9 juillet 2011

Transformers

Transformers 3 est sorti la semaine dernière. Je ne l'ai pas vu et je ne le verrai jamais. J'ai survécu seulement une fois à un festival pyrotechnique et épileptique de Michael Bay ou Jerry Bruckheimer (je les confonds tout le temps). C'était pour The Island, que j'avais vu au cinéma, et les rondeurs de Scarlett Johansson n'y étaient pas pour rien. J'étais bien faible, je le suis un peu moins depuis, et ce n'est pas Rosie Huntington-Whiteley, la nouvelle starlette que tente d'imposer ce blockbuster minable, qui va me faire changer d'avis. J’ai lu quelque part que Transformers 3 : la face cachée de ma lune (dans son titre intégral) était, je cite, « le meilleur film d’invasion depuis des lustres ». Ça m’a fait rire. Rire jaune. Car cela m’a rappelé une triste aventure que j’ai justement vécue en matant Transformers premier du nom, qui était, lui aussi, un film d’invasion. Dites-moi si je me trompe mais je crois bien qu'il est toujours plus ou moins question d’extra-terrestres métalleux qui s’immiscent dans nos bagnoles, les transforment en robots géants et tentent de prendre le dessus sur nous autres humains. Or, personnellement, je ne peux vous parler de Transformers sans vous faire le récit de mon évasion…



C’était au début de l’été, il y a 2 ou 3 ans. Suite à une sale engueulade avec une ex, je m’étais retrouvé enfermé chez ses parents, mes beaux-parents d’alors, plus exactement dans la chambre hi-tech de son petit frère, feu mon neveu. Bref, je vous la fais courte et je vous épargne les détails. Âgé de 15 ans mais mentalement de 4, son petit frère était LE fan français hardcore des films Transformers. Il en faut bien un. Il était tellement crétin que c’est moi qui lui ai appris qu’au départ, c’est des jouets en plastique, même pas en métal, puis une série télé d'animation. Les murs de sa chambre étaient recouverts de posters, il en existe mille différents pour chacun de ces films, c'est impressionnant ; il y avait aussi de nombreuses photos grand format de Shia LaBoeuf et Michael Bay s’enlaçant. Par contre, assez curieusement, il n'y avait pas la moindre trace du cul rebondi et des seins raffermis par le collagène de Megan Fox. Enfin, passons.



Me voici donc coincé dans la piaule de Brian, fermée à clé par sa conne de sœur, accessoirement ma nièce. Après avoir épluché tous ses comics et démonté ses figurines des Chevaliers du Zodiaque, j’ai eu la sale idée de m’envoyer un dvd. J’avais le choix entre différentes éditions de Transformers. Au hasard, j'ai mis Transformers édition prestige, celle comprenant un vieux morceau de carrosserie censé appartenir à Optimus Prime, le chef robot-bagnole, et, semble-t-il, un poil de couille de Shia LaBeouf en bonus. Au début ça allait vu que je ne suis pas sujet aux crises d'épilepsie et que j'apprécie les engins pneumatiques. En outre, je me disais que mon petit neveu (depuis disparu) allait bien finir par venir récupérer son iPod dans sa piaule, et abréger mon calvaire par la même occasion.



Puis le film s'est mis à m'attaquer le cerveau directement, sans avertissement. J'étais comme tétanisé face à ce spectacle interminable d'une débilité sans limite. Pour ne pas avoir de problèmes supplémentaires, je ne voulais pas m'en prendre à son matos home cinéma dernier cri, dont je ne comprenais plus le fonctionnement. Après avoir bien observé mon environnement, j'ai alors compris la véritable nature de la pièce dans laquelle j'étais enfermé. Il s'avérait que le gosse avait choisi d'élire domicile dans la "panic room" de la demeure gigantesque de ses parents paranos, sans doute après avoir fait le forcing pendant tout un été. Si vous m'avez bien suivi, ses parents ne sont autres que mon frère et sa conne de femme, des gros fachos, des connards qui ont refusé de prendre le grand virage de la démocratie pourtant initié par les Athéniens voilà 2500 ans, perfectionné par Staline et Mao Tsö-Tong il y a peu !



Pour sortir de cette pièce sans fenêtre dotée seulement d'un soupirail, je vous raconte pas. J'ai tout essayé. Inutile de s'en prendre à la porte blindée en contre-plaqué, je me suis déboîté l'épaule gauche en fonçant dessus une première fois et l'épaule droite une seconde. J'ai alors eu une idée sur laquelle je n'aurais, en temps normal, pas misé un dollar. Mais j'étais dans un état second, c'est l'instinct de survie qui a parlé. Sur la table de chevet du gosse, il y avait trois bakugan, un réveil multifonctions, une étoile ninja, un canard vibrant, des knackis et, surtout, du pain de mie Harry's. J'ai alors repensé à Laurent Fiocconi, ancien membre de la French Connection, celle qui a inspiré William Friedkin, un port-de-boucain malin qui s'était évadé de la prison haute sécurité de West Street à New York en 1974, par reproduction de clés à l’aide de mie de pain. Imaginez la suite... Par amalgame j'ai depuis ce jour une reconnaissance et une gratitude infinie à l'égard d'Harry's Roselmack. Une fois que j'avais réussi à prendre l’empreinte de la serrure avec la mie bien poisseuse de son pain, j'ai pu me fabriquer une clé avec le mécanisme du réveil et l'étoile ninja. C'est ainsi que j'ai réussi à me sauver de cette panic room infernale et à échapper à ce film qui ne l'est pas moins. "Le meilleur film d'invasion" ? Tu parles !



Sur ce, je vous laisse, je m'envole pour Londres assister à l'avant-première mondiale d'Harry's Potter et tenter de pécho Hermione et sa croupe de feu, histoire de mêler mon sang au sien dans ma chambre des secrets !


Transformers de Michael Bay avec Shia LaBeouf, Megan Fox, Tyrese Gibson, Jon Voight, John Turturo et Josh Duhamel (2007)

37 commentaires:

  1. tu es resté assez faible je vois :D
    la dernière photo vient du 2 !

    RépondreSupprimer
  2. C'est donc le meilleur film d'évasion, en fait.

    RépondreSupprimer
  3. Bien joué Anonyme, t'as l'oeil. T'en es fier ?

    RépondreSupprimer
  4. :)

    Les photos sont là pour appâter le chaland, c'est un peu vil, je sais.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle imagination débordante^^

    RépondreSupprimer
  6. Tu viens en fait de nous décrire comment tu t'es évadé d'Alcatraz là ! Bien joué pour le système de serrure...

    RépondreSupprimer
  7. A quand l'adaptation ciné des jouets Modelino par l'insatiable Michael B ?!

    RépondreSupprimer
  8. Franco j'aimerais bien voir une adaptation ciné des Playmobils.

    RépondreSupprimer
  9. Mais tu n'as rien saisi au film, jeune fou : Transformers, c'est une histoire d'amour, ou plutôt l'éveil à l'amour et à la sexualité d'un jeune nerd. Les robots ne sont qu'un piège scénaristique, ou alors la métaphore de l'amour de Sam prêt à muer, à se changer et à s'accomplir (c'est pourtant clair dans le film, je trouve...). Bay sera un éternel incompris.

    RépondreSupprimer
  10. Euh juste, j'adore la conclusion sur Harry Potter ! Alors il est bien ? Comment va Emma ? ;)

    RépondreSupprimer
  11. Comme d'hab, les fans des épisodes précédents ne seront pas déçus.
    Emma va bien, elle a désormais troqué l'uniforme de Poudlard contre des tenues qui en font une fashionista de premier plan.

    RépondreSupprimer
  12. Gladstone Gander13 juillet 2011 à 15:05

    Ou une trainée de premier plan...

    RépondreSupprimer
  13. Magnifiques, quand même, ces photos. Merci !

    RépondreSupprimer
  14. J'adore aussi la conclusion sur Harry Potter :-)

    RépondreSupprimer
  15. Je me doutais bien que ça ferait des heureux...

    RépondreSupprimer
  16. c'est feu ton beauf pas ton neveu ;)

    RépondreSupprimer
  17. à moins d'être en couple avec sa nièce !

    RépondreSupprimer
  18. mais quel plaisir ce blog, merde ça fait trois heures que je suis agglutinée.

    RépondreSupprimer
  19. Cliquez sur mon nom, c'est le sein de Megan Fox qui fait du "tactile" sur un iphone. Authentique !

    RépondreSupprimer
  20. C'est étrange tous ces gens qui viennent cliquer sur mon nom :/

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour,
    J'apprécie ce que vous faites.
    Dans l'absolu je préfère Kate Winslet.

    RépondreSupprimer
  22. Mmmmouuuuuhahaha, j'adore la fin !

    RépondreSupprimer
  23. Michael Bay s'en prend aux "Oiseaux" d'Hitchcock !

    http://www.theguardian.com/film/2014/mar/13/michael-bay-alfred-hitchcock-birds-remake

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nom d'un chien, après Rémi qui nous informe d'un projet de remake de 'West Side Story' par Spielberg... Ils comptent donc refaire tous les succès américains du début des sixties ? 'La Garçonnière' par Cameron Crowe, 'L'Arnaqueur' par Scorsese, 'Diamants sur canapé' par Wes Anderson, 'L'homme qui tua Liberty Valance' par Winding Refn ?

      Et cette mercenaire de Naomi Watts qui avait déjà repris le rôle de Fay Wray dans 'King Kong', elle succéderait ici à l'actrice franco-inuit Igloo Présent de Findannée (ah non, pardon, à Tippi Hedren)...

      Supprimer
  24. que des photos de megan fox en illustration ! bravo, du grand journalisme comme je le conçois.

    RépondreSupprimer
  25. Merci à toi d'y être sensible ! :)

    RépondreSupprimer
  26. j'aime pas trop megan fox en fait. mais c'est comme sympa de la voir...

    RépondreSupprimer
  27. Je ne l'aime pas non plus, mais j'ai tout de même jugé que c'était la meilleure façon d'illustrer un article sur ce film.

    RépondreSupprimer
  28. donc bravo, c'est du journalisme total comme a l'époque de Peter et Steven

    RépondreSupprimer
  29. Oh merde, j'peux pas encadrer les nazis ...

    RépondreSupprimer