6 décembre 2011

Rosemary's Baby

Avec Rosemary's Baby, son quatrième film, réalisé en 1967, Roman Polanski revient au film d'horreur sérieux après l'excellente semi-parodie Le Bal des vampires, et il signe ce qui restera certainement comme sa plus grande œuvre, en tout cas la plus célèbre, qui vient s'inscrire directement dans la lignée de sa précédente et superbe réussite dans le genre, Répulsion. Avec Rosemary's Baby, le cinéaste retourne vers une folie paranoïaque bien citadine où le chez soi est le lieu de tous les troubles et où le voisinage est immédiatement présenté comme infernal. De réaliste et pathologique dans Répulsion, la folie devient ici beaucoup plus ambiguë, balançant entre l'hypothèse psychologique et celle du complot, et générant donc un doute crucial quant à la nature même du récit (sommes-nous devant un film d'horreur fantastique ou devant un portrait psychopathologique ?). Un long suspense génialement captivant naît de ce doute fondateur, car contrairement à Carole dans Répulsion, Rosemary (incarnée par une étonnante Mia Farrow) n'est pas immédiatement présentée comme un cas médical, bien au contraire.



Rosemary est une femme tout ce qu'il y a de plus normal, or c'est bien lorsque nous sommes en présence d'une situation banale, anodine, quotidienne et familière que le grain de sable (ou de folie) venu enrouer la machine nous terrifie le plus ; et inquiéter le spectateur d'un bout à l'autre de son film, c'est ce que Polanski a décidé de faire, avec un talent inouï. C'est ainsi que le scénario se pare d'une très forte dimension fantastique, ne nous représentant plus in medias res les images mentales d'un sujet critique avéré, comme dans Répulsion, mais nous introduisant dans le quotidien d'une femme ordinaire et saine d'esprit qui, après avoir élu domicile avec son époux comédien dans un immeuble ancien de Manhattan, et au contact d'un couple de vieux voisins envahissants et horriblement crispants, voit sa vie peu à peu basculer tandis qu'elle attend un enfant, sans que l'on ne puisse savoir décidément si ses mésaventures sont le fait d'une véritable conspiration maléfique ourdie contre elle ou celui d'un pur hasard qu'elle prendrait volontiers et malgré elle pour une manigance de son entourage. Impossible de dire (du moins jusqu'à la fin du film, frappante, et qui a de quoi laisser chancelant, mais que nous tâcherons de ne pas révéler, du moins pas sans prévenir, pour ceux qui n'ont pas encore vu le film) si Rosemary n'est qu'une future mère paranoïaque victime d'une psychose de la persécution liée à l'enfant qu'elle porte et qu'elle entend protéger coûte que coûte, ou si son entourage immédiat (les affreux voisins horripilants et mystiques, mais aussi l'époux trop absent, incarné soit dit en passant par l'immense John Cassavetes) la manipule et se veut le sinistre coupable de son mal. Le scénario est extrêmement bien ficelé et il repose sur cette hésitation cruciale entre les deux hypothèses, soit sur un calque du principe scénaristique du Soupçons d'Hitchcock dans lequel Joan Fontaine ne parvenait pas à savoir si son époux était un escroc ou si sa propre paranoïa l'inculpait à tort, sans pour autant proposer la même quantité extravagante de revirements permanents.



En outre Polanski parvient à nouveau à déplacer l'horreur la plus subtile en plein milieu urbain, au cœur de New-York, dans un appartement soi-disant hanté, au sein d'un immeuble vétuste et lugubre qui se fait le théâtre d'un suicide par défenestration dès le début du film, mais aussi dans maints lieux de la ville, y compris les plus ouverts et fréquentés, et de surcroît en plein jour (ne citons que la mémorable séquence de la cabine téléphonique…). Désireux de ne pas cantonner la terreur aux ambiances rurales et à l'obscurité de la nuit, Polanski se place dans la continuité d'Hitchcock et de ses Oiseaux (là encore ne citons que la mémorable séquence de la cabine téléphonique !), entre autres. On retrouve ainsi dans Rosemary's Baby bien des thèmes de Répulsion, qui affichait la même volonté d'insinuer la peur dans les failles du béton, au cœur même de la civilisation urbaine. Parmi les autres rapprochements que l'on peut faire entre les deux films, il y a la dimension de satire sociale, la mise en scène d'une phobie de la manipulation et du viol, et bien sûr la thématique de la folie psychologique incommensurable née d'un impénétrable mélange de la manifeste convoitise d'autrui d'une part, du cauchemar et du délire d'autre part, la figure de "l'autre" étant considérée comme celle de l'insatiable dévorateur de son prochain, un enfer sur pattes de dissimulation et de cannibalisme, capable par tous les moyens de s'emparer de ses proies par le corps autant que par l'esprit.



Polanski réalise avec ce film une œuvre absolument brillante où l'on retrouve toute l'expression de son génie de metteur en scène, un savoir-faire tel que le cinéaste est capable, par l'art du montage, de créer dans l'esprit du spectateur des images qui n'existent pas dans le film mais que l'on sera convaincu d'avoir pourtant vues. Beaucoup de spectateurs sont en effet persuadés d'avoir vu de leurs yeux vu un plan, à la fin du film, qui n'y figure tout simplement pas. Et c'est précisément parce que Polanski ne fait pas ce plan, parce qu'il ne montre pas ce contrechamp ô combien attendu au plan de Mia Farrow découvrant son enfant, se contentant au lieu de ça d'une ligne de dialogue évoquant les yeux du bébé, et jouant qui plus est sur la mémoire du spectateur qui demeure, comme Rosemary, hanté pour le reste du film par les images littéralement horribles vues pendant la scène grandiose du cauchemar, qu'il fait naître dans l'imaginaire du spectateur une image très nette et diablement précise qui se veut d'autant plus puissamment effrayante qu'elle n'existe pour chacun que dans son propre esprit, le spectateur devenant par là même aussi paranoïaque que l'héroïne qu'il a suivie avec empathie d'un bout à l'autre de l’œuvre.



La conclusion du film (et je conseille ici à ceux qui ne l'ont pas vu et qui envisagent de le voir bientôt de ne pas lire ce qui suit et de sauter directement au paragraphe suivant) est assez incroyable puisqu'elle assied la dimension fantastique du scénario en recalant définitivement le soupçon de paranoïa que nous pouvions jusqu'alors légitimement porter sur l'héroïne : Rosemary est bel et bien victime d'un complot fomenté par ses voisins et leurs amis médecins, tous membres d'une secte de sorciers satanistes (le film recoupe par cet aspect "diabolique" avec certains classiques de l'horreur, de L'Exociste de William Friedkin à La Malédiction de Richard Donner), qui ont su gagner à leur cause le mari de Rosemary, appâté par la promesse d'une carrière d'acteur florissante. Le but de ces adorateurs de Satan n'est rien moins qu'engendrer le fils du Diable et pour cela d'exploiter grâce à maints rituels et autres breuvages maléfiques très hitchcockiens (on pense là encore évidemment au verre de lait lumineux de Soupçons) la grossesse opportune de Rosemary, qui devient ainsi la mère de l'Antéchrist et qui, à la fin du film, conclusion ô combien pessimiste et cruelle, abattue par sa défaite, semble presque se résigner à cet état de fait, impuissante puisqu'ayant d'ores et déjà perdu la bataille, l'unique bataille qui importait à ses yeux : protéger son enfant. Rosemary n'avait aucune chance, seule contre tous, à commencer par ses voisins, Roman et Minnie Castevet, "the Castevets", parvenus sans mal à embrigader son mari, John Cassavetes, et peut-être, qui sait ?, le cinéaste lui-même, Roman Castevet Polanski...



Ce film magistral aura marqué ses spectateurs au fer rouge et influencé bon nombre de réalisateurs, avec en première ligne le David Lynch de Mulholland Drive (qui reprend dans son film le couple de vieux voisins, mais aussi d'une certaine façon la figure du diable, et gonfle le portait au vitriol de la société du spectacle hollywoodien) et Darren Aronofsky pour Black Swan (qui s'approprie la représentation angoissante de l'appartement urbain étroit et trompeur et raconte l'histoire d'une autre paranoïa démentielle). Le film remporta un franc et bien mérité succès public et critique et se plaça au sommet du box-office, nominé en prime aux oscars. C'est alors en pleine consécration que Polanski fut frappé par la tragédie du meurtre de sa femme, qui le plongea dans une longue dépression et fut sans aucun doute un frein dans l'emballement prodigieux de sa carrière. Toujours est-il que Rosemary's Baby est absolument génial, qu'on ne se lasse pas de le redécouvrir, et qu'en ce qui me concerne je l'aime un peu plus à chaque nouvelle découverte.


Rosemary's Baby de Roman Polanski avec Mia Farrow, John Cassavetes, Ruth Gordon et Sidney Blackmer (1968)

23 commentaires:

  1. Clap clap again Rémi.

    Me replonger dans ces films me fait d'autant plus craindre la vision de Carnage, qui sort demain et qui a quand même l'air très anecdotique à côté...

    RépondreSupprimer
  2. Merci !

    Oui, j'ai peur aussi de trouver "Carnage" sans intérêt... faut dire que ça fait un petit paquet d'années que Polanski déçoit. J'ai la chance de faire partie de ceux qui ont apprécié "Le Pianiste", du coup pour moi la disette dure depuis moins longtemps que pour d'autres. Mais "Oliver Twist" était déjà très anecdotique, et (je sais que tu n'es pas d'accord mais) "The Ghost Writer" était sacrément décevant...

    J'espère quand même que "Carnage" sera au minimum sympathique et intéressant, j'espère que les acteurs (surtout John C. Reilly et Jodie Foster) feront au moins plaisir à voir.

    RépondreSupprimer
  3. Malbranque la Malédiction6 décembre 2011 à 12:32

    Il a près de 80 ans en même temps. Si ses films restent intéressants et pas trop mal, c'est déjà géant, m'est avis !

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas lu l'avant-dernier paragraphe parce que je veux TROP le voir. Super article !

    RépondreSupprimer
  5. Malbranque > Je ne suis pas sûr que l'âge soit une raison. Beaucoup de grands réalisateurs ont fait et font des films géants à 80 piges et plus. On ne réagit pas tous pareil face à l'âge mais s'il fait des films on peut attendre qu'ils soient super bons, surtout de la part d'un type qui en a fait de si géniaux. L'excuse qui pourrait marcher davantage c'est son souci avec la justice, qui l'a poussé à finir Ghost Writer entre quat' z'yeux de taulards :D

    RépondreSupprimer
  6. Joe > Tu ne l'as pas vu ? Ou tu veux le REvoir ? :)

    RépondreSupprimer
  7. Malbranque la Malédiction6 décembre 2011 à 13:26

    Rémi > Pour moi si. Ça m'amène forcément à être plus indulgent. Son "souci" avec la justice est aussi à relier à son âge avancé, car une épreuve comme celle-ci doit être d'autant plus difficile à vivre, à surmonter. J'ai aussi constaté que beaucoup de grands réalisateurs ne s'amélioraient pas avec l'âge et qu'ils faisaient des films nettement moins bons que par le passé. Si Carnage n'est pas à la hauteur des Répulsions, Rosemary's Baby et compagnie, mais qu'il demeure intéressant, pas mauvais ni honteux, et apporte, même très modestement, quelque chose à la filmographie de son auteur, je trouverais donc ça déjà bien. :D

    RépondreSupprimer
  8. Malbranque la Malédiction6 décembre 2011 à 13:33

    (et si c'est un film super chouette, je serais d'autant plus ravi !)

    RépondreSupprimer
  9. L'âge n'est pas vraiment un argument selon moi dans la mesure où beaucoup de grands réalisateurs ont fait et font encore leurs meilleurs films très vieux et qu'il y a une certaine logique là-dedans, qui veut qu'on s'améliore dans son art en vieillissant et qu'on ne répète pas certaines erreurs pour au contraire les corriger et aller toujours plus loin. D'autres réalisateurs effectivement sont devenus moins bons en vieillissant, mais est-ce que c'est parce qu'ils sont devenus séniles ou pour d'autres raisons extérieures ? Bref l'âge n'est pas vraiment une raison en soi pour justifier la baisse de qualité des films, à mon avis. Il y a sans doute d'autres raisons pour Polanski, comme ses ennuis avec la justice donc, et puis aussi peut-être quelques difficultés vis-à-vis des producteurs, enfin un tas de raisons qu'on ne connaît pas mais qui, je pense, n'ont pas grand chose à voir avec la vieillesse. Je ne pense pas qu'un type pareil devienne peu doué en vieillissant. En revanche je suis d'accord pour dire que si "Carnage" est intéressant et agréable sans être géant je serai déjà content, ne serait-ce que par sympathie pour Polanski, cette même sympathie qui me conduit à plutôt apprécier un film aussi moyen que Frantic, qui m'a poussé à aller voir Oliver Twist au cinéma et qui me donne envie, à force de parler de Polanski pour ce dossier, de revoir The Ghost Writer pour lui donner une deuxième chance.

    RépondreSupprimer
  10. Ah et d'ailleurs je n'ai pas peur que "Carnage" soit un film JUSTE intéressant et porteur dans la carrière du cinéaste, ça j'en serais ravi ! J'ai peur qu'il soit raté et sans aucun intérêt. Mais ça on le saura demain.

    RépondreSupprimer
  11. Malbranque la Malédiction6 décembre 2011 à 13:49

    Je dis pas qu'on est moins doué avec l'âge, enfin si, mais dans le sens où le vieillissement peut naturellement rendre moins perfectionniste, moins scrupuleux, moins alerte, etc, toutes ces qualités qui, auparavant, pouvaient beaucoup aider à pondre des chefs d’œuvre. Enfin bref, après y'a tous les cas de figures possibles, l'âge peut aussi apporter d'autres vertus ; mais en général, si la logique veut qu'on améliore son art en vieillissant, une autre logique bien plus cruelle veut qu'on soit forcément diminué physiquement avec l'âge, et de ça dépend et découle aussi pas mal de choses qu'il ne faut à mon sens pas ignorer.

    RépondreSupprimer
  12. Resnais, Rohmer, Oliveira sont de bons contre-exemples.. Ceci dit, j'ai aucune théorie sur l'âge des cinéastes, alors je me contenterai de tomber sur le cul en apprenant que NOM DE DIEU JOSUEBA T'AS JAMAIS VU ROSEMARY, ça m'étonne de toi! Cours Josi cours, tu vas l'adorer!

    RépondreSupprimer
  13. Speed Malbranque "Cruise Control"6 décembre 2011 à 23:09

    Je pense qu'il doit être particulièrement difficile de trouver des contre-exemples du côté des grands cinéastes américains toujours en vie (et même ceux qui ne sont pas de nationalité américaine mais qui ont fait la plupart de leurs films à Hollywood).

    RépondreSupprimer
  14. Oui, alors que c'était plus courant avant, à Hollywood, je crois.

    RépondreSupprimer
  15. Ce qui doit "diminuer" Polanski, c'est plutôt sa femme. Elle doit le grandir puis le diminuer, le grandir, puis le diminuer, le grandir, puis le diminuer, sans arrêt. On sent bien que c'est une femme qui doit kiffer "la chose" et qui doit avoir des besoins. Et Polanski n'est plus de la dernière fraîcheur. Donc ouais son âge doit le "diminuer" via sa meuf ! On n'a pas idée aussi...

    RépondreSupprimer
  16. Malbranque a raison: la vieillesse est un naufrage...

    RépondreSupprimer
  17. Et bien merci pour ce billet qui confine mon envie : celle de le voir absolument !

    Merci beaucoup !!!

    RépondreSupprimer
  18. l’héroïne est tout simplement folle. C'est le seul film qui montre bien la décompensation psychotique bien loin des clichés de la double personnalité chez les fous... la scène finale est juste un autre de ses délires, tout comme le chinois qui prend des photos lors de la scène final (mdr) ce qui est au final est improbable...

    Malheureusement beaucoup de gens voit ce film comme un film d'horreur alors que c'est faux. Ce film retranscrit parfaitement le délire d'interprétation et la paranoia que certains patients peuvent avoir !

    Au final pensez que certains patients malades subissent la même chose que tout ce qui se passe dans le film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Point de vue intéressant, et pas faux, mais c'est quand même triste de réduire le film à tout prix, alors qu'il s'efforce, et avec brio, de jouer sur plusieurs niveaux.

      Supprimer
    2. En effet...

      Et tout ceci ne l'empêcherait pas d'être un film d'horreur.

      Supprimer
    3. Elle est chouette cette critique. C'est vrai que j'aurais plutôt tendance à voir l'héroïne comme folle, spécialement la fin qui m'avait parue rocambolesque (dans le bon sens du terme si on peut dire). La critique m'a donné envie de le revoir en tout cas.

      Supprimer