13 janvier 2011

And Soon the Darkness

Ce film-là, on est 12 à l'avoir vu. Pas un de plus, pas un de moins. 12 gars chargés à bloc, 12 doux rêveurs, 12 gros naïfs. Tout ça à cause d'une image présente dans la bande-annonce qui nous a tous fait espérer le film du siècle. Faut dire que le titre n'y est peut-être pas pour rien non plus. And Soon the Darkness. Dites-le à voix haute, ça fait trembler les murs, ou bien c'est juste moi qui ai un gros mal de gorge. Sans déc', on dirait le titre d'une chanson de Death Cab for Cutie. M'en faut pas plus pour gauler. Mais revenons plutôt au cœur du problème, à ce maudit trailer... Un plan de quelques secondes était placé dans ce teaser par un roi du marketing, par un petit Machiavel d'Hollywood. Quelques secondes de pur bonheur qui rendaient à ce teaser son sens le plus littéral. To tease : allumer, aguicher, foutre le feu. C'est pas moi qui le dis, c'est Robert & Collins. Quand j'ai maté cette bande-annonce, plusieurs fois de suite, pendant près d'une heure trente, soit pendant la durée d'un long-métrage lambda, j'étais effectivement chaud comme la braise. Fin du suspense, ce plan, le voici :




Un cul. Un petit cul. Suffisamment petit pour faire appel à nos plus sombres envies. Un véritable fion de gazelle. Plutôt rebondi. Un peu bronzé, juste ce qu'il faut pour plaire au plus grand nombre. Un boulard, quoi. Et plus exactement, celui de l'actrice Odette Yusman, que l'on voit donc retirer son mini-short avant de s'allonger au soleil. Cette actrice-là, c'est une habituée de ce que je vais appeler l'allumage à blanc. A ma connaissance, c'est la deuxième fois qu'elle permet de vendre un film sur son cul. Elle traînait déjà sans arrêt en petite culotte dans Unborn, autre film d'horreur de bas étage où on apprenait qu'elle était possédée par l'esprit de son jumeau mort-né, devenu par conséquent démon de minuit. Non seulement elle s'y baladait en culotte courte, mais que dire de l'affiche de ce film ? Ou plutôt, de la pochette du dvd, acheté au prix fort à la fnac par votre serviteur (je n'étais pas le seul, les gens autour de moi se l'arrachaient), car je doute que ce film ait connu une sortie en salles et donc une véritable affiche.




Une question se pose alors. Ou plutôt plusieurs. Tout un tas de questions. Celles-là mêmes que je me pose devant un autre genre de films, suivez mon regard (nota bene : je fixe ma teub). D'abord, que fait le réalisateur du film quand il doit tourner ce plan ? Que dit-il à son actrice ? La prévient-elle en lui annonçant "Hé je vais faire un plan sur ton cul pour rameuter du monde là, bouge pas", ce à quoi l'actrice répondrait machinalement "Alleeeez ça marche" ? Peut-être bien... Mais surtout : que pense une actrice comme ça quand elle laisse le "réalisateur" faire un gros plan sur son cul, ou quand elle permet à des affichistes de baser leur travail autour de son joufflu ? Et, plus largement, que pense une femme, et plus particulièrement une jeune femme, quand elle se rend compte qu'on lui mate le cul sans gêne ? Vous allez me répondre : sans doute rien de spécial, c'est la triste règle de l'offre et de la demande. Elle offre sa paire de fesses parce que la demande est énorme. Ok. Et ces actrices apprécient sûrement qu'on les regarde avec envie parce que ça leur fait se dire qu'elles sont "bonnes" et c'est important d'être "bonne" aujourd'hui. C'est même le plus important, faut croire.



 
Mais au-delà de ces quelques considérations très terre-à-terre, à quoi pense véritablement par exemple cette actrice pendant ces moments-là ? Se rappelle-t-elle de la petite fille qu'elle était ? A-t-elle une pensée pour sa maman ou son papa ? Et ces derniers, que pensent-ils quand ils voient leur fille, celle qu'ils ont appelé "Odette" en se disant qu'avec un prénom pareil, ça ne pouvait vraiment pas devenir une trainée deluxe, hé bien que pensent-ils quand ils se rendent compte que le cul de leur petite sème la pagaille au Virgin Megastore et fait la une de tous les bons journaux ? Je laisse toutes ces questions en suspend, ou plutôt : je les laisse continuer à me ravager de l'intérieur.

Ce film-là, on est 12 à l'avoir vu. 12 hommes en colère.


And Soon the Darkness avec Odette Yustman et Amber Heard (2010)

22 commentaires:

  1. Mais ça cause de quoi le film ? :D
    Tu m'as teasé !

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'inspires un autre débat qui fera peut-être l'objet d'une autre critique. A voir.

    RépondreSupprimer
  3. T'as pas mis le nom du réal en bas de l'article ? Y'en a pas ? C'est tourné sans les mains ?

    RépondreSupprimer
  4. C'est fait exprès. Ou plutôt non : j'ai d'abord oublié de mettre le nom du réalisateur, puis je me suis rendu compte que c'était mieux sans, y'a juste deux salopes dans ce film, et c'est tout.

    C'est un banal film d'horreur, où deux jeunes meufs doivent être prises au piège par des tarés à la campagne, et qui en plus est le remake d'un vieux film des années 70.

    RépondreSupprimer
  5. http://en.wikipedia.org/wiki/And_Soon_the_Darkness

    RépondreSupprimer
  6. La même chose mais aux USA et sans doute en ultra pourri. Parce qu'en plus d'être incapables de mater des films en VO, les ados décérébrés auxquels ce film est destiné doivent rechigner à mater des films dont l'action se déroule en dehors des States.

    RépondreSupprimer
  7. Ouaip, c'est la technique dite du "Luc Besson", foutre les nibards d'une connasse dans le trailer pour faire claquer dix eus à la France d'en bas.

    RépondreSupprimer
  8. haha,et quel cul oui! je l'aime bien elle!!

    RépondreSupprimer
  9. Là, ça y est, je suis tout fou. Je suis incontrôlable. Je suis en feu. On fire. En fuego. Renault 18.

    RépondreSupprimer
  10. Heuuu...moi j'aime bien Death Cab for Cutie ! ^^ (et le cul de cette donzelle)

    RépondreSupprimer
  11. La dernière phrase de ma critique de And Soon The Darkness est accidentellement devenue la préquelle de tout ton bel article.
    Pas fait exprès. J'ai même pas mis la même photo mais normalement c'est le même joufflu.

    RépondreSupprimer
  12. Ok, tu parlais donc de ta critique sur le forum de Mad Movies. :)

    RépondreSupprimer
  13. si si, Unborn est sortit en salle, j'ai eu la malheur d'y aller...

    RépondreSupprimer
  14. Odette Yustman joue un rôle de fille facile dans ASSOOOOOOOOOOONtheDAKNEEEEEEEEEEEEESS!!!!!!!! Elle y est donc inintéressante et infecte. Amber Heard incarne une fille bien sous tout rapport, une fille sur qui on peut avoir confiance, une fille qui fait triquer donc ... Pour l'intrigue, c'est la salope qui se fait enlever et c'est la blonde qui la recherche (si la blonde s'était fait enlevé, la brune facile ne l'aurait pas cherché). Voilà. Il n'y à voir dans ce film qu'une scène de deux jolies filles en bikini au bord d'une rivière. J'ai posté les photos sur mon blog : http://doncacte-nonmais.blogspot.com/2011/08/zombieland.html

    RépondreSupprimer
  15. J'ai hésité à le prendre, c'était 20 euros pour 2 dvd achetés et il y avait And soon the Darkness dans les choix. Pas pris car autant Amber Heard c'est top niveau plastique, autant c'est flop niveau qualité des films où elle officie.

    RépondreSupprimer
  16. Je pense que tu as bien fait ! :)

    RépondreSupprimer
  17. Cutar, le gros queutard des culs !29 juin 2012 à 14:56

    Ca manque de tofs de culs !

    RépondreSupprimer