18 janvier 2013

Abraham Lincoln, chasseur de vampires

Comme nous prévoyions d'aller voir le Lincoln de Spielberg au cinéma et que nous savions que ça traitait de Lincoln président durant la guerre de sécession, on a voulu savoir ce qu'il en était du Lincoln d'avant, quand il était chasseur de vampires dans le middlewest. Car avant d'être l'avocat élu par le peuple et concerné par le sort des noirs américains, Abraham Lincoln, et nous l'avons appris grâce à ce film, était chasseur de wampas, et c'est ce premier métier qui l'aurait sensibilisé au problème black. Après avoir organisé et ardemment participé à quelques "nuits de cristal" avec ratonnades de vampiros lesbos à la clé, et après s'être repenti de cette première carrière marquée par le sceau de l'intolérance, Lincoln aurait voulu mettre un terme aux persécutions raciales dans son pays, cqfd. Les deux films ont été pensés comme une trilogie et tournés en même temps dans un seul et même studio, d'où quelques scènes de plaidoirie glissées dans le film de vampires, qui cassent un peu le rythme, et, il faudra s'y attendre, de possibles apparitions de goules et de gousses d'ail dans le portrait-vérité de Spielberg. Daniel Day Lewis, sans nul doute parfait dans le rôle du Lincoln président chez Spielby puisqu'il a joué le rôle d'un esclave noir dans Le Dernier des mohicans de Michael Mann, buvait donc des coups entre deux prises avec Chris Rock, qui incarne le Lincoln chasseur à courre de vamps dans le film jumeau de Timur Bekmambetov.




Nous qui sommes souvent à côté de la plaque en matière de spin off et autres reboots, nous nous estimons bénis des Dieux d'avoir pu admirer Lincoln chasseur de vampires avant de courir nous extasier devant le biopic signé Spielberg. En effet ce n'est pas André Kaspi qui nous aurait appris ce qu'a été la vie de Lincoln avant son accession au pouvoir, ah ça non, ce n'est pas lui. Merci Timur. Et vivement la sortie de "Obama étrangleur de chats" ou de "Clinton tringleur de chiennes". Étant donné la qualité intrinsèque du film de Bekmambetov (nous restons lucides, faisons preuve ici de lucidité) il y a de très fortes chances pour que la saga Lincoln fasse partie de ces trilogies où le deuxième épisode (celui de Spielberg donc) est meilleur que le premier, avec Star Wars, Jurassic Park, Dirty Dancing et Philadelphia.


Abraham Lincoln, chasseur de vampires de Timur Bekmambetov avec Benjamin Walker, Dominic Cooper et Mary Elizabeth Winstead (2012)

12 commentaires:

  1. Paul André Gignac18 janvier 2013 à 11:57

    Merci! Une belle page d'histoire que Harry Guillemot ne renierait pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Climtou, enculeur de chiennes !

      Supprimer
    2. OH! Y a des limites et tu VIENS d'en dépasser une allègrement. Honte à toi. RIP CLINTOU

      Supprimer
  2. Konrad, chasseur de vampires Viets18 janvier 2013 à 12:56

    Merveilleuses explications du pourquoi du comment !

    RépondreSupprimer
  3. Vage of Vampires18 janvier 2013 à 13:01

    I'm very good at vampire hunting, can i contact the director of this movies?

    RépondreSupprimer
  4. Samuel Lee Jacksonville18 janvier 2013 à 13:14

    Vivement que vous voyiez Le Lincoln, j'aurais tout donné pour défendre la cause auprès du Lincoln. Maaaaaais je n'ai obtenu que d'être un esclave consentant chez Le Jango (pas le lézard doublé par Gad, le niggar de Quentin).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Samuel Leroy Jacksonville18 janvier 2013 à 16:20

      Imposteur! Tu parles en mon nom et en écorchant mon nom.

      Supprimer
  5. Je crois bien que c'est le film le plus laid que j'ai pu voir l'année dernière. La scène avec les chevaux en furie auraient provoqué à elle seule une augmentation de 3,4% du nombre de glaucome à l'échelle mondiale.

    RépondreSupprimer
  6. AI Recovery Burner18 janvier 2013 à 23:05

    ça file envie !

    RépondreSupprimer
  7. "Clinton tringleur de chiennes", en lisant ça j'ai failli m'étouffer de rire !
    Terroristes !

    RépondreSupprimer