25 octobre 2011

Les Yeux de Julia

Bon, on va la faire courte : ce film aurait mieux fait de s’intituler « Les Seins de Julia ». Ok, c’est facile. Mais voyez ce film et vous comprendrez. Il n’y en a que pour eux. Le réalisateur est forcément accro aux nichons de son actrice. C’est flagrant ! Mais on le comprend. Ma parole, comme on le comprend… Ces seins, on les voit dans un peu toutes les situations, bien que jamais dénudés, hélas. On les voit surtout balloter à qui mieux mieux lorsque l’actrice prend ses jambes à son cou, ce qui lui arrive à plus d’une reprise, croyez-moi, et en talons je vous prie. Car nous sommes en présence d’un thriller horrifique comme le cinéma espagnol en produit en grande quantité ces derniers temps. Ils sont parfois de qualité, et c’est plutôt le cas ici. A nouveau produit par la vache-à-lait Guillermo Del Toro, Les Yeux de Julia est un thriller honnête et efficace, que l'on doit au cinéaste Guillem Morales, déjà auteur du très sympathique El Habitante Incierto, au pitch aussi simple que malin, où nous assistions à la déchéance d'un type sombrant progressivement dans la folie, persuadé qu'un étranger vit dans son immense maison.

Le petit pull gris qu'elle porte pendant la majeure partie du film a été retrouvé dans un état déplorable à la fin du tournage, détendu comme un vieux froc Celio*

Je vous l'annonce sans détour : je n’ai rien compris à l’histoire des Yeux de Julia. En effet, j’avoue avoir vu ce film sans les sous-titres, seulement parce que les caractères empiétaient trop souvent sur la poitrine de l’héroïne. Mater ou piger, il faut choisir. J’ai eu vite fait ! Mes quelques notions d’espagnoles acquises pendant mes 9 années passées à étudier ce dialecte en collège et lycée m’ont tout de même permis d’avoir quelques repères. En gros, c’est donc l’histoire d’une femme qui enquête sur les circonstances réelles de la mort de sa sœur jumelle car elle ne croit pas une seule seconde à la thèse de son suicide. En outre, notre héroïne est atteinte d’une maladie qui lui fait progressivement perdre la vue, d’où le titre. Il s'agit d'une terrible maladie génétique, qui s’aggrave tout au long du film et qui nous offre quelques scènes intéressantes où le réalisateur réussit à assez intelligemment tirer parti de ce ressort scénaristique. Je pense notamment à une scène particulièrement bien pensée où notre héroïne, qui y voit encore correctement (on est au début du film), se retrouve entourée de femmes aveugles dans un vestiaire. Ces femmes nues échangeant justement sur la disparition de sa sœur, l’héroïne s’approche sans bruit pour en savoir davantage. Mais ces aveugles ont naturellement leurs autres sens surdéveloppés, et ressentent donc assez vite la présence de l’héroïne. Elles se mettent alors à l’entourer lentement, tendant leurs bras comme des zombis, et finissent par l’emprisonner au milieu d’elles jusqu’à ce qu'une autre présence, bien plus inquiétante, se manifeste à son tour... Le réalisateur nous offre là une scène réutilisant et s'amusant de situations chères à certains films d'horreur (les films de maisons hantées - pour la présence "invisible" - et de morts-vivants - l'allure des femmes aveugles donc), ainsi qu'un astucieux inversement des rôles qui se termine par un retournement de situation très adroit ne manquant pas de surprendre le spectateur. Une excellente scène, tout à fait à l'image de ces chouettes idées que l'on retrouve fréquemment dans ces films d'horreur espagnols réalisés dernièrement (je pense par exemple à la partie de "Un, deux, trois, soleil" avec les fantômes de L'Orphelinat). Bon, par contre, faudra dire à Guillem Morales que c’est très très rare quand un aveugle a, à la place des yeux, deux grosses billes bleues fluos, condamnées à rester figées, et donc méga flippantes. Mais on lui pardonne aisément ce petit écart.


Ici, l'actrice est sapée et attifée pour une montée des marches. Dans le film, elle a une allure plus normale et naturelle. Mais je tenais à vous laisser apprécier ce relief hors-norme.

L’actrice en question, qui fait chavirer les teubs de notre cinéaste et de nous autres, c’est la dénommée Belén Rueda, déjà en tête d’affiche de L’Orphelinat, le film fantastique qui a cassé la baraque il y a quatre ans, explosant tous les records au box-office espingouin. Il est de coutume d’appeler « scream queen » ces actrices abonnées aux films d’horreur, condamnées à crier et à courir à droite à gauche, pourchassées par un détraqué (comme l'ont été jadis Jamie Lee Curtis, Adrienne Barbeau et, plus récemment, Jennifer Love Hewitt ou Neve Campbell). Hé bien j’ai trouvé en la personne de Belén Rueda ma nouvelle scream queen préférée, celle dont j’aimerais moi aussi cisailler les vêtements au couteau. A l’exception de la taille de son bonnet, Belén Rueda dénote un peu avec le profil de la scream queen habituelle, le plus souvent très juvénile et bête comme ses pieds. Il s’agit en effet d’une femme d'âge mûr, tutoyant la cinquantaine, et à l'intelligence normale. Soit dit en passant, s’il me faut vendre mon âme au Diable pour que ma dulcinée ressemble à ça à 50 piges, je le fais sans hésiter, je brade mon âme à Satan, je signe où ? Sur son cul ?! Belén Rueda fait partie de ces femmes espagnoles blondes, vous savez, d’une couleur de cheveux typiquement espagnole, une couleur qui sent le soleil et la paella. Elle a une peau que l'on devine épaisse et douce, le regard noisette qui va avec, et un visage de caractère mais agréable. Elle a vraiment le physique typique de ces espagnoles d’outre-tombe qu’on aurait tous adoré avoir comme prof de langue vivante au bahut. J’aimerais qu’elle m’apprenne mes leçons, j’aimerais faire mes devoirs avec elle, le sommet du crâne frottant légèrement ses doux hauts sous pression. Ça serait drôlement sympa... Par ailleurs, je ne prends pas de risque en imaginant qu’elle doit être un véritable cordon bleu, une cuistot hors-pair, préparant amoureusement des plats toujours généreux, qui comblent l’appétit de ses convives. J’aimerais être confortablement attablé en terrasse de mon château en Espagne et la voir m’amener mon assiette remplie à ras-bord de polenta, puis se pencher pour la déposer face à moi et ainsi effleurer mon épaule avec sa poitrine si opulente. Bref. Cette actrice fait ressurgir du fond des âges tous nos rêves les plus machistes. C'est à cause de femmes de cette trempe que l'Espagne est considérée comme le pays où il fait le plus bon vivre. Je ne l’ai pas encore dit, mais c’est inévitable : Belén Rueda est bien entendu une grosse MILF, vous l’auriez deviné sans que je l'écrive et je voulais éviter une telle vulgarité, mais voilà qui est fait, tant pis ! Dans Les Yeux de Julia, son personnage a un vieux mari aux cheveux blancs qu'on imagine tout ramolli du zgeg, ça fout la rage et c'est fait exprès.


Ce vieux type doit sûrement carburer au Viagra et à la Vitamine C pour gérer sa bombe de femme, et ce serait bien légitime !

A la 18ème minute, Belén Rueda enfile un gilet parce que dehors il fait frisquet. Les coutures de son petit pull gris menacent alors d’exploser à cause du mouvement qu’effectue l’actrice pour trouver ses manches. Je me suis repassé ce court moment une bonne dizaine de fois. Ça n'est pas normal. Belén Rueda ne peut pas dormir sur le ventre. Son nombril n'a jamais vu la lumière du jour. Elle n'a pas besoin de raquette pour jouer au ping-pong. Tout ça me brûle le cerveau... Et ça ne s'explique pas !


Les Yeux de Julia de Guillem Morales avec Belén Rueda, Clara Segura et Julia Guittiérrez Caba (2010)

20 commentaires:

  1. On est sur la même longueur d'onde, je te pige dans ta dénonciation des frocs Célio* qui se détendent (j'en ai fait l'expérience cruelle), dans ton analyse des femmes espagnoles qui rendent cons par leur générosité, je compatis sur les nichons qui savent jouer aux raquettes, je te suis dans ta dérive mon vieux...

    RépondreSupprimer
  2. Danke.
    Ça me fait du bien de m'être débarrassé de cet article qui commençait à me peser.

    RépondreSupprimer
  3. Y a pas un petit see-through ?

    RépondreSupprimer
  4. Joe "Basic Intestin" G.25 octobre 2011 à 14:06

    Un grand article. Je ne dirais pas qu'il m'a donné envie de voir le film. Peut-être un peu. Il m'aura en tout cas donné envie de voir Bélen Ruega dans un film d'été, un film où l'on porte peu d'habits. J'adore par ailleurs quand tu te larrres et que tu nous dévoiles tes plus bas instincts. J'adore parce que c'est beau à lire.

    RépondreSupprimer
  5. Si y a pas de see-through, un six trous alors ?

    RépondreSupprimer
  6. Cette critique a réussi à rendre très curieux mon assistant érectile.

    Je me pencherais surement dessus (à défaut de pouvoir me pencher sur Belén Rueda. Je préfèrerais largement mais bon...) mais certainement pas en VO, détestant profondément l'espingouin depuis la 4ème, année où j'ai appris sa triste existence.

    Gondebaud.

    RépondreSupprimer
  7. On se divise un parcours de golf en 3 ?

    RépondreSupprimer
  8. @Anonyme : Pas de see-through, non, mais c'est pas la peine. :)

    @Gondebaud : Et que penses-tu de L'Orphelinat, si tu l'as vu ?

    @Joe : Merci :D

    RépondreSupprimer
  9. Bel article, poignant.
    Dans l'Orphelinat, Belen Ruéda envoyait déja du bois !

    RépondreSupprimer
  10. @ Felix : J'ai vraiment aimé l'atmosphère du film et j'ai trouvé la fin assez poignante. Après, ca fait un petit moment que je l'ai vu, je ne saurais donné plus de détails. Je me souvient surtout que la fin m'avais littéralement scotché et j'avais apprécié le film. :)
    Et toi, t'en as pensé quoi ?

    Gondebaud.

    RépondreSupprimer
  11. @Gondebaud : Un peu comme toi. Ça fait un moment que je l'ai vu, et en plus je l'avais vu dans des conditions pas terribles. Je me souviens de quelques belles idées (comme celle relevée dans ma critique ci-dessus) et aussi d'une ellipse un peu zarb au début du film, qui m'avait assez décontenancé. Je me rappelle d'une conclusion plutôt chouette aussi, oui. A revoir, donc. :)

    RépondreSupprimer
  12. Dans les yeux de ma mère, il y a toujours un désert.

    RépondreSupprimer
  13. Va pour le mini-golf sur le ventre de Belén.

    RépondreSupprimer
  14. j'attends votre avis sur El Cuero (récompensé hier au PIFFF) et Insensibles (très bon aussi)!!
    El Cuerpo pourra vous plaire:
    http://www.tumbaabierta.com/wp-content/uploads/2012/10/tumbaabierta_El_Cuerpo_-_Cartel_final.jpg

    ;)

    RépondreSupprimer
  15. Anne-Laure Brun14 juin 2015 à 08:24

    Première critique qui m'a un peu déçue, car elle ressemble beaucoup plus à un bad sur les seins de l'actrice principale qu'à une des réelles critiques qui me font marrer sur ce site. Il doit y avoir hmmm... 15 lignes sur le film en lui-même ?

    RépondreSupprimer