5 avril 2011

Le Nom des gens

Je viens de voir ce film qui compte parmi les grands lauréats des Césars et qui m'intriguait non seulement par son titre mais par son ambitieux projet de "comédie politique". Trop ambitieux sans doute puisque le résultat est lamentable. Concernant le premier terme du projet, "comédie", on peut faire une croix dessus. Le film n'est jamais, je dis bien jamais drôle. J'imagine qu'il en aura fait marrer quelques uns, parmi lesquels de vieux débris, dans les salles de cinéma les plus enthousiastes, de tristes darrons heureux de se reconnaître dans l'un des portraits pathétiques et archétypaux de français moyens que Michel Leclerc, le réalisateur, affectionne tant. Peut-être fera-t-il de même marrer tel autre engagé politique du dimanche ravi de retrouver Jospin dans son propre rôle au détour d'un caméo sans intérêt. Mais en vérité il n'y a, m'est avis, strictement rien de marrant dans ce film, strictement rien d'agréable, de plaisant, de piquant, de fin : peau de balle. Donc je n'ai certainement pas maté, en ce qui me concerne, une comédie. Côté politique, force est de constater que le film aborde le sujet, mais de quelle façon ?...


J'ai passé les vingt minutes que dure la terrible intro du film à me dire que Zinedine Soualem a l'air fatigué, peut-être déçu par la vie et le cinéma, et franchement ça me fait de la peine...

Le début du film est une véritable épreuve. Normalement ça peut suffire à dégoûter n'importe qui du cinéma. Le début, chez Michel Leclerc, ça dure 20 minutes. L'intro, qui dure donc, je le rappelle même si je l'ai dit il y a une phrase, mais il faut bien en avoir conscience, 20 longues minutes, retrace tout le "parcours" des deux personnages principaux, qui ensuite finiront par coucher puis par s'aimer. Qui sont-ils ? Lui c'est Arthur Martin (Jacques Gamblin, vraiment de plus en plus présent dans des films qui ne le méritent pas et nous le rendent ingrat), la quarantaine, travaillant dans un laboratoire de santé publique, célibataire, lisse et laid, dernier jospiniste en activité. Il porte le nom le plus répandu en France, tout le monde lui parle des cuisines Arthur Martin dès qu'il se présente et encore il a de la chance parce qu'à sa naissance ses parents ont hésité à l'appeler Jacques (c'est la plus grande vanne du film). Elle c'est Bahia Benmahmoud, 25 ans, la seule en France à porter ce nom, elle porte des après-ski roses aux pieds jour et nuit et suce soit des sucettes soit des queues 24h/24, par ailleurs c'est une abrutie profonde et une pute politique bénévole qui a décidé de passer sa vie à se faire troncher par des enfoirés de droite pour essayer de les convertir à la gauche. Pourquoi ? Parce qu'elle s'est faite violer quand elle était petite par son professeur de piano, et comme un jour elle entend dire à la télévision que les victimes de pédophiles reproduisent ce qu'ils ont subi et que la plupart des prostituées ont été victimes d'abus sexuels dans leur enfance, la jeune femme se retrouve au pied du mur avec pour seules alternatives d'avenir la pédophilie ou la prostitution. Un personnage qui en arrive à une telle conclusion, même dans un film soi-disant comique, donne des envies de meurtre. Du coup Bahia choisit de se vouer à une carrière de pute. Voilà pour les personnages, qu'on a tout de suite une folle envie d'aimer.


Jacques Gamblin à côté de son double adolescent. Ce genre de scènes, dignes des pires pubs pour des banques à la con, sont légion dans le film, qui n'a pas fini de vous achever.

L'intro raconte tout ça en partant des parents des deux personnages et de leur propre naissance, avec des images en N&B pour lui et en Super8 pour elle (car il est plus vieux...). La grosse idée pour ces flash-backs c'est que le personnage de Gamblin est incapable d'imaginer son père jeune, incapable aussi de trouver une photo de l'époque pour stimuler son cortex cérébral arrêté au point mort apparemment, du coup dans le flash-back on voit un vieillard (son père tel qu'il le connaît) épouser une jeune femme (sa mère jeune telle qu'il parvient quant à elle à l'imaginer), et ça on sent que c'est une idée qui tenait à cœur aux scénaristes, le réalisateur lui-même et sa femme (qui, pour fêter son César conjugal, a passé toute l'émission des ciné-passionnés de Serge Moati à zieuter le beau cul d'Edgar Ramirez ! Je dis ça mais j'en aurais fait autant). On sent que c'est une idée qu'ils ont notée dans une marge de leurs carnets de note, surlignée au stabylo rose, puis placardée sur la porte de leurs chiottes à l'aide d'un post-it afin de ne surtout pas l'oublier. Mais le plus fort, c'est que les deux héros du film, tels qu'ils sont dans le récit principal, actuel, entrent dans l'image de leurs souvenirs et y côtoient leurs doubles du passé pour dialoguer avec eux-mêmes par-delà les années, et principalement pour s'adresser à la caméra et tout commenter avec un soi-disant humour à crever qui nous inspire vraiment beaucoup de questionnements sur les deux êtres humains qui ont écrit ce torchon de débilités entre deux épisodes d'Un dîner presque parfait. Car ce que nos héros commentent en l'occurrence c'est une somme tuante de clichés : lui est né de parents bourgeois de droite, sa mère a réchappé à la Shoah et son père a fait la guerre d'Algérie dans l'armée française, et ils n'aiment pas les gens, uniquement leur confort matériel ; l'autre est née d'un père arabe serviable dont toute la famille est morte tuée par l'armée Française en Algérie et d'une mère soixante-huitarde communiste excitée et libérée, pleine de convictions démagogiques et anti-tout, qui accueillent tous les clochards de la ville chez eux... Y'a vraiment de quoi nous envoyer au trou. C'est crevant intellectuellement...


Jamel Jospin a abandonné la vie politique une seconde fois en regardant cette scène.

Ce type de mise en scène, qui se veut osée et originale, et qui n'est qu'un sommet de facilité et de banalité doublé de laideur et de maladresse, dans la droite lignée du Jean-Pierre Jeunet d'Amélie Poulain, cet humour piteux, ces raccourcis narratifs, ces personnages puants à la fois ultra stéréotypés et complètement improbables, et la présence de Jacques Gamblin, tout ça fait parfois penser au misérable Le Premier jour du reste de ta vie, en moins répugnant peut-être mais en tout aussi con. Que Sara Forestier ait remporté le César de la meilleure actrice pour ce rôle ridicule qui lui a simplement demandé d'interpréter une vraie conne, ou qu'elle l'ait obtenu pour avoir osé se trimballer nue dans une dizaine de scènes m'importe peu, mais que les scénaristes de ce film, Michel Leclerc lui-même et sa femme Baya Kasmi (on sent bien l'aubiographie planquée derrière tout ça, ou plutôt on la redoute et on ne l'espère pas pour Madame Kasmi), aient remporté le César du meilleur scénario original pour la saloperie résumée au-dessus, ça me laisse pantois.

Il se trouve que j'ai des liens familiaux ultra éloignés avec Sara Forestier. On n'est ni cousins, ni issus de germain, mais de loin en loin on a un lien. Or ce lien m'a poussé à me poser une question : comment fait-on quand on est réellement le petit cousin, le neveu ou le frère d'une actrice, pour la côtoyer naturellement quand on a pu admirer ses omelettes et sa ciboulette sur écran géant au cinéma ?


Le Nom des gens de Michel Leclerc avec Jacques Gamblin et Sara Forestier (2010)

11 commentaires:

  1. Je plains le pauvre hère qui tombera sur cet article (enfin, sur le film, plutôt) en cliquant sur le tag Edgar Ramirez :D

    Ca fout les jetons les cérémonies.

    RépondreSupprimer
  2. Comme on ne note plus les critiques mais les films, j'ai mis "à chier" pour le film mais je mets "bravo" pour ta critique :)

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de voir ces fameuses 20 premières minutes que j'ai trouvées encore plus ignobles que ce que tu as décrit... Ma journée de demain, comme dirait Jacquard, elle est niquée.

    RépondreSupprimer
  4. TE-RRIBLE !

    signé : LE-TANK

    RépondreSupprimer
  5. T'es trop con Poulpe ! Si j'ai écrit tout ça c'était pour t'épargner cette peine, pour t'éviter de voir cette merde, pas pour que tu le lances, trimard !

    RépondreSupprimer
  6. Jamais lu autant d'insultes gratuites dans une critique de film... ce qui souligne un manque criant d'arguments valables ! Dommage, ça aurait pu être intéressant d'essayer de comprendre comment tu as pu rester insensible à cette comédie si bien trouvée.

    RépondreSupprimer
  7. Ah non c'est faux ! Toute la critique de rémi est une somme d'arguments valables. Quand tu as quelque chose de laid et d'incongru (et de vulgaire -> Sarah Foxterrier), tu ne peux argumenter qu'en proférant des insultes, des injures et des simagrées.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai vu les 40 premières minutes, elles m'ont saccagé sur place. L'espèce de saloperie pseudoautobiographique qu'est ce film (la femme du réal s'appelle Bahia Kasmi, elle ressemble d'assez loin à Sarah Forrestier) est tout simplement une merde.

    RépondreSupprimer
  9. "tout porte à penser que c'est le queutard Jacques Gamblin qui a tiré un trait sur feue sa virginité."

    On passera sur l'accord féminin de feu qui montre une inculture grotesque ...

    Pour affirmer de telles choses sur la vie privée des gens, je suppose que vous avez des éléments très solides, des preuves. Alors, allez-y, fournissez-les. Sinon, arrêtez d'écrire, car écrire demande un certain sens de la responsabilité individuelle.
    Le film parle de choses auxquelles - en raison de votre age ou de votre inconséquence - vous n'avez pas accès. C'est un des plus beaux films français de ces dernières années.

    Il y a sur ce site une collection de connards incultes que même Tod Browning n'aurait pas eu le courage de filmer. Trop dégradant. Bande de connards, allez voir vos daubes. Fuck your ass. (ça, c'est pour me conformer au registre de langue en vigueur sur ce site).

    RépondreSupprimer
  10. "Il y a sur ce site une collection de connards incultes que même Tod Browning n'aurait pas eu le courage de filmer. " je pourrai te reprendre cette phrase pour une prochaine critique ? :)

    L'affaire Luc Ferry a l'air de te travailler en ce moment !

    On propose rarement à nos lecteurs d'aller se faire enculer.

    RépondreSupprimer
  11. J'arrive après la bataille, mais je devais me défouler, vider mon sac, PARLER A QUELQU'UN, avant de devenir complètement folle après avoir vu une telle bouse sur mon écran, qui s'est fait violer le pauvre ! il n'en demandait pas tant !
    Mais par tous les dieux de tous les panthéons de la Terre, comment a-t-on pu inventer, écrire, tourner un truc pareil ? Comment un mec a-t-il pu se lever un matin, et se dire "ah tiens, je vais faire un film politique, avec tous les stéréotypes et les idées préconçues les plus nazes, je vais foutre une nana à poil dedans, et ça va marcher !" ? Comment ose-t-on faire ça ? Ce mec se fout de notre gueule, c'est pas possible autrement, il prend ses spectateurs pour des abrutis finis (et apparemment, il a raison, puisqu'il a convaincu aux Césars)... ! Comment peut-on débiter autant de conneries à la seconde et être pris au sérieux quand-même ???
    J'en reviens pas, en fait, qu'un film aussi con puisse exister. Mais vraiment con quoi. Du genre con qui se croit hyper fin, hyper drôle, hyper intelligent, mais qui n'est rien de tout ça. Qui n'est rien qu'un infâme tas de crétineries, de démagogie, pardon de tous ces superlatifs, c'est à peine à la hauteur de mon effarement après visionnage de ce film. J'en reviens pas qu'un réalisateur puisse prendre autant les gens pour des cons, avec ses idées préconçues, simplistes, dégoulinantes de mauvais goût et de la connerie la plus atroce.
    L'absence totale d'intelligence dans ce film est pathétique, mais vraiment : c'est triste de voir qu'un dégueuli pareil reçoive autant de récompenses, quand il mériterait la poubelle, purement et simplement.

    Voilà, désolée de ce pamphlet à chaud, faut se plaindre à France2, z'avaient qu'à pas le passer ! Mais j'ai vidé mon sac, ah, ça fait du bien (vous devriez ouvrir un cabinet de psy ciné, sérieusement :D) !!

    RépondreSupprimer