21 février 2009

Le Code a changé

Si je devais buter quelqu'un dans le milieu du cinéma, ce serait Danièle Thompson. Je ne souhaite pas sa mort ! Attention, loin de moi ce genre de bassesses. Je ne veux pas qu'elle meure ni lui faire le moindre mal. Je ne veux pas particulièrement qu'elle souffre, tout au plus je voudrais qu'elle arrête. Je suis au-delà du ressenti, du mépris, de la colère. Remarquez y'a Dany Boon aussi. Entre les deux je ne sais pas lequel je buterais si j'étais contraint et forcé de tuer quelqu'un dans le showbizz. Félix m'a posé ce défi (on s'en pose souvent l'un l'autre quand on s'emmerde) : qui buterais-tu dans le milieu du ciné si t'étais obligé d'en fumer un ? J'ai choisi Thompson sans trop me creuser. Encore qu'il y a le fils de Danièle Thompson. Si le décès de Danièle Thompson devait endeuiller son fils au point qu'il stoppe toute activité professionnelle liée de près ou de loin au cinoche, alors, à choisir, je buterais Danièle Thompson. Dîtes Klapisch/Thompson et vous avez nommé les deux plus gros enfoirés du cinéma Français. Ces deux-là, et d'autres, dans la même veine, sont en train d'accumuler des films toujours plus merdiques. Le pire c'est que ces malades s'appliquent à faire des cartes postales de Paris complètement minables, des sortes de pubs de la capitale, pour mieux s'exporter à l'étranger. Ils réunissent tout le gratin de l'actorat hexagonal et convoquent un style, un ton, qu'ils veulent typiquement Français et qui sent la mort. Ils font du grand film choral, de la fresque sociétale, le portrait de toute une génération, de plusieurs générations même, dressent des destins entiers, plus ou moins brisés, et au fond du fond ils ne disent strictement rien. Leur ambition s'arrête au casting long comme le bras qu'ils savent se payer. Ou plutôt, concernant Thompson, son ambition s'arrête à la folie avec laquelle elle ose fabriquer les couples les plus impossibles, à savoir et rien qu'ici : Dany Boon en couple avec Karin Viard ET Emmanuelle Seigner, puis Patrick Chesnais avec Marina Hands. Qu'une femme imagine sans se poser de questions de telles idylles morbides me dépasse. Qu'une femme n'ait rien d'autre dans le crane que l'idée de filmer des filles jeunes et sublimes pendues aux cols de débiles profonds ou de purs vieillards, ça me sidère. Mais après tout Thompson est à la femme ce que Tonie Marshall est à la femme aussi, autrement dit que dalle, ou bien une grave insulte. Et puis son satané fils écrit toutes ces horreurs avec elle et c'est lui qui doit suggérer ces saloperies.


T'as raison, occupe-toi des fleurs séchées et autres vases en marbre, dirige l'équipe décoration au lieu de diriger ton film, c'est bien vu...

Et puis on voit le micro entrer dans le cadre par le haut, à plusieurs reprises, le perchman étant sans doute court sur pattes on voit le micro flotter entre les acteurs... Ça va bien maintenant... Ces films-là coûtent des centaines de bâtons, des milliers de briques, ils coûtent la vie au cinéma français et on voit le micro entrer dans le cadre par le haut... Ils ne refont pas le plan même quand on voit dix centimètres de micro dans l'image. Ils sont 600 à bosser sur ces films et y'en a pas un qui a vu que le micro entrait dans le champ une dizaine de fois ? Pas un seul ? Thompson n'est certainement pas présente lors du montage de son film, mais quand même, y'en a bien un ou deux parmi les 600 techniciens à l’œuvre qui auront repéré ce goof à répétition, ce gag à tiroir, cet imbroglio visuel. Avec les milliards qu'elle a la banque, Thompson ne prend pas cinq minutes pour refaire les plans en évitant de foutre un nain à la perche, même quand elle voit en projection-test que Pierre Arditi repousse fréquemment le micro qui lui colle au front en plein gros plan décisif ?


I <3 Chesnais.

Je sais que ça ne se fait pas d'écrire des choses comme ça, de fomenter de tels tissus de haine. Matez les films, matez Paris ou Le code a changé, et ne vous étonnez plus que certains jeunes particulièrement alertes s'en prennent aux rétroviseurs de vos bagnoles en sortant de leur dimanche soir cinéma. Par contre si vous aimez Patrick Chesnais (prononcez "Chaisse-nez", il le corrige à longueur d'interview), c'est un festoche Patrick Chesnais ce film.


Le Code a changé de Danièle Thompson avec Dany Boon, Patrick Chesnais, Karin Viard, Pierre Arditi, Marina Hands, Emmanuelle Seigner, Patrick Bruel, Marina Foïs (2009)

9 commentaires:

  1. Le code a changé! Repassez le permis cinéma les gars le code a changé! C'est plus pareil! Le code a changé!

    RépondreSupprimer
  2. je veux bien buter danielle thomson avec toi rémi. au nom du cinéma.

    RépondreSupprimer
  3. Ce film est une sacrée merde. Et là il neige à Metz.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais pas vu le dernier quart d'heure : ce film est une profonde merde qui suscite chez moi une véritable sentiment de haine.

    RépondreSupprimer
  5. "Dîtes Klapisch/Thompson et vous avez nommé les deux plus gros enfoirés du cinéma Français." -> Maintenant faut au moins ajouter Canet.

    RépondreSupprimer
  6. Vrai...

    Terrible...

    J'espère que d'ici cinq ans on aura pas "Sfar" à rajouter à cette liste puante...

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui !!! Sfar... A la guillotine, avec les autres !
    Et Olivier Dahan aussi...
    Et Kristin Scott Thomas...
    Et Jeunet...
    Et Melanie laurent...

    (à suivre)

    RépondreSupprimer
  8. (suite)
    ... Michel Gondry. Aaah lui... L'équivalent de Melanie Laurent en tête à claques. Voire pire : Parce que, lui, en plus, tout le monde l'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudrait organiser un balltrap à balles réelles avec ta liste :D

      Supprimer