15 janvier 2012

Mission : Impossible - Protocole Fantôme

On dit très souvent à propos de ce nouveau Mission Impossible qu'il s'agit du meilleur film de la série. Alors oui, certes, trêve de suspense, je suis entièrement d'accord, ce quatrième volet est clairement au-dessus des autres. Mais est-ce que ça veut vraiment dire quelque chose ? A mon sens, non, du tout ! Qualitativement parlant, la franchise Mission Impossible est davantage à rapprocher des Fast & Furious que des Die Hard, Indiana Jones ou autres Armes Fatales. Cette franchise n'est pas du tout fondée sur un ou deux bons films, non, elle est seulement le véhicule d'une méga-star toute puissante, j'ai nommé Tom Cruise, qui semble adorer plus que tout autre chose que l'on fasse de lui l'égal d'un demi-dieu aux capacités physiques et cognitives proprement outstanding !


L'acteur assure ses propres cascades !

Je fais donc partie de ceux qui ont cru contempler la Mort droit dans les yeux pendant toute la durée du premier volet signé Brian De Palma. Heureusement que je n'avais pas d'objets contondants à portée de main... Quant au numéro 2, que dire ? A moins d'adorer les fientes de colombes et les pirouettes en motocycles, il faut vraiment ne pas être très regardant sur la marchandise pour se satisfaire d'un spectacle si proche du néant. Une mascarade imbuvable mise en boîte par un John Woo littéralement pris en otage, qui conserve encore aujourd'hui sur sa tempe l'empreinte du fusil à canon scié de Tom Cruise, la vedette tyrannique, particulièrement déchaînée dans ce misérable opus. Plus récemment, le M:I-III (prononcer "M two pownts aïe slash aïe aïe aïe" par ses nombreux détracteurs) de JJ Abrams a tenté de relancer la saga en l'orientant davantage vers le thriller hard-boiled, dans un festival de scènes d'action sans queue ni tête durant lesquelles Cruise sue sang et eaux et rebondit sur des bagnoles en CGI pour sauver Michelle Monaghan. Michelle Monaghan ! Pas terrible la girlfriend de Dieu... Si j'étais lui, elle aurait une toute autre tronche, croyez-moi ! Mais revenons donc à ce quatrième épisode...


A part quand il s'agit de cascades risquées.

M:I-4. Mission deux points Impossible petit tiret quatre. Blague à part : je n'ai jamais compris ce choix typographique. Quand je lis "M:I-4", ça débouche forcément sur un dialogue intérieur inextricable avec moi-même, de quoi me pourrir une après-midi : "Alors cette mission, dis m'en un peu plus ? - Non cherche pas, elle est impossible. - Alors à quoi bon, tocard ? Et on soustrait quatre, c'est ça ? Mais quatre quoi ? Et soustrait à quoi ? - Laisse pisser... - Mais pourquoi ? Pourquoi ?". C'est un smiley peut-être ? Ou plusieurs smileys ? C'est un smiley, c'est ça ? Ou bien, la mission est impossible mais moins quatre, ce qui fait qu'elle est tout de même plus facilement réalisable qu'une mission impossible à laquelle on aurait seulement soustrait deux ou trois. Si mon raisonnement se tient, plus on avancera dans la saga, plus les missions seront possibles. La seule mission réellement impossible était donc celle du film de Gérald de Palma, qui s'intitulait simplement Mission : Impossible. Mais c'est une théorie qui ne me convainc pas totalement, car la bête logique hollywoodienne irait plutôt dans l'autre sens. Bigger, louder, stronger. La théorie du smiley me semble plus crédible. Un smiley très bizarrement coiffé, avec un bec de lièvre... Je ne sais, je ne sais, mais ça me fait du bien d'en parler.


Visez un peu son oreille ! Un clin d’œil à Ratatouille ?

Mission Impossible 4
(laissons de côté la ponctuation) est un honnête blockbuster. Un gros film d'action à l'ancienne, préférant les vraies cascades aux CGI à tout-va et parsemé de quelques scènes très efficaces (celles à Moscou et Dubaï). Ce film aura même le don de vous scotcher à votre fauteuil à plus d'une reprises si vous êtes une personne encore impressionnable et, surtout, si vous n'êtes pas définitivement las des acrobaties de la vedette d'1m50, car une chose est claire : en cas d'allergie à Tom Cruise, passez votre chemin ! L'acteur à la carrière chancelante misait gros sur ce film et il fait strictement tout pour se mettre en valeur dans la peau de ce surhomme à l'intelligence infaillible et au courage hors-norme, un héros comme on en voit plus beaucoup. Cela pourrait être seulement ridicule si l'acteur n'avait pas ce charme particulier et désormais si familier qui opère plus ou moins selon le public visé et s'il ne savait pas su bien s'entourer. Plus que dans tous les autres épisodes de la saga, l'équipe de choc est ici assez mise en avant et fonctionne plutôt bien. Pour une fois, le très british Simon Pegg apporte quelques petites touches d'humour assez bienvenues. C'est même la première fois que cet acteur m'est sympathique, lui que je trouve d'ordinaire si pégeux. Jeremy Renner a lui bien du mal à exister aux côtés de Cruise et Pegg : il est le faire-valoir du premier et la marionnette impuissante du second. L'athlétique et féline Paula Patton apporte quant à elle un atout charme non-négligeable à l'ensemble, tout particulièrement visible lors d'une scène où elle apparaît dans une robe moulante et très échancrée qui laisse peu de place à l'imagination. D'un autre côté, le capital foncier imposant de Léa Seydoux, soit la foule présente en permanence à son balcon, est à peine exploité, et l'actrice française ne ressort pas spécialement grandie de cette escapade hollywoodienne.


"Cacher ma gaule..."

On ressort de ce long divertissement assez rassasié. On regrettera toutefois que le dernier tiers du film soit nettement en-deçà. Au lieu de finir en apothéose, le spectacle donne ainsi l'impression de s'essouffler quelque peu. On regrettera aussi que le grand vilain soit campé par un acteur sans aucun charisme et que ses motivations soient vraiment ridicules (comme c'est d'ailleurs une habitude dans ce genre de films, et tout particulièrement dans ces films de super-héros auxquels MI4 ressemble à s'y méprendre étant donné la nature surhumaine de son imposant héros). Quant à la "patte" Brad Bird, j'ai pour ma part bien eu du mal à la déceler, à part peut-être lors du générique, assez plaisant et tout droit sorti des studios Pixar. Mais ne vous y trompez pas : MI4 reste avant tout un produit manufacturé et taillé sur mesure pour la gloire de sa star infatigable et omniprésente. Rien ne dépasse, tout est calculé au micromètre, pour un usage unique et, ma foi, plutôt satisfaisant. Succès critique et public assuré en ces temps de disette de grands spectacles hollywoodiens. Pari réussi pour la star. Un cinquième volet ne devrait pas tarder à voir le jour.


Mission : Impossible - Protocole Fantôme de Brad Bird avec Tom Cruise, Paula Patton, Simon Pegg et Jeremy Renner (2011)

24 commentaires:

  1. :D

    Simon Pegg est pour moi le prototype même du moko humain.

    RépondreSupprimer
  2. Sous sa tof, j'ai hésité avec la légende : "Moi, fin décembre 2011, rattrapant mon retard pour établir un top 2011 digne de ce nom !".

    RépondreSupprimer
  3. Fameux article, une nouvelle fois, le talent est là, y'a du taf, y'a du matos, sur les dernières "chro" de ilaosé

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien envie de le voir. Je pense que c'est une bonne merde. Genre "ça reste une merde mais jme suis régalé".

    RépondreSupprimer
  5. Pour lire un chouette avis, plus enthousiaste que le mien, je conseille la critique de nos collègues Rick & Pick :
    http://ricketpick.wordpress.com/2012/01/17/film-critique-mission-impossible-4-protocole-fantome-de-brad-bird-action-action-et-action-sans-crise-depilepsie-une-reussite/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Félix !
      Enthousiaste oui... Et pourtant, on avait presque un a priori négatif, on l'avoue... Souvent déçu par ces films où tout est surenchère... Mais celui-ci, tout en étant respectueusement classique dans la forme et la structure du film d'action, scotche littéralement : un tout petit peu un poil un chouya (?) trop long mais TRES divertissement !
      Rick

      Supprimer
  6. vous avez vraiment un gros grain!

    RépondreSupprimer
  7. Super film d'action, ça faisait longtemps que j'en avais pas pris plein la vue comme ça !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai vu Mission Impossible 4 au cinéma, c'est une misérable daube. Tu oublies les pruneaux, la sauce et la viande bien cuite, tu gardes que le brûlé de la cocotte. Des dialogues merdiques, aucun semblant d’humour, une histoire à t’en faire des nœuds à chaque centimètre d’intestin grêle (et il fait à peu près 7 mètres, je vous laisse imaginer le bordel…) et Tom Cruise malheureusement fidèle à lui-même… Sans compter non plus sur l’esthétique à couper au couteau de boucher, des ralentis à t’en bloquer la circulation, des zooms façon fight club à t’en faire déloucher un Jean-Paul Sartre. Bref, tu sors de là, t’as perdu la vue, l’ouïe, tu suffoques, tu pleures même, et ton sang refuse de continuer à circuler tant le traumatisme a été rude. Film à éviter donc, selon moi.

    RépondreSupprimer
  9. Très drôle ce que vous dites sur le titre !

    MI4 est pour moi l'un des meilleurs films d'action que j'ai pu voir au cinéma ces dernières années. Si il a des défauts (le flashback au début, l’épilogue trop sentimental...), le positif l'emporte et j'ai trouvé qu'il renouait avec l'esprit de la série, fait principalement d'infiltration (et je dois dire qu'on a son lot dedans, comme la scène au Kremlin, jouissive !) et de travail d'équipe. Ca en fait un film très efficace, avec quelques scènes très spectaculaires (la tempête de sable et sur la tour de Dubaï où j'ai vraiment eu le vertige !), et pas mal d'humour, grâce à Smon Pegg. J'ai vraiment passé un bon moment ! Puis la robe de Paula Patton, quand même...

    Je ne suis toutefois pas d'accord avec vous sur l'absence de touche propre à Bird. Peut-être question photo n'y a-t-il rien de différent. Mais il se démarque par quelques éléments (la caméra emportée lors de l'accident avec le ministre). Surtout dans la mise en scène et la façon qu'il a de jouer avec ses personnages manipulés et "animés".

    Pour le méchant, le fait qu'il soit transparent est justifié par l'intrigue puisqu'il est insaisissable. Je trouve même plus menaçant que Hoffman dans le précèdent par le fait qu'il peut être partout sans qu'il soit vu.

    RépondreSupprimer
  10. Vu hier. C'est sans doute le meilleur de la série oui. Mais ça reste une belle merde. L'histoire est nulle (ce méchant inexistant qui veut raser la Terre à coups d'ogives nucléaires pour instaurer la paix...), les histoires entre les personnages aussi (la bonnasse qui a perdu son copain et qui veut le venger en tuant Léa Seydoux, l'autre grosse tête ronde de port-de-boucain de Démineurs, Jérémie Renner, qui n'ose pas dire à Tom Cruise que c'est à cause de lui que sa copine hideuse est décédée et qu'il s'en veut peuchère), les scènes d'action sont soit molles (celle du Kremlin avec cet écran miroir à la con, la toute dernière, directement issue d'un jeu vidéo de plateforme dans une usine automobile, on nous avait déjà fait le coup dans Minority Report), soit tellement invraisemblables (à Dubaï, où Tom Cruise est au-delà de Dieu et de James Bond réunis), qu'elles lassent assez vite. Bref ça se regarde, c'est fait pour, mais alors c'est vraiment pas glorieux... C'est adapté d'une série télé, c'est une série ciné, le générique d'ouverture, assez hideux, est typiquement celui d'une série d'ailleurs, et c'est aussi creux et prenant que la plupart des trucs de télé, avec des milliards de dollars en plus pour essayer d'impressionner. Oublié dans la demi-seconde qui suit, voire pendant.

    RépondreSupprimer
  11. Voire pendant oui, j'ai réussi à m'endormir en plein milieu. Et quand je lis que le dernier tiers est en deçà du reste... :/
    J'aime bien Jeremy Renner par contre, pas son rôle, mais sa présence. Ou disons qu'il est bien en comparaison de Tom Cruise, épuisant de perfection. Puis à trop vouloir en faire (dans les cascades, les situations, les dialogues, les gadgets), finalement rien ne tient, on n'y croit pas une minute, de la cascade improbable sur la tour aux petites blagues de Pegg au Kremlin (aucun agent secret digne de ce nom et apte au service aurait un comportement aussi peu professionnel :p), en passant par le gadget "trop c'est trop" de l'écran dans le couloir. La vraisemblance n'est jamais un impératif dans ce genre de film, mais tout de même... Enfin bref, c'est à chier :)

    RépondreSupprimer
  12. Moi je me souviens avoir bien aimé la scène d'infiltration au Kremlin, avec un gadget pas si incroyable que ça. Le reste avait plutôt su me divertir et me faire oublier l'espace d'une centaine de minutes la parotidite dégueue que je me trimballais ce soir-là, malgré tous les gros défauts évidents dont vous parlez, et qui peut-être sont mieux passés au cinéma, tout désireux que j'étais d'en prendre plein la vue. J'étais si ouvert que même Simon Pegg a su me faire sourire. Je m'en souviens, car je m'étais choqué moi-même.

    RépondreSupprimer
  13. Sydney Bristol5 avril 2012 à 13:37

    En fait le problème du "gadget" de l'infiltration au Kremlin n'est pas qu'il est incroyable (il y largement plus improbable dans l'histoire des gadgets), c'est plutôt que l'idée est bien vue mais qu'au final ça ne rend pas grand chose. Ca donne même le sentiment de quelque chose de "petit" parce que ni le réal (visuellement parlant) ni les personnages pris dans l'action n'en font grand chose, c'est con, reste l'idée mais sans l'effet.

    RépondreSupprimer
  14. Sidney Bristow aka Nônon Cocouan5 avril 2012 à 13:49

    En fait le seul intérêt de cette scène (où donc Tom Cruise et Simon Pegg mettent face à un garde russe une sorte d'écran-miroir qui adapte son reflet à ses déplacements et qui représente le couloir qu'il a face à lui, dissimulant donc les agents de Mission Impossible planqués derrière l'écran à sa vue), son seul intérêt à mes yeux c'est que c'est une métaphore inconsciente de ces gros films d'action hollywoodiens qui nous mettent littéralement face à une image ultra calibrée, d'une précision absolue, adaptée à notre regard et vouée à ne surtout pas nous surprendre, qui ne représente que parfaitement ce que l'on connait par cœur, nous donnant finalement à admirer le vide :D

    RépondreSupprimer
  15. Pas mal du tout ce moviez! Un bon gros film d'action pro-amérique (le Kremlin est dévasté, LA est sauvée) ET pro-amitié américano-russe malgré tout, pro-LOST (l'acteur qui jouait Sawyer se "fait" l'intro du film) et anti-LOST (il y meurt), pro-vieux (Tom Cruise a quel âge maintenant ?) et pro-nouveaux riches (Dubaï plutôt que Paris comme cadre). Un générique d'intro presque aussi pourrrrrrri que ceux de La Vérité 3 et The Girl With The Bad Generic Clip. Mais putain ça passe à l'aise, ça se mate trop bien. Et quand Cruise plonge de dix étages avec sa bagnole en marche avant, on se régale de le voir se rétamer. Ca reste une grosse merde mais c'est de la balle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même super mauvais non ? Même dans le genre je trouve ça raté.

      Supprimer
    2. Moi, je ne supporte pas Tom Cruise. Donc, c'est niet.

      Supprimer
  16. Pas aimé le 1, jamais. J'ai aimé le 2 un temps, en sortant de la salle, j'avais envie de faire des tonneaux avec ma clio 1, juste pour voir ce que ça fait en vrai, tellement ce film m'avait mis la pêche ! Mais quand je l'ai revu sur TF1, que je fus déçu... En comparaison, le 3 m'a paru beaucoup mieux, plus sombre, plus axé sur la petite vie personnelle du héros. Et ça reste le meilleur pour moi, parce que je viens de voir le 4, et il n'y a que l'affiche de bien dans ce film. Méchant absent, course aux ogives ultra-périmée, invraisemblance des gadgets et des situations qui commence à être vraiment gênante (le wagon ultra-secret, putain, comment une idée aussi conne a pu être acceptée ?), et surtout, surtout, il il faut arrêter avec les twists à base de "on a retrouvé son corps, enfin, ce qu'il en restait...", on le devine tout de suite qu'elle n'est pas morte bordel de bordel !!! Meeerdeuh !!

    RépondreSupprimer