5 mai 2013

Mama

Lors du dernier festival du film fantastique de Gérardmer, le président du jury, Christophe Lambert, a parait-il prononcé un discours étonnant, mais plein de bon sens, où il se plaignait de la piètre qualité des films sélectionnés en compétition. Il est vrai que le festival, qui soufflait sa 20ème bougie, et que l'on annonce en perte de vitesse et sur le point de disparaître depuis toutes ces années, ne s'est jamais véritablement distingué par la pertinence de ses choix. Le discours de Christophe Lambert, assez osé et original pour un président du jury, faisait donc du bien à entendre, et son courage fut logiquement salué avec ferveur dans une revue comme Metaluna. La question que je me pose aujourd'hui est donc la suivante : après avoir établi un tel constat, comment peut-on décemment décerner le Grand Prix à un film comme Mama ? Comment peut-on ?




Mama est un nouvelle production de Guillermo Del Toro, décidément pas décidé à faire du bien au genre qu'il affectionne tant, après le déjà ultra merdique Don't Be Afraid of the Dark. Mama est le remake et l'extension, en long métrage, d'un court du même auteur, l'argentin Andrès Muschietti. Le court métrage aurait apparemment tapé dans l’œil, et pas le bon, du mexicain obèse fan de robotique, qui aurait aussitôt flairé les dollars et proposé à son nouveau poulain d'en faire un film d'une durée approximative d'1h40. Mama nous narre l'histoire de deux fillettes abandonnées dans la forêt et retrouvées des années après par leur oncle (Najat Vallaud-Belkacem), qui les accueille chez lui avec sa petite amie rockeuse (Jessica Chastain). Le couple ignore que les gamines sont désormais sous la protection d'une entité vengeresse qu'elles nomment ridiculement "Mama", un fantôme au caractère peu commode qui verra d'un très mauvais œil qu'on lui retire de façon très arbitraire la responsabilité parentale qu'il s'était lui-même attribué.




Derrière cette histoire faussement compliquée où l'on essaie timidement de nous faire douter de la personnalité des deux gamines, se cache finalement un bête film de fantôme insupportable, qui s'enlise immédiatement dans des situations déjà vues milles fois ailleurs. Il n'y a strictement rien à sauver. Bon, allez, je sauve un court passage où la mise en scène fait pour une fois preuve d'un peu d'intelligence : ce long plan fixe où l'une des gosses joue avec ce que l'on imagine être sa sœur, hors champ, avant que celle-ci apparaisse à côté dans le couloir. Je ne suis pas clair, mais ceux qui l'auront vu comprendront, et cela préservera aux autres aventureux le seul moment un peu malin du film. Car à part ça, RAS. Et on a droit à tous les clichés, de la petite vieille qui nous sort en trois répliques le b.a -ba des grands principes qui régissent l'existence des fantômes parmi nous, à la découverte du douloureux passé du fantôme en question, dans un flashback proprement hideux, où le comble du ridicule scénaristique et de la laideur visuelle sont atteints.




Les scènes de trouille sont très pauvres aussi, et sentent sacrément le rance. Je pense par exemple à cette scène où le docteur des gamines retourne dans la cabane où ses patientes ont grandi afin d'en savoir un peu plus sur Mama. Soudainement plongé dans le noir, le toubib se met à se servir du flash de son appareil photo pour voir ce qui l'entoure. Au fil des flashs successifs, Mama pointe le bout de son nez, et nous sommes supposés avoir les chocottes comme jamais, sauf que Muschietti semble ignorer qu'on a déjà vu exactement la même scène dans des titres bien connus tels Saw ou Shutter (pour ne citer qu'eux), avec une toute autre efficacité sur le spectateur, car les séquences en question étaient diablement mieux amenées et exécutées. Bref, c'est tout simplement navrant. Et ce n'est là qu'un exemple parmi tant d'autres...




Les 40 premières minutes de Mama se suivent d'un œil distrait, le rythme est tel que l'on regarde tout cela tant bien que mal, déjà passablement agacé, mais ça va encore. La deuxième partie du film est autrement plus terrible pour les nerfs, et je ne parle évidemment pas d'anxiété ni d'un quelconque effroi ressenti devant ce recyclage ignoble. Il devient alors évident qu'il n'y aura plus aucun retournement de situation capable de sauver les meubles. D'ailleurs, de surprise, il y en a finalement aucune, dans ce scénario où un revenant doit simplement accomplir un dernier méfait pour venger sa mort cruelle avant de décamper une bonne fois pour toute. Le pire du pire nous est réservé pour la toute fin, une conclusion grotesque qui nous propose une partie improvisée de tir à la corde opposant la terrible Mama à Jessica Chastain, sur une corniche, avec, au milieu, les deux gamines et, en guise de corde, la ceinture à nouer d'une robe de chambre. Et je ne raconte pas des blagues...




En parlant de Chastain, on se demande bien ce que la belle est venue faire dans cette galère. Affublée d'une tignasse noire qui ne lui sied guère, l'actrice assure le minimum syndical, et se contente d'arborer des tenues de rockeuse tutoyant trop souvent le ridicule. Certaines d'entre elles nous laissent cependant admirer une poitrine sautillante qu'on ne lui connaissait pas si volumineuse, tandis que d'autres s'avèrent impitoyables pour tout son bottom : moulée dans ses jeans grunges troués, la charmante Jessica a l'air d'avoir un gros cul et deux poteaux en guise de jambes ! C'est cruel ! On la préfère en rousse aérienne chez des cinéastes réellement inspirés par son visage si particulier, qu'en patate gothique dans cette horreur de film commis par un footballeur raté... Rien à dire des autres acteurs qui pataugent eux aussi là-dedans, notamment sur les deux petites, auxquelles j'avoue qu'on ne peut rien reprocher. Quoique si, j'ajouterai un mot sur ce dénommé Nikolaj Coster-Waldau : il est beau gosse, certes, y'a pas à dire, il ressemble à un surfeur viking, mais qu'il retourne donc chercher les vagues en Mer du Nord, il ne manquera à personne !




L'important succès rencontré par le film de Muschietti au box office américain doit laisser penser aux personnes peu curieuses que, cette année, Gérardmer ne s'est pas trompé. Et pourtant... Et pourtant ! Un festival comme celui-ci ne devrait-il pas plutôt mettre en avant des films moins faciles, plus exigeants et originaux, comme Berberian Sound Studio ou You're Next, qui concourraient aux côtés de Mama lors de cette sinistre édition ? Je n'ai pas vu ces deux films, je m'appuie seulement sur quelques avis de confiance, et je suis persuadé qu'ils sont infiniment mieux que la daube infâme de Muschietti. De toute façon, je me dis qu'on peut difficilement faire pire.

Pendant le générique d'ouverture, ma compagne a poussé un cri d'horreur lorsqu'elle a lu "Produced by Guillermo Del Toro". Elle se souvenait de Don't Be Afraid of the Dark. J'aurais dû l'écouter. Elle m'en veut encore. Elle m'en veut encore ! Meurs, Gérardmer !


Mama d'Andres Muschietti avec Jessica Chastain, Nikolaj Coster-Waldau et Megan Charpentier (2013)

37 commentaires:

  1. Cette critique est intéressante, car ne partageant pas du tout ce point de vue elle me permet de comprendre les détracteurs.

    Pour ma part j'ai trouvé Mama intéressant et très prenant dans la mouvance du cinéma d'épouvante espagnol actuel.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas aimé ce film. C'est dommage que Jessica Chastain s'abaisse à jouer dans de telles purges. Je suis très déçu par cette actrice dans laquelle j'avais mis tous mes espoir :(

    RépondreSupprimer
  3. Roh, non, faut pas cracher sur Nikolaj Coster-Waldau aka Jaime Lannister !

    RépondreSupprimer
  4. La vieille, elle explique pourquoi les fantômes (êtres pour la plupart intangibles) peuvent parfois tocarte los huegos ? Quand ça les chante ils se mettent à tocar tout ce qui passe, ils se lancent dans de la toca de grande envergure, ils vont jusqu'à tuer par simple tocade. Putain de ghostz !

    RépondreSupprimer
  5. Ca a l'air pourri. Je le materai jamais. Et la dernière photo me fait presque mal, sachant que j'ai revu Jessica Chastain dans Take Shelter pas plus tard que hier et que je ne veux plus jamais la voir moins belle que dans ce film où elle est insupportablement belle.

    RépondreSupprimer
  6. heu moi j'ai adoré Chastain comme ça^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil...faut arrêter de vouloir voir des nichons et des bonnasses les mecs, ce nest pas que ça le ciné ;)

      Supprimer
    2. Quand le film pue la merde, ça compte, ça peut permettre de tenir...

      Supprimer
    3. Jessica Chastain est magnifique en brune, arrêtez un peu! J'aimerais voir vos gueules aussi!

      Supprimer
  7. Ce film est EXCELLENT ne vous fiez pas à cette critique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement !!!!

      Supprimer
    2. N'hésitez pas à étaler plus longuement vos impressions !

      Supprimer
    3. Ne vous fiez pas à ce commentaire xD !
      Ce film, excellent ? Faut vraiment pas s'y connaitre.

      Supprimer
    4. Waw!! Quel mentalité, tu ne peux pas trouver tes phrases toi même "monsieur anonyme", plagiat!!! Et en plus c'est un site ou tous le monde donne sont avis donc ne les critiques pas, chaque personnes a le droit de s'exprimer ok?? Et en plus ce que tu dis "faut pas s'y connaitre" ben c'est complètement ridicule, tu le connais le gas? Tu connais ses goûts? Tu sais quoi toi des films, toi ?! Alors sérieusement c'est plutôt ton commentaire qu'il faut ignorer!!!!

      Et la critique est bien, mes les insultes ben y'en a pas besoin quoi ça sert a quoi??? On peux plus critiquer une film poliment??

      Supprimer
  8. Cher Anonyme, quand tu feras preuve d'autant d'intelligence (sans connivence) dans ton argumentaire pour défendre ce film que Félix en a eu pour l'écornifler, j'irai le voir. Dans cette attente, ma vie est trop courte pour mater des bouses. Pour mémoire, le festival de Gérardmer est une succursale de celui d'Avoriaz, monté à l'origine pour promouvoir les charmes immobiliers de la station de ski; Enfin, en 75 ils avaient quand même couronné Phantom of the Paradise, donc tout n'a pas été de tout temps aussi moisi qu'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Warsen :)
      J'ai failli dire deux mots d'Avoriaz dans mon introduction. Il est clair que Gerardmer n'a jamais su raviver le flambeau...

      Supprimer
  9. Vous me faites rire avec vos articles même quand je suis pas d'accord

    RépondreSupprimer
  10. Mama c'est pas bon
    Del Toro c'est Le labyrinthe de pan quoi... Donc respect ...

    RépondreSupprimer
  11. Jury Gérardmer 2013 : présidé par Christophe Lambert, avec Pitof
    Jury Gérardmer 2012 : présidé par Enki Bilal, avec Vincent Desagnat & Tomer Sisley

    Pourquoi en attendre quoi que ce soit ?

    Autre question : prononce-t-on le D de Gérardmer ? A la fin aussi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ça se prononce Gérarmé, mais il doit y avoir différentes écoles !

      Il est vrai que la compo de leur jury fait souvent froid dans le dos !

      Supprimer
    2. Ça se prononce : Gérarmère....faut y aller mon gars ;)

      Supprimer
  12. Que de mièvrerie... Rien que la première phrase, "Mama est un nouvelle production de Guillermo Del Toro, décidément pas décidé à faire du bien au genre qu'il affectionne tant, après le déjà ultra merdique Don't Be Afraid of the Dark" enlève toute crédibilité au reste de l'article.
    Dommage j'aurai bien voulu un avis objectif sur la chose, j'irai donc voir par moi même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as aimé Don't Be Afraid of the Dark ? o_O

      Supprimer
    2. Si tu as du temps à perdre, personne ne te le reprochera.

      Supprimer
  13. Ce film est une abomination...il n'y a rien, RIEN DU TOUT !
    Merci de l'avoir décrit avec autant de justesse !

    RépondreSupprimer
  14. C'est tellement moisi que même une fillette de 10 ans s'est fait chier devant...(Promis, je n'ai pas pour habitude de traumatiser cette gamine ! :) ).

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,

    C'est sûr que Christophe Lambert est bien placé pour faire la leçon sur la qualité des films. Bon, je n'ai vu aucun de ceux projetés au cours de la 20ème édition du festival de Gerardmer mais ce genre de remarque venant d'un acteur qui a autant de navets et nanards dans sa filmogrpahie, ça me fait doucement sourire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, il s'y connaît vachement !

      Supprimer
  16. J'ai regarder ce film et je peut vous dire que si vous le regardiez au lieu de le critiquer sa serai beaucoup mieux, il y en a qui disent qu'il a l'air nul mais on ne peut pas se baser uniquement sur des bande annonce et des comentaires .Perso je trouve que Jessica Chastain joue vraiment bien, ce film est fantastique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'ai maté du début à la fin !
      Ce film appartient peut-être au genre fantastique, mais c'est avant tout une pure merde. :)

      Supprimer
  17. c'est qui ce Félix??? un gros naze de français qui a des poils au cul aussi long qu'en dessous des bras!
    votre avis on s'en fou mon cher, d'ailleur vous n'êtes pas plus amateur de film d'horreur qu'un bon théâtre de gignol dans la cour de récréation.
    ceci dit, très bon film.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D
      Ma pilosité vous décevrait, très cher ! Par contre, je suis bel et bien un amateur de films d'horreur, peut-être un poil plus exigeant que vous, voilà tout. ;-)

      Supprimer
    2. Sale Français !

      Supprimer
  18. Bon ok le film est vraiment pas terrible, même si j'avoue que j'ai sursauté une ou deux fois, il n'y a peut être rien à sauver à part le jeu de la plus petite. On m'avait dit du bien sur ce film, je crois que je vais revoir mes fréquentations.

    RépondreSupprimer