12 mai 2011

Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu

Il paraît que ce film de Woody Allen s'est fait démonter par la critique... Je ne comprends pas vraiment pourquoi. Surtout qu'il y a bien d'autres films sur lesquels se déchaîner... Alors évidemment, c'est pas un grand film, pas un chef d'œuvre ni rien de tel (j'ai presque envie de rappeler : "Ow, ça reste Woody Allen, ça reste le tocard que tout le monde connaît..."), mais ça se regarde avec plaisir, vraiment. Et je le préfère infiniment à la plupart des derniers films du cinéaste binoclard, notamment ceux qui font la part belle à Scarlett Johansson, à commencer par Match Point, qui avait reçu les louanges d'à peu près tout le monde alors que je ne le trouve pas bon du tout, sans causer du médiocre Scoop et surtout de Vicky Cristina Barcelona, qui me semblent infiniment plus mauvais. D'ailleurs, ce dernier, si on me forçait à le revoir, il me plomberaient complètement. A part pour mater ses actrices salaces, ce film vaut strictement que dalle ! C'est une carte postale de l'Espagne ultra-cliché qui sent le zgeg. Enfin bref. Pour moi l'année 2010, celle de la sortie de Vous allez rencontrer un gros titre à rallonge de merde, est donc un bon "cru", comme il est de coutume de dire quand on cause du film annuel de Woody Allen.


Sur votre droite, ce n'est pas un bel et sombre inconnu, c'est ce salopard libidineux de Anthony Hopkins qui a accepté de jouer dans ce film car il réalisait ainsi l'un de ses fantasmes : jouer "au papa" avec Naomi Watts.

Déjà, les acteurs ont tous l'air à leur place, légitimes et appropriés. On n'a pas le sentiment qu'ils sont là histoire de rajouter à leurs filmographies un petit Woody Allen, ce qui fait toujours bien dans le milieu. Non, là, même le gros Josh Brolin, que je n'aime pas beaucoup d'habitude, s'avère crédible et juste dans son rôle d'écrivain raté qui n'éprouve plus rien pour sa femme, Naomi Watts, elle aussi très bien, qui est un peu remontée dans mon estime en tant que comédienne. Puis Antonio Banderas est nickel dans son petit rôle de beau vieux (avec juste deux scènes payées des clopinettes), si j'étais une meuf il m'aurait à l'aise, en tant que mec aussi je le dégomme. Quant à l'inénarrable Sir Anthony Hopkins, l'acteur a peut-être le rôle le plus grossièrement écrit mais il lui donne une certaine épaisseur en étant assez remarquable, plutôt subtil dans son jeu, et c'est assez exceptionnel pour être souligné. Par ailleurs Woody Allen a véritablement les yeux d'un gros obsédé sexuel raffiné qui sait filmer ses comédiennes. L'actrice indienne Freida Pinto, qui était vulgaire et insupportable dans Slumdog Millionaire sous la caméra de l'infâme Danny Boyle, est ici d'une beauté rare. On comprend que Josh Brolin perde ses moyens face à elle et qu'il se mette à lui déblatérer ses pires astuces de vieux triquard.


"Tu vas faire un film avec Woody Allen" qu'on m'a dit, "tu vas voir, il te jette des bombasses cul-nul en veux-tu en voilà qui se frottent sur toi au tarif syndical". Ouais le seul cul nu que j'ai vu pendant le tournage, c'est le mien le soir dans le miroir de la salle de bain de mon hôtel miteux !

Quant au film, plus généralement, il est mené à un rythme très soutenu et je ne me suis ennuyé qu'un quart d'heure, ce qui est pas mal avec un Woody Wood Allen. Il est assez léger, tantôt grave, mais c'est la légèreté qui l'emporte clairement, et c'est tant mieux, ça donne au film un charme désuet que n'avaient pas certains des derniers Allen, parfois un peu trop démonstratifs, moralisateurs, schématiques. Ici Woody Allen donne davantage l'impression de nous faire croquer un bout de la vie de plusieurs personnages et il nous quitte même en laissant certaines intrigues en suspens, ce qui n'est pas plus mal. C'est rarement surprenant, mais je me suis laissé aller dans son récit sans souci. Je peux peut-être comprendre que ceux qui préfèrent les Woody Allen focalisés sur un personnage principal cynique incarné par lui-même ou un alter ego (comme c'était le cas dans Whatever Works, qui m'avait bien plu aussi) puissent être déçus par ce film, même si c'est bien triste pour eux d'être condamnés à espérer toujours la même recette, mais pour ma part cet aspect-là ne me manquait pas du tout, au contraire. Après je ne cache pas que j'ai passé une super soirée quand je suis allé voir ce film au ciné. J'étais avec mes beaux-parents qui sont déjà vraiment sympathiques et puis on a terminé la séance avec un repas pantagruélique dans une taverne bavaroise qui sert tripes sur tripes, tripoux à l'entrée, andouillette AAAAA en plat de résistance, boudin blanc en sorbet béchamel au dessert, le tout noyé dans la choucroute et le pinard bouchonné, bref, le pied ! Or il se peut qu'une soirée si géniale, doublée d'une digestion compliquée, ait quelque peu influencé mon appréciation du film en bois de Woody Allen.


La bombasse du film, qui tente de faire croire qu'elle sait jouer de la guitare. Moi, je lui préfère le visage mutin de Naomi Watts, mais je lui reconnais quelques qualités athlétiques, je le conçois.

Parce qu'en y repensant avec du recul, et quitte à passer pour un indécis en complète contradiction avec lui-même ou pour un schizo à moitié triso, il faut bien dire que l'histoire ne présente aucun intérêt. On a déjà vu et entendu ça un bon million de fois, ces personnages pathétiques qui en chient avec leurs sentiments et qui remettent en cause leur vie affective... Le vieillard qui a peur de vieillir, qui fait du sport et qui épouse une playmate bodybuildée transsexuelle ; l'écrivaillon raté en jogging Reebok qui tombe dingue de sa voisine d'en face, une indienne qui a pris son intégration ibérique à bras le corps et que l'on pourrait qualifier de véritable "auberge espagnole" si vous voyez ce que je veux dire, prompte à éveiller un besoin d'adultère chez l'écrivain raté qui la reluque, lequel se fout dans la merde en pompant le manuscrit de son ami dans le coma ; on a aussi droit à la pimbêche trentenaire fanée par sa vie de couple peu trépidante qui tombe amoureuse de son patron doté d'un gros burrito et qui est triste parce qu'elle voudrait avoir un premier enfant avant d'être grand-mère ; la vieille mamie un peu tarée et déboussolée par son divorce qui fait caguer tout le monde avec sa voyante attitrée... Personnellement j'en ai rien à foutre de leurs histoires pourries. C'est la même soupe que nous vomissent tous les derniers Woody Alien depuis pas loin de dix piges. Une galerie de portraits sans intérêt, un mixte de gueules ravagées bavardes comme pas deux et aux dialogues sans saveur, le tout filmé le plus platement possible par un fantôme des plateaux qui nous fait chier chaque année en ouverture du festival de Cannes avec son nouveau navet printanier. C'est du théâtre de boulevard sans qualité, basé sur des personnages caricaturaux et terriblement méprisables. L'histoire est vaine, la morale finale est foireuse. T'es fini Allen, fini !


"Non, je déconne pas, j'ai beau avoir 76 ans, je reste vigoureux. Là je la maintiens avec ma main gauche pour ne pas te dévoiler une bosse trop conséquente et te faire peur. Mais je te laisse évaluer le diamètre de ma "tarentule" en te démontrant comment je dois la tenir au repos avec ma main droite pour ne pas me pisser dessus..."

Et si le film a quelque chose de "sympathique", s'il se laisse mater sans broncher (ce qui n'est certainement pas un gage de qualité), c'est uniquement parce qu'il est rythmé et qu'il semble enjoué, n'empêche que c'est jamais drôle ni subtil, et c'est pas un plan séquence de cinq minutes avec des acteurs qui s'engueulent dans le champ en nous rappelant toutes leurs années de labeur à l'Actor's Studio qui va sauver ce merdier. On est en droit d'attendre mieux de Woody Allen (tous ses derniers films sont à chier si on y repense) que ce navet bourré de clichés et de facilités, comme la voix-off bien pratique pour s'éviter de mettre joliment en place le récit de ce qui n'est qu'un film choral misérable. C'est nul. Des derniers Woody Allen j'ai largement préféré Vicky Christina Barcelona (qui était complètement naze), uniquement parce qu'il y avait Pénélopé Cruz. Rah, Pénélopé, quand je pense à toi je vois mon sexe se développer !


Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu de Woody Allen avec Naomi Watts, Josh Brolin, Anthony Hopkins et Antonio Banderas (2010)

11 commentaires:

  1. Bon humour même si je te trouve un peu injuste avec Vicki Cristina Barcelona.
    En tous cas la dernière phrase ne laisse pas de place à l'imagination :)

    RépondreSupprimer
  2. TROP bon papier, je me suis bien marré !

    RépondreSupprimer
  3. Merci à vous deux !

    (Je note que selon le compteur "Free Counter", en bas dans la barre de droite du blog, nous avons allègrement dépassé la barre des 100 000 visites. En fait cette barre fut certainement dépassée depuis un fameux bail vu qu'on a installé le "Free Counter" près d'un an après la création du blog. Mais n'empêche que c'est écrit. Et qu'avoir dépassé cette fameuse barre des 100 000 visites réveille une autre barre située dans mon calebard).

    RépondreSupprimer
  4. La vraie semaine de la mise en abyme ça sera celle où vous causerez que de films avec des bites et des couilles !

    RépondreSupprimer
  5. Le gros côté queutard-craspec de cet article est surtout dû au dénommé Poulpard, notre ghost-writer malade aka "Brain Damage".

    RépondreSupprimer
  6. On a demandé à Poulpard d'écrire des légendes pour les photos de cet article, or Pulpe "Brain Damage" Pulpeux ne doit pas connaître cette définition-là du mot "légende", du coup il s'est cru en devoir de raconter de vraies légendes, d'ériger des mythes quoi, et pour lui ça passe apparemment par la taille de la bite des personnages.

    A quand une réécriture du "Seigneur des anneaux" avec des hobbits non plus aux grands pieds mais aux grands viés, et avec le fameux Gandalf le Gland, renommé Gandolfi, qui se balade avec son grand baton magique, complètement à poil sous sa cape en tweed.

    RépondreSupprimer
  7. Super article, limite dommage qu'une photo vienne clairement séparer les deux parties. Balancer tout d'un bloc en voyant un mec plutot sympa devenir carrément aigri envers cette vieille tronche d'anglais (j'ai pas dit autre chose!), c'est top.
    Mais bon, on aurait pas eu les légendes de cerveau endommagé.

    RépondreSupprimer
  8. En ce moment à Cannes sur le plateau de Denisot, Woody Allen : "Je suis souvent déçu en voyant mes propres films".

    Y'a que toi et le chien de Philippe ! Sauf que nous on casque pour mater tes conneries, toi tu palpes. Salop -_-

    RépondreSupprimer
  9. Allen n'est pas en compétition

    RépondreSupprimer
  10. "Match Point, qui avait reçu les louanges d'à peu près tout le monde alors que je ne le trouve pas bon du tout". Décidément, quand on est taré, on y tient et on en est fier... C'est si chic de dire du mal d'un film qui a fait l'unanimité ... Pauvre connard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, les petits merdeux et les petites putes dégénérées qui font juter leur chatte devant Match Point - une invitation à chier en ricanant sur les victimes d'assassinat (parce qu'une fois bien liquidées, elles peuvent plus rien dire ohohohoh) - je viens volontiers leur coller deux balles dans la tête pour les soigner. Oui, le petit monde autiste et putassier des medias a aimé. Mais t'es pas obligé de croire que c'est "tout le monde" et de faire de même, petite merde sociopathe. J'espère sincèrement que ta famille se fera assassiner.

      Supprimer