24 mai 2011

Dancer in the Dark

Chaque année, Lars Von Trier est sélectionné à Cannes. Il fait partie de ces noms qu'on retrouve systématiquement sur la liste finale, aux côtés de Moretti, Almodovar, les Dardenne Bros., Kusturica, Haneke, Wong K-Way etc. Ces récurrences sont parfois un peu lassantes, d'autant plus qu'il y a près de 20 films en compétition et qu'on peut se demander pourquoi il doit y en avoir 5 ou 6 de pré-sélectionnés d'office par habitude. En faisant ce choix le festival s'enferme un peu dans la redite et donne le bâton pour se faire bastonner, surtout quand il s'agit d'un cinéaste comme Lars Von Trier qui fait du mal au festival, qui se dit lui-même malade mental depuis des années et qui a réalisé un film comme Antichrist sous morphine. On ne l'a pas assez rappelé mais c'est le réalisateur Danois lui-même qui a déclaré avoir fait cet avant-dernier film auto-médicamenté pour remonter la pente et pour exorciser son mal. Si réaliser un long métrage couteux lui a fait du bien, tant mieux, mais perso il m'a rendu malade alors c'est un prêté pour un rendu. Lars Von Trier fait du mal au cinéma. J'avais prévu de lui rentrer dedans mais ce débile s'est tiré une balle dans le pied en déclarant son amitié pour Hitler, à qui il s'identifie, son goût pour Albert Speer, sa fierté d'être issu d'une famille nazie et ainsi de suite. Croyant jouer de provocation Lass' est encore une fois passé pour un gros con. Le festival a pour ambition de dénicher des films audacieux et innovants. Lars Von Trier l'est-il encore vraiment ? L'a-t-il jamais été ? Sans doute un peu mais est-ce qu'innovant rime avec talent ? En voyant Antichrist on jurerait que non. Von trier a eu une idée dans sa vie, celle du Dogme95, une idée à deux euros qui s'est vite mordu la queue. Le truc c'était de tourner avec les moyens du bord, de ne pas surcharger le film en action, de filmer en couleur et en 35mm et ainsi de suite, autant de règles et de commandements complètement idiots parmi lesquels figurait le suivant : "Le réalisateur ne doit pas être crédité". Matez l'affiche de Dancer in the Dark, réalisé en-dehors du cadre du Dogme mais par son fondateur, et faîtes-vous une idée de l'intégrité du bonhomme.


La chanteuse Bjeurk

C'est Luc Besson qui a primé Von Trier pour Dancer in the Dark avec le but non-avoué de s'accoupler avec Björk, car il a toujours eu un faible pour les petites brunes de 31 kilos tout droit venues des Balkans. Quid donc de l'engouement du nabab français aux goûts de chiotte pour la grande comédie musicale mélodramatique de Von Trier, qui nous a tous fait chialer nos races, que ce soit par goût ou par dégoût. Dans un film interminable d'un misérabilisme insoutenable, après nous avoir attendris pendant deux plombes sur le sort d'une chanteuse hideuse myope comme une taupe et trimant à l'usine en salopette aux côtés d'une Deneuve pas très crédible en prolo, Von Trier concluait son œuvre en pendant son héroïne à la grand-vergue sous nos yeux pour mieux nous tirer les larmes sur le destin funeste de cette pauvre immigrée trahie par ses hôtes américains. Von Trier avait encore toute sa tronche à l'époque... Et il faisait déjà du mal au festival. A propos du personnage de son film je n'ai retenu que le costume de son interprète lorsque celle-ci est allée chercher son prix d'interprétation vêtue d'un cygne agonisant menaçant de foutre le camp à tout instant et filant des coups de bec à droite à gauche sur le tapis rouge pour chercher des miettes de pain. Lady Gaga avait fait du bruit avec sa robe en viande mais Björk m'avait davantage foutu sur le cul avec une volaille entre la vie et la mort pour envelopper son corps, dévoilant un gros upskirt et des jambes qui auront eu raison du président du jury un peu facile à compromettre, car très con. Le talon d'Achille de Besson ça a toujours été les femmes, comme DSK. Dans la vie de tous les jours ça passe mais quand t'es président du festoche ou du FMI ça donne au choix 74 années de taule à Rikers Island ou une Palme pour la plus grosse purge cinématographique du siècle. Dans un cas comme dans l'autre, ça reste chaud.


Dancer in the Dark de Lars Von Trier avec Björk et Catherine Deneuve (2000)

17 commentaires:

  1. tu m'as donné envie de le voir xD

    RépondreSupprimer
  2. J'ai fait un cauchemar cette nuit dans lequel Von Trier faisait partie de ces quelques cinéastes ayant eu deux Palmes. C'était un cauchemar, rassurez-moi.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si la vraie Palme 2011 est vraiment rassurante... Je n'ai pas encore vu le film mais j'ai l'impression de l'avoir déjà vu.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne parlais pas de la Palme 2011 qui personnellement me va tout a fait !!
    Tthe Tree of Life est géniale, allez le voir, et je lirai votre critique.

    RépondreSupprimer
  5. Quel upskirt !

    Ce tire-larme satyrique de la méchanceté humaine (le thème préféré de Lars) fait partie des pires films que j'ai pu voir. Avec Crash, de Cronenberg (même si à force de le dire, je m'en souviens moins bien, et je suis peut-être trop sévère avec celui-là - mais Dancer in the Dark, je suis formel, c'est insupportable !).

    RépondreSupprimer
  6. The Three Of Life... Vu et no sé, pas le plus passionnant que j'ai vu.

    Sinon je n'ai jamais compris l'engouement autour de LVT. Je l'ai toujours trouvé ultra prétentieux et assez lourd avec son "dogme"...

    Hormis The Element of Crime que j'ai vu sur le tard et qui m'avait semblé un excellent film.

    RépondreSupprimer
  7. Perso, ce que j'ai le plus aimé de Lars Von Trier c'est sa mini série The Kingdom, qui dans son ensemble peut être considéré comme un gros film fantastique de fantômes assez barré et très original, contenant des moments assez géniaux. A l'époque il avait sans doute toute sa tronche. Mais à part ça...je te rejoins tout à fait Bishop, et du coup je ne suis pas du tout attiré par le bonhomme. Devant Antichrist je suis pas allé au-delà que la scène d'intro hideuse.

    RépondreSupprimer
  8. Idem. Moi c'est "Europa" que j'estime être son moins mauvais film parmi ceux que j'ai vus, mais je dis bien son "moins mauvais". Ah non, erreur, c'est quand même "Dogville" son meilleur film, même s'il n'est pas parfait, voire douteux. Bref ça reste un tocard prétentieux, pas doué et surestimé.

    Je me suis farci son "Antichrist" d'un bout à l'autre : c'est une des pires daubes jamais impressionnées sur de la pellicule.

    RépondreSupprimer
  9. Dogville, si je l'avais sur mon dd, il y serait depuis 2002... Mais en réalité je l'ai jamais dl. Enfin, je finirai bien par le mater j'imagine.

    RépondreSupprimer
  10. Dogville est un bon film, il a un truc de vraiment intrigant, même envoutant, et formellement c'est assez brillant. Mais c'est peut-être la seule chose intéressante qu'ait faite LVT.

    RépondreSupprimer
  11. Bjork était au sommet a l'époque!

    RépondreSupprimer
  12. Bjourk est islandaise (pas des balkans) et elle a de sacrées gambettes (ma parole si je mens !). Dogville, Les Idiots, Melancholia, The Kngdom (Riget) et Element of Crime, ça fait quand même pas mal de bons films pour un prétentieux très mauvais en comm' et qui a pondu quelques films totalement inintéressants (Dancer in the Berk, AntiChristopheLambert) ... Il faut que je vois Breaking the Wives que j'ai depuis longtemps sur un dd mais je ne suis jamais motivé pour le mater. J'ai pas vu Europa ni Epidemic (enfin juste le début et j'avais aimé). Bref, LVT il fait cet effet-là : quand on l'aime pas, on mate ses films, et, quand on l'aime, on ne mate pas trop ses films. C ça Lars Von Trier.

    Je préfère Thomas Vinterberg perso.

    RépondreSupprimer
  13. Arnaud, je te conseille de jeter un coup d’œil sur le live MTV Unplugged de Björk, mais peut-être te bases-tu déjà là dessus pour parler des gambettes de la chanteuse. ^^

    RépondreSupprimer
  14. non, je me base sur la photo de l'article. Son accent, sa frimousse, sa petite taille, ses chveux noirs et ses yeux en amande, sa voix qui fait vriller mes timpans et ses gambettes ... rien que son nom m'émoustille et me fait frétiller le kiki.

    RépondreSupprimer