21 septembre 2011

Moi, Michel G., Milliardaire, Maître du Monde

Après Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère..., après Moi, Christiane F., 13 ans, droguée et prostituée, et après Moi, César, 10 ans 1/2, 1,39m bras levés, voici Moi, Michel G., Milliardaire, Maître du Monde (retitré dans le Larzac : "Moi, Moko humain, Milliardaire de Merde et de Mes deux"). A mon tour de me présenter de la pire des façons : Moi, Rému(canal)sat, étudiant et prostitué, RMIste dégoûté de tout, misanthrope au dernier degré, blogueur ciné mort de aimf, et j'en ai plein les glaouis de ces putains de titres à rallonge de Merde qui puent la Mort et qui nous pourrissent le Moral ! Ce film, dans la lignée de Klapisch et de son immonde Ma part du gâteau, surfe sur la vague de l'actualité en faisant la satire des gros fumiers d'hommes d'affaires pleins aux as qui s'engraissent sur le dos des pauvres, et, pour ce faire, prend l'allure d'un faux documentaire sur la réalisation d'un documentaire dans le documentaire prenant pour sujet un connard fini incarné par le très médiocre FX "effet spéciaux" Demaison, pour un résultat qui ressemble à un sketch de Groland un poil mieux réalisé que d'habitude mais encore moins drôle que les originaux. Le film, qui est donc un "mockumenteur" à la manque, donne juste envie de tirer à vue sur ses acteurs, Demaison et Lafitte, sosies respectifs de René la taupe et de Michel Leeb, qui semblent faire un concours à celui qui remuera le plus ses sourcils en équerres de haut en bas d'un bout à l'autre du film. Au final on méprise simplement encore plus qu'avant ces milliardaires qu'on méprisait déjà avant de s'infliger ce brillant pensum. Ça se mate parce que ça va vite (avec des tas de petites séquences animées hideuses comme on en voit dans toutes les saloperies d'émissions politiques de Canal+), et parce que la caméra portée "sur le fil de l'action", et quelle action, maintient éveillé de la même façon que dans la plupart des séries télé minables qu'on nous a fait bouffer matin midi et soir. Donc ça se mate pour les pires raisons et c'est d'autant plus pourrave.


Moi, Michel G. Milliardaire, Maître du Monde de Stéphane Kazandjian avec François-Xavier Demaison, Laurent Lafitte, Guy Bedos et Patrick Bouchitey (2011)

10 commentaires:

  1. moi je l'ai bien aimé ce film, je me suis bien marré

    RépondreSupprimer
  2. Moi, Joe G., RMIste !21 septembre 2011 à 10:06

    Je le materai jamais !

    RépondreSupprimer
  3. Sanka, le roi du RSA21 septembre 2011 à 10:08

    Vous m'avez trop pas convaincu. Un blog cincohe c'est censé convaincre les gens de mater des moviez, non ? Si tel est le cas, vous avez manqué à votre devoir parce qu'en tant que R(a)S(t)A-man de profession, j'ai ni l'envie ni les moyens d'ailleurs de regarder ce filmz !

    RépondreSupprimer
  4. Je serais à peine moins sévère : je n'ai rien contre Demaison d'habitude, mais là c'est vrai qu'il n'est vraiment pas très bon, enfin inégal, par contre Lafitte bah, il fait son boulot correctement (en même temps ça n'a pas trop l'air d'être un rôle de composition..). Je trouve aussi que l'effet docu-fiction fonctionne et que ce n'est si pas si hyperactif que ça, il y a quelques scènes pas trop mal vues, parfois un peu drôles. Euh pff en fait ouais, c'est quand même très difficile d'être vraiment emballé par ce film qui tourne rapidement à vide, qui est un poil intéressant quand il explique le comment des pourquoi des magouilles mais peine à vraiment à décoller et à aller au bout de son idée ou à être un tant soit peu original. Je n'ai plus envie de le défendre du coup, ça se mate mais c'est vraiment pas terrible, ta critique est très bien :)

    RépondreSupprimer
  5. Assez d'accord, autant que je m'en souvienne c'était le genre de film qui prend les gens pour des cons, humour à deux balles et réalisation foireuse; je suis d'ailleurs partie au bout de vingt minutes...

    RépondreSupprimer
  6. Bien content que tu l'aies vu pour moi !

    RépondreSupprimer
  7. Ce film est immonde ! C'est une MERDE sans subtilité. Rien que le jeu des acteurs mérite de clouer ce film au pilori de la honte cinématographique. Louis, Alphonse, Edgard, Régis, Raoul, Didier, John, Tourak et Sergei Lumière doivent se retourner dans leur tombe.

    RépondreSupprimer
  8. Demaison c'est une merde humain, c'est l'incarnation de Mr Hankey!

    RépondreSupprimer
  9. La biographie de François-Xavier Demaison parle pour lui. Je l'ai repiqué sur Allociné. Elle est écrite par Guillaume Martin, un fan probablement.

    "François-Xavier Demaison est né le 22 septembre 1973 à Asnières-sur-Seine, Hauts-de-Seine (France).

    Diplômé de Sciences-Po Paris, François-Xavier Demaison entame à New York une carrière dans la finance internationale avant de revenir à ses premières amours, la comédie, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Ayant suivi dans sa jeunesse la classe libre du Cours Florent, l'ancien fiscaliste fait une rencontre déterminante en la personne de Samuel Le Bihan, qui, conquis par ses talents d'humoriste, accepte de le produire dans son premier one man show Demaison s'envole. Le succès est au rendez-vous, et en 2007, il partage aux côtés de François Berléand et Maruschka Detmers l'affiche de la pièce L'Arbre de joie au théâtre de la Gaîté-Montparnasse.

    Côté cinéma, François-Xavier Demaison commence par de petits rôles -un agent immobilier dans Tout pour plaire (2004) et un chauffeur dans Olé ! (2005)- avant de s'imposer aux côtés d'anciens membres de la Troupe du Splendid comme Thierry Lhermitte dans Ca se soigne ? (2008) et le trio Jugnot, Balasko, Clavier dans L'Auberge rouge (2007). Esquissant également quelques pas de Disco, le comédien donne dans 48 heures par jour la réplique à Antoine de Caunes, le même qui lui offrira quelques mois plus tard l'un des rôles les plus marquants de sa jeune carrière, celui de Coluche. Nommé au César du Meilleur acteur en 2009 pour cette impressionnante composition, François-Xavier Demaison n'en oublie pas pour autant la comédie, son terrain de prédilection, où, entre Tellement proches et Divorces, il évolue avec beaucoup d'aisance. Il n'hésite pas à jouer les businessmen avides d'argent et de pouvoir, sorte de Tartuffe moderne, avec Moi, Michel G, Milliardaire, Maître du monde.

    Guillaume Martin"


    Je me rappelle vaguement d'un film dans lequel Virgina Efira tombait amoureuse de lui. Comme quoi, il y a de tout pour faire ce monde, et, les accointances de FX sont du niveau de son talent ^^.

    RépondreSupprimer
  10. FX de Maison actuellement sur France 2 aux côtés de Freddy Lopez dans "Voyage en terre inconnue" ! Il vient de me faire marrer deux fois, il n'y était encore jamais arrivé !

    RépondreSupprimer