27 mai 2011

4 mois 3 semaines 2 jours

Cannes. 27 mai 2007. 19h27. Stupeur sur la Croisette : le jury présidé par Stephen Frears offre la Palme d’Or tant convoitée à 4 mois 3 semaines 2 jours du roumain Cristian Mungiu. Sous de timides applaudissements et quelques hués, le jeune réalisateur bondit de son siège, gagne l’estrade et se rue sur Diane Kruger, la maîtresse de cérémonie. A l’antenne, sur Canal +, le vétéran Philippe Dana a bien du mal à cacher sa gêne : ses commentaires en voix off bafouillent et frisent le politiquement incorrect lorsqu’il reproche aux « romanichels » de ne plus se « limiter aux poules ». Le malaise est partagé dans la salle. Qu’un roumain mal rasé aille chercher la Palme tout sourire sous les regards belliqueux de l’assemblée, alors que les frères Coen (pour No Country for Old Men), David Fincher (Zodiac) et Quentin Tarantino (Le Boulevard de la Mort) étaient aussi en compétition, ça la foutait mal ! Sur le moment, diverses hypothèses furent émises par les festivaliers pour expliquer une telle surprise. Parmi elles, l’une relevait que le cinéaste Stephen Frears, s’étant lui-même essayé sans succès au film social ultra glauque quelques années auparavant avec le sinistre Dirty Pretty Things, voulait sans doute honorer ce qu’il n’était pas parvenu à faire. Mouais…


Lui-même ne sait pas comment il en est arrivé là et s'en excuse.

Une chose est sûre : cette année-là, le président était très contesté, d’abord par les autres membres du jury, qui ne trouvaient rien à envier à sa carrière, mais aussi par les cinéastes en compétition, leurs acteurs, les cinéphiles qui suivaient l’évènement, les journalistes qui le couvraient, bref, par tout le petit monde du cinoche. Alors qu’il y a quelques jours Jean Dujardin s’est lamentablement agenouillé face à De Niro lors de la remise de son prix d’interprétation dans un geste stupide de dévotion suggéré par ce déni d'humanité qu'est Gilles Lellouche, une toute autre ambiance régnait lors de la cérémonie de clôture du festival de Cannes 2007. Celle-ci fut plutôt le théâtre de preuves flagrantes de manque de respect envers le pauvre Stephen Frears. La cérémonie fut ainsi marquée par une série de pets affreux dès que les lauréats passaient devant un jury littéralement pris pour cible, qui trinquait pour son président, tout en feintant de ne rien sentir d’anormal pour conserver sa dignité. L’odeur pestilentielle qui hanta le grand palais en ce dimanche fiévreux fut par la suite mise sur le dos de Stephen Frears himself, bien connu dans le milieu pour ne pas fleurer la rose.


Le regard qu'affiche Frears est assez touchant. Peut-être parce qu'il ignore ce à quoi pense Mungiu derrière son sourire figé : que la tronche du cinéaste britannique est la copie conforme de celle, monstrueuse, qui sort de la mâchoire-thorax du The Thing de John Carpenter.

A l'image du cinéaste britannique, 4 mois 3 semaines 2 jours est une palme assez décriée par le grand public, peu avide de curiosités roumaines, et qui y voit généralement le stéréotype du cinéma d’auteur considéré comme chiant et déprimant souvent primé sur la Croisette. Et pourtant, le film de Cristian Mungiu est tout à fait admirable, et sans nul doute bien meilleur que ses concurrents d’alors. Sa Palme d’Or est donc amplement méritée. Je comprends cependant que l’on puisse être refroidi par l’histoire qui s’annonce... Celle de l’avortement clandestin d'une jeune femme dans les dernières années du communisme, en 1987, dans une Roumanie où cet acte, illégal depuis 1966, fut pratiqué en masse, causant la mort de plusieurs milliers de femmes. Mais c’est ignorer que le film, dans ce qu'il nous fait ressentir, penche à mon sens plus du côté du thriller ultra tendu que du brûlot social méga glauque et gris. A la manière du film également roumain La Mort de Dante Lazarescu, auquel il ressemble sur bien des points (j'y reviendrai), le long-métrage de Cristian Mungiu nous scotche littéralement à notre fauteuil, mais sans nous plomber le moral ni nous dégoûter de la vie gratuitement. On pourrait même dire qu'il se dégage de son actrice principale, Anamaria Marinca, une énergie assez revigorante, quasi rassurante et très positive malgré les évènements qu’elle traverse. En outre, le réalisateur parvient tout au long du film à trouver miraculeusement la bonne distance. Celle qui permet de ne pas nous flinguer comme si on était devant un épisode de Zone Interdite ou autre émission télé française du dimanche soir.




La mise en scène de Cristian Mungiu, faite de longs plan-séquences et de passages en caméra portée qui font toujours sens, est d’une efficacité redoutable. Le cinéaste déploie une vraie maestria se caractérisant notamment par un souci du détail fascinant qui donne toujours plus de force et de puissance à son œuvre. Ce qui m’a particulièrement frappé est la maitrise du suspense dont le réalisateur roumain fait preuve, sa capacité à nous happer complètement dans son film lors de moments où la tension atteint des sommets. Il réussit merveilleusement à nous mettre à la place de son personnage principal, une jeune femme énergique et attachante interprétée par une actrice en état de grâce, en nous faisant ressentir toutes ces émotions. Je pense par exemple à ce plan-séquence superbe où, tandis que son amie est clouée au lit d’une chambre d’hôtel attendant de perdre son bébé, la jeune femme se retrouve au milieu d’un dîner mondain, le regard dans le vague, noyée par des conversations que s’échangent des personnes vraisemblablement coupées du monde et de sa réalité. Avec son film, Cristian Mungiu fait davantage que nous dépeindre les spasmes d’un système mourant qui étouffe des individus impuissants, il nous offre le portrait d’une très belle amitié entre deux jeunes femmes à la fois condamnées et décidées à faire face ensemble, deux personnages dont les caractères si vrais sont croqués par petites touches diablement intelligentes. Une amitié sincère et profonde scellée par la dernière scène magnifique du film. En nous donnant l’impression d’être un récit-vérité conté en quasi temps réel, 4 mois 3 semaines 2 jours se rapproche donc de La Mort de Dante Lazarescu de Cristi Puiu, cet autre drame social intense qui parvient à resserrer l'étau sur son spectateur sans le malmener. Les deux films ont aussi la particularité de se terminer pile quand il faut, en nous laissant sur un plan dont la simplicité et l’évidence n’ont d’égale que la puissance de son impact. Une image que l’on garde en tête bien longtemps après la vision du film.




Pour terminer cet article sur une note plus légère, sachez que j’ai vu ce film avec ma cousine aveugle. Elle ne comprenait rien au film, évidemment, puisque je le regardais en VO et que j’avais décidé de ne rien lui expliquer. Mais ses autres sens étant surdéveloppés, ma cousine m’a tout de même sorti à un moment : « Ça pue la Palme ! ». Je lui alors répondu que si elle n’y voyait rien, elle jouissait bel et bien d’un sixième sens car ce film avait effectivement reçu la Palme d’Or et qu’elle pouvait toujours aller chécker sur Wikipédia si elle ne me croyait pas. Elle m’a simplement rétorqué, avec sa spontanéité légendaire : « Tu m’étonnes, bien sûr que j’y vois juste ! Ça puait la Palme ! ».


4 mois 3 semaines 2 jours de Cristian Mungiu avec Anamaria Marinca, Laura Vassiliu et Vlad Ivanov (2007)

29 commentaires:

  1. Super article, tu m'as donné envie de voir ce film alors que je redoutais très précisément "un film obscur chiant et déprimant" (et pourtant dieu sait que je suis pas contre le cinéma obscur et chiant ni contre les films à palme, sauf le malick que je n'ai pas vu mais dont je dis quand même du mal mais pas trop au cas où il serait bien). Bref, très chouette article !

    Par contre, est-ce que tu peux prouver que P.Dana a bien parlé des Romanichels voleurs de poules? Est-ce que tu peux prouver que Frears pue du cul ? Sinon c'est de la diffamation tu sais, et c'est méchant.

    RépondreSupprimer
  2. On devrait mettre des balises "Ceci est une connerie" pour encadrer chaque phrase diffamatoire, comme Ruquier, la vieille rouquine, dans son émission, qui écrit "Ceci est une parodie" en bas de l'écran...

    RépondreSupprimer
  3. Merci Nônon.
    Moi je n'ai pas trouvé le film déprimant ou plombant, il a pas eu cet effet-là sur moi, mais peut-être qu'il peut l'avoir sur d'autres, je sais pas. Une chose est sûre, il n'est pas chiant, dans le sens où il captive très vite, selon moi.

    Pour Dana je m'en voudrais presque. Pour Frears, il s'agirait plutôt de son haleine, à première vue.

    RépondreSupprimer
  4. C'est quand même un monde d'avoir en arriver là (même si vous ne le ferez jamais, mais si Ruquier le fait, c'est à cause de connards comme ceux qui hantent votre blog et pour la régulation de la connerie desquels on a créé des machins comme "le CSA").

    RépondreSupprimer
  5. "ce déni d'humanité qu'est Gilles Lellouche", écrivez-vous... Espèce de sale nazi impuissant .

    RépondreSupprimer
  6. "Ruquier, la vieille rouquine", écrivez-vous.
    Espèce de sale raciste, vous voulez casser du pédé, c'est ça ?.. Sans doute pour prouver que vous êtes super-viril, que vous êtes capable de tringler telle actrice, comme vous l'écrivez par ailleurs ?.. Pitoyable.

    RépondreSupprimer
  7. "Par contre, est-ce que tu peux prouver que P.Dana a bien parlé des Romanichels voleurs de poules? Est-ce que tu peux prouver que Frears pue du cul ? Sinon c'est de la diffamation tu sais, et c'est méchant."

    D'autres sont d'accord avec moi, voyez-vous ?
    Frears pue-t-il du cul, voilà un débat qui mérite d'être lancé quand on aime le cinéma ...

    RépondreSupprimer
  8. Contrairement à toi on ne réduit pas une personne à sa supposée religion. Donc ces deux termes : "Déni d'humanité" accolé à "Gilles Lellouche" n'ont pas le sens que tu y vois... C'est juste pour dire que c'est pas humain d'être aussi mauvais acteur que Gilles Lellouche. Mais t'as l'air d'avoir un souci avec ces questions-là...

    Idem pour Ruquier. C'est juste qu'il ressemble de plus en plus et de façon troublante à une vieille femme, ce qui n'a rien à voir avec son homosexualité. Il ressemble à une mémé quand il rit, c'est pas sa faute. Il est roux aussi. Du coup je l'appelle "vieille rouquine", c'est pas homophobe, par contre toi c'est de ce côté-là que ça te titille, inquiétant...

    RépondreSupprimer
  9. Triste de ne pas assumer l'ignomine de ses écrits par des justifications alambiquées ... Assume, tu écris desz conneries bêtes, méchantes, racistes, sexistes, homophobes. Sois-en fier au moins...

    RépondreSupprimer
  10. Mooooooooooollllllllloooooooooo, mec !!!!!! :D

    RépondreSupprimer
  11. Il se trouve que l'expression "déni d'humanité a un sens précis dans l"histoire. Tu ne peux l'employer n'importe comment, sinon, c'est retour à la barbarie. Tu connais la barbarie, non ?..

    RépondreSupprimer
  12. Non, ceux qui doivent y aller mollo, c'est ceux qui écrivent tant de saloperies racistes, homophobes et sexistes sur ce blog. Alors, mollo, bandes de cons !..

    RépondreSupprimer
  13. " "Par contre, est-ce que tu peux prouver que P.Dana a bien parlé des Romanichels voleurs de poules? Est-ce que tu peux prouver que Frears pue du cul ? Sinon c'est de la diffamation tu sais, et c'est méchant."

    D'autres sont d'accord avec moi, voyez-vous ?
    Frears pue-t-il du cul, voilà un débat qui mérite d'être lancé quand on aime le cinéma ... "

    Euh, comment dire ... Tu es donc le seul à ne pas avoir pigé l'ironie de ma remarque ?
    Mais surtout, crois-tu vraiment que les remarques de Félix sur Dana et Frears-pueducul étaient à prendre sérieusement ? Sais-tu que l'on peut communiquer en plaisantant, quitte à ce que l'humour employé ne soit pas du goût de tous?

    RépondreSupprimer
  14. Mais ici, on communique que comme ça... Où est l'humour là-dedans, et surtout où est l'amour du cinéma?.. La filmo de Frears mérite plus de considération que des considérations sur les fragrances de sa rondelle, non ?

    RépondreSupprimer
  15. Pas forcément non. Et sur ce blog il y a aussi beaucoup d'articles qui manifestent un certain "amour du cinéma", cet article en fait partie, et le réduire à cette plaisanterie c'est par définition réducteur, et c'est manifester bien peu d'amour du cinéma à ton tour. Parle-nous de Mungiu au lieu de défendre la rondelle de Frears...

    Que tu n'apprécies pas l'humour qui règne ici, c'est ton droit, et tout le monde peut le piger. Mais quand on parle cinéma, comme c'est aussi le cas dans cet article, alors oui on est ouverts au débat. Encore faut-il que tu abandonnes un peu ce ton péremptoire et moraliste.

    RépondreSupprimer
  16. Explore un peu plus notre blog tu verras qu'il y a des critiques sérieuses. :)
    Et il y a quelques personnes que l'ont fait rire, rassure-toi, ça nous suffit.

    RépondreSupprimer
  17. Mais tu te réduis tout seul, juste en te faisant citer entre guillemets. L'amour du cinéma n'est pas ici, juste un besoin d'exister, au dépens des autres, en écrivant des crasses de niveau étudiant.
    Ecrire, ça vaut mieux que ça, beaucoup mieux...

    RépondreSupprimer
  18. Il parait que le surnom d'Eric c'est Ingridbéten

    RépondreSupprimer
  19. La scène du dîner est tellement saisissante. On est mal à l'aise, on a encore du mal à réaliser ce qu'il vient de se passer dans cette sinistre chambre d'hotel, tout comme le personnage principal qui se retrouve à la tablée de gens qui sont à 10 000 lieues de savoir ce qu'elle vient de subir.
    Ce film m'a donné des frissons mais je ne sais pas si j'ai envie de le revoir parce qu'il est quand même assez déprimant.

    RépondreSupprimer
  20. Si le mot "moraliste" est péjoratif pour toi, alors c'est grave ...

    RépondreSupprimer
  21. "Père la morale" tu comprends mieux, Eric Cour à côté de la plaque ?...

    RépondreSupprimer
  22. Bon, l'attaque sur les noms propres, c'est vraiement le bout de la misère de quelqu'un à court d'argument ...

    RépondreSupprimer
  23. @Emilie : Je te comprends, oui. :)
    Quand je dis qu'il n'est "pas déprimant", je ne m'exprime pas vraiment bien, car je veux plutôt dire que le film n'est pas misérabiliste ou outrancièrement glauque.

    RépondreSupprimer
  24. Je pense que l'écriture est une superbe invention qui a permis les commentaires sur les blogs, et pire encore.
    Si je trouve le salopard qui a eu cette idée ...

    RépondreSupprimer
  25. Eric Cour Suzanne Leglen28 mai 2011 à 02:03

    J'ai paumé mes balles porte d'auteuil !

    RépondreSupprimer
  26. Un film absolument magnifique, peut-être mon préféré de ces dernières années. Et La mort de Dante ... est superbe aussi.
    J'ai un espace dédié au cinéma roumain sur mon blog : http://chris666.blogs.allocine.fr/index.blog?blog=chris666&themeID=28341

    RépondreSupprimer
  27. Je vais regarder en détail cette partie de ton blog. :)

    RépondreSupprimer
  28. Un superbe film, l'un des plus claustrophobique que j'ai vu.

    RépondreSupprimer