5 février 2011

Ensemble c'est trop

Faudrait se lancer des challenges parfois. Entre nous. Un genre de ciné-club à l'envers. Un méga-merde-club. Là par exemple j'aimerais tous vous défier. Vous défier de faire mieux que moi devant ce film. J'ai tenu 46 minutes et 42 secondes. Qui relèvera le challenge ? Qui tiendra plus longtemps devant cette saloperie ? J'aimerais qu'à votre tour vous preniez feu devant cette insondable horreur, juste pour me faire plaisir, comme un pari, pour relever le flambeau, prendre le relai, faire partie du petit club fermé des abrutis qui auront vu le pire film. Parce que ce film de Léa Fazer c'est clairement un des pires trucs jamais réalisés. Un des pires que j'ai jamais vus. Et à ce titre c'est déjà un truc à voir. On avait eu le flair d'épingler Léa Fazer avec haine dans ces pages à l'occasion de la sortie du film Notre univers impitoyable, un autre long métrage impitoyable qui faisait déjà la part belle à Jocelyn Quivrin.


Les acteurs s'interrompent et regardent Léa Fazer, planquée derrière l'objectif, avec des airs très différents qui relèvent tous, quand même, de la grande famille du mépris. La scène a été gardée au montage malgré tout.

Je reviens à Léa Fazer et à son bidet de film. No offense pour le mot "bidet" hein, un bidet peut-être beau comme une œuvre d'art, même si en terme d’œuvre d'art quand je dis Léa Fazer je pense moins à Duchamp qu'aux Deschiens. Regarder ce film c'est subir précisément ce qu'on aimerait faire vivre à Léa Fazer quand on est planté devant, c'est à dire que c'est vraiment comme littéralement plonger la tête la première et entièrement dans une immense cuve de selles chaudes et ultra puantes, avec des grumeaux brûlants à certains endroits, et aussi avec une allumette figée dans chaque œil pour garder les paupières béantes façon Orange Mécanique, sans oublier un "spéculoos" vaginal enfoncé dans tous les orifices du corps. Je parle de "spéculoos" parce que j'ignore le véritable nom de ces petits jouets de "bondage" qu'on voit sur certains sites pornos trash et qui ressemblent à un gros anneau prévus pour que de gros gros blacks puissent y


Idem. Avec ici en prime un cadrage typique "à la Fazer".

Vous venez d'assister à un phénomène d'auto-censure. Je me suis dit : "ta gueule". Je regarde mes doigts là en tapant ce texte génial sur mon clavier et je me rends compte que j'ai vraiment les ongles crades. Quelle idée aussi d'économiser sur le PQ... C'est un peu scato tout ça mais c'est tout ce que m'inspire ce film qui ressemble à s'y méprendre à du caca. A ce propos je dois vous laisser, j'ai rendez-vous avec mon colon dans les wa-wa. Je fais la grosse commission une fois par jour, c'est systématique, y'a pas un jour où je ne "fais" pas, inévitablement, chaque jour je fais caca, j'appelle ça mon "Daily Mouloud" en hommage au type qui vient nous faire chier quotidiennement dans l'émission de ce chameau de Denisot. C'est sur ce bon mot que je décide de terminer cette critique de cinéma.


Ensemble c'est trop de Léa Fazer avec Pierre Arditi, Jocelyn Quivrin, Nathalie Baye, Eric Cantona et Aissa Maiga (2010)

9 commentaires:

  1. Y'a Cantona dans ce film ?? Perso j'ai tenu 9 minutes, donc j'ai pas eu le temps de le voir.

    RépondreSupprimer
  2. Idem. Au bout de 46 minutes il était toujours pas arrivé dans le film. Mais il est au casting... A moins d'un homonyme ? :D

    RépondreSupprimer
  3. Salut,
    ta critique est excellente mais fais gaffe...j'ai presque envie de voir le film juste pour battre ton record ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Si tu te lances dans cette folie c'est plutôt à toi que j'ai envie de dire "fais gaffe" :)

    RépondreSupprimer
  5. Les gars, ne cherchez plus, je le remporte haut la main le concours, je l'ai déjà maté en entier ce film, JE DIS BIEN EN ENTIER, et j'ai même souri à plusieurs reprises, comme ça, dans un trop plein de bonne volonté. A quand la remise du trophée ?

    RépondreSupprimer
  6. Je veux me l'envoyer ! J'ai adoré Notre Univers Impitoyable, je dois être le seul à avoir acheté le dvd à la fnac de Metz !

    RépondreSupprimer
  7. Cette critique, c'est l'équivalent chiasso-scribé de A l'intérieur. D'où l'auto-censure, l'interdiction de publier. Trop bien.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai trop causé de fientes, c'est peut-être le premier article qui obtient autant de "à chier" :D

    Poulpard > T'es taré ma parole.

    RépondreSupprimer
  9. j'ai pas vue le film, mais je pense pas que ça puisse être pire que la bouze intersidérale "les petits mouchoirs"!

    RépondreSupprimer