2 septembre 2012

Les Dents de la mer 3

Tout le monde a vu les trois suites des Dents de la mer de Spielberg alors que c'était trois daubasses énormes ! Faut dire que ces séquelles horribles étaient rediffusées en boucle chaque été fut un temps. Dès le deuxième épisode la franchise se mettait pourtant à puer méchamment la mort, même s'il existe quelques aficionados de Jeannot Swarc, le réalisateur français du deuxième volet dont les encyclopédies ciné les plus pointues ne savent pas dire comment il a pu se retrouver aux manettes de la suite la plus attendue de tout Planet Hollywood. C'est un peu comme si aujourd'hui on appelait Patrick Braoudé pour réaliser Avatar 2, y'aurait comme un hic... Et pourtant les fans de Swarc maintiennent que Les Dents de la mer 2 a juste eu la malchance de venir après le premier. Ils maintiennent même que la fin du film est peut-être supérieure à celle de Spielberg, plus intense, plus mémorable. Rappelez-vous : Roy Scheider (l'acteur - auquel Allociné attribue la filmographie complète de Romy Schneider - avait osé resigné pour une suite sans Spielby), poussé à bout par un Jeannot Swarc dont les méthodes de directing étaient encore inconnues outre-atlantique, conduit un zodiac à toute allure poursuivi par le grand blanc, lequel est bien décidé à boulotter ses enfants. Le shérif d'Amity Island entend guider son ennemi juré vers une ligne à haute tension qui traîne là, suspendue en mer. Toutes les lois de la logique et de la physique se retournent alors contre le grand blanc avec une chaussure noire et un aileron malheureusement pas rétractable qui se prend une décharge hallucinante dans un feu d'artifice pyrotechnique plongeant toute la côte ouest dans le noir pendant deux ans. Scheider (grand acteur dont le blaze perd tout son charme dès qu'on le sépare de son prénom) passe quant à lui à travers l'obstacle, à l'aise, il s'en tire sans même empester le poulet rôti, un miracle pur et simple. Jeannot Swarc avouera plus tard que c'était de la "folie douce" que de tourner cette scène telle quelle.


Comment peut-on pleurer devant ça ?

Juste un intermède anecdotique : la fin des Dents de la mer 2 est aussi une date importante dans nos mémoires puisque c'est à cet instant précis que notre co-rédacteur Poulpard, aka Brain Damage, a chialé toutes les larmes de son corps et que ses parents ont su qu'il était bel et bien sociopathe. Le petit Poulpard ne pleurait pas de joie pour la survie de Roy Scheider mais bien de chagrin pour la mort du requin, et il a chialé des jours durant, inconsolable, remontant à peine la pente à la sortie du troisième film (soit un black out de 5 ans dans la vie du Poulpe). Le troisième Jaws, réalisé par Joe Alves, décorateur, espérait rameuter les foules dans les salles après un deuxième opus décevant grâce à l'apport de la 3D (le film s'intitulait intelligemment Jaws 3(D)), alors en vogue à l'époque (la mode était déjà venue, elle est repartie, elle renaît en ce moment et foutra bientôt le camp quand ce cache-misère ne suffira plus à aveugler les masses). En ce temps-là le procédé devait coûter un bras et n'était pas utilisé à tout bout de champ, par défaut, comme simple étiquette collée sur les affiches pour faire un peu rêver. Les producteurs des Dents de la mer 3 avaient pour ambition de nous en foutre littéralement plein la vue, projet qui culminait dans l'ultime séquence du film, faite pour donner la sensation à chaque spectateur qu'il ressortirait de la salle avec un collier en dents de requin. Cette scène-là, en ce qui nous concerne, on l'a vue en 2D sur FR3 et pourtant on ne l'a jamais oubliée. Chaque nouvel épisode de la saga voulait imposer un requin toujours plus gros que le précédent, mais dans le troisième volet les maquettistes ont légèrement dépassé les limites du raisonnable en créant un mégalodon digne d'une métropole vivante. Les sonars ne le détectent pas car les appareils le considèrent comme un pays, un continent à part entière, et par ailleurs des yeux si petits ne peuvent pas guider un si gros cul, les lois de la science sont ici bafouées et les dimensions du requin le font passer pour un con. N'empêche que ce gros tas nous envoya son immense gueule dentée au visage dans le dernier plan du film, prête à engloutir toute une base sous-marine et tout le public du film au passage dans ce qui restera comme l'un des "finale" les plus ridicules et les plus marquants de l'histoire du cinéma.


C'était le début des grands effets spéciaux. En 1983 ça c'était le top niveau.

Quelques mots sur le quatrième film du nom (on ne parlera pas des Dents de la mer 5, le DTV dont on vient d'apprendre l'existence) : prenant le contrepied de la grandiloquence et de l'action effrénée des précédents opus, Joseph Sargeant crut bon de nous livrer un film d'auteur contemplatif, hommage à peine déguisé à son cinéaste préféré, Andreï Tarkovsky. Dans ce film c'est la femme de Roy Scheider, jouée par Lorraine Gary (engagée sur tous les films de la série sauf le 5) qui affrontait la petite sœur du premier squale dans une déambulation cérébrale minimaliste sur l'océan. Nombre de spectateurs passèrent à côté, nous aussi. Et comme tout le monde on a pensé "plus jamais ça".


Les Dents de la mer 3 de Joe Alvez avec Dennis Quaid (1983)

32 commentaires:

  1. Pas vu le 1 mais je signe des deux mais pour la sequel d'Avatar par Bradoué ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "des deux mains", corrigez-moi les gars j'ai l'air con maintenant

      Supprimer
  2. Article qui me remue les tripes de mon enfance.

    RépondreSupprimer
  3. Entre le grand blanc avec une chaussure noire et le mégalodon-métropole vous m'avez bien fait rire !

    RépondreSupprimer
  4. "Chaque nouvel épisode de la saga voulait imposer un requin toujours plus gros que le précédent"
    Affirmation complètement fausse puisque le requin de la seconde partie fait exactement la même taille que le premier Bruce et que le squale du 4 est en fait plus petit (20 ft)
    Quant au final ridicule, il faudrait peut être mieux voir le film en 3D avant de se prononcer de la sorte... (pour l'avoir vu en VHD japonais, sur le DVD sensio side/side et en 35mm à la Cinémathèque de paris).
    D'un côté, je peux pas être objectif, je fais le site www.jaws-3D.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as aussi laissé ton humour sur jaws-3D.com, fais gaffe.

      Supprimer
    2. Putain un site entier consacré à Jaws 3... "Le site fête ses trois ans et son 400ème article !". 400 papelards sur "Les Dents de la mer 3" ! Et moi qui nous trouvais tarés de lui consacrer une critique déconnante réunissant toutes les autres suites.

      Supprimer
    3. Il faudrait que tu nous prêtes ton DVD sensio side/side, s'il te plaît.

      Supprimer
    4. J'ai jeté un oeil au site, il y a quand même un certain humour et du second degré. Ce genre de blog qui recense et collectionne tout ce qui se rapporte à un seul film peut être intéressant un jour d'un point de vue histoire du cinéma, il permet de reconstituer tout un contexte autour du film grâce aux coupures presse, au matériel promotionnel etc. Dommage que l'auteur n'ait pas les moyens de mener a bien les entretiens dont il parle... (même si en ce qui me concerne je m'en cogne de ce que Joe Alves pense de son film pourri, j'aime ce type de démarche presque d'historien, puisque les vrais historiens du cinéma n'en auront jamais rien a branler de ce film)

      Supprimer
    5. C'est quand même beaucoup d'espace utilisé à un escient un brin douteux sur des serveurs en Californie :D

      Supprimer
    6. Personnellement j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour un fan qui récupère tout sur un sujet aussi particulier! Chapeau !

      Supprimer
    7. Dernier article "Jaws 3-D Daybill Australie".

      Daybill c'est presque surréaliste comme terme.

      Supprimer
  5. ...et Lorraine Gay ne figure pas dans Jaws 3D...
    Sans parler qu'il n'existe aucun Dents de la mer 5 en DTV (cruel Jaws de Mattei n'étant pas une suite)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'en es sûr ? T'en es vraiment sûr ? Parce que je sens que ça te foutrait mal d'apprendre aujourd'hui par deux rigolos qu'il existe bel et bien un cinquième Dents de la mer !

      Supprimer
    2. Par contre tu ne relèves même pas la deuxième image de l'article, censée être issue de ton film fétiche... C'est cool. :)

      Supprimer
    3. On dirait qu'il a raison, ça la fout mal2 septembre 2012 à 14:39

      http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19191000&cfilm=148249.html

      Supprimer
  6. Moi j'ai toujours rêvé de voir Orca, mais je ne l'ai jamais vu, c'est bien?
    Par contre j'ai vu La mort au large, pour lequel j'ai un peu d'affection: http://tepepa.blogspot.fr/2007/06/la-mort-au-large.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je garde d'Orca un assez bon souvenir, mais j'étais gosse... Regarde-le et tu nous en diras des nouvelles ! :)

      Supprimer
  7. "T'en es sûr ? T'en es vraiment sûr ? Parce que je sens que ça te foutrait mal d'apprendre aujourd'hui par deux rigolos qu'il existe bel et bien un cinquième Dents de la mer !"
    Vous pouvez y aller sans problème. Je suis prêt à parier ma chemise. Au mieux, vous allez nous parler de Faulci Crudeli (Cruel Jaws) abusivement retitré Jaws 5 dans certains pays.
    http://www.jaws-3d.com/blog/?p=3248
    Cela n'en fait pas une suite bien évidemment (dans ce cas, je peux m'improviser réalisateur et tourné en HI8 un Star Wars episode VII et proclamer sur la toile que la saga comporte 7 épisodes). Autant changer la première phrase de votre article "Tout le monde a vu les quatre suites des Dents de la mer de Spielberg alors que c'était quatre daubasses énormes" surtout quand le supposé dernier n'est jamais passé à la télévision en France et n'a été distribué qu'en VHS chez TF1 Video... "tout le monde" ça fait un poil exageré surtout quand on conclue par "on ne parlera pas des Dents de la mer 5, le DTV dont on vient d'apprendre l'existence".
    J'aimerai juste ajouter que jaws-3d.com comporte des interviews exclusives de Joe Alves and co menées par mes soins.
    Quoi qu'il en soit, j'ai beaucoup d'humour et Orca est un très bon film.

    RépondreSupprimer
  8. En effet, j'ai vu ça en continuant à parcourir le site. Je faisais juste référence à cette phrase sur le 400e article: " J’espérais vraiment être capable d’offrir aux lecteurs du matériel inédit et de rentrer en contact avec les principaux responsables de ce troisième volet mais..." qui sous-entend que tu n'as pas réussi. Bonne continuation en tout cas!

    RépondreSupprimer
  9. Tant qu'à avouer nos petites faiblesses, j'aimerais ajouter que Shark in Venice est un très bon nanard avec le frère de Stephen Baldwin et la sœur de Scarlett Johansson. DES REQUINS A VENISE QUOI !!!!

    Quant à Roy Scheider, sa carrière a plutôt mal tourné. Il a depuis sombré dans la copinerie avec Adam Sandler. Il figure toujours en second couteau dans des rôles où il grime des stéréotypes raciaux. On se demande encore comment et pourquoi aucun procès ne lui a été collé au cul. En solo, il est connu pour ses rôles de travesti, d'imitateur d'animaux et de gigolos. Triste continuité pour Brody, le héros d'Amity Island.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je répare mon erreur : le frère d'Alec Baldwin = Stephen Baldwin

      Supprimer
  10. Y en a pas un qui confond Roy et Rob?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, Rob Roy c'est un film avec Liam Neeson en jupette...

      Supprimer
  11. A quand une critique de Piranhas 3DD?

    RépondreSupprimer
  12. Seulement quand j'éternue : Schneideeeer !!!!!!

    RépondreSupprimer
  13. Ça a l'air pas mal ça : http://www.imdb.com/title/tt1844770/
    "Sand Sharks : Les dents de la plage"

    http://www.youtube.com/watch?v=_qEfO5iNicI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WOW! navet of the century !

      Supprimer
    2. Bon, celui là n'a pas l'air mal non plus :
      http://www.imdb.com/title/tt2043757/
      "2-Headed Shark Attack"

      Supprimer
  14. Y'a du neuf sur Jaws-3D.com. Et j'aime beaucoup la première phrase du dernier billet :

    "Pourquoi www.jaws-3d.com peut-il prétendre à la médaille d’or des sites internet consacrés à Jaws 3D (en dehors du fait qu’il soit le seul dans sa catégorie) ?"

    RépondreSupprimer