23 juin 2011

Insidious

Que dire ? Il y a parfois des films dont l’extrême nullité laisse sans voix et, surtout, dont on ne parvient même pas à s’expliquer le succès qu’ils ont rencontré auprès du public. Insidious est de ceux-là. Je suis atone mais mes doigts prennent le relais pour votre plus grand plaisir. Insidious est la troisième collaboration entre le réalisateur James Wan et le scénariste et acteur Leigh Whannell. Après Saw, c'est leur deuxième film qui réussit à faire trembler le box office US et à ramasser le pactole, récoltant des millions (76M$ and counting !) à partir d’un budget pourtant dérisoire (1,5M$ dont une grande partie dépensée en Comté "Nos régions ont du talent" pour satisfaire les desiderata du comédien Pat Wilson). Si la qualité de Saw était ma foi toute relative, son succès m’était au moins compréhensible, notamment grâce à son twist final débile mais qui surprenait forcément. Là... Mystère ! On est en présence d’une daube d’envergure internationale, que j’ai pourtant vue dans les meilleures conditions possibles, bien accompagné, et avec la simple envie de voir un film d’horreur divertissant, sachant remplir le cahier des charges. Que nenni ! Passez votre chemin !


James Wan et Leigh Whannell découvrant les propriétés euphorisantes des liquides riches en bicarbonates.

Insidious est un film d’horreur ridicule de bout en bout, le genre de film qui conforte le cinéma d’horreur dans le tiers-monde du 7ème art, qui le rabaisse tout entier et vient nous rappeler que le genre est bel et bien composé à 99% d’infâmes saloperies. Pour vous donner une idée, dites-vous qu’Insidious est une sorte de parent dégénéré du déjà très mauvais Jusqu’en enfer de Sam Raimi. Les deux films m’ont l’air similaire sur bien des points. On sent la même volonté chez les deux metteurs en scène d’embarquer les spectateurs dans une pauvrette attraction de fête foraine mise sur pellicule, dans un train fantôme avançant laborieusement et manquant tristement d’inspiration pour surprendre son voyageur, cachant cela dans un déluge d'effets indigestes. Le genre est ici abordé de façon old school et très frontale, avec des objectifs que l’on sent très modestes (faire peur, divertir salement) et justement annihilés par des ambitions de bas étage, jamais transcendées par la volonté toute simple de torcher un bon film avec un minimum de prétentions artistiques.


Un caméo aussi flippant qu'écolo : celui de Nicolas Hulot

Un peu à la manière de Jusqu’en enfer, mais de façon peut-être encore plus flagrante et embarrassante, Insidious a le vilain défaut de ne pas savoir sur quel pied danser. On navigue entre la parodie maladroite et pas drôle du film de maison hantée, avec un second degré mal maîtrisé et un humour qui tombe toujours à plat ; et le sérieux le plus mortel et pathétique d’une série-b tout juste bonne à être diffusée en deuxième partie de soirée sur RTL9. Vous savez, ces téléfilms sur lesquels on zappe malencontreusement, dont on se moque gentiment 2 minutes, puis qu’on oublie aussi sec en se disant que la télé c’est de la merde et qu’on a vraiment la rage de payer une redevance. Les prestations des acteurs sont tout à fait dignes d’un téléfilm. Ils sont tous lamentables et ne semblent pas du tout concernés, à commencer par le si fade Patrick Wilson, un acteur ô combien transparent que j’avais déjà rapidement égratigné quand je vous avais parlé de Morning Glory et sur lequel je ne m’acharnerai donc pas davantage. Quoique… Le fantôme du film, c’est lui ! Il est à ranger dans la catégorie des Steven Seagal et autres Vin Diesel, les muscles, le charisme et l’art de la baston en moins (il ne lui reste donc pas grand-chose sur son CV !). Quant à Rose Byrne, son charme est ici largement insuffisant pour faire abstraction des limites qu'affiche son jeu si maussade et peu inspiré. Si Nicole Kidman avait profité du film Les Autres pour étaler tout son talent et jouer la peur comme personne, donnant à elle seule de l'intérêt à ce film, on est très loin de pouvoir en dire autant sur sa compatriote australienne, en mode pilote automatique, subissant des vents latéraux et autres turbulences désagréables.


Rose Byrne ne supportait pas l'haleine effroyable de son collègue fan de fromages à pâte pressée cuite, d'où certaines scènes de dialogues où l'actrice évite manifestement le face-à-face.

Il faut voir ce couple vedette sans relief réagir impassiblement quand une vieille médium au profil de lévrier afghan lui explique enfin, vers l’heure de film, l’origine des phénomènes surnaturels qui sont survenus dans leur première baraque et qui ont continué à se manifester après avoir pris refuge chez la mamie, incarnée par une Barbara Hershey faisant peine à voir. Une histoire sans queue ni tête qui reprend cette vieille légende urbaine comme quoi il existerait des personnes (dont Pat Wilson et son fils dans le coma font partie) capables de sortir de leurs enveloppes corporelles et de errer dans un univers parallèle : un monde infesté d'esprits évidemment maléfiques qui cherchent à revenir dans la réalité pour faire le mal. Entre parenthèses, moi je pensais que cette faculté de sortir de son corps pour mieux se mater de l’extérieur était réservée aux plus grands acteurs pornos et pouvait être à la portée du gars lambda lors d'une bonne partie de jambe en l’air durant laquelle le point G est touché du doigt. Mais bref passons sur ce détail...


Après ce film, vous ne regarderez plus les babyphones de la même façon

Le film est truffé de clins d’œil appuyés à une petite pelletée de films fantastiques, on pense par exemple à Paranormal Activity, Poltergeist, Shining, La Malédiction, Shutter, Amityville et même SOS Fantômes. Des références pas toujours très heureuses qui constituent une accumulation fatigante sans doute destinée à placer le spectateur en terrain connu et à se le mettre dans la poche. Sauf que ça ne marche pas. Au sein d’une telle saloperie, toutes ces références ont plutôt l’air d’être autant d’insultes adressées à un cinéma de genre trainé dans la boue. Insidious accomplit même l'exploit de faire passer tous ces films pour des purs chefs-d’œuvre (Paranormal Activity exclu, n’exagérons rien). Ici, il n’y a donc rien à sauver, ou si peu... Soyons sympa et évoquons deux passages assez réussis : cette scène où Rose Byrne découvre le fantôme d’un gosse dansant bizarrement sur une vieille musique diffusée par un gramophone ; et ces apparitions de jeunes femmes en petites robes gothiques, étrangement figées et ne gesticulant que par à-coups (apparitions qui s'incluent lors de l'errance finale dans l'univers des morts, qui rappelle les jeux vidéos Silent Hill et même Max Payne, c'est dire jusqu'où James Wan est allé piocher...). Deux moments très fugaces, complètement noyés par le reste, et dont je suis bien généreux de me rappeler. Car à part ça, tout m'est apparu complètement raté dans ce film qui, en outre, cristallise toutes les pires rengaines des films d'horreur merdiques actuels, comme par exemple ces inévitables effets sonores stridents qui essaient de faire sursauter et accompagnent chaque scène-choc, la mise en scène étant bien incapable d’effrayer autrement (elle est de toute façon incapable de créer quoi que ce soit).

Je ne regrette quand même pas de l'avoir vu, je n'ai pas passé un si mauvais moment devant de tels sommets de ridicule, et une daube pareille mérite qu'on y jette un coup d'œil, on en croise pas si souvent. Aussi, faut dire que j’ai passé la majeure partie du film à faire des commentaires pourris où je tentais systématiquement de placer le mot « insidieux », tout en sifflotant Alpha Beta Gaga de Air, au grand dam de ma compagne...


Insidious de James Wan avec Patrick Wilson, Rose Byrne et Leigh Whannell (2011)

30 commentaires:

  1. Shyamalan avait déjà essayé de nous foutre les boules avec un babyphone dans "Signs" !

    RépondreSupprimer
  2. On est d'accord... gros naveton!

    RépondreSupprimer
  3. Un babyphone qui faisait des cris de canards dans cet énorme étron qu'est Signs !

    RépondreSupprimer
  4. Encore heureux qu'on paye pas la redevance pour RTL9 !

    RépondreSupprimer
  5. Le babyphone de Signs a enfin sa place au hall of fame des bruits les plus zarbs du cinoche, et c'est grâce à insidieux !

    RépondreSupprimer
  6. Cool!! Ton blog est le double maléfique du notre: Tu trouves que 99% des films d'horreur sont de la merde et nous que 99% des films français et d'auteur sont de la merde. Mdr!!

    RépondreSupprimer
  7. Je parle du 1% restant avec plaisir :)

    RépondreSupprimer
  8. On se rejoints! Si ca c'est l'avenir et le renouveau du film d'horreur, on est mal!

    RépondreSupprimer
  9. @Félix: et nous aussi!! Mdr!

    @Nico: Qui a dit que c'était le renouveau du film d'horreur? Ou l'avenir? Insidious est un film d'horreur old school et pop corn...c'est tout.

    RépondreSupprimer
  10. @Bruce Kraft : je l'ai lu dans certaines critiques et ca m'a pas aidé a apprécier le film puisque j'en attendais mieux. Ceci dit meme sans ca j'en ai juste un peu marre des films d'horreur "pop corn" qui se prennent pas au sérieux, ca tue le genre.. et devant ca j'ai pas peur une seconde..

    RépondreSupprimer
  11. Perso je me tape des projections astrales à gogo, vous devriez essayer !

    RépondreSupprimer
  12. quelle boucherie!!
    allez donc lire ça plutot: http://cinema.fluctuat.net/films/insidious-2/13463-chronique-Devil-inside.html

    RépondreSupprimer
  13. Mouais... Le type s'est apparemment fait dessus et a flashé sur Rose Byrne, ce qui n'est pas du tout mon cas, pas avec ce film.
    Par contre, au début de sa critique, il assassine bien Saw :
    "A la sortie de Saw, on ne misait pas lourd sur James Wan. Film à dispositif affreusement mal fichu qui pourtant a engendré trop de suites, Saw était l'archétype d'un cinéma sans mise en scène et roublard, presque putassier et surtout très laid. "
    Et, en fait, je pourrai dire exactement la même chose d'Insidious !

    RépondreSupprimer
  14. TeethLikeGod'sShoeshine24 août 2011 à 00:42

    Une daube sans nom !

    RépondreSupprimer
  15. Ptin vous êtes séveres là !

    RépondreSupprimer
  16. Faut vraiment que les amerloques soient crédules ou en manque d'impressions pour donner du jus à cette escroquerie sans intérêt. Vu et pas pris.

    RépondreSupprimer
  17. la critique est facile.. Les propos ne sont pas fondés.. Ce sont vos critiques qui rendent le film incrédule ^^

    RépondreSupprimer
  18. Ton commentaire est fort insidieux, Anonyme.

    RépondreSupprimer
  19. "La critique est facile", dixit anonyme. Je te cite car tu critiques facilement.

    RépondreSupprimer
  20. Les propos sont fondés sur le film !

    RépondreSupprimer
  21. L'article, quoiqu'excellent, est même en-deçà de la vérité, ce film que je n'ai pas vu est une merde puissance 1000 !

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir,

    Pourriez-vous développer à propos du caméo de Nicolas Hulot ?

    Sinon c'est pas bien de se moquer des personnes au physique de lévrier afghan !

    Très bonne critique !

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  24. Absolument d'accord, alors que le début semblait commencer relativement bien, une angoisse abordée ss effets spéciaux. Après 20 min. le film sombre ds 1 ridicule rarement atteint. Nul nul nul !!
    Quant à Barbara Hershey, passer la même année de "black swan" à "ça" No comment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça lui fait deux cartons au compteur la même année en tout cas.

      Supprimer
  25. Tristesse :

    https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/q85/s720x720/164207_10151740608387145_1163416398_n.jpg

    RépondreSupprimer
  26. Chacun ses goûts après tout...

    *cherche un moyen de retrouver et d'assassiner l'auteur de l'article*

    RépondreSupprimer