9 mai 2008

Antartica, prisonniers du froid

Je mets tout de suite les choses au clair : OUI, je fais effectivement partie des 100 chanceux qui ont eu le privilège d'assister à l'avant-première du film Antartica, dans un multiplexe Gaumont parisien. Et OUI, cette avant-première eut effectivement lieu en compagnie de l'équipe du film ! Et quelle joie ! Quelle joie de pouvoir regarder ce film unique entouré de ces 8 huskys d'exception, bel et bien présents dans la salle et qui ont même failli étouffer sous le poids de nos caresses, tandis que la starlette Paul Walker connaissait une soirée bien tranquille.

Les huskys étaient heureux, ils étaient beaux. Après avoir traversé le froid polaire, combattu des ours blancs lubriques, survécu aux terribles avalanches du grand Nord et tiré un trait sur leur libido pour temporairement dire "oui" à l'homosexualité, nos huit husky préférés étaient là, parmi nous, à fêter la sortie de ce film superbe retraçant avec fidélité leurs aventures (à partir de témoignages effectués par les huskys eux-mêmes et traduits du husky par un éleveur mondialement réputé pour chuchoter à l'oreille des huskys). Tout cela après 8 mois de tournage harassant, où ils durent chacun d'eux assurer leurs propres rôles, sans rechigner, et sans changer une ligne d'un scénario tragique qu'ils ne connaissaient que trop bien. Ainsi, vous trouverez leurs rôles mentionnés de la sorte sur les sites spécialisés en cinéma :
Ebu as Himself (Husky #1)
Ekoli as Himself (Husky #2)
Skoundar as Itself (Husky #3)
Kourou as Himself (Husky #4)
Leonidas as Himself (Husky #5)
Vlark the Grey as Himself (Husky #6)
Brise-le-vent as Himself (Husky #7)
Perce-neige as Herself (Husky #8 )


De gauche à droite : Paul Walker, Perce-Neige et Vlark the Grey

Comme je sais que vous êtes de gros gourmands, je vais tout de suite vous raconter le pitch du film. Paul Walker, aka le guide polaire John Sheppard, a besoin de huit chiens de traîneau de légende pour effectuer une mission scientifique de type 'extreme and loudness'. Effectivement, dans cette zone insalubre et hostile de notre planète, le seul moyen de locomotion possible est le traîneau, tiré avec enthousiasme par nos amis : les fameux huskys. Après une audition de 21 jours et 22 nuits, Paul Walker sélectionne huit huskys de feu et débute le voyage. Une nuit, Paul Walker subit l'assaut d'une bande organisée d'esquimaux rancuniers. Il en abat deux sur quatre mais voit les huskys fuir sous ses yeux, effrayés par tant de violence. Paul Walker regagne sa base et lance une grande campagne de recherche des huskys perdus, par des moyens modernes tels que des satellites. Pendant ce temps, nous suivons la survie de ces huit huskys qui, peu à peu, apprennent à vivre en société et s'organisent pour mieux lutter contre les dangers...


Habitué aux partenaires de charme dans les Fast & Furious, Paul Walker n'était pas en reste avec la belle Perce-Neige

Proche cousin du loup, merveilles au pelage blanc, gris, noir, beige et marron ; le husky est porteur d'yeux d'émeraude à la vue perçante (ils seraient capables de dégommer une otarie à 50m), d'un aérodynamisme rare ainsi que de 6 sens si éveillés qu'une célèbre anecdote raconte que ce sont eux qui auraient inspirés la série télévisée Le Sentinel (où un canadien sans talent parvient, à la seule gloire de ses huit sens exacerbés, à grimper les échelons de la police new-yorkaise, s'en foutre plein les fouilles et résoudre des énigmes "Godlike"). N'y allons pas par quatre chemins : le husky est clairement mon animal de type chien (c'est à dire avec 4 pattes et 1 truffe froide) préféré. J'ai à plusieurs reprises tenté d'en louer un, puis, suite au refus systématique des loueurs de husky, j'ai voulu en prendre un de force à une famille esquimaux dont l'animal représentait la seule richesse. Malgré la mise à feu de leur iglou, le vol de leur réserve en viande et la prise en otage de leur fille aînée, la famille esquimaude a résisté et j'ai dû momentanément dire adieu à mes espoirs. Je me suis alors retourné vers un chien de race bleu, d'un profil plus proche de l'aiglon mais dont la couleur du poil n'était pas sans rappeler celle du fameux husky, animal de mes rêves. La brave bestiole combla mon manque durant trois mois et, après l'avoir involontairement légué à une famille de gitans sur une aire d'autoroute, je n'eus plus jamais de nouvelles de mon bleu nommé Cascadeur (car il assurait ses propres cascades, même de périlleuses chutes dans les escaliers). Ce n'est que très récemment que j'ai pu acquérir un vrai husky, le bien nommé Iced Tea (car le thé glacé est la seule boisson qu'il daigne boire), pour la somme de 2000 € (ceci explique cela). Ça va bientôt faire 1 mois que nous vivons en harmonie, je le nourris de sardines et il me procure cette douceur et cette délicatesse dont j'avais tant besoin, et que je n'ai jamais pu trouver chez Cascadeur. Non, il n'y a vraiment pas à dire, le husky est un animal unique. On est très loin du labrador, vil et peureux, qui n'est mignon qu'à sa période chiot.


Le couple désormais inséparable, ici lors d'une avant-première où les flashs incessants gênaient l'animal

Revenons à présent au film. C'est le réalisateur Frank Marshall qui s'est attelé à la mise en image de cette histoire qui fait partie de ces "inévitables anecdotes" que les esquimaux se plaisent à raconter entre eux en dépeçant avec sauvagerie des baleines échouées sur la banquise. Un véritable mythe du cercle polaire. Frank Marshall, sans même le savoir, était cerné de toute part par des esquimaux à cran. Il a su faire fi de tant de pression et a bien assuré le boulot. Le film est bien écrit, bien exécuté et Paul Walker (qu'on avait déjà pu voir dans les incontournables Fast & Furious) trouve ici le rôle de sa vie. Un vrai régal d'1h30, un futur classique, un remake supérieur à l'original, à voir en famille ou entre chiens. On est tour à tour émerveillé, ému, effrayé mais surtout décontenancé. Une œuvre à part, définitivement culte et déjà inscrite dans le marbre. Les huskys sont formidables et, je le précise car ce phénomène est hélas très rare : à la fin, nous sommes pour une fois très content que le film se termine en happy-end.

Je fus honoré de pouvoir toucher le poil soyeux de Perce-Neige, leader de la meute, et je fis la fête à Iced Tea en rentrant chez moi. Le bougre m'avait fait une farce : il s'était amusé à éparpiller toutes mes chaussures.


Antartica, prisonniers du froid de Frank Marshall avec Paul Walker et huit huskys (2006)

12 commentaires:

  1. Moi je l'ai vu et à aucun moment je n'ai été touché par les clébards, mais de base je suis vachement plus centré sur tout ce qui est chat (quatre pattes et des moustachios), alors c'est sûr j'ai du passer à côté du film.

    RépondreSupprimer
  2. Matthieu Malouines9 mai 2008 à 17:08

    Tu parles admirablement du meilleur ami de l'homme !
    Pourrais-tu, je te prie, écrire une critique d'Underdog (chien volant non identifié) ?
    Je suis moi-même un fana des toutous et j'espère assiduement et avec ferveur que tu me donnât envie de voir ce movie de pelloche.

    RépondreSupprimer
  3. Dommage que Fend-la-Bise n'ait pas été retenu lors du casting. C'est injuste, c'était le meilleur acteur de la troupe, mais il était un brin trop hargneux au goût de Paul Walker. Son mollet s'en souvient mais Fend-la-Bise n'est pas un chien très tactile.

    RépondreSupprimer
  4. Mais euh, il y a déjà eu un antartica, c'est un remake ? Je comprends plus rien.

    RépondreSupprimer
  5. En effet, c'est le remake d'un film japonais sorti en 1983.

    RépondreSupprimer
  6. Quoi, le film ? ou mon article pourri ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est nul, c'est d'être à ce point une grosse feignasse pour ne pas écrire un mot aussi court que le verbe être conjugué au présent de l'indicatif. Même chose pour la majuscule en début de phrase et la ponctuation en fin de phrase.

      Supprimer
  7. Superbe article où transparaît un véritable amour pour ces chiens

    RépondreSupprimer
  8. RIP Paul Walker, aka Paul Marcheur en français.
    Son meilleur film, de loin, c'est bien Antartica! Loin devant les Fast and Furious!

    RépondreSupprimer
  9. Les chiens aux yeux marron me semble t il sont des chiens de canaan et non des husky. Ils vivent en Israël dans le désert. C est l une des races de plus anciennes. On en parle dans la bible. C est un chien de meute comme son cousin le.husky. Il est territorial, c est un excellent gardien.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ces infos, Jean-Marc :)

    RépondreSupprimer