7 mai 2008

Le Péril Jeune

En 1995 Cédric Klapisch débarque sur les grands écrans du festival de Venise avec Le Péril jeune. Dès l'annonce de sa sortie dans les journaux le film fait fureur, c'est le scandale tant redouté, un véritable remue-ménage dans la société française. En effet un journaliste mal avisé de France-Soir fait une coquille et publie dans les gros titres : "Voici venir le nouveau film de Cédric Klapisch : Le Péril jaune. Klapisch ou le film de la maturité, Cédric pelloche contre le communisme". Et quel film puisque, doit-on le rappeler, Le Péril jeune était un long métrage de haute volée sur la jeunesse, fustigé par le lauréat du Lion d'Or de la Mostra de Venise 1997 (soit deux palmarès plus tard) à savoir Takeshi Kitano. Ce dernier remportait la récompense suprême pour son film Hana-Bi, un remake sentencieux du fameux Hannah et ses soeurs de Woody Allen dans lequel l'acteur Japonais Tetsu Watanabe faisait des pieds et des mains pour reprendre au pied levé un rôle tenu de main de maître par Carrie Fisher dans la version originale tandis qu'à ses côtés Takeshi Kitano lui-même se chargeait de prendre les traits de Mia Farrow sous un maquillage qui n'aura laissé personne de marbre à Venise, la ville sous-marine. Takeshi Kitano, en recevant son Lion d'Or de deux mètres par trois lourd de plusieurs tonnes, fustigeait le film de haute voltige de Klapisch en ces termes: "Terriblement traumatisé par la fin du film de Cédric Klapisch et la paralysie d'un de mes collègues, blessé au cours d'une fusillade, je me retire de la vie cinématographique. En 1995, après avoir vu le film de Klapisch, j'ai commis un hold-up pour soulager les misères de ceux qui m'entouraient. La sérénité du dernier voyage que je vais entreprendre avec ma femme vers le mont Fuji, sera brisée par le souvenir de Cédric Klapisch". C'est en tout cas ce qu'a traduit un intérimaire du discours de remise de prix de Takeshi Kitano devant un parterre de professionnels de la profession tous plus stupéfaits les uns que les autres. En Japonais dans le texte ça donnait quelque chose comme : "Kikujirô no natsu". Certains contestataires écrivirent des critiques oriflammes pour dénoncer l'incapacité des traducteurs simultanés de la Mostra de Venise édition 1997 en prétendant que Kitano n'avait fait que donner de but en blanc le titre de son prochain film : Kikujirô no natsu. L'affaire est rentrée dans l'ordre quand le film en question est sorti en France en 1999 sous le titre L'été de Kikujirô, levant ainsi le doute quant à la traduction faite à Venise, manifestement plus proche de la réalité.


Le Péril Jeune de Cédric Klapisch avec Romain Duris, Vincent Elbaz et Nicolas Koretzky (1995)

4 commentaires:

  1. Avec les 40 ans de Mai 68, ça pourrait être un film de circonstance, mais en fait non.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, surtout l'intervention de Takeshi Kitano !

    RépondreSupprimer
  3. Christian Trin-Duc24 octobre 2011 à 01:08

    Les gens pensent que c'est de ce film que vient la réplique "Parce que transatlantique", alors que cette réplique existait bien avant le naufrage du Titanic.

    RépondreSupprimer
  4. Un café avec 5 pailles madame. Vous voulez pas sucer mon pote pendant que je vous encule ?

    RépondreSupprimer