25 janvier 2012

Les Marches du pouvoir

Ce film-là c'est typiquement celui que nous regardons chacun de notre côté, et chacun avec sa tchotcha (vu les acteurs en présence). Chacun se dit "je ne vais pas en parler à l'autre, sinon il ne le verra jamais", et puis une fois que l'autre l'a vu aussi, on se réunit pour en causer ensemble sur le blog, parce qu'en parler tout seul c'est pas jouable, ce serait trop laborieux, autant que le film. Ce film-là c'est la rencontre de deux beaux gosses, à l'image des deux auteurs de ce blog se retrouvant pour en causer. D'un côté Ryan Gosling, l'homme à tout faire de 2011 : garagiste dans Drive, psychopathe dans Love & Secrets, déménageur dans Blue Valentine, pigiste indé sur CE, blond platine, 90-60-90, mannequin Gillette, deuxième homme le plus sexy du Monde selon Esquire après Bradley Cooper aka Glue3, bref la totale. L'acteur a un parcours tout tracé, dans dix ans il aura son premier Oscar pour un film sur la trisomie, dans vingt ans il aura son premier rôle de manager d'équipe de baseball, dans trente ans il jouera en guest un macaque vieillard dans le 19ème épisode de La Planète des singes, dans quarante ans il passera pour la première fois derrière la caméra pour filmer un biopic lent sur Thom Yorke ou Neil Young et il ne finira pas son chef-d’œuvre parce qu'il crèvera entre temps.


The Driver s'est paumé dans un meeting politique et il se fait chier autant que nous

En face et aux manettes, George Clooney, le Obama blanc. Le seul homme qui a dû dire non à une journaliste latino qui en pleine interview filmée et pendant qu'il répondait à la question : "Alors vous avez joué dans Kung-Fu Panda 2, pas trop dur d'incarner un panda ?", lui a mimé une grosse pipe en poussant à intervalles réguliers l'intérieur de sa joue avec sa langue. Colin Farrell's way... Clooney a été obligé de dire non et de faire un mouliné avec les bras pour signifier "tout à l'heure" avant d'enchaîner sur la question suivante : "Alors ? Vous avez joué dans Cars 2, pas trop dur de doubler une bagnole ?". Clooney c'est l'homme qui a voulu être le Cary Grant des années 2000, mais son meilleur rôle reste celui de Monsieur Nespresso, dommage pour lui. Cet homme aux allures d'ambassadeur s'est octroyé le rôle du président démocrate dans The Ides of march, titre original, assez malin et tape-à-l'œil qui désigne en anglais le jour où Jules César s'est fait assassiner (vient du latin Idus Martii), sauf que c'est Ducon qui s'est collé à la traduction française et qui, après avoir suggéré "Les Idées de Mars", s'en est tenu à un plus terre-à-terre Les Marches du pouvoir.


Les deux sextoys humains de l'année sont contents d'eux, mais Dieu sait qu'il n'y a pas de quoi !

Qu'en est-il donc de ces Idées de Mars ? Un thriller politique de grand-père qui croit nous apprendre la vie et qui veut nous rencarder sur les coulisses du jeu politique où tout le monde est pourri et où c'est blanc bonnet, bonnet blanc. A d'autres Clooney, à d'autres... Comme toujours quand Clooney réalise, grooooooos problème de rythme à la clé. On suit le film parce qu'il n'est pas inintéressant et parce que les acteurs sont là, mais tout ça est terriblement mou du genou et les temps morts durent une heure et demi. Reste un script où Clooney, qui aime à faire des films à charge, semble faire part de ses désillusions politiques d'homme de 60 balais qui a paumé ses rêves d'adolescent et qui "en est revenu". Clooney ne votera peut-être pas Obama, dont il reprend les codes visuels de campagne, vu ce qu'il met dans la tronche du parti de son cœur avec cette histoire de blackmailing à tout-va. "Tous pourris" nous dit Clooney ! Ton film aussi !


Les Marches du pouvoir de George Clooney avec George Clooney, Ryan Gosling, Paul Giamatti et Philip Seymour Hoffman (2011)

18 commentaires:

  1. On aurait pu faire une affichographie de ce poster hideux, qui veut que Clooney et Gosling soient les deux faces d'une même pièce, l'un prenant la relève de l'autre en tant que gros gode du genre humain :)

    RépondreSupprimer
  2. Trop bonne critique ! Le paragraphe du milieu sur Coolney, Cool-Ni, est un régal. J'ai cependant du m'interrompre deux ou trois fois en le lisant, à chaque fois au milieu d'une phrase, pour éviter de pouffer comme un dératé alors que ma collègue pince sans-rire fouinait du côté de mes pénates. J'aime pas trop qu'on renifle mes roupettes, lâche moi les baskets sale muge !

    RépondreSupprimer
  3. Full support !!

    Et le coup de la meuf qui se suicide...

    C'est vraiment trop des bourreaux des coeurs ces deux zboubs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La meuf qui se suicide c'est bien con oui..

      Supprimer
    2. Ahlala le système de santé sous Obama c'est toujours pas ça ! Devoir gratter 200 pesetas à un gouverneur pour se faire retirer un mini-Georges du bidou...

      Supprimer
  4. Je l'ai vu dans un petit cinéma de quartier : à l'affiche c'était traduit "Les Idées de Georges Marchais"... Inutile de vous dire que le film a fait un bide. Je crois que quelqu'un a voulu lui nuire (à Marchais plus qu'à Clooney d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
  5. Je suis content que vous ayez parlé de ce film. Je ne l'aurais jamais regardé.

    J'adore la fin de la bio sur Ryan Gosling. C'est du grand art, Félix et Rémi.

    RépondreSupprimer
  6. vous avez aimé le regard caméra final de Ryan Gosling?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autant que le regard caméra d'une plombe de Clooney à la fin de Michael Clayton, c'est-à-dire très peu..

      http://ilaose.blogspot.com/2008/02/michael-clayton.html

      Supprimer
  7. Joe "The Commzer" G.9 février 2012 à 15:41

    Je viens de le voir. Tout le long j'entendais la BO de Drive. A un moment, Gosling conduit la fille se faire avorter, en voiture : boner. J'entendais la BO de Drive. Quand Gosling retrouve Clooney dans une cuisine déserte de nuit, j'ai cru qu'il allait le défoncer au marteau et changer le rythme du film : boner instadélété par la non-apparition du marteau, mais j'entendais encore la BO de Drive. Tout du long, Gosling criait de ses yeux amorphes qu'il ne pourrait jamais avoir un oscar qu'en jouant (sans forcer) un gros triso. Son personnage parle beaucoup dans le film mais avec une façon très "mongolienne" si vous me permettez l'expression, et du coup j'entendais rien de ce qu'il racontait, j'entendais la BO de Drive. Bon film sinon, bonne merde.

    RépondreSupprimer
  8. Joe "The Commzer" G.9 février 2012 à 15:42

    PS : Hey Général VOD, t'as pas l'air d'avoir bien vu le match à la télé parce que ce "super" film il vient de se faire botter le cul.

    RépondreSupprimer
  9. Ahah !

    Meilleure série de deux comz ! Josh. Chez Lepers y'a le 4 à la suite, toi tu viens d'enculer le 2 à la suite at ease !

    RépondreSupprimer
  10. Honnêtement je l'attends avec impatience ce biopic de Gosling sur Thom Yorke, ces deux bâtards font du foutu bon son !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sais-tu si Gosling va sortir un nouvel album au fait?

      Supprimer