3 mai 2013

Les 4 fantastiques et le surfeur d'argent

La plupart des films de super-héros délivrent un message de paix, de tolérance, d'acceptation de la différence. C'est particulièrement le cheval de bataille de la saga X-Men, où les mutants luttent avec des armes très différentes contre l'exclusion et le rejet, et qui traite d'ailleurs le sujet avec plus d'intelligence que la plupart de ses concurrents. Récemment on a pu constater la quantité de gens, en France notamment, qui sont prêts à se battre corps et âme pour prôner une soi-disant normalité, une pseudo "loi naturelle", un modèle divin, qui parfois même affirment ouvertement leur mépris de l'autre, et qui sans le vote des députés du 23 avril 2013 se mobiliseraient sans fin pour prôner encore et toujours le conservatisme, quitte à stigmatiser autrui et à cultiver la haine.




Si au moins cette immense part de la population pouvait se montrer cohérente en rejetant et en boycottant la production hollywoodienne majoritaire actuelle, celle des super-héros en collants et des mutants capables de traverser les murs, de pisser des glaçons ou de mater à travers les fringues, cette masse de blockbusters merdiques qui ont le mérite de vanter, vite fait mal fait, la tolérance, l'altérité, le respect et l'amour du prochain, tout ne serait pas perdu, et ça leur donnerait peut-être un premier argument recevable auprès de nous. Mais même pas.


Les 4 fantastiques et le surfeur d'argent de Tim Story avec Ioan Gruffudd, Jessica Alba, Chris Evans, Michael Chiklis et Julian McMahon (2007)

28 commentaires:

  1. Putain de bien dit ! C'est l'un des premiers articles-choc politiques du blog, je l'aime follement !

    RépondreSupprimer
  2. Au cinéma c'est facile de s'attacher au marginal, au clodo qui pue mais qui a un grand coeur, au vagabond qui taille la route. Mais quand tu croises un de ces mecs dans la vraie vie, la méfiance te fait changer de trottoir. Et pas seulement les conservateurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Random Gay Avenger3 mai 2013 à 13:41

      Tu serais pas en train de comparer un homo à un clodo par hasard ? Tu changes de trottoir quand tu croises deux mecs qui se tiennent par la main ? Non juste pour voir si j'ai bien compris ! Ptet tu t'es mal esssspliqué !

      Supprimer
    2. Je rappelle juste qu'être tolérant dans son fauteuil face à un film, c'est donné à tout le monde. L'être dans la vraie vie, sans l'émotivité propre au cinéma, c'est plus dur. Plein de gens qui ont manifesté contre le mariage pour tous ont sans doute adoré Les nuits fauves...

      Supprimer
  3. @ à Random Gay avenger:
    Bon. Soyons clairs. Tu devrais te poser des questions sur ta vision des clodos, RGA. Finalement tu reproches à Tepepa une classification que dont tu uses toi-même. Moyen moyen, non ?
    On peut aussi ne changer de trottoir ni devant les uns ni devant les autres. Il me semble que l'Humanité, la vraie (ben ouais, les grands mots) ne doit pas s'embarrasser de catégorisations aussi vaines que puantes, aussi mesquines qu'idiotes.
    Pour ma part je trouve tous les mariages ringards et tristement conformistes. Mais je pense surtout, et avant tout, qu'on a le droit à l'égalité du choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Random Gay Avenger3 mai 2013 à 23:10

      Je vois pas le rapport !

      Supprimer
  4. "Tim Story", ça pue le pseudo ça. Qui se cache derrière ce pseudonyme d'après vous ?

    RépondreSupprimer
  5. Malgré son ignoble tignasse blonde, les atouts plastiques sinusoïdaux de Jessica Alba sont-ils correctement mis en valeur dans ce film ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais que non. Mais la trouvant ignoble je suis sans doute mauvais juge.

      Supprimer
  6. Tout est dit dans cet article coup de poing qui met un bon coup de pied au cul aux bien pensants qui sentent trop souvent leurs doigts après avoir touché leurs culs

    RépondreSupprimer
  7. Ce que tu dis, c'est que si les anti-mariage gay boycottaient les films de super héros hollywoodien ça te donnerais un argument recevable... Wow!!! Et si ils détestent André Rieu tu rejoint leur cause?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La rhétorique, le second degré, non ?

      Supprimer
    2. ho! désolé... J'ai pas senti le second degré.

      Supprimer
    3. Xavier Dolipran4 mai 2013 à 19:45

      C'est quoi ton problème avec André Rieu ?

      Supprimer
  8. C'est moi ou le type de droite est une immense montagne de merde avec des yeux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles des gens de droite en général ou de La Chose à droite sur la photo ?

      Supprimer
    2. Bien vu, Tepepa :)

      Supprimer
  9. C'est vrai, je ne peux m'empêcher de trouver les sourcils de Jessica bizarres.

    RépondreSupprimer
  10. enfin bon les gars FF, vous tirez un peu sur l'ambulance :)
    Pour les X-Men, aucun mérite, car c'est le noyau du truc (même en BD, suffit de lire God Loves Man Kills ou des intégristes catho sont en guerre contre des mutants car différents).

    Pour en revenir au mariage, c'est un truc du passé qui n'a ABSOLUMENT plus aucune raison d'exister (même chez les hétéros hein).

    Pour The Thing c'est le mec de droite, le chauve de The Shield qui au final ressemble plutôt à The Shit :D

    RépondreSupprimer
  11. ah putain j'ai aussi de la merde dans les yeux!
    Il y a une critique de Stoker en dessous!

    RépondreSupprimer
  12. Si la "critique" est si courte, c'est parce que vous avez vu le film mais vous ne vous êtes souvenu de rien après la projection, avouez ! Du coup vous essayez de noyer le poisson dans des considérations vaguement "sociétales" qui n'ont rien à voir avec le sujet.

    PS: c'est quoi ce truc ? C'est la première fois que je dois m'enfiler une foutue capcha pour poster un commentaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est avant tout parce qu'il n'y a de toute façon rien à dire de ce film.

      Désolé pour la capcha, on sait que c'est chiant, mais c'est pour éviter de nombreux spams.

      Supprimer
  13. Dans les milieux autorisés, le réalisateur de cette chose est surnommé « une sale histoire ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et aussi "le connard" (aucun jeu de mot là par contre).

      Supprimer
    2. Je suis à peu près sûr que ma remarque va être mal interprétée, mais tant pis : je viens de découvrir la trombine du type en question, et ça me fait bizarre d'apprendre que l'homme qui a réalisé cette histoire de quatre super-blancs propres sur eux (d'accord, y en a un qui tire plutôt sur l'orange) est, pour sa part, noir...

      Supprimer
    3. C'est un yes-man qui a plutôt la côte car ses films rapportent pas mal de blé. J'ai récemment tenté de voir Ride Along, j'espérais très naïvement un buddy-movie marrant, j'ai dû arrêter en cours de route...

      Supprimer
    4. Hamsterjovial > Il y a plus invisible que la meuf invisible...

      Supprimer