12 février 2009

Fievel et le Nouveau Monde

Qui ne se souvient pas avec émotion avoir découvert tout jeune ce magnifique film d'animation de Don Bluth ? Qui n'a pas en mémoire les pérégrinations de cette si charmante petite souris, dotée d'un courage et d'un sens pratique qui laissa tous les spectateurs sur le carreau ? Qui ne se souvient pas avec émoi du père de Fievel Souriskewitz appeler son fils à tue-tête "Faïïïïïvo !", "Faïïïïïvo !" alors qu'une vague géante l'emporte vers l'oubli ? Qui ne se souvient pas avec bonheur de la chanson de Tiger déclarant être un chat qui aime les souris parce qu'il peut leur faire des bisous, se roulant par-terre, plein d'allégresse et de verve enfin exprimées malgré les brimades de Boniface de Rat qui n'est autre qu'un chat !?

Mais ce n'est pas précisément de ce chef d'oeuvre dont je vais vous faire part dans les lignes suivantes. Tout le monde le connaît, tout le monde le respecte à sa juste valeur, chacun de nous a déjà pu mater ce film au bord de sa piscine, un sourire jusqu'aux oreilles et les poches pleines de pesos. Bref, je tenais à faire une rapide analyse du titre, une titrologie.


En France le film s'appelle Fievel et le Nouveau Monde. Ce titre au premier degré, très littéral, est extrèmement descriptif. On a le nom du héros (Fievel, prononcez Faïvol du fait de ses origines slaves) et sa destination (le nouveau monde, soit, l'Amérique, voire LES Amériques, rien n'est précisé, le spectateur reste dans le flou). Bref, avec ce titre, on sait qu'un certain Fievel va découvrir le nouveau monde, soit un monde nouveau pour lui. La conséquence de ce titre est que Fievel vient du Vieux Monde, soit l'Eurasie, l'Europe et l'Asie contiguës. Il est possible que je sois présomptueux sur cette dernière assertion mais puisque rien n'est indiqué clairement, comme un choix de la part du distributeur français, j'imagine le plus plausible mais ne saurais trancher entre l'Europe et l'Asie. Conséquemment Fievel peut aussi bien être un chinois engagé pour poser les rails de chemin de fer à travers les Rocky Mountains, qu'un Roumain et sa pelle attirés par la perspective de creuser le canal de Panama. Le nom Fievel ne nous indique ainsi en rien les origines géographique du Héros, ni même son sexe ou son espèce d'appartenance. De ce fait, le spectateur médusé, est curieux de savoir QUI est Fievel, à la lecture de ce titre. En effet, imaginez le titre "Fievel, la petite souris venue de la Sainte Russie qui émigre vers les Etats Unis d'Amérique car là-bas, il n'y a pas de chats !". Le spectateur tourne de l'oeil et passe son chemin. Donc le titre français possède la qualité, bien qu'étant très littéral, de permettre tout de même de préserver un certain mystère vis-à-vis de l'œuvre ci-titrée.


Là où ça se complique, là où tout est subtil c'est si on se retrouve en face du titre original, An American Tail. Un titre qui joue sur les confusions et les soucis de prononciations inhérents aux petits enfants. Un titre qui se lit sur plusieurs niveaux, lourds de signification, certains niveaux passant au dessus de la tête des enfants (notamment "tail" = queue = appendice partant environ de la zone située entre les jambes = bite ou dick chez les américains). Ce titre sous-entend qu'il faut avoir des cojones pour décider du jour au lendemain de prendre ses valises, de faire un bisous à ses vieux et de rejoindre le premier Titanic venu, 3ème classe, pour s'installer en Amérique. ce titre rappelle à tout américain qu'il descend d'un pionnier, un aventurier, un cow-boy, un colon, un tueur d'indiens. Après avoir compris qu'on faisait appel à ses instincts les plus primitifs, l'anglophone, américain la main en visière sur sa tempe, le soleil dans le dos et fier de ses ancètres colons, voleurs de bétail, et repris de justice graciés par Abe Lincoln, l'américain donc se rend compte du jeu de mot entre la prononciation de "tail" (la QUEUE) et de "tale" (le conte). Par ce truchement de sens, le titre peut se comprendre comme "Un conte américain", une histoire racontée aux petits enfants avant de se coucher, narrant les aventures merveilleuses d'un être dont le rêve est de s'établir en Amérique, car il n'y a pas de chats ! Ce jeu de mot habile et ridicule au final est rapidement compris par les plus jeunes spectateurs, dès 7 ans. Ainsi, avec ce titre anglais, ce titre original, les auteurs de l'œuvre décident de faire appel à l'intelligence de leurs chères têtes blondes, à leur capacité de discernement des mots et des syllabes et au fait qu'un "i" peut être muet. Donc ils prennent moins leurs enfants pour des idiots que les français qui ont décidé de faire du terre-à-terre. Le titre original de cette oeuvre est élégant et racé, il en appelle à l'intelligence tout autant qu'aux penchants les plus bestiaux du spectateur pris de court.


Pour finir, petit détail amusant, petit plus concernant le titre allemand et la relation de l'adulte à l'enfant: Feivel der Mauswanderer. Comme en français, il y a introduction du personnage principal, mais vous noterez, pour des raisons évidentes de prononciation, que le "i" et le "e" ont été intervertis. En effet les germanophones sont incapables de prononcer le son "ie", ce qui est très embêtant pour eux. Par exemple, ils ne peuvent pas désigner vocalement leur pied ils sont obligés de le montrer du doigt. C'est pour ça que le fait de montrer son pied avec son doigt en Allemagne, est traditionnellement une grave insulte adressée à un tiers. Pour en revenir au titre, Mauswanderer signifie littéralement "la souris plantigrade, qui marche sur la plante de ses deux panards tel un homme, voire un ours". Complexe du pied toujours. Vous vous rendez compte comme moi de l'absurdité de ce titre, de cette interprétation de la manière de déambuler du héros, ce titre qui prend les petits allemands pour des crétins finis, à tel point qu'on se sent obligé de leur expliquer que ce n'est pas vraiment l'histoire d'une réelle souris dont on va leur faire part, mais de celle d'une souris à l'apparence humaine, en tout cas dans sa démarche.

En conclusion, l'analyse des divers titres de Fievel et le Nouveau Monde nous donne de nombreuses clés de compréhension sur la façon dont la jeunesse est considérée par les adultes dans les différentes nations. A cet égard tout celà est bien instructif mais légèrement tétanisant.


Fievel et le Nouveau Monde de Don Bluth, avec Fievel, Tania, Papa, Maman et Tiger (1986)

8 commentaires:

  1. Très très chouette article, intéressant et original. J'en redemande.

    Au passage, on notera que ce film est clairement "de propagande", mais une propagande anachronique, plaçant le chat et le communiste sur le même pied d'égalité, mais des décennies après le maccarthysme et à peine trois ans avant la chute du Mur.

    La plupart des gens n'y voient qu'un film d'animation dit "culte", mais c'est pourtant un sujet d'étude diablement fourni.

    RépondreSupprimer
  2. Fievel à Gerardmer.

    Pulp j'aime bien tes articles. Ils sont dans le ton. Ils sont dans le ton avec ton ton à toi. t'es ton sur ton sur leur blog. Avec ce ton ca deviendra vite ton blog. En plus si l'un des auteurs, ton frère, devient papa, tu seras tonton.

    RépondreSupprimer
  3. c'est vrai que des titrologies aussi complètes et riches, on en redemande!

    RépondreSupprimer
  4. je ne comprends pas ton analyse du mot "tail"... Ce mot signifie en anglais "queue" effectivement mais dans sa définition la plus basique c'est a dire la queue d'un animal : appendice que l'on trouve au niveau du coccyx et qui se trouve etre la continuité de la colonne vertebral. Le mot péjoratif se dit en anglais "dick" ou "cock" mais en aucun cas "tail". Un enfant français pourrait effectivement y voir une correlation mais en aucun cas l'enfant anglophone ne pourra y voir un rapprochement puisque les mots sont tout simplement differents. Il y a donc un jeu de mot entre le mot "tale", "conte" qu'appelle la prononciation; et le mot utilisé "tail" qui n'est autre que la queue d'une souris. "An american tail" que l'on peut traduire mot à mot par "une queue americaine" n'est autre qu'une figure de style pour désigner Fievel. Le reste de ta titrologie n'étant pas très interessante je suis désolé de te dire qu'elle n'a pas beaucoup de sens à mes yeux, contrairement à la notion de chauvinisme et d'imperialisme américain sur la dictature communiste qui me semble etre plus interessante à traitée dans le cas de ce dessin animé.

    RépondreSupprimer
  5. Le tout frais commentaire ci-dessus m'a donné l'occasion de relire ce beau texte de Poulpard. Vraiment géante cette analyse <3

    RépondreSupprimer
  6. que signifie Fievel? car mon chien s'appelle comme ca merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un peu de retard du fait des festivités de l'obtention de mon diplôme (commencées le 4 novembre 2010), je te réponds un peu tardivement mais je tiens à le faire. Fievel signifie "futé". Donc j'espère que ton chien est malin, genre il rapporte le bâton quand tu le lui lances et ne se barre pas avec l'intention ferme et agressive de le garder. Cordialement.

      Supprimer