31 août 2011

Les Autres

En compagnie de Nônon Cocouan, franc-tireur de la critique et rédactrice régulière du blog, nous allons nous pencher sur le cas d'un pur et dur film de maison hantée, Les Autres d'Alejandro Amenabar.

Fort du succès de Tesis, son premier long métrage, qui remporta sept Goyas, puis d'Ouvre les yeux, qui fut couronné de divers prix dans des festivals en tout genre, Alejandro Amenabar s'est tout naturellement vu kidnappé par Hollywood, où le couple Tom Cruise/Nicole Kidman, alors considéré comme au sommet du Monde et du glamour, voulait prendre les rennes de sa double carrière via l'appropriation d'un petit cinéma d'auteur, européen de surcroît, toujours appréciable quand il s'agit d'acquérir quelques lettres de noblesse. C'est ainsi que Tom Cruise racheta les droits d'Ouvre les yeux et en produisit le médiocre remake, Vanilla Sky, réalisé par Cameron Crowe. Il s'offrit bien entendu le premier rôle du film dans les bras de Pénélopé Cruz qui allait bientôt devenir sa nouvelle femme. Mais avant de découcher il plaça son épouse légitime, Nicole Kidman, dans le nouveau film d'Alejandro Amenabar, également produit par le playboy au sourire flashy : Les Autres. Malgré le parfum un peu chargé de puanteur marketing qui accompagnait la naissance du projet, force est de constater qu'Amenabar a négocié avec brio sa conversion américaine.




Amenabar nous plonge dans le quotidien d'une mère de famille autoritaire qui s'occupe seule de ses deux enfants dans un vieux manoir. Elle leur enseigne la rigueur et les valeurs chrétiennes, servie par trois domestiques lugubres et inquiétants, un grand homme trop tranquille pour être honnête, une vieille femme au regard perçant et une fille muette et apeurée, venus se présenter au domaine d'une étrange manière. Très vite, Amenabar plante subtilement un décor qui glace les sangs. Dans le manoir sinistre, éloigné de tout, nimbé d'un épais brouillard et se reflétant dans un lac sombre et placide, cohabitent les domestiques, qui affichent une complicité suspecte, la mère, une femme nerveuse, rigide et fébrile, qui transmet avec sévérité ses leçons sur les limbes et les enfers à sa progéniture en jouant sur les peurs ancestrales de la mort, et les enfants, qui évoquent la folie de leur mère tel un blasphème. Puis il y a l'idée centrale du film : les enfants sont allergiques à la lumière, il est donc strictement interdit de passer d'une pièce à l'autre sans avoir au préalable fermé la première porte à clé, et tous les rideaux doivent être systématiquement tirés pour qu'aucune lumière ne puisse pénétrer dans la maison. Les personnages errent ainsi dans un espace labyrinthique sombre, un non-lieu dont chaque pièce austère semble isolée des autres et s'avère susceptible de renfermer une mystérieuse menace. C'est dans ce huis-clos anxiogène que nous sont présentés les deux enfants au début du film dans une séquence d'une efficacité aussi simple que redoutable : la mère prévient longuement les domestiques que son fils Nicholas et sa fille Anne ne doivent jamais voir la lumière du jour sous peine d'en mourir d'en d'affreuses souffrances, elle entre alors dans une chambre pour les réveiller afin de les présenter aux nouveaux serviteurs, nous entendons leurs voix, la musique s'accélère et ils apparaissent enfin, tout à fait normaux mais néanmoins livides et d'une inquiétante étrangeté, terrifiants d'angélisme.




Ça n'a l'air de rien dit comme ça mais à l'écran ça fonctionne parfaitement grâce à une mise en scène précise et efficace. On a beaucoup parlé d'économie de moyens à propos de ce film, et il faut avouer qu'Amenabar propose un travail d’orfèvre. Il ne s'agit pas pour autant d'un simple "petit film bien fait et sans prétention", comme on le dit parfois de ces films d'horreur réussis, modestes et sans le sou qui s'appliquent à faire peur avec les moyens du bord. The Others est d'une autre trempe, c'est un grand film admirablement maîtrisé et épatant dans son application à subtilement doser tous les effets les plus infimes des films d'horreur et rien qu'eux, laissant avec bonheur de côté les gros effets de surprises des mauvais films sans inspiration. Le réalisateur fait preuve d'ingéniosité en jouant avec les clairs-obscurs et surtout avec une bande-son presque bruitiste qui fait entendre tout au long du film et de façon quasi indistincte des grincements de portes, des pas sur le plancher, des murmures sourds ou des pleurs lointains, autant d'éléments presque anodins qui nous ont tous un jour foutu une frousse irraisonnée et qui, communs dans les films d'horreur, sont ici utilisés intensivement mais très subtilement pour mieux user les nerfs du spectateur comme ceux des personnages. Car progressivement, des présences s'affirment bel et bien de plus en plus nettement dans la maison. La petite fille est le premier témoin de ces manifestations, sans que l'on sache vraiment si ces menus événements sont le fruit de son imagination (peut-être maléfique) ou de véritables esprits - puisque rien ne nous est montré. L'histoire est en effet écrite au cordeau, le scénario joue précisément des soupçons, des doutes, des suppositions du spectateur qui accompagne les personnages dans leur incertitude, en égrainant des indices qui accusent tour à tour les trois domestiques, la mère, les enfants ou évidemment ces présences énigmatiques que l'on devine et dont la provenance surnaturelle s'impose peu à peu.




Il y a bien un ou deux moments où le cinéaste joue ostensiblement, massivement, avec nos nerfs, comme par exemple lorsque Anne, la petite fille, se trouve littéralement habitée par le corps affreux d'une vielle femme, ou plus encore lorsqu'elle dit voir les fantômes de toute une famille qui parcourent la maison et réclament qu'on les y laisse en paix. Une nuit, la fillette affirme à son petit frère terrorisé qu'un petit garçon, Victor, est avec eux dans la chambre. Comme Nicholas refuse de regarder, Anne s'adresse au fantôme et lui demande pourquoi il a ouvert les rideaux de la chambre pendant qu'ils dormaient, puis elle sort du lit, tire les rideaux à nouveau quand de lourds bruits de pas en cavalcades se font entendre et les rideaux se rouvrent alors brutalement sans que l'on sache si c'est une manigance de la sœur ou si un fantôme est réellement dans la pièce, la caméra d'Amenabar restant sur l'enfant couché dans son lit les yeux fermés, et ne dévoilant qu'au second plan et dans le flou une ombre courant devant la fenêtre. Nicholas reste prostré, le dos tourné à l'événement et les yeux fermés. Sa sœur demande à l'esprit de le toucher pour lui prouver son existence. La terreur grimpe, le cadre est serré sur le visage du gamin, et quand une main (à qui appartient-elle vraiment ?) entre rapidement dans le champ et se pose sur son bras il hurle à la mort en jaillissant du lit, libérant toute la tension du spectateur en même temps que la sienne. Ces rares séquences plus ou moins explicites, loin d'être des facilités gratuites, jouent comme des points d'orgue et font pleinement sens. Car tout le film repose sur un rythme soutenu modulant des moments de stase où le quotidien sombre et mystérieux de la famille se laisse peu à peu déborder par une peur sourde (des pleurs ou des gammes de piano résonnent dans la maison, les portes se ferment toutes seules, des pas sourds font vibrer le plafond, etc.), les instants de calme mettent ainsi le spectateur en alerte et aboutissent sur des climax où la terreur intervient brutalement, portée par la nervosité de la mère - entendant des plaintes ou des bruits inexpliqués, elle se met en hurler et à traverser les pièces en courant à la recherche de ses enfants, accélérant soudainement le rythme du film et nous faisant craindre le pire (à noter une Nicole Kidman à l'apogée de sa beauté froide et fragile, ici parfaitement adéquate et bien exploitée). Mais lorsqu'elle arrive sur les lieux il n'y a rien, et c'est bien cette absence qui se fait terrifiante ; la menace est fuyante, informulée, on ne verra rien, aucune violence, aucune action véritable, juste des sous-entendus, des allusions, des ombres...




Tout le film évolue ainsi, avec nombre de scènes ou d'effets mémorables et angoissants (la découverte d'une anthologie de photos de cadavres, l'errance de la mère dans le brouillard-frontière du parc devant la maison, les tournoiements de caméra autour des meubles ou des personnages, etc.), ouvrant peu à peu de nouvelles pistes quant aux entités surnaturelles qui hantent les personnages jusqu'au final magistralement orchestré où tout s'accélère et se condense. Les éléments-clés du film d'horreur s'accumulent, des pierres tombales au trio de domestiques qui menacent la famille en prenant l'allure de zombis, puis vient la résolution qui, une fois n'est pas coutume, s'opère par un twist brillant. Si vous n'avez jamais vu le film, regardez-le avant de lire la suite. Les autres ne sont pas ceux qu'on croit : les véritables fantômes qui hantent la maison sont les trois membres de la famille ainsi que leurs domestiques, et les étranges présences qu'ils redoutaient ne sont autres que les nouveaux habitants de la demeure, quant à eux bien vivants, qui tentaient d'entrer en contact avec les fantômes. La mère et les deux enfants prennent soudain conscience de leur sort et l'héroïne voit vaciller toutes ses croyances. Le plus ingénieux dans ce renversement de situation c'est la manière dont il nous interroge sur une éventuelle existence post-mortem avec laquelle nous cohabiterions sans en avoir conscience, les deux mondes - celui des vivants et celui des morts - interférant étrangement et sporadiquement au grand dam de leurs habitants respectifs. Le twist est judicieux en cela qu'il ne remet pas véritablement en question tout ce qui a précédé, qui reste valable et terrifiant (le film fait réellement peur !), il nous donne simplement à voir tout le récit sous un autre angle qui le rend encore plus fascinant. En faisant preuve d'une telle maîtrise et en proposant une aussi pertinente réflexion sur la mort, le film dépasse largement le genre dans lequel il s'inscrit pour devenir une œuvre cinématographique de haute volée.


Les Autres d'Alejandro Amenabar avec Nicole Kidman et les autres (2001)

42 commentaires:

  1. A noter qu'après "Les Autres", Amenabar a réalisé "Mar adentro" avec Javier Bardem, un film couvert de prix qui était pourtant complètement pourri (d'après le souvenir énervé que j'en garde après l'avoir vu au cinéma à sa sortie). Puis après cinq ans de silence, il a sorti "Agora" en 2009, un film sur une mathématicienne du 5ème siècle incarnée par Rachel Weisz, qui n'a pas fait une vague. On attend (ou pas) son retour un peu plus en force...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, il prépare un film avec Ethan Hawke dans le rôle principal, intitulé Regression :
      http://www.imdb.com/title/tt3319920/

      "...it looks like he's ready to return with a new film "Regression," which will star Ethan Hawke. Plot details are being kept secret for now, but it's being called an "elevated genre project," according to Variety, and one that will play with "our deepest primal fears." Production will begin next spring."

      Supprimer
  2. Les Autres est un vrai chef d’œuvre. J'adore.

    J'ai posté un hommage à ce thème maison hantée qui m'est aussi cher qu'à vous sur mon blog :

    http://doncacte-nonmais.blogspot.com/2011/08/burnt-offerings.html

    Ces 10 jours de critique ciné était très sympa à suivre ;)

    RépondreSupprimer
  3. Très chouette critique qui me donnerait envie de le revoir.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Arnaud, je vais voir ça. :)

    RépondreSupprimer
  5. Bof.
    Je ne trouve pas franchement qu'il fasse peur ce film !

    RépondreSupprimer
  6. Ben moi qui n'ai strictement jamais peur devant les films d'horreur (des plus tarés aux plus mauvais en passant par les meilleurs), j'avoue avoir eu peur dans la scène que je décris avec les gamins dans la chambre.

    Joe > Revois-le oui. Quand on l'avait vu ensemble tu l'avais plus aimé que moi sans l'adorer. Pour te dire à quel point je l'avais pas aimé... Je l'ai revu y'a dix jours et franchement j'ai révisé mon jugement. Dans le genre c'est le haut du panier, à l'aise.

    Arnaud > Merci beaucoup pour le clin d’œil et pour le compliment ! Sache qu'en fin de compte le dossier s'étendra sur 11 jours au lieu de dix. Il se terminera demain avec un nouvel article de mon cru écrit à la dernière minute :)

    RépondreSupprimer
  7. Rémi > chouette hulotte qui hulule

    RépondreSupprimer
  8. Noooow, thank you ! I will not have sexual relationship with that woman !

    RépondreSupprimer
  9. Un peu sur-estimé à mon sens, mais c'est un bon film qd même.

    RépondreSupprimer
  10. Critique très complète d'un grand et subtil film que j'avais vu en salle à l'époque, période où Nicole K. enchaînait bon film sur bon film, souvenirs, souvenirs...
    Bon, tout ça me confirme l'envie de le revoir sinon même l'acquérir en DVD (ça manque dans ma DVD-thèque).

    P.S : au passage je trouve "Mar Adentro" pas si pourri, voire même du niveau du "Scaphandre et le Papillon" sur la maladie et le choix de sa vie (ou mort) mais c'est rien que mon avis perso... ;-)

    RépondreSupprimer
  11. "Mar adentro" mériterait presque que je le revoie. Mais à l'époque au cinéma ça m'avait tué... Je n'ai d'ailleurs pas particulièrement accroché au "Scaphandre et le papelard", que je n'ai pas vu en entier. Bref, on est d'accord sur "Les autres" :)

    RépondreSupprimer
  12. Faudrait vraiment que je le revoie ce truc, parce qu'à l'époque, ça m'avait prodigieusement fait chier, et puis j'ai toujours trouvé Amenabar très surestimé, d'ailleurs, joli retour de bâton, aujourd'hui il fait (encore) de la merde (Agora quand même) et on entend plus parler de lui ou alors juste quand il se fait défoncer la gueule par la critique. Un peu le syndrome Shyamalan, quoi...

    RépondreSupprimer
  13. Amenabar, tout comme Shyamalan, a pu être vraiment excellent ("Les Autres" ; "Incassable") ET vraiment désespérant ("Agora" ; "Phénomènes", pour ne citer que quelques exemples). Drôle de phénoménoms que ces cinéastes capables du meilleur comme du pire...

    RépondreSupprimer
  14. Tu l'as vu Agora, Rémi ? Je l'ai de côté depuis... depuis que j'ai mon disque dur !

    RépondreSupprimer
  15. Non mais j'estime l'avoir vu. J'ai lu le résumé, et vu le résumé, je l'ai donc vu. Je voulais dire "Mar adentro" mais il a ses fans, alors qu'Agora n'en a apparemment pas. Je suis donc certain de ne pas me faire emmerder en le brocardant.

    RépondreSupprimer
  16. Je ne dirai pas que mon papa est "fan" mais il l'a bien apprécié, parce que c'est une grosse charge contre la religion catholique.

    RépondreSupprimer
  17. Tu parles de Les Autres ou d'Agora ? Parce qu'on peut dire ça de Les Autres.

    RépondreSupprimer
  18. Shyamalan n'a fait qu'un bon film (c'est un chef-d’œuvre, je lui pardonne), c'est Incassable. Amenabar lui, euh... Ouvre les yeux (rires) ??? Pour le meilleur, on repassera. Pour le pire, on est en plein dedans. Mais les résurrections, ça existe, alors pour rester chez les cathos, on va prier.

    RépondreSupprimer
  19. Au même titre que je n'élèverais peut-être pas "Incassable" au rang de "chef-d’œuvre" pour me contenter de le considérer comme un très bon film, je considère volontiers "Les Autres" comme un très bon film. Dsl.

    J'espère également une résurrection de ces deux réalisateurs manchots.

    RépondreSupprimer
  20. Professeur Tourak9 septembre 2011 à 10:40

    En tout cas c'est marrant de les rapprocher car beaucoup on vu Les Autres à la baisse parce qu'il arrivait après Sixième Sens. Ce qui est à mon sens un peu stupide, mais c'est bel et bien une attitude que j'ai pu à nouveau observer sur twitter récemment. Les deux films sont souvent mis dans le même sac.

    RépondreSupprimer
  21. Ouais à cause du twist à st tropez et des morts qui hantent les vivants. Mais au final je trouve le twist du film d'Amenabar plus intéressant, car plus profond déjà, et surtout parce que le film fait encore peur (il fait davantage peur que Sixième sens, et de loin) et fonctionne toujours quand on l'a déjà vu, or je ne suis pas sûr que Sixième sens garde la même efficacité. Je crains qu'on ne le revoie en ne pensant qu'au twist, ce qui n'est pas forcément le cas pour "Les autres", je crois.

    RépondreSupprimer
  22. Professeur Tourak9 septembre 2011 à 11:08

    Oui à cause du twist, cela va sans dire...
    Pour ce qui est de la peur provoquée par ces films, c'est bien subjectif il me semble.
    J'avais vu Les Autres au ciné, à 15-16 ans, j'en garde quasiment aucun souvenir, alors que j'étais la cible i-dé-ale. Je me souviens pourtant très bien du retour en métro avec mon frère aîné, qui m'avait demandé si j'avais aimé, en espérant m'avoir fait passer une pure soirée, et j'avais dû lui répondre en haussant les épaules, comme je faisais souvent à cette époque !

    RépondreSupprimer
  23. ce sont aussi deux films fantastiques qui ont fait un carton à la même période et qui ont remit les fantomes à la mode!

    J'étais une grande fan des deux... et je continue a les aimer:)

    RépondreSupprimer
  24. Estimé collègue et professeur F. "Tourak" B. > "Pour ce qui est de la peur provoquée par ces films, c'est bien subjectif il me semble". Sans déconner ?! :D

    Je sens bien ton peu de considération pour ce film, mais sache que je l'ai vu au même âge que toi et qu'à l'époque je l'avais trouvé vraiment naze, au point que je ne m'en souvenais que très peu il y a encore quelques semaines, souvenirs vagues teintés de mépris, mais grâce à l'enthousiasme d'une tierce personne j'ai redonné une chance au film sans arrière pensée et je l'ai sincèrement apprécié, aussi je te recommande d'en faire autant quand le cœur t'en dira.

    RépondreSupprimer
  25. Ce n'était pas clair, certes, mais en fait je voulais dire que je ne garde aucun souvenir de la fois où je l'ai vu au ciné, alors que logiquement, en tant que gros amateur de ciné fantastique tel que je l'étais à l'époque, j'aurais pu être son premier fan, mais pas du tout. Je l'ai revu entre temps, y'a un petit moment aussi, et je le considère comme un bon film, sans non plus l'apprécier particulièrement. Et je me souviens pas avoir eu les foies.

    Le reste je l'avais un peu deviné dans ta critique...

    RépondreSupprimer
  26. Oui, ça se regarde mais putain, ça reste faible, mon cul reste bien en équilibre sous mon coccyx en lévitation au dessus de mes cuisses ! Si je l'avais vu au ciné à l'époque j'aurais aimé si j'avais pas eu à payer la place, j'aurais été mitigé si j'avais payé ma place au tarif étudiant, j'aurais pensé à mes 9,50€ en premier si j'avais payé ma place plein pot ! Heureusement que la 3D n'existait pas à l'époque.

    RépondreSupprimer
  27. On t'a reconnu Poulpard de mes deux !

    RépondreSupprimer
  28. Pas spécialement fan du genre "horreur/peur", à part Hitchcock, mais je ne le mets pas dans cette catégorie.
    Bref. CE film = MAGNIFIQUE, un bijou, j'irais jusqu'à dire que c'est Hitchcockien, il te fait te ch*** dessus de troulle avec rien, pas de sang, rien, Ici (comme chez Alfred) la peur est suggérée, des bruits, des ombres, pas montrée bêtement (hein quoi ? Saw ?).
    Bref. Un putin de film ! Que je n'ose pas revoir seule (voire mm accompagnée).
    Réalisation parfaite.

    RépondreSupprimer
  29. Il est pas grandiose ce film et il est loin de faire peur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est de la réponse, à laquelle je répondrai par un aussi définitif et inepte : il est grandiose ce film, et il fait vachement peur.

      Supprimer
    2. Apparemment on n'a pas le droit d'avoir un avis différent du vôtre sur ce blog : quelle belle preuve d'ingéniosité !

      Supprimer
    3. Tu as aussi le droit d'ouvrir un dictionnaire de temps en temps.

      Supprimer
  30. Nanar -> T'as parfaitement le droit d'avoir un avis différent, et mieux, tu es même invité à le dire en coms. De la même manière, j'ai le droit de dire que je désapprouve ton commentaire, et tu pourras dire en retour que tu désapprouves ma désapprobation si le cœur t'en dit. Et tu sais quoi ? T'as même le droit d'argumenter un poil, de manière à ce que les coms ne soient pas aussi chiants que celui que je suis en train de pondre.

    RépondreSupprimer
  31. Belle critique, joli point de vue. On en a tous des différents mais ça fait du bien de lire des critiques recherchées et un minimum constructives..ça devient plutôt rare de nos jours.
    Pour ma part j'ai eu du mal à garder toute mon attention sur le film. L'ambiance, qui se veut oppressante au milieu de son brouillard, de ses rideaux tirés et de son silence, m'ont plutôt donné sommeil..c'est terriblement con, je suis peut être pas assez réceptive à ce jeu de portes qui claquent et enfants qui crient. Mais le pire, je pense, c'est peut être que j'ai senti venir la fin très tôt. Je trouvais les lieux 'trop peu vivants', forcement...la conclusion m'est venue. Au final, je me suis endormie. Une semaine après, jme suis forcée à le regarder une seconde fois..et jusqu'au bout, histoire de se donner bonne conscience! Mais rien à faire, j'ai pas réussi à accrocher. Je crois que les marches qui craquent, les piano qui jouent tout seuls et les vieilles voyantes, ce n'est pas pour moi.
    Peut être que d'ici un ou deux ans, je reconsidérerai la chose. D'ici là, une tasse de thé et un livre de Stephen K, ça me va.

    RépondreSupprimer