18 août 2012

Ni à vendre ni à louer

... ni à mater.


Ni à vendre ni à louer de Pascal Rabaté avec Jacques Gamblin, Maria de Medeiros et François Damiens (2011)

28 commentaires:

  1. Vous avait pas le droit de dire ça sans argumenté! Et vous vous prenait pour des critique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de parcourir le Code Civil et en fait il se trouve que si, on a le droit. Apparemment rien n'interdit non plus de massacrer la langue française, toi et moi pouvons donc dormir sur nos deux oreilles.

      Supprimer
    2. Autant la personne qui fait des fautes est peut-être dysorthographique, et aura donc toute mon indulgence, autant quelqu'un qui dit juste c'est nul sans argumenter, même si il n'encourt aucune sanction, ne peut pas prétendre faire une critique.

      Supprimer
    3. Amen ! (Ta gueule !)

      Supprimer
    4. Encore une critique extrêmement élaborée à ce que je vois.
      Bon courage pour la suite, ce genre de non argument me fait fuir !

      Supprimer
    5. ARGUMENTER sur "ni à vendre ni à louer"... Non mais les gens ont un grain ou quoi ?! Lui consacrer un article de trois mots c'est déjà un cadeau énorme.

      Supprimer
    6. Faut toujours argumenter apparemment. T'aimes ce film pourquoi? Pourquoi ça t'a ému? Quel réaction chimique s'est faite en toi? Peut-tu vraiment nous assurer que c'était de l'émotion? Tu as libéré de la béta-carotène? C'est juste signe que t'as mangé des carottes, pas que t'as kiffé le film !

      Supprimer
    7. Ok avec le dernier comm non accepté !!!

      Supprimer
    8. Juliette Boniche19 août 2012 à 21:54

      On dirait un interrogatoire mené par Harvey Weinstein à la suite d'une projection-test !

      Supprimer
    9. Tu peux argumenter STP ?

      Supprimer
  2. Que de fautes d'orthographe et de grammaire... Affligeant !

    RépondreSupprimer
  3. On va argumenter en rajoutant que l'affiche est a chier

    RépondreSupprimer
  4. Quand on a fait preuve auparavant d'un minimum de consistance dans ses chroniques, comme l'on fait déjà fait nos gars à maintes reprises, on a ensuite tous les droits...

    RépondreSupprimer
  5. Merci de me piquer mon article ! Enfoirés !!!

    RépondreSupprimer
  6. Aux chiottes les critiques de critiques. Arbitres du Droit de mes couilles et de la connerie démocratique de mon vié !

    RépondreSupprimer
  7. Aux chiottes les cons... Quel désastre.................. (le commentaire trèèès élaboré à base de "vous pouvait" (j'ai eu du mal à l'écrire...)).

    PS : j'aime cette critique. Mouahaha.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais attendez là, vous pensez pas un moment que cette fameuse critique est une blague? Ca ressemble pas une seconde à du 1er degré, donc lâchez du lest un peu !

      Supprimer
    2. 2nd degré... 2nd degré... faut le dire vite :D

      Supprimer
  8. 93 000 entrees... 207 films français financés en 2011 par le cnc. Mais pourquoi tant de haine cnc? Le peuple français ne t a rien fait.

    RépondreSupprimer
  9. 93000 entrées plus 4 prix internationaux ça n'est pas si mal.

    RépondreSupprimer
  10. Premier truc que j'ai trouvé en tapant "NI VENDR +E NI 0 LUER FILM" sur Google :

    « La multiplication des situations de « Ni à vendre, ni à louer » autorise Pascal Rabaté à diversifier les cadres et à s’amuser des profondeurs de champ. C’est une récréation graphique, une invitation à la folie douce et à l’absurde. »

    Christophe Carrière, L’EXPRESS.

    RépondreSupprimer
  11. J'aurais tellement voulu écrire cette critique :(

    RépondreSupprimer