21 juin 2011

X-Men : Le Commencement

J'ai vu le premier X-Men à sa sortie au cinéma. J'ai décidé d'arrêter d'aller voir des films de cette saga après avoir vu le second volet également sur grand écran. Mais en apprenant la sortie de ce prequel dont tout le monde vantait les mérites, j'ai pris mon courage à deux mains et je me suis renvoyé toute la série d'un coup en quelques jours pour être prêt à affronter les origines de ces super-héros incontournables. Tout y est passé : X-men, X-men 1.5, X-men 2, X-Men : The Last Stand et X-Men Origins : Wolverine. Mater tout ça d'une traite, ça vous secoue la semoule un bon coup ! Surtout le dernier opus cité, sorte de sous-marque réalisée par un ouvrier dans le cinéma nommé Robin Wood, mais toujours estampillée Bryan Singer et produite par lui, puisqu'il est le traducteur officiel de Stan Lee sur écran géant. Deux autres "Origins" sont à venir, et si cette trilogie des origines est du même acabit que son premier titre, ce sera sans doute le pire triptyque de l'Histoire du "pop-corn movie". Bref on est face à une franchise déjà monumentale et qui n'a pas fini de se répandre puisque X-Men : Le Commencement n'est que le premier volume d'une trilogie de prequels (un peu façon Star Wars épisodes 1, 2 et 3). Donc autant s'y attaquer en temps et en heure, histoire d'être à la page et de suivre un peu le merdier en chantier, car ne nous voilons pas la face, le film de superhéros c'est la nouvelle coqueluche d'Hollywood depuis près de dix piges, et on ne peut vraiment plus passer entre les gouttes.



Mais que donne ce nouvel épisode ? Force est de constater que dans le genre, c'est pas mal ! En tant qu'ancien lecteur des comic books, ça m'a rappelé quelques souvenirs, que ce soit l'habit originel des X-Men en licra jaune, le véritable casque de Magnéto (il était temps, celui des premiers films étant d'une laideur sans nom), ou certains membres de la troupe, comme Le Hurleur (assez bien reproduit) ou Alex Summers, aka Havoka. Concernant les acteurs, James McAvoy et Michael Fassbender sont très bien choisis pour incarner Charles Xavier et Magnéto dans leur jeune âge : ils leur ressemblent physiquement et entrent bien dans le rôle. D'ailleurs la jeunesse de ces personnages est plutôt bien dépeinte et leur donne une épaisseur qu'ils n'avaient pas dans la série des trois premiers films (dont le troisième est une relative chiure, je tiens à vous le rappeler). C'est surtout vrai concernant le Professeur X qui n'est pas une simple copie juvénile du vieux sage de la trilogie initiale mais un jeune séducteur insatiable et facétieux, d'abord insouciant puis peu à peu éveillé à ses responsabilités. En revanche l'actrice qui joue Mystique (Jennifer Lawrence), ne ressemble pas du tout à Rebecca Romjin Stamos et ses talents d'actrice restent à prouver. C'est dommage, tout comme le "caméo" de Romjin Stamos d'ailleurs, d'assez mauvais goût (contrairement à une autre apparition clin d’œil plutôt bien sentie et que je ne dévoilerai pas ici). Le Fauve n'est pas tellement réussi non plus, alors qu'il avait plutôt fière allure dans X-Men 3. En revanche voir l'aguichante Rose Byrne en sous-vêtements affriolants dans sa première scène n'est pas complètement désagréable. Enfin Kevin Bacon s'en sort bien en mutant nazi et il faut noter cette scène où Charles le fige en plein mouvement : aucun effet spécial ne se supplée au talent de l'acteur qui s'immobilise comme personne dans une moue de merde inimitable.



Quelques détails font un peu tâche parfois, sans empêcher l'adhésion à l'histoire, comme certains effets un poil kitchs, quelques scènes surjouées ou écrites à la truelle. Mais dans l'ensemble ça se regarde sans déplaisir. La Guerre Froide en toile de fond n'est pas forcément un choix très heureux mais on passera aussi là-dessus. Certains iront s'extasier qu'un film de pur divertissement ayant tous les atours du film pour ados aborde de lourds sujets tels que le racisme, le principe de responsabilité, la culpabilité de "ceux qui obéissent aux ordres" et ainsi de suite, mais comme souvent ces thématiques ne sont pas profondément traitées au-delà de leur simple évocation dans les dialogues. Pas de quoi crier au film philosophique non plus. En même temps c'est pas ce qu'on attend d'un film de super-héros hollywoodien qui, contrairement à la saga Batman de Christopher Nolan, ne se prend pas trop au sérieux et se contente de remplir honnêtement son cahier des charges, sans tomber dans la débilité profonde non plus, ni dans le second degré à tout prix. On peut par ailleurs noter des moments sympathiques et bien trouvés, comme les scènes qui concernent les nouvelles recrues. Notamment la séquence où les jeunes gens se mettent au défi de révéler leurs pouvoirs dans ce qui ressemble à une salle de jeu pour enfants. La scène aurait facilement pu tourner au ridicule, au lieu de ça elle fait montre d'un certain panache en nous présentant ces superhéros en herbe qui prennent conscience de leur gémellité sans connaître les implications de leurs pouvoirs. L'autre séquence sympathique, du point de vue de la mise en scène, si, si, est celle où les futurs X-Men s'entraînent d'arrache-pied pour maîtriser leur don. L'utilisation du splitscreen dans cette séquence de recrutement, même si elle est un peu abusive, passe bien en cela qu'elle rappelle volontairement les cases disproportionnées des comic books qui s'interpénétraient et qui nous rendaient dyslexiques à souhait. Bref, un épisode peut-être moins "réussi" que les deux premiers de la première trilogie (encore que les personnages y soient plus épais et moins caricaturaux que Wolverine), mais qui se regarde facilement. A voir pour ceux qui ont maté les autres films de la saga sans se ronger les ongles. C'est typiquement sympa un dimanche soir (ou un dimanche après-midi).


X-Men : Le Commencement de Matthew Vaughn avec James McAvoy, Michael Fassbender, Kevin Bacon, Jennifer Lawrence et Rose Byrne (2011)

31 commentaires:

  1. J'vais ptet y aller pour la Fête du cinoche ! J'en profiterai pour aller voir LA CONQUETE parce que je verrais bien Sarkozy dans le rôle de Magnet... euh, dans le rôle du Crapaud.

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi j'ai trouvé intéressant le personnage de Xavier, jeune et impétueux. On sent les bases de sa façon de penser, tout en étant pas encore certains de certaines choses.
    Par contre tu as eu du courage de te mater tous les autres X-Men avant celui-là, chapeau.

    RépondreSupprimer
  3. La pauvre Rose Byrne est lamentable dans Insidious, à l'image du film. :(

    RépondreSupprimer
  4. On dirait que j'ai tout bon, j'ai vu les deux premiers, refusé de voir le troisième parce que je suis sur que c'est une merde, et j'ai envie de voir celui-là, du coup.

    RépondreSupprimer
  5. C'est pourtant signé par le salop qui a fait Kick-Ass...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pas trouvé le 3 si merdique moi. Le scénar est pas top mais y'a deux trois scènes pas mal et en règle générale... bon, OK, c'est le moins bien des 3.

    http://2.bp.blogspot.com/_StG-TzxEvmY/SFiKjW_OX9I/AAAAAAAAACI/TvGwvIZJHOA/s400/MAGNETO.jpg

    RépondreSupprimer
  7. Le 3 n'était pas génial, le pire étant bien entendu Wolverine, mais celui-ci je l'ai trouvé très agréable à regarder, au moins la première demi heure avec par exemple la scène de Magneto en Argentine, où c'était un étrange mélange hollywoodien de OSS 117 et d'Inglorious Basterds.

    Sinon j'aime quand vous chroniquez les films que je vous "ordonne" de faire :p

    RépondreSupprimer
  8. Joe Gonzalez >> Oulala tu vas avoir de gros gros problèmes toi !

    Jmulans >> J'ai pas du courage, j'ai juste une meuf...

    Anonyme >> Pas vu "Kick-Ass". Il paraît que c'est une saloperie. Je pense que je le détesterais vu ce qu'on m'en a dit. Par contre je pense qu'un film de la franchise X-Men n'est pas forcément marqué du sceau de son réalisateur. Tout ça reste très formaté et calibré pour s'inclure dans la saga sans effort. Singer reste aux manettes.

    RépondreSupprimer
  9. Le super-pouvoir de la super-héroïne sur la deuxième image c'est d'avoir des super-nibards !

    RépondreSupprimer
  10. "Singer" c'est la marque de mon aspirateur...

    RépondreSupprimer
  11. Cool nibards mais gueule de robot. Dans "Sans Identité" elle arbore un décolbard sympa, mais toujours sa trogne de cyborg. Dommage car ça reste important la tronche...

    http://img.glam.co.uk/wp-content/uploads/2011/03/3.jpg

    RépondreSupprimer
  12. tenez un bonus

    http://img31.imagevenue.com/img.php?image=99758_07_122_93lo.jpg

    http://img201.imagevenue.com/img.php?image=99765_0_122_209lo.jpg

    RépondreSupprimer
  13. Betty Draper est le diamant de cet épisode! !!

    RépondreSupprimer
  14. Joe ex fan des X-men G.1 septembre 2011 à 12:16

    Je suis assez déçu. Je crois que je me suis plus amusé devant Wolverine :/

    RépondreSupprimer
  15. Tu as donc un petit grain Joe, ravi de te l'apprendre.

    Je ne dis pas qu'X-Men le commencement est amusant, mais je dis que Wolverine est un étron de très petite taille et paradoxalement très odoriférant.

    RépondreSupprimer
  16. Chacun son opinion, tu n'as pas la science infuse.

    RépondreSupprimer
  17. "Chacun ses goûts", c'est bien un argumentaire de footeux ça...

    RépondreSupprimer
  18. J'aime imaginer que Fabrice Abriel, aka "Fab", a effectivement profité de la trêve internationale pour poster ce petit commentaire.

    RépondreSupprimer
  19. "Chacun ses goûts" est un excellent début de méthode dont la suite consiste à prendre du recul dans des situations de conflit, rester neutre et observateur, et regarder les autres se mettre sur la gueule en toute sécurité :-D

    RépondreSupprimer
  20. Non, là Joe a dit "Je suis déçu, je me suis plus amusé devant Wolverine", Rémi lui a répondu "Tu as une légère maladie mentale, Wolverine est une énooooooooorme merde". Chacun de ses deux personnages a le droit d'estimer que l'un ou l'autre des films est meilleur tout en réalisant une suite d'arguments pour convaincre l'autre. Mais en commençant par dire que son interlocuteur a probablement un problème mental qui doit expliquer la raison pour laquelle il se trompe, le débat est biaisé.
    C'est un peu ce que j'ai voulu dire dans mon message précédent mais j'admets que ce n'était pas clair.

    RépondreSupprimer
  21. Si ça peut te rassurer, Joe m'est très très proche, c'est pour ça et uniquement pour ça que je lui reproche sa maladie mentale, car il est effectivement intellectuellement déficient, or j'aime à le lui rappeler en lui envoyant son défaut d'intelligence dans la tronche au détour d'un commentaire, ce que je ne ferais pas avec un quelconque autre quidam qui viendrait dire son amour pour Wolverine et son mépris pour X Men le commencement (que je ne défendrai d'ailleurs jamais avec beaucoup d'acharnement).

    RépondreSupprimer
  22. Et moi, j'ai défendu avec acharnement mon point de vue sur l'expression "chacun ses goûts".

    RépondreSupprimer
  23. Ptin les mecs, vous me donnez la gerbe avec vos "oh je défends ma position" "et moi la mienne". Merde quoi !

    RépondreSupprimer
  24. C'est en cela que repose l'art de ne jamais être d'accord

    Pour ma part, j'ai vu et Wolverine et ce Commencement du X, et je ne souhaite nullement les revoir.

    RépondreSupprimer
  25. ce sont deux merdes! mais l'idée du reboot parvient a en berner certains!!

    RépondreSupprimer
  26. Au contraire l'idée de reboot aurait plutôt de quoi me rendre très très méfiant, voire mauvais. Mais ce film-là, vu au cinéma, après avoir maté tous les épisodes précédents et notamment cette infâme merde de Wolverine, ça passait à l'aise.

    RépondreSupprimer
  27. Disons qu'il se ramollit alors, parce que devant la première scène j'étais tout sauf mou perso...

    RépondreSupprimer
  28. Je viens de voir la suite de cet X-Men, et elle est du même acabit! Ceux qui ont aimé "le commencement" (comme moi) seront ra-vis. Les autres peuvent aller faire autre chose. Attention, pas de January Jones dans le second!

    RépondreSupprimer