RépondreSupprimer
  24. Ah j'ai oublié 4h44 dans mon top! Il rentre au moins dans le top 5.

    RépondreSupprimer