11 février 2009

Closer, entre adultes consentants

Closer est un film dans lequel nous pouvons apercevoir le généreux postérieur de Natalie Portman et rien que pour cela il mérite d'être vu. De plus, Julia Roberts, actrice lourdement surestimée, paraît cette fois-ci parfaitement employée et montre enfin qu'elle peut avoir du talent. Cependant, son charme ne m'atteint toujours pas. Mais là n'est pas la question.

Du côté des hommes, deux beaux spécimens sont confrontés, physiquement opposés mais tout de même aussi bien bâtis l'un que l'autre à leur façon. Ces deux acteurs étant respectivement Jude Law et Clive Owen (à ne pas confondre avec Owen Wilson, l'acteur blond, Micheal Owen, le footballer en pré-retraite, et Owen Hart, l'ancien catcheur toujours dans nos coeurs).

Jude Law, tout le monde le connait : Stargate, Bienvenue à Gattacca, Léon, Come-back à Cold Mountain, A.I., Le Talentueux Mr Ripley... C'est actuellement l'un des acteurs les plus appréciés par les adolescentes. Quant à Clive Owen, sa réputation est moindre, bien qu'il ait joué le Roi Arthur dans le film Le Roi Arthur et qu'on l'ait entr'aperçu dans le totalement passé inaperçu Mortal Countdown.

Derrière la caméra, Mike Nichols, le fameux réalisateur d'Abyss et Titanic. Décidant de mettre de côté les effets spéciaux, il a choisi cette fois-ci de nous raconter une histoire un peu plus intime.




C'est l'histoire d'un gars (Jude Law) qui marche dans la rue à Londres et qui voit une gonzesse (N. Portman). Sorte de coup de foudre électrique, mais la gonzesse se mange un taxi en pleine face. Grâce à ce petit incident, ces deux personnages feront connaissance puis, bon an mal an, ils finiront par avoir de régulières relations sexuelles. Plus tard, le gars, devenu écrivain, ira chez une photographe pour réaliser des clichés professionnels dans le but de promouvoir son futur livre. C'est là que se créera chez lui une attirance suspecte pour cette femme (Julia Roberts) qui me semble-t-il provoquera chez lui un afflux de sang au niveau de son organe copulateur. Un an plus tard, invité au vernissage de l'exposition réalisée par la photographe, Jude Law renouera avec elle une relation basée sur des rapports sexuels et des éjaculations intravaginales régulières ce qui déplaira à leur conjoints respectifs que sont Clive Owen, dermatologue fan de MSN, et bien sûr notre Natalie, sans emploi me semble-t-il. Un bond dans le temps de plusieurs mois nous amène au moment où Jude Law et Julie Robert avouent à leurs compagnons respectifs qu'ils entretiennent une relation plus qu'amicale car fondée sur de nombreuses introductions de verges dans tous les orifices possibles ainsi que de touchés rectaux de part et d'autres. Toutes ces révélations provoquent la rupture des deux couples. Julia et Jude se mettent alors en ménage. Nous nous retrouvons ensuite quelques mois plus tard, au moment où Julia demande à son ancien compagnon (Clive Owen si vous avez bien suivi) de signer les papiers du divorce (en effet, ils étaient mariés). Ce dernier n'accepte qu'à condition de pouvoir sortir son "énorme calibre" (c'est lui qui le dit) et de l'introduire avec égard dans le vagin de Julia Roberts. Entre temps, ce même homme aura réalisé le même genre d'exploit sexuel avec Natalie Portman qu'il aura rencontrée dans une boîte de strip-tease (la scène-clé du film). Julia avouera à Jude cet écart pénétratoire, ce qui malheureusement provoquera une crise dans son couple et finira par une rupture et un retour de Julia vers son ancien mari. Le tout sur la musique de Rolando Villazon. Jude retrouvera Natalie dans sa boîte de strip-tease, ils se remettront en ménage, c'est-à-dire qu'ils auront recours régulièrement à des actes intimes qui ne demandent le concours d'aucun objet même si on peut parce qu'y paraît que c'est mieux. Malheureusement pour Jude Law, tout ceci se finira mal car il aura le malheur d'être trop lourd avec Natalie en ne cessant de lui demander s'il est possible que, lors de leur séparation, elle ait pu échanger des fluides génitaux avec le ténébreux Clive Owen et si cela avait été agréable au touché comme au goût. Le point final de l'histoire c'est Jude Law tout seul comme une merde, Julia et Clive à nouveau réunis, et Natalie marchant dans les rues de New-York dotée d'un sex-appeal à réveiller les morts et à faire revenir les gays dans le droit chemin.


Mon avis sur ce film, il pourrait se résumer en deux minutes : tous les moments où l'on voit Natalie Portman plus ou moins dénudée.


Closer, entre adultes consentants de Mike Nichols avec Natalie Portman, Clive Owen, Jude Law et Julia Roberts (2005)

21 commentaires:

  1. Formidable partie de rigolade, j'ai été pénétré par tant de verve que mon séant dégouline du plaisir amical et régulier d'une bonne lecture.

    Cet article c'est une scène de porno lorsque l'actrice lâche un pet sonore.

    RépondreSupprimer
  2. C'est fou ce scénario. Parce que c'est le vrai scénario ça. J'essaie d'imaginer ce qui se serait passé si Mickey Nichols s'était ramené chez ses producteurs avec ce petit paragraphe-là sous le bras. Les gars d'Universal lui auraient probablement conseillé d'aller se faire foutre avec son script écrit à l'âge de 12 ans dans les chiottes de ses parents. Et là Mike Nicholson a dû écrire un truc un poil plus soutenu, avec quelques dialogues autour, et ils ont trouvé ça génial. Alors qu'en substance, c'est strictement la même histoire.

    Nichols a surtout eu l'appui de quatre comédiens de poids. Parce qu'avec Paty Brul et Cécile de France au cast, il tournait pas Nichols. D'ailleurs on mate le film de bout en bout pour une seule raison. Cette raison porte le nom de Law concernant les spectatrices, et de Portman concernant les spectateurs. Remplacez Portman par Sylvie Testud et Jude Outlaw par Laurent Voulzy, et vous chopez le blues aussitôt.

    Laurent Voulzy !

    RépondreSupprimer
  3. Imaginez Laurent Voulzy avec ses dents du bonheur en train de faire du gringue à Julia Roberts putain ! Pourquoi pas Alain Souchon.. Alain Souchard en train de se tirer Natalie Portman. Ou Testud du coup. Et là on a un film qui tient la route. Souchard au pieu avec Testud on y croit à mort, on s'y reconnaît presque. C'est un vaudeville franchouillard et là ça vaut le coup d'aller payer son ticket de cinoche. C'est une brève de comptoir, un quiproquo affreux, une blague Carambar, une banale histoire de quartier. Une histoire de famille comme y'en a partout, où tout le monde il est laid, tout le monde il est méchant. Un gros film de merde du coup. C'est du Ken Loach. Un film social, une satire sociale. C'est "Vipère au poing", et sur l'affiche y'a Souchard en train d'étrangler Testard: vipère au poing.

    RépondreSupprimer
  4. Tu mets le doigt sur quelque chose d'important Rémi. Y'a les films d'acteurs et les films pour les acteurs. Imagine si à la place de Dany Boon et Kad Merad dans les chtis on aurait mis Delon et Boujenah, le film serait tout de suite devenu une histoire d'amitié entre un raciste et un juif arabe sur fond de Carillon. Imagine Titanic avec Will Ferrell et Jo-Wilfried Tsonga remplacant numeriquement Leo Di Caprio et Catty Slet. Le film n'aurait certainement pas eu autant d'oscars que Ben Hur. Qui en aurait certainement pas eu autant si on avait mis Tom Jones dans le rôle de Ben et Dani Craig dans le rôle de Jésus. Le troisième volet du SDA ou LOTR aurait-il eu le même nombre d'oscars si Peter Lee Jackson avait choisi Will Smith pour jouer Gandalf et une fille, genre Scarlett Johannsonn, pour jouer Frodo, le méchant de Quasimodo del Paris? Et si Timsit pour ce film avait choisi De Funès et Bourvil à la place de Vincent Elbaz? C'est la grande inconnue du cinoche.

    RépondreSupprimer
  5. Le 5e Element.

    Milla Jovovich <=> Marthe Villalongua

    RépondreSupprimer
  6. La belle et la bête
    Jean Marais <=> Jamel Debouse

    RépondreSupprimer
  7. Il faut sauver le Soldat Ryan
    Jason Bourne <=> Meg Ryan

    RépondreSupprimer
  8. The Wrestler
    Mickey Rourke <=> Lorant Deutsch

    RépondreSupprimer
  9. vous montrez bien que ça n'est qu'une vaste histoire de cul pourrie

    RépondreSupprimer
  10. En lisant ton article Poulpe, je ne peux me dire qu'une seule chose : j'ai vu ce film, et je me dis que toi le dénommé Poulpe, tu as dû te branler devant comme c'est pas permis...
    Oui j'emploie des mots crus, mais c'est ainsi qu'ils me viennent à l'esprit !

    RépondreSupprimer
  11. Si j'avais découvert ce film à 13 ou 14 ans au moment où la puberté peut nous permettre de maintenir d'aplomb une table qui aurait perdu un pied suite à un accident malheureux, je dis pas que ça n'aurait pas été possible de réaliser un tel acte. Mais en 2004, je suis désolé de te décevoir ma chère M., mon petit trilili est resté en place.

    RépondreSupprimer
  12. lol le résumé de l'histoire

    RépondreSupprimer
  13. vous êtes comme tout le monde, ça me rassure...

    RépondreSupprimer
  14. géniale cette critique :-)

    RépondreSupprimer
  15. Ha putain oui, je ne l'avais jamais lu encore celle-là, je viens de passer dix minutes à rire comme un con, dix minutes oui, parce que les commentaires qui suivent sont tout aussi marrants !

    RépondreSupprimer
  16. So Nat' did slip us a nip in Closer :

    http://www.imagebam.com/image/163654283455382

    RépondreSupprimer
  17. Owen en 2001 il méritait son Ballon d'or. Là Clive Owen il méritait son oscar. On s'en fout un peu des prix mais le mec a eu le Batfa , le golden globe , le Prix de la critique New yorkaise. C'est ce mec qui sauve le film ( et comme l'a dit Félix " les apparitions" de Portman...)

    Il est aussi possible que le film soit mauvais étant donné que j'étais venu le voir assez jeune et pour de bien mauvaises raisons...

    RépondreSupprimer
  18. J'ignorais totalement que Clive Owen avait eu son BAFA ! Je l'imagine très bien en moniteur de colonie.

    RépondreSupprimer
  19. Natalie Portman n'est pas une "mauvaise raison", Nick Longhetti. :)

    RépondreSupprimer
  20. Pendant cette période de transe je m'étais fait toute sa filmographie... Deux soeurs pour un roi , un hiver à central park , Brothers , Garden state... depuis mon cerveau refuse de voir ses prochains films , il risquerait de lâcher...

    RépondreSupprimer