2 janvier 2013

Kill List

Le salut du cinéma d'horreur passe souvent par un savant mélange des genres et des tons. Kill List, le second long-métrage remarqué du productif réalisateur britannique Ben Wheatley, en est une nouvelle preuve. Au risque de perdre le spectateur, le cinéaste propose une œuvre totalement hybride et inclassable. L'étiquette de film d'horreur qui lui est accolée mettra peut-être bien du temps à vous paraître justifiée, malgré une ambiance lourde, toujours incertaine, inquiétante et, surtout, une tension sourde, permanente, qui ne nous quitte jamais, de la première à la dernière image, et dans tous les différents registres qu'explore et traverse le réalisateur avec, souvent, beaucoup de talent et d'habileté. D'une fascinante étrangeté, Kill List s'ouvre comme un drame social sec et étouffant, où un homme est incité par sa femme à accepter un nouveau contrat pour subvenir aux besoins de sa famille, avant de se transformer en un film noir sarcastique traversé de scènes de violence fulgurantes (l'homme est tueur à gages), et de se conclure assez magistralement par l'épouvante pure et dure, dans une ambiance particulièrement poisseuse, habitée par cette horreur folklorique et païenne si chère au cinéma de genre britannique (on pense inévitablement au cultissime et également inclassable The Wicker Man de Robin Hardy).




La grande qualité du film de Ben Wheatley est de garder une vraie cohérence malgré cette diversité de registres, et même de trouver sa cohérence dans celle-ci, dans ce fin et singulier amalgame, dans cette confusion terrifiante qui ne manquera pas de surprendre et de décontenancer l'audience, peu habituée et parfois même rétive à ce qu'on lui retire tous ses repères pour la mener droit vers l'inconnu, d'une noirceur glaçante tout à fait inattendue. L'autre force du film, qui pourra aussi être décrite comme une de ses limites, est qu'il sait parfaitement rester dans le vague pour mieux faire naître l'angoisse. Après nous avoir maintenus dans un flou minutieusement entretenu, Ben Wheatley nous abandonne en plein cauchemar et laisse l'essentiel de son intrigue à l'imagination de son spectateur. Celui-ci pourra s'en saisir et, une fois le film terminé, se rendre compte qu'il tente de s'expliquer et de rationaliser ce qu'il vient de voir en s'échinant à compléter les zones d'ombres laissées à son attention, constatant ainsi que l'entreprise de Ben Wheatley a diablement fait mouche ; ou il pourra s'en défaire, s'en désintéresser progressivement, et chasser toutes les questions restées en suspend, en considérant donc le film assez dérisoire et son scénario très faiblard. Nul besoin de vous préciser que je fais clairement partie de la première catégorie de spectateurs.




Bien que Kill List contienne au moins une scène d'une violence visuelle extrême à vivement déconseiller aux âmes sensibles, Ben Wheatley a donc l'intelligence de plutôt suggérer l'horreur pour que celle-ci soit plus grande, et de nous quitter en son climax pour qu'elle soit totale et perdure bien longtemps après le générique de fin. Un générique final hanté par un chant inquiétant, lointain et guttural, un air indescriptible qui semble émaner d'une sorcière insaisissable, tout à fait à l'image de la bande son très réussie et particulièrement travaillée du film, Ben Wheatley ayant tout à fait compris qu'il s'agissait là aussi d'un aspect incontournable de tout bon film de genre. Mais Kill List est avant tout un film de mise en scène, dans lequel tout repose sur l'ambiance asphyxiante que celle-ci parvient à développer à moindre effets et notamment grâce à un montage syncopé particulièrement déstabilisant. Le style rugueux et froid de Ben Wheatley, fait d'ellipses brutales et de cuts tranchants, semble empli d'une hargne maîtrisée et canalisée, mise au service d'une terreur flottante, indicible et exponentielle qui fait donc de Kill List un sacré film d'horreur, un vrai, remarquable en de nombreux points, qui a donc entièrement mérité les quelques éloges reçus et qui rend très impatient de découvrir ce que son auteur fera par la suite.


Kill List de Ben Wheatley avec Neil Maskell, MyAnna Buring et Michael Smiley (2012)

43 commentaires:

  1. J'étais passé complètement à côté de cette sortie... Entre ce beau papier et la présence du film dans quelques tops de confiance, très envie de le voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira (même si c'est pas du tout dit !). :)

      Supprimer
  2. Ca donne envie !

    RépondreSupprimer
  3. Le film a agit à retardement pour moi. Quand je l'ai fini, je me suis dit qu'on m'avait gentiment pris pour un con avec cette intrigue foireuse. Mais j'avais apprécié l'atmosphère. Puis en réalisant que bien après l'avoir vu je continuais à y réfléchir, à chercher à comprendre, j'ai compris l'auteur avait réussi son coup.

    Votre critique me donne envie de le revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pareil que Gendar !

      bonne ambiance, bonnes idées, mais la fin semble quand même bien foirée

      Supprimer
    2. Mais au final quand tu réfléchis la fin est amenée tout au long du film. C'est juste qu'à chaud, j'avais pas pigé et avait classé ça dans la catégorie fin WTF.

      Supprimer
    3. Tout à fait, il y a même (à la fin du) début du film (disons de sa 1ère partie), juste avant que le personnage principal parte avec son pote voir leur client, un petit moment qui est la réplique ensoleillée et joyeuse de la glaçante scène finale.

      Supprimer
    4. J'ai fini le film en me disant qu'on m'avait gentiment pris pour un con pour ma part.

      Supprimer
  4. Quant à moi je suis tt à fait d'accord avec cette (excellente) critique.
    J'ai vu le film 2 fois, il gagne bcp à être revu en connaissant la fin.

    RépondreSupprimer
  5. Terrifiant film d'horreur !
    Je ne m'attendais pas du tout à l'épouvantable virage que prend l'histoire et j'en suis ressortis encore plus ébranlé.
    Votre article décrit parfaitement le brio de la mise en scène et les mécanismes de tension palpable tout au long de cette traversée infernale.

    Une merveille d'épouvante que j'ai failli mettre dans mon top 2012.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait plaisir de voir qu'il a aussi su susciter un si vif enthousiasme chez toi ! :)

      Supprimer
  6. NEVER SAY NEVER !

    RépondreSupprimer
  7. Moi, j'ai cru décéder... Vu en séance de minuit au Festival du Film de Locarno, j'en ai fait des cauchemars dans mon bus VW... Le nouveau Ben Wheatley, "Sightseers" ou "Touristes" en français est grandiose! Un film pour sales gosses! ENORME!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je materai ce Sightseers dès que possible ! :)

      Supprimer
    2. Oui Touristes est bon, je vous le recommande !
      http://www.mapausecafe.net/archive/2013/01/26/en-chute-libre.html?c

      Supprimer
  8. Vu hier soir !

    J'ai trouvé ça pas mal du tout, mais j'ai quelques réserves. Tu soulignes à juste titre la façon dont Wheatley laisse une grande liberté d'interprétation au spectateur sur la fin du film, voire sur le film tout entier. Personnellement j'ai trouvé que c'était un peu trop, qu'à ce stade de choses inexpliquées, de brouillage des frontières entre le réel, le fantastique, le complot, l'imaginaire... le film m'a un peu paumé, je ressentais en permanence le besoin d'avoir un peu plus de points d'accroche, pas que le film retombe complètement sur ses pattes hein, c'est très bien qu'il conserve une part de mystère, mais là c'est trop pour moi.
    Ensuite, sur les différents registres adoptés par le film, j'ai des réserves sur la partie "drame familial", notamment la relation entre le personnage et sa femme (toutes ces engueulades hurlées, c'est quand même très appuyé) voire avec son fils. Evidemment tout ça se justifie plus ou moins sur la fin, mais ce sont les scènes que j'ai trouvées les moins réussies.

    Par contre je suis tout à fait d'accord sur les qualités que tu prêtes au film, Wheatley excelle dans ce mélange des genres, dans la construction de cette atmosphère étouffante, dans sa mise en scène inventive sans être trop maniérée (les effets de montage, au début notamment, les ralentis... ça pourrait être insupportable mais c'est cohérent et joliment fait, on marche)...

    Et puis putain ça fait flipper sa race.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tes réserves, qui étaient un peu les miennes pendant la vision du film, mais qui se sont progressivement évaporées après coup, dans le vif enthousiasme suscité par ce qui m'apparaît tout de même comme un excellent film de genre, très singulier et vraiment rafraichissant dans le contexte actuel du cinéma d'horreur.
      Pour réagir à ce dont tu parles en premier, le fait que le film soit trop dans la vague : c'est vraiment ce qui fait qu'il a agit chez moi à retardement, puis ça participe beaucoup à son originalité, à l'ambiance et la peur qu'il arrive à créer très bizarrement... mais comme je le dis dans la critique, c'est à double tranchant, et c'est aussi une de ses limites.
      Puis en ce qui me concerne, c'est peut-être la partie "film de tueurs à gage" qui me gênait le plus, à cause de sa violence et de l'humour, pas toujours très finaud. La partie "drame familial" je la trouve assez juste, même si c'est en effet appuyé, ça m'a pas gêné, et les acteurs sont vraiment bons.
      Et je pense que j'apprécierai davantage le film en le revoyant et en sachant où il nous mène.

      Content que tu l'aies vu en tout cas ! :)

      Supprimer
    2. Je viens de le voir aussi.

      Je cite Simon : "Tu soulignes à juste titre la façon dont Wheatley laisse une grande liberté d'interprétation au spectateur sur la fin du film, voire sur le film tout entier. Personnellement j'ai trouvé que c'était un peu trop, qu'à ce stade de choses inexpliquées, de brouillage des frontières entre le réel, le fantastique, le complot, l'imaginaire... le film m'a un peu paumé, je ressentais en permanence le besoin d'avoir un peu plus de points d'accroche, pas que le film retombe complètement sur ses pattes hein, c'est très bien qu'il conserve une part de mystère, mais là c'est trop pour moi."

      Je suis totalement en accord avec ça. C'est une grosse limite du film à mon sens. La frontière entre "liberté laissée au spectateur" et "gloubi-boulga scénaristique" est assez étroite dans ce type de cas.

      L'autre grosse limite du film à mes yeux c'est qu'il ne m'a jamais fait peur, ni inquiété ou vraiment captivé en me chopant par les nerfs. Mais vu qu'il semble fonctionner à ce niveau-là sur la plupart des spectateurs, le problème doit venir de moi et de mon manque chronique de frayeur devant les films d'horreur.

      Je pense que le fait de savoir que le film allait tendre vers l'horreur est à double tranchant. Le bon côté c'est qu'on se demande pendant un long moment comment le réalisateur va bien pouvoir dévier vers ce genre, et on admire donc la façon dont il brouille les pistes et jongle avec les registres. Le mauvais côté c'est qu'il n'y a pas autant de surprise que prévu, cette surprise totale que le cinéaste doit espérer créer en passant progressivement, ou plutôt de façon très brutale, du drame familial au film de gangster puis au scénario de vigilante taré et enfin à l'horreur sectaire. J'aurais sans doute plus apprécié le film et ses revirements aussi imprévisibles que habiles sans rien savoir du film.

      Pour le reste j'ai trouvé les acteurs très bons, le travail sur la musique (presque toujours en décalage par rapport à l'image) assez intéressant, le montage pas bête même si parfois un peu lassant, et l'idée globale évidemment très originale. Je regrette juste de ne pas avoir été plus impliqué dans le film à cause de ce scénario si vague qu'il manque d'accroches, comme dit Simon, et j'aurais aimé, sur la fin, malgré une excellente séquence de secte dans la forêt, que la scène de course poursuite dans le tunnel aille beaucoup plus loin encore et me terrorise, d'où une petite pointe d'ennui chez moi durant le visionnage. Cet ennui s'est doublé paradoxalement d'un intérêt pour les mystères de l'histoire, qui restent à tel point mystérieux que je reste quant à moi sur ma faim.

      Supprimer
    3. Là où nos impressions divergent principalement, c'est donc sur l'aspect très lacunaire du scénario (sachez que la personne d'origine polynésienne qui a vu le film en ma compagnie ne partage d'ailleurs pas mon enthousiasme pour cette raison-là aussi). Moi c'est peut-être ce que je préfère dans ce film !

      Ensuite, c'est évident que j'ai beaucoup aimé le découvrir sans rien savoir, j'en avais lu le moins possible volontairement. Mais bon, fallait bien que j'en parle un peu pour vous filer envie !

      Supprimer
    4. "très singulier et vraiment rafraîchissant dans le contexte actuel du cinéma d'horreur" ==> après avoir vu les deux merdes abominables que sont House at the End of the Street et Possédée (produit par Sam Raimi...), deux films d'une bêtise à toute épreuve, d'une banalité terrible et d'une laideur incroyable, je m'auto-plussoie à mort. :)

      Supprimer
  9. Cet article me donne bien envie de le regarder !

    RépondreSupprimer
  10. J'étais dans une colère noire à la fin de ce film, c'en était même dérangeant... l'impression d'avoir été volé, floué de quelque chose ! Une tension, un malaise en constante progression, des explications qui fusent dans ma tête, aucune satisfaisante... l'attente... pour finir tout seul avec ma grosse colère !

    Alors oui il se passe vraiment quelque chose pendant ce film, mais ma conclusion a finalement été "si je veux du mal à quelqu'un je lui conseillerai d'aller voir Kill List".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es en colère de quoi mec ? Moi je te conseille The Pact !

      Supprimer
    2. J'en parlerai bientôt ! :)

      Supprimer
    3. Bon j'ai été un peu brouillon dans mon explication, la colère est de sentir cette montée en tension qui n'aboutit à rien à mon goût, et donc pour dire que le sentiment que me laisse ce film est assez fort ce qui est un des intérêts du cinéma. Donc derrière la colère il y a aussi un compliment sous-entendu... bref c'est compliqué d'écrire ce qu'il se passe dans la tête, vous êtes drôles vous ;)

      Supprimer
    4. Ben voilà, c'est fait ;)

      Supprimer
  11. tout mou du genou ce Kill List, tout mou du genou

    RépondreSupprimer
  12. Réponses
    1. C'est un peu le but, mais ça doit aussi filer envie ! :p

      Supprimer
  13. Ce film a été une véritable claque. Un mélange d'influences pour une oeuvre originale sans pareil. Forcément, à la fin on est frustré on est sous le trauma, dans l'incompréhension. Mais c'est bien de là que vient la peur. Bon article en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  14. Une claque comme tu dis ! Un ""OFNI"" intense, sombre, glauque mais aussi mélancolique, intellectuel et sensible... Un film à multi-lectures, torturé, brut, suggestif mais qui sait en mettre plein la vue grâce à une réalisation dynamique et intelligente. Vraiment brillant !

    RépondreSupprimer
  15. Bof pour moi le scénariste est juste un dérangé renfloué qui a mis ses rêves tordus sur le papier. La frontière entre 'réalité et fantastique n'est pas laissé à la liberté du spectateur mais pour moi le scénariste n'a pas fait son boulot en entier certainement car il n'a su trouver un véritable fil conducteur a son film. Je pense qu'il faut arrêter de voir de l'art là où il ya justement absence de talent au risque de voir l'intérêt des gens pour l'ART (celui où l'artiste a veriablement travaillé) disparaître totalement...

    RépondreSupprimer
  16. Eh bien je n'ai pas aimé du tout. J'ai passé le premier tiers à me dire "vivement le second !", toutes ces engueulades chiantes sur fond de psychologie familiale à deux balles m'ont laissé plus que froid : glacial. Et puis le second tiers vient et est mieux mais tout de même au ras des pâquerettes, parce que finalement on s'en fiche un peu de voir ces deux angliches dézinguer des types, SAUF si on se dirigeait vers une sorte de masterplan dégueu dans lequel le gros est le diable ou je ne sais quoi bababa. Et puis finalement, la toute fin est plus que décevante, vu que tout le film reposait dessus. Aucune explication, aucun sens, et tout ça n'est même pas bien filmé. Certes les acteurs ne sont pas mauvais mais foutre ça ne fait pas un film. Aucun réel suspense, aucun "plot" (alors que tout du long je me disais "ah mais c'est un film à plot"), et un montage que j'ai personnellement trouvé assez laid (ainsi que pas mal de plans et pas mal de fois j'ai trouvé la caméra un brin trop branlante pour ce qui était requis). Ben ça fait pas un bon film. Qui plus est quand ça fait pas vraiment peur, ça ne fait pas un bon film d'horreur, pour moi.

    Je n'attends pas le prochain Ben Wheatley.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En y repensant je te rejoins assez. Le film garde quand même une originalité qui le sort du lot et le rend pas totalement inintéressant, même si c'est quasiment son seul argument (je n'ai jamais eu peur non plus, ni pris tant soit peu de plaisir devant ça). Le gros anglais Ben Wheatley a tout à prouver auprès de moi, et le résumé de son prochain film, A Field in England, laisse présager un nouveau scénario complètement nawak : "Durant la première Révolution anglaise, un groupe de déserteurs est capturé par un alchimiste qui les drogue aux champignons hallucinogènes...". A voir (ou pas) !

      Supprimer
    2. Père de mes enfants22 février 2013 à 13:25

      Totalement en désaccord, d'un désaccord extrêmement profond, avec Staros et Jeffrey. Je m'inscris en faux contre vous et vos (si maigres) arguments. Je soutiendrai Félix mordicus dans la défense de ce sublime film, un titre important dans le cinéma d'horreur contemporain, et je le félicite pour son si beau papier. Le pitch du prochain film d'horreur médiévale de Ben Wheatley me met personnellement l'eau à la bouche, littéralement, et je foncerai le voir au ciné en payant triplement ma place pour que ce jeune cinéaste britannique plein d'ambitions et de promesses puisse continuer à nous livrer ses œuvres singulières, exigeantes et tordues qui, forcément, ne peuvent pas plaire à tout le monde (c'est l'apanage des meilleurs films du genre). ^^

      Supprimer
    3. Imposteur de mes deux :)

      Supprimer
  17. superbe film dont la fin n'était pas si imprévisible, il suffit de voir les indices disséminés tout le long du film...comme le dirait les commanditaires quand ils parlent de roues qui tournent, tout est dit...
    Après, il suffit de connaitre rosemary's baby et l'on comprendra que le scénario est bien ficelé et absolument pas incohérent...le but final n'étant pas à notre portée...mais qu'importe! Quand à savoir si c'est un film d'horreur ou pas, quel intérêt, david lynch et polanski font ils des films d'horreur...

    RépondreSupprimer
  18. Bien aimé. La toute fin est en dessous selon moi ; j'aurais apprécié un peu plus de sobriété. Scènes de flingues en trop et final un peu grotesque au bout du compte.

    RépondreSupprimer
  19. Alors moi jai rien compris, pourquoi la femme grave un truc deriere le miroir au debut pourquoi elle prend le mouchoir plein de sang pourquoi il se fait couper la paume de la main et pleins dautres scenes incompreensible...

    RépondreSupprimer