8 janvier 2012

La Guerre est déclarée

Il paraît qu'il ne faut pas dire "C'est de la merde" mais bien "Je n'ai pas aimé", parce qu'il faut être tolérant et respecter l'avis des autres. Je peux donc le dire, je n'ai pas aimé ce film de merde ! Arf, au temps pour moi. Repartons sur des bases saines, par exemple sur la façon dont j'ai vu ce film : au bout d'une demi heure j'ai pressé la touche "Stop", pris d'une sensation semblable au malaise vagal (auquel je suis facilement sujet) devant cette ambiance d'hôpital et ces discussions à propos de l'asymétrie faciale de l'enfant sur le point de subir un examen du cerveau pour cause de tumeur maligne. Le film ne montre rien de vraiment dérangeant ou d’écœurant mais je suis ainsi fait que l'hôpital et la maladie me donnent rapidement des vertiges et la colique. Aussi ai-je éteint ma télé avec un haut-le-cœur de tous les diables. Mais je crois que cette envie de me vider de ma bile était double. L'origine était vagale certes, mais intellectuelle et rétinienne de surcroît. Car ce film m'a révulsé à chaque instant. Je suis allé au bout de l'insoutenable Cris et chuchotements, où Bergman ne se prive pas pour filmer en plan séquence une malade qui hurle à la mort sa souffrance suprême, et je suis même allé au bout du beaucoup moins bon Conte de Noël de Desplechin, qui se régale de nous parler de maladie en phase terminale et de filmer les hôpitaux de Paris. Mais là il faut dire que rien ne me retenait.


Corky est amoureux : il court !

J'ai détesté de tout mon être la demi heure que j'ai vue avant d'éteindre, et pas seulement pour le malaise dans lequel me plonge l'évocation appuyée de la maladie. "Je n'ai pas aimé" (allons-y alonzo !) le zoom sur l’œil de Donzelli au début qui, conjugué à l'amplification du bruit du scanner transformé en bruit de boîte de nuit, permet d'enchaîner sur le flash-back de la rencontre des parents d'Adam : Roméo et Juliette... (Jérémie Elkaïm et Valérie Donzelli, vrai ex-couple dans la vie qui comme chacun sait racontent leur histoire dans cette fiction autobiographique). Avec ce zoom en fondu sonore Donzelli place une figure de montage au petit bonheur la chance, c'est à la fois laid et sans fondement. Je n'ai pas aimé cette rencontre de teen movie entre "Roméo" et "Juliette", j'insiste un peu sur les blazes mais l'insistance est au cœur du film de Donzelli comme en témoignent ces patronymes risibles. Je n'ai pas aimé voir Roméo et Juliette courir à toute allure main dans la main dans la rue, la nuit, drogués et amoureux, filmés en travelling (un travelling parigot digne de Jeunet dans Amélie Poulain) accompagnés d'une super chouette musique pop, de même que je n'ai pas aimé les dizaines de vignettes du couple d'amoureux, toujours avec la grosse musique derrière, qui vont à la fête foraine, qui sont habillés comme des ploucs parisiens, qui mangent de la barbe-à-papa, qui font du vélo, qui lisent à la terrasse des cafés en ouvrant leurs livres comme un seul homme, qui rigolent et qui s'aiment et qui s'embrassent, qui se peignent le cul en peignant les murs et compagnie. Beuaaaarkh. La galerie de vignettes mignonnes sur de la musique à la mode est un sommet de facilité, c'est un procédé aussi factice qu'éculé. La Guerre est déclarée fait partie de ces très rares films devant lesquels on se dit que si nos yeux pouvaient gerber (et je ne parle pas juste de ces yeux qui ont seulement l'air de vomir, comme ceux de Marion Cotillard, je parle bien d'yeux qui seraient réellement capables de dégueuler), ils profiteraient de l'occasion pour nous le faire savoir.


Repeindre un mur et se fendre la poire : plus belle la vie selon Donzelli

Je n'ai pas aimé la voix-off qui résume une situation trop chiante à développer sur un ton très narratif et poseur ("Roméo n'a jamais connu son père, mais Juliette et lui aimaient aller boire le thé chez sa mère très moderne, car ils aimaient bien la compagne de celle-ci, qui était gouine, la famille de Juliette étant beaucoup plus bourgeoise et beaucoup moins libérée, blablabla"), ou qui se contente, la voix-off donc, de répéter mot pour mot ce que disent déjà les dialogues ou les images pour cacher leur misère (comme quand un montage parallèle montre le couple qui rend visite au gosse quotidiennement d'une part, et qui court en tenue de sport d'autre part, avec la voix-off qui vient préciser au cas où : "Maintenant, ça allait être un vrai marathon pour eux") de la même façon que la musique n'a de cesse de couvrir la tristesse des plans de Donzelli. Je n'ai pas aimé la somme de clichés crétins sur des images, je le répète, d'une laideur abyssale (il faut voir les derniers plans de chaque séquence ou les dernières répliques avant coupures, c'est triste à en mourir). En parlant de plan immonde que dire du tout dernier du film - oui car, étant un peu maso, j'ai relancé le film ensuite, et je l'ai vu jusqu'au bout, pour parer aussi à tout commentaire du type : "Tu ne l'as même pas vu en entier et tu parles ! Salop de frustré !" - que dire de cet interminable plan au ralenti qui clôture le film, sur les parents et le gosse guéri qui dansent sur la plage avec, encore une fois, une musique insupportable, de la pop, de la pop, de la pop, de la pop, sans discontinuer, sauf à un moment, quand Juliette appelle tout le monde pour dire qu'Adam a une tumeur, là elle nous fout le gros morceau de classique qui tâche et on voit Roméo qui tombe à genoux dans la rue et qui hurle : rajoute m'en une couche que je m'étrangle une bonne fois pour toutes.


Vous trouvez ça laid et misérable ? Dîtes-vous que vous n'avez pas le son...

La dernière séquence, cet indéfinissable ralenti sans fin sur la plage, a du mal à cacher la misère du scénario. Quelques minutes plus tôt, Donzelli a balayé d'un revers de voix-off le vrai sujet potentiel du film : "Roméo et Juliette se sont peu à peu isolés, puis ils se sont séparés et ont refait leur vie chacun de leur côté". Il est là sans doute le sujet, le fond de la maladie, sa propension à détruire ceux qu'elle frappe et ceux qui les entourent par la même occasion. Et je parle en connaissance de cause, je le précise puisque de nombreux défenseurs du film sortent l'étendard de l'autobiographie quand on s'attaque au sujet et à son traitement : "Ils l'ont vécu ! C'est vrai !". J'ai connu et vécu une situation quasi similaire, de très près, donc pas de ça entre nous Valérie, tu me la feras pas ! Au lieu donc de ce vrai sujet, on observe un couple qui s'est cru héroïque en cherchant à obtenir les meilleurs médecins pour leur enfant, ce que font strictement tous les parents dans leur situation. Des parents soi-disant "solides, détruits mais solides", dont l'amour si fougueux et si solide a foutu le camp face au cancer. Qui saurait les en blâmer s'ils ne s'affichaient pas avec tant d'orgueil ? et ce d'un bout à l'autre du film, Roméo et Juliette formant un couple parisien frais et cool, courageux surtout et sincère. L'orgueil dont le film regorge atteint son point limite à la fin du film quand le gamin, guéri, se retourne au ralenti vers ses parents souriants et fiers, pour leur faire un clin d’œil et les montrer du doigt comme ses sauveurs, l'air de dire "Vous êtes les putains de meilleurs !", cet orgueil là pue la mort, mais s'il ne touchait pas à la mise en scène du film, je n'en aurais même pas parlé. Que Donzelli soit fière d'être une maman courageuse, ça m'en touche une sans remuer l'autre, que sa prétention et sa médiocrité artistique s'étalent sans retenue dans un film d'une laideur magistrale, ça m'ennuie davantage.


Même une actrice porno n'accepterait pas de s'auto-pépom pendant une heure et demi devant tout le monde

Non en réalité le discours tenu par le film m'écœure au plus haut point, tout autant que la forme horripilante que lui donne sa réalisatrice, qui n'a de cesse de faire sa maligne du début à la fin par une pluie d'effets horripilants et surfaits. Les auteurs présentent la maladie (de leur enfant !) comme "une chance à saisir" pour vivre une grande aventure et intensifier leur existence et leur amour. Faut-il qu'ils aient eu la chance que leur enfant guérisse (c'est bien une chance, ce ne sont pas eux, ses parents, qui l'ont guéri en "déclarant la guerre" à Dieu sait qui, au potentiel destructeur de la maladie ? Guerre perdue, ils se sont séparés. En tout cas ce ne sont pas eux qui l'ont guéri en étant de bonne humeur), faut-il dont qu'ils aient eu la CHANCE que leur enfant guérisse pour oser balancer des dialogues tels que : "- Pourquoi ça tombe sur nous ? - Parce qu'on est capables de surmonter ça". Cette réplique est un immondice pour tous ceux qui ont perdu un proche malade du cancer ou d'autre chose, et c'est une insulte qui sent le souffre pour tous ceux qui SONT malades, ce qui n'est pas le cas des deux personnages principaux du film sur lesquels tout est centré, l'enfant n'étant qu'un faire-valoir pour les glorifier dans toute leur hardiesse à affronter la maladie d'autrui avec gaieté. Ce sont "Roméo" et "Juliette" qui sortent de cette soi-disant aventure "solides mais détruits" (un couple solide ne se sépare pas face à l'adversité, il y en a malheureusement très peu qui y parviennent), pas l'enfant, qui va grandir avec une épée de Damoclès sur la tête, une enfance perdue ou presque (c'est pourtant le couple qui a perdu quelque chose d'après la voix-off, pas du tout l'enfant) et des parents séparés à cause du mal qui l'a frappé. Mais lui on s'en fout, les héros ce sont "Roméo et Juliette", que leur enfant pointe du doigt comme des Dieux vivants à la fin du film. Jérémie Elkaïm déclare dans un entretien avec les Cahiers du cinéma : "C'est une critique qu'on pourrait faire au film : on fait notre tambouille sur le dos de la maladie de l'enfant. En effet, c'est précisément ce qu'on fait ! Mais on pouvait se le permettre parce qu'on avait vécu ça pour de vrai, et bien évidemment, on ne l'a pas fait de manière cynique. On s'est dit qu'on avait eu de la chance de vivre ça, que ça nous permettrait de raconter une histoire forte et de parler d'amour", et quand je lis ça, j'ai envie de cracher entre ses pieds, uniquement parce que je ne suis pas violent. Parce qu'il a "vraiment vécu" la maladie de son fils, il peut se permettre d'être un con de première ? Et pour lui la tumeur au cerveau de son gamin est une chance car elle lui a permis de faire un film fort et de raconter une histoire d'amour... Mais qui sont ces gens ? Deux parisiens sincères et dans le coup, ou deux énergumènes inconscients, égoïstes jusqu'à l'overdose, imbus d'eux-mêmes et sûrs d'eux, assumant leur connerie avec un aplomb hallucinant, connerie dont ils se croient absouts par leur soi-disant sincérité.


"L'opération est en partie réussie et notre fils a de fortes de chances de crever sous cinq ans, WHOUHOU !"

A mettre dans la case de cette suffisance ô combien irritante, je n'ai pas aimé non plus (je reprends la liste, mais elle est sans fin) la hype parisienne à l’œuvre dans tout le film, de la mère gouine et ex-soixantuitarde de Roméo à la rencontre sous acides en passant par la soirée free-kiss où tous ces trentenaires se roulent des pelles comme des adolescents, ce que semblent être Donzelli et ses proches, à moins qu'elle ne soit simplement crétine. "Heureux les simples d'esprit", dit-on, et quand je vois ce couple qui raconte sa propre histoire dans un film (quand bien même ils se défendent d'avoir fait un film autobiographique, allez...), et qui se montre hurlant de joie en annonçant la soi-disant bonne nouvelle de la réussite de l'opération d'Adam à toute la famille avant d'aller fêter ça en boîte, alors que le chirurgien vient de leur annoncer que l'opération n'est qu'en partie réussie vu que la tumeur existe toujours, qu'elle est maligne et que le gamin va peut-être vivre juste cinq ans, je me dis que soit ils n'ont pas réellement réagi comme ça, auquel cas c'est bel et bien de la fiction, et c'est une fiction complètement fausse et stupide qu'ils se permettent mochement pour avoir l'air géniaux et parce que leur fils a guéri, soit ils l'ont vraiment vécu comme ça et ces gens-là sont simplement d'une autre planète. Je n'ai donc pas aimé la fausse gaieté que la réalisatrice a voulu placer dans son film à toute force, comme avec ce montage alterné (la figure de montage préférée de Donzelli, qui passe TOUT le film à l'utiliser pour montrer d'abord Roméo puis Juliette, qui sont connectés malgré la distance ou qui vivent tout de la même façon en même temps, idée moisie à quoi s'ajoutent les innombrables scènes où la réalisatrice fait concorder les gestes des personnages, les synchronise comme dans un dessin animé avec une surenchère qui la confond dans le ridicule), ce montage alterné donc, je reprends le fil de ma phrase, où Juliette est dans le train pour Marseille avec son gamin qui va subir une batterie d'examens médicaux, et où Roméo, resté à Paris, repeint l'appart avec son pote en dansant comme un triso et en faisant le con, mort de rire, joyeux comme même les gens les plus heureux et les moins angoissés le sont rarement dans la vie en repeignant leur appartement à dix briques en plein Paname... Non seulement c'est pas crédible une seconde, et c'est donc factice à en crever, mais en plus c'est insupportable à regarder. Comme la séquence chantée en voiture ! Quelle horreur... Et Donzelli va faire un film entièrement chanté prochainement, encouragée par les louanges reçues pour ce merdier dont je vous parle. S'il existe un Dieu il a fait comme le chien de Nivelle qui fout le camp quand on l'appelle. Pour revenir au film, où j'en étais ? Ah oui, j'en étais à la scène chantée en bagnole putain... c'est un sommet d'artificialité qui contient toute la fausseté du film, tout y est forcé, c'est à s'arracher les cheveux. Sans compter qu'il y a écrit sur chacun des plans : "Regardez comme je peux faire un truc gai malgré la maladie ! Matez comme je suis pleine de vie et de liberté ! Admirez comme je relance le cinéma français avec un film courageux et merdique à souhait".


Allez hop Donzelli nous case encore ses nibards, à quand un plan in utero sur son bouillon de culture perso ?

Ah, avant que j'oublie, je n'ai pas aimé non plus les plans sur des sortes de cellules qui noircissent, pour créer un suspense et nous faire piger que le gosse est dans la merde, mais j'hésite à le dire parce que j'ai détesté chaque "idée" de ce film horrible. J'ai détesté le jeu des acteurs aussi, qui sont pathétiques et dans la bouche desquels tout sonne faux (ça aussi c'est voulu, sauf que ça ne fonctionne pas), en particulier Jérémie Elkaïm, acteur que j'ai régulièrement la sensation de manier avec énergie pour récurer le fond de mes techios alors que c'est bel et bien un balais à cabinet que j'utilise, et pas un grand con ! J'ai détesté aussi avoir à me dire : "Il faudrait que certaines personnes ne voient pas les films de Truffaut", car dans beaucoup de scènes on voit très clairement que Donzelli aime Truffaut et qu'elle essaie de faire pareil sans le moindre talent, comme dans ces scènes où les plans sont courts avec une musique rapide derrière et où on voit par exemple Roméo sauter dans la rue en tapant ses pieds l'un contre l'autre pour montrer qu'il est heureux, avec la voix-off qui le confirme. C'est malheureux d'avoir à se dire qu'on regrette que certaines personnes aient vu du Truffaut. En même temps Donzelli massacre l'ensemble du cinéma dans ce film, elle tire une balle à bout portant dans la tronche de l'art cinématographique. Si le cinéma n'était que Donzelli, je me passionnerais pour les timbres ou les puzzles. Ce film est une saloperie, un herpès, c'est une plaie pulvérulente sur cette plutôt belle année de ciné. Donzelli est définitivement une "réalisatrice" dont j'exècre les films au plus haut point. Je vomis La Guerre est déclarée de tout mon cœur et je lui décerne solennellement la palme du pire film de l'année !


La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli avec Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm (2011)

74 commentaires:

  1. Donzelli et Maïwenn ont aussi le point commun de se prendre pour des canons de beauté alors que ce sont des merdes humaines (tout particulièrement Maïwenn m'est avis, très proche du freak pur et dur).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire débile et sans intérêt.
      Primo, je ne vois pas le rapport avec le film et secondo, je ne vois pas comment tu peux affirmer qu'elles se prennent pour des beautés, et comment tu peux affirmer qu'elles sont moches, alors que ce n'est que ton avis de pauvre frustré débile qui ne connait rien aux femmes qui parle.
      "Des merdes humaines", j'ai l'impression d'entendre un collégien parler. Pour moi "la merde humaine", c'est celle qu'on retrouve dans les commentaires des blogs, et qui se contente de juger de la beauté ou de la laideur subjective des actrices.

      Supprimer
    2. Ton point de vue se défend, j'accepte tes remarques. Je sais que mon apport, via ce petit commentaire, n'est pas d'un grand intérêt. Par contre, il ne faut pas nécessairement être frustré pour pouvoir sortir de telles horreurs. J'aurais dû dire plus simplement que ces deux actrices ne sont pas à mon goût, je le reconnais.

      Supprimer
  2. Chouette critique ! Tu as été plus courageux que moi, j'ai arrêté une demi-heure avant la fin et je n'ai jamais eu le courage de le reprendre, ce film de merde !

    RépondreSupprimer
  3. J'aimerais que l'on écrive un dynamitage en règle d'une puissance équivalente pour Polisse ! :D

    Loin derrière moi l'époque où je "défendais" La Reine des pommes sur notre espace de discussion privé ! Loin derrière moi !

    RépondreSupprimer
  4. Je serais curieux de savoir ce que pensent réellement des cinéastes comme Pascale Ferran ou Céline Sciamma de leurs collègues Donzelli et Maïwen...

    RépondreSupprimer
  5. Jérémie Elkaïm, je veux plus jamais le revoir dans quoi que ce soit. Plus jamais le revoir !

    RépondreSupprimer
  6. "Polisse" va ramasser sa race aussi, t'inquiète :)

    RépondreSupprimer
  7. Cette critique fait vraiment du bien ! Je n'ai pas vu ce film et je le déteste déjà. Rien que les 20 premières secondes de la BA m'avaient fait le détester. Et dire que ça marche, ce genre de chiure...

    Un heureux évenement doit être dans le même genre... Le mec qui a réalié le premier jour du reste de ta vie + Bourgoin + Balasko très vieilissante. Ca promets...

    RépondreSupprimer
  8. "Un heureux événement" je doute d'avoir le courage de le lancer un jour... J'ai déjà deux ulcères qui ont poussé dans mon estomac et qui ont les tronches immondes de Donzelli et de Maiwenn.

    RépondreSupprimer
  9. Un Heureux évènement, tiens, j'avais oublié l'existence même de ce film. Il sera sans doute très bien placé dans la course au titre du pire film de l'année, oui, mais je ne suis pas spécialement pressé de le découvrir ! :D

    RépondreSupprimer
  10. (je sais, Félix, que tu l'as lu ... mais je profite de l'occasion) Pour le merdique Polisse qui est une merde de film de merde, j'ai écrit ceci : http://doncacte-nonmais.blogspot.com/2011/12/polisse.html

    Quant à la guerre est déclarée : le couple Elkaïm/Donzelli a tout de même décidé de se faire de l'argent en espérant décrocher le jackpot sur l'histoire du cancer de leur enfant ; je trouve ça dégueulasse personnellement.

    RépondreSupprimer
  11. Je chie sur ce film et je suis embarrassé par les gens qui l'ont aimé.

    RépondreSupprimer
  12. 5 votes "à chier" et rien ailleurs.
    Ça confirmerait le film de merde.

    RépondreSupprimer
  13. Je serais un poil moins sévère avec Polisse, à qui je trouve quand même 2-3 qualités, mais si ça doit aboutir à un papelard aussi déchaîné et fendard que celui-là, ok.

    Ça fait drôlement du bien de lire des saloperies sur cette sombre merde de film de Donzelli, pendant toute l'année je me suis demandé si le monde entier (ceux qui l'ont encensé donc) était devenu fou ou si c'était moi...

    RépondreSupprimer
  14. Avec grand plaisir même ! Je m'attendais aussi à me faire tailler en pièces pour cet article coléreux à l'encontre de la star de l'année, ravi de découvrir que nous sommes nombreux à mépriser ce film ignoble.

    RépondreSupprimer
  15. Ce qui fut dur à la lecture de ce billet (parce que oui, ce fut dur!) c'est d'avoir été confronté au souvenir de la douleur qu'on a ressentie à la sortie de ce film. Douleur qui fut une première fois ravivée par la rédaction de notre propre article... Douleur qui fut une seconde fois ravivée à la lecture des nombreuses éloges dans la presse... Douleur qui fut une dernière ravivée par la nomination de ce film aux différents prix, récemment.. Merci à toi de nous faire mal, encore, avec ce film... de merde donc ! Avouons que cette douleur là, ce soir,à te lire, est tt de même très plaisante ^^ La cerise sur le gâteau étant la petite attaque gratuite (mais vraie, tellement vraie) sur cette insupportable Cotillard aux yeux de veau...
    A+ ;-)
    Rick Panegy

    RépondreSupprimer
  16. La douleur est plurielle et sans fin, je n'ai de cesse de repenser au film et à plein de choses odieuses qu'il présente et que j'ai oublié ou choisi de ne pas mentionner dans ma critique. Merci en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  17. Très chouette commentaire, Rick :D

    RépondreSupprimer
  18. Excellente critique, pour un film qui ne l'a pas volé !

    RépondreSupprimer
  19. Pour une fois que vous ne vous en prenez pas à ceux qui ont aimé le film... je l'ai aimé et je ne me sens pas insultée... critique intéressante! bon coup de gueule!

    RépondreSupprimer
  20. Je n'ai pas vu ce film, j'ai toujours un peu de mal avec le cinéma français parigo. En tous cas la critique m'a fait bidonner 2, 3 fois devant mon pc. Ca me donne presque envie de le voir du coup...c'est grave Docteur?

    RépondreSupprimer
  21. C'est zarb mais assez normal je pense. Vois-le et dis-nous ce que t'en penses :)

    RépondreSupprimer
  22. Jubilatoire. Merci, merci, merci !!!!!! :)
    L'étau s'est enfin desserré autour de mon pauvre petit coeur sanguinolent, je ne suis pas la seule à avoir détesté ce film de merde. C'est d'une laideur sans pareille, les acteurs sont nuls à chier, ça fait peur (Jérémie Elkaïm, va cramer en enfer, pauvre cruche !!).
    Egalement merci pour la remarque totalement gratuite et perfide sur cette chère Marion, c'est ça qu'est bon ;)!

    RépondreSupprimer
  23. J'allais te faire le coup de "mais tu l'as même pas vu en entier" etc, avant de voir que tu m'avais cramé dans le paragraphe 3, damned.

    N'empêche que je l'aime, moi, ce film de merde (et même que je vous emmerde :D)

    RépondreSupprimer
  24. Au vu des votes il semblerait que ce film soit finalement assez détesté, et le sachant je pioncerai sur mes deux oreilles ce soir !

    RépondreSupprimer
  25. Pour ma part je reconnais avoir voté pour "à chier" au moins 4 fois. Dès que j'ai un ordi sous la main, je fonce sur le site cliquer sur "à chier". Je vais faire tous les webcafés.

    RépondreSupprimer
  26. Autant un plan peut être immoral autant La guerre est déclarée est un film immoral.

    RépondreSupprimer
  27. Serge "Bzzz" Daney (je suis sérieux, mon pseudo l'est moins !)10 janvier 2012 à 10:33

    L'idée même de ce film est pire que le travelling de Pontecorvo.

    RépondreSupprimer
  28. T'es vraiment tellement pertinent mec, ça en devient incroyable !

    RépondreSupprimer
  29. Je viens de découvrir le site par hasard : quel bonheur que ce démolissage en règle de La guerre est déclarée. Je n'ai même pas pu aller au-delà de l'arrogance et de la fatuité de la promotion des deux acteurs dans un plan média ultra connivent que c'en était insupportable. Je ne parle même pas du snobisme branchouille de la bande annonce. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Merci à toi de partager ton dégoût pour cet immondice filmique :)

      Supprimer
  30. 0 CESARS POUR TOI DONZELLASSE, PARFOIS IL Y A UNE JUSTICE DANS CE MONDE POURRI !

    RépondreSupprimer
  31. j'ai jamais vu un article aussi ... subjectif!
    on peut ne pas aimer un film, mais le démonter comme ça, avec des raisons et illustrations commentées de façon totalement enfantines... c'est fort de café.

    RépondreSupprimer
  32. Une critique est supposée l'être, subjective. Par ailleurs je me trouve tristement très objectif. Je n'ai pas seulement "pas aimé" ce film, je l'ai haï, il est haïssable, d'où ce démontage tout sauf enfantin, ou bien écrite par un enfant qu'on a suffisamment fait chier pour qu'il ait le mors aux dents :-D

    RépondreSupprimer
  33. C'est un film pourri, qui pue la bourgeoisie et l'auto-admiration. J'en ai trèèèès mal vécu le visionnage.. mais j'ai été ultra vivifiée par cette critique. Quand je vois que des internautes débiles et envoûtés par la "pop hype" de ce déchet d'une heure et demie lui accordent 4 étoile sur 5 de moyenne, je ne peux pas m'empêcher .. non en fait je ne fais rien mais je peste comme une gamine et me défoule sur mon clavier, ce qui fait qu'on m'accuse ensuite d'être une frustrée incapable de se mettre à la place de pauvres parents dévastés par le malheur à venir de leur gosse. C'est vrai que, constatant la stupidité profonde de ces derniers qui me prennent pour la plus forte des connes, je me sens plutôt comme leur enfant qui, si ses parents ont vraiment réagi comme ça lors de son marathon-maladie, devrait se suicider dans approximativement 20 ans, après s'être rendu compte que chaque grande étape de sa vie était réécrite par sa mère, avide de reconnaissance et de respect.(en 2025: La semence est éjectée, une mère face aux premiers émois amoureux de son gamin)

    RépondreSupprimer
  34. Dans un grand élan de courage (de masochisme ?), j'ai lancé le film. Je souffre. Et ça fait que 10 min. HELP !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le pire de tout étant sans doute cette immonde voix off, qui achève le spectateur agonisant...

      Supprimer
    2. Avant visionnage, je pensais que cette critique était un poil trop dure. Maintenant je la trouve trop gentille. Il faudrait me payer cher pour me coller de nouveau la rétine devant un de ces films. Très cher.

      Supprimer
  35. Merci Remi d'avoir décortiqué avec grande pertinence ce qui fait de ce film une merde. Grâce à toi nous comprenons (en détail) ce qui nous a écœuré continuellement pendant plus d'une heure et demie. Oui, j'ai un principe idiot: je vois toujours jusqu'au bout un film que j'ai commencé à visionner; ça peut être fatal.

    Comme dit précédemment c'est plus qu'un mauvais film, je dirais même que Valérie Donzelli devrait être condamné pour crime contre le cinéma.

    D'un autre côté ne soyons pas trop durs (attendez...). Cette compilation de l'ensemble de toutes les erreurs de cinéma possibles et imaginables gage d'une médiocrité abyssale a une vertu pédagogique. C'est un peu comme un clip de la sécurité routière où on assiste dans un bain de sang à la fin tragique d'un conducteur (un peu) éméché. L'image est brutale et douloureuse mais la leçon est retenue: lorsqu'on a pas de talent et rien à dire on s'abstient de sortir un film en salle.

    C'est sans doute pour son courage (ou absence de tout discernement) d'assumer l'humiliation la plus totale à l'échelle nationale - et grâce à Internet à l'échelle internationale - à des fins pédagogiques que Valérie Donzelli s'immolant en martyr à été nommé plus de 25 fois et récompensé par des prix 6 fois dans des festivals de cinéma.

    Non attendez je ne comprends pas:
    Nommé César du meilleur film Français, César du Meilleur réalisateur, César de la Meilleure actrice, Grand prix du Festival du Film de Cabourg... Il faut m'expliquer je ne comprends pas! Comme dirait une humoriste bien connue: "on ne nous dit pas tout!".

    A vos claviers, j'attends que quelqu'un propose une théorie. Qu'un "film" comme celui-ci soit tourné je veux bien, qu'il sorte en salle pourquoi pas mais primé!

    Boooki (encore sous le choc)

    RépondreSupprimer
  36. Je résume mon parcours avant de voir cette oeuvre. Après des années à fuir les sorties contemporaines estampillées "from France with love" je me décide et rends visite à un dénommé Carrax, maintenant tu me dis "ciné - france - pas du temps de ton père" ok essayes Carrax. Comment je suis calé t'as vu ... non t'as pas du voir ça toi et tes deux mains se rejoignant dans un mouvement immonde en réponse au dernier Batman.
    Deuxième étape; vlatipa (oui un fan) que je me décide à lire ce Cahier qui traine depuis bientôt un an, va savoir pourquoi ...
    Blablabla tout ça pour en arriver au fait (je vous épargne l'éjac' que j'ai pris dans la gueule page 12, ça à durer 2 pages), un tel engouement en ces pages qui étaient si tristes et pleine de phrases pseudo-complexe ... intrigué je m'y mets.
    Les premières 30 minutes ... horrible, j'ai fais en plus l'erreur de me réserver ce moment entre moi et l'Oeuvre. J'ai même pas pu me marrer, obligé de souffrir piégé par la perspective de cette joie d'articuler un "oui je n'ai pas aimé ce film de merde".
    J'en retiens une chose: toujours mais alors toujours lire la critique après avoir vu le fim en question, dans le cas présent je me serais ptetre pas marré devant le film mais les 2 pages m'auraient achevé. Merci critique de tous horizons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cyril, la prochaine fois tu manges ces champis APRÈS avoir commzé !

      Supprimer
    2. J'ai juste regarder La guerre est déclarée avec attention, rien d'anormal !

      Supprimer
  37. Ce commz m'a foutu mal à la tête! M'en vais prendre un bain !

    RépondreSupprimer
  38. situation excellemment bien résumée.
    critique qui troue!

    RépondreSupprimer
  39. Merci, j'ai enfin trouvé quelqu'un qui partage à 100 pourcent mon avis. Je me suis lancée dans dans un débat avec mon oncle pour lui montrer la stupidité et la médiocrité de ce film mais il s'entêtait à dire que c'était un très bon film même après que j'ai démonter chacun de ses arguments. Je suis donc heureuse que d'autres personnes partage mon point de vue et osent crier haut et fort que la guerre est déclarée est un film de merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LA GUERRE EST DECLAREE EST UN FILM DE MERDE! DE MERDE! DE MERDE!

      Supprimer
    2. On est bien d'accord !

      Supprimer
  40. J'ai entendu dire que Donzelli avait sorti un nouveau film. Pouvez-vous me confirmer que ce n'est qu'une rumeur, malgré le fait que je vienne de vérifier il y a trente secondes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux au moins te dire qu'il se ramasse méchamment dans la critique presse, qui ouvrira peut-être enfin les yeux sur cette supercherie XXL.

      Supprimer
    2. Merci pour l'info ! J'espère que vous en toucherez un mot.

      Supercherie taille Nolan ?

      Supprimer
  41. C'est vos critiques qui sont écoeurantes. Pourquoi tant de haine. Ce film est magnifique, plein d'inventivité et d'humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le dis...

      Supprimer
    2. Merci pour ce commentaire bêbête, Anonyme, grâce à toi je me suis relu cet article qui est, lui, un chef-d'oeuvre !

      Supprimer
  42. On peut effectivement ne pas aimer le film, chacun ses gouts. Mais s'acharner dessus de façon si vulgaire ....

    RépondreSupprimer
  43. Leur gamin a l'air de tenir le coup, ils l'amènent même à des défilés de mode :

    http://static1.purepeople.com/articles/9/13/54/19/@/1366015-jeremie-elkaim-valerie-donzelli-et-950x0-1.jpg

    Pure people !

    RépondreSupprimer
  44. Cet article ne me réconcilie pas avec la vie mais m'a arraché un sourire tout de même.

    Au bout d'une demi heure de film, ma copine s'étant déja barré depuis 10 bonnes minutes, j'ai douté de moi, je l'avoue. Je me suis dit que j'avais raté quelque chose, que je passais à côté du sujet, que j'avais merdé quelque part. Comme le jour où j'avais lancé "il était une fois en Amérique" par le 2ème DVD.

    Aprés des vérifications techniques, tout semblait normal.

    J'ai donc poursuivi.
    Ma vie n'est plus la même.
    Et je l'aimais bien moi, ma vie, d'avant.

    Je souscris à tout dans cet article. J'ajouterai cependant 1 chose.

    C'est qu'aprés cette demi heure d'ouverture, Donzelli parvient à repousser les limites à chaque scène. Pire que la précédente tout en rendant la précédente pire que ce qu'elle n'était. Une preformance.

    Je n'ai plus qu'un but désormais, rencontrer une personne, une vraie, pas un critique ciné, qui a aimé ce film.
    Si cela arrive un jour, oh putain si ca arrive un jour, je ne réponds plus de rien, légitime défense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te comprends que trop ! Et tu m'as fait sourire aussi.

      "Je me suis dit que j'avais raté quelque chose, que je passais à côté du sujet, que j'avais merdé quelque part. Comme le jour où j'avais lancé "il était une fois en Amérique" par le 2ème DVD."

      :D

      Supprimer
  45. Mon pépé m'a recommandé ce film en me tendant le dvd, tout en me disant "Tiens, tu comprendras peut-être pourquoi t'es aussi con." Alors bon, souvent mon pépé me regarde avec désarroi, vous savez comme quand Glandalf regarde Frodon quand celui-ci décide d'aller porter l'anneau en Mordor bien qu'il ne sache pas par quel moyen. Ce regard j'ai l'habitude, les premières fois ça m'a transpercé le coeur, c'est difficile d'être haï par son propre pépé parce que son père est un parfait fumier, mais à force ça glisse, ça glisse... En tout cas j'ai a-do-ré La Guerre est Déclarée, peut-être parce que le titre me rappelle mes rapports quotidiens avec mon pépé et son chien Rodrigo Tortilla...

    RépondreSupprimer
  46. Cette critique reste la plus géante jamais publiée sur ce blog. (pardon Félix)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faux. C'est les critiques qui invoquent la vie du Tank les meilleures. Et je dis ça de manière totalement partisane et subjective que je revendique. Car je suis Konrad.

      Supprimer