6 août 2012

Jack et Julie

Tout le monde s'est plu à tomber à bras raccourcis sur ce film. Regardez l'affiche, regardez les deux têtes de Sandler sur le poster, pensez-vous vraiment qu'il prenne son ouvrage très au sérieux ? Pourtant la plupart des critiques l'ont traité avec un sérieux rédhibitoire. Pour les moins convaincus regardez la dernière scène du film, qui sonne comme un demi-aveu de Sandler, lequel sait très bien ce qu'est son film et s'en tape royalement. Dans la dernière séquence Al Pacino, qui joue son propre rôle avec une auto-dérision de chaque instant poussée à un stade encore jamais atteint dans l'histoire de l'humanité, regarde la pub que vient de lui faire tourner le personnage joué par Sandler, et dit à ce dernier avec un mouvement balancier de l'index et un regard ultra persuasif issu de son expérience acquise auprès de Coppola dans la série des Parrains qu'il ne faut pas la diffuser, qu'il faut même trouver les gens qui l'ont vue et leur parler. Cette scène annule toutes les critiques assassines que le film a reçues et fait de son auteur un être omniscient prévoyant les coups à l'avance à la façon de François Hollande au top de sa campagne présidentielle.



Quel spectacle nous est offert par Adam Sandler, double spectacle même puisqu'il joue deux rôles dans ce film, et notamment celui d'une grosse conne. Jack & Jill (transformé par les adaptateurs français en "Jack et Julie" alors que la logique de la françisation aurait appelé à un bon vieux "Jacques et Guilaine", un peu moins sexy certes mais logique et approuvé par l'Académie Française), Jack & Jill donc fait partie de ces rares films qui sont si bêtes, si tarés, si cons, d'une débilité tellement assumée et entière qu'ils en acquièrent une forme de génie qui a le don de nous scotcher sur place et de nous faire rire un bon moment. C'est un film de Dennis Dugan, le pivot droit des Spurs de San Antonio, et c'est un film bien rythmé puisque les scènes à la con s'enchaînent sans temps mort. Malgré sa taille handicapante Dugan assure l'essentiel. La plupart des plans sont tournés en plongée mais ça n'est pas gênant, et on ne se plaindra pas que Katie Holmes dévoile ainsi ses nipples rabougris mais costauds. De vrais moments de grâce sont captés par la caméra, comme cette partie de soccer improvisée en terrain mexicain durant laquelle Adam Sandler, dans son rôle de femme exubérante, fait des miracles, enchaîne les petits ponts dans une chorégraphie terrible digne des Zidane et autres John Terry. La joie du comédien et de son doubleur pieds est communicative, décuplée par trois par la mise en scène énergique et inventive du taulier Dennis Dugan. Adam Sandler se risque aussi à nous refaire l'éternelle scène de la chiasse frénétique et incontrôlable qui va presque jusqu'à défenestrer un autre personnage pris de cours par l'odeur infecte de ses flatulences. Qui ne rit pas devant cette scène merdeuse n'est pas humain et vient de confirmer la présence d'eau sur Mars.



Ce film a récolté tous les razzy awards du monde et pourtant Dieu sait que Pacino signe là son premier grand rôle since S1m0ne, et pour de vrai depuis Un Aprèm de clébard (1975 !). Il y a cette scène où son propre téléphone sonne en pleine représentation shakespearienne au théâtre et où il répond à Adam Sandler en demandant au public de la fermer pour entendre ce que l'autre lui dit. Et quand sa doublure se ramène près du rideau pour lui proposer de le remplacer il lui rétorque "Personne n'a envie de voir ta gueule". Mais c'est quand même Sandler qui mérite nos louanges et notre plus grand respect pour ce film nihiliste qui fait du bien par où ça passe et qui a eu l'immense mérite de nous faire marrer comme en 40.


Jack et Julie de Dennis Dugan avec Adam Sandler, Adam Sandler, Al Pacino et Katie Holmes (2012)

11 commentaires:

  1. Je me suis moi aussi bien marré devant ce film pas géant mais bien poilant !

    RépondreSupprimer
  2. AM KIIIIIIIIDING !

    RépondreSupprimer
  3. Trop bon ce film !

    RépondreSupprimer
  4. Ça fait quatre fois que vous utilisez le verbe défenestrer à la suite. Le premier qui trouve la prochaine occurence du mot dans la prochaine critique gagne un DVD de Batman Begins :-)

    RépondreSupprimer
  5. Une merde de plus pour Sander. Il doit de la thune au fisc ou quoi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juliette Boniche7 août 2012 à 00:08

      Non non, il est cool celui-ci !

      Supprimer
  6. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-186189/casting/

    Vous le sentez comment ce film les gars ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va TOUT déchirer sois en sûr.

      Supprimer
  7. Ca vaut pas mi-temps au mitard mais jme suis bien fendu la gueule!

    RépondreSupprimer