9 octobre 2013

Conjuring : les dossiers Warren

Véritable phénomène au box office mondial cette année, The Conjuring est l’œuvre d'un cinéaste qui semble avoir compris ce que recherchent aujourd'hui les spectateurs de films d'horreur. Je ne me lance pas dans de grandes déductions, je m'appuie seulement sur le buzz provoqué à sa sortie et les chiffres, qui font de The Conjuring le plus grand succès du cinéma d'horreur depuis des lustres, derrière L'Exorciste et Le Projet Blair Witch. James Wan avait déjà su engranger les dollars et conquérir les foules avec Insidious, son précédent film, où les fantômes, les démons et les maisons hantées servaient aussi de décorum. Insidious s'insérait dans la même logique, le même schéma, souvent résumé, chez les critiques francophones, par l'expression bien pratique et assez juste de "train fantôme". La surenchère tape-à-l’œil, l'accumulation frénétique d’effets-chocs et l'empilement jusqu’au-boutiste de poncifs usés jusqu'à la corde sont en effet le fond de commerce de James Wan, qui ne vise rien d'autre que le sursaut immédiat.


Quand je vous dis qu'il faut se méfier des cinéastes qui font trop gaffe à leurs looks... Visez un peu la chevelure de James Wan, je veux la même !

N'étant pas spécialement amateur de ce cinéma d'horreur-là, c'est naturellement avec une certaine crainte que j'ai lancé The Conjuring. Force est pourtant de reconnaître que la première heure du film fonctionne plutôt bien. Passée une scène d'introduction inutile qui, à la manière du sous-titre français ("les dossiers Warren"), laisse envisager un film d'horreur à sketchs - format qui serait d'ailleurs peut-être plus approprié au savoir-faire et au style de James Wan - on suit les déboires d'une famille nombreuse venue s'installer dans une ferme isolée qui s’avèrera méchamment hantée. Durant, disons, les trois premiers quarts d’heure, nous quittons rarement la demeure et strictement tous les incontournables du film de maison hantée se succèdent à un rythme trépidant. C'est une énumération sans faille. Tout y passe.


Manque le clebs. Pour vous donner une idée, il a le regard du père et la tignasse de la mère.

C’est d’abord le iench de la famille qui ne veut pas rentrer dans la maison, s’agrippant de toutes ses forces sur le perron et aboyant à en perdre haleine, comme s’il sentait une présence néfaste. C’est d’ailleurs le seul point noir d’un déménageot qui se passe sans souci. Une fois la famille emménagée, par contre, les choses se gâtent rapidement. Des portes qui claquent, le parquet qui grince, des horloges qui s'arrêtent toujours à une heure fixe, des cadres qui tombent des murs avec fracas, on découvre un sous-sol caché (il suffisait de faire le tour de la maison pour découvrir les énormes soupiraux et suspecter sa présence, mais il faut croire que les nouveaux proprios n’ont jamais eu cette curiosité…), des gros bleus apparaissent pendant la nuit sur le corps de la maman (Lili Taylor, qui n’a pas besoin de ça), on croise des reflets étranges dans les miroirs et on trouve de drôles d'objets près de cet arbre mort à la forme ultra menaçante planté non loin. Bref, je pourrai continuer longtemps, mais je ne souffre pas de la même maladie que James Wan. C'est bien simple, ce dernier n'oublie strictement aucun des effets attendus dans un tel contexte. Tout y passe, je vous dis !


"On vient de gagner 150m² de surface habitable, chérie ! On a une putain de cave ! Les enfants, dites adieu à vos lits superposés."

James Wan paraît tout à fait conscient que son audience a certainement déjà vu tout ça ailleurs, il fait parfois même des clins d’œil innocents et pas méchants, mais il vise l'originalité par cette accumulation acharnée et ce rythme rapide, sec, sans temps mort. Si vous aimez les films d'horreur psychologiques, qui prennent le temps de construire une ambiance étouffante et apportent un soin particulier à leurs personnages, alors The Conjuring n'est clairement pas fait pour vous. C'est au bout de 45 minutes de film que je me suis rendu compte que la famille en proie aux phénomènes paranormaux comptait cinq enfants. Cinq filles qui sont de simples pantins que James Wan aime placer ici ou là selon la situation et l'effet recherché. J'étais pourtant prêt à faire mon mea culpa car si tout cela n’a rien d’original et encore moins de génial, ça se suit sans déplaisir. Le "train-fantôme" fonctionne à plein tube. Les résultats faramineux au box office me sont expliqués par cette première partie.


Il faut garder à l'esprit qu'il n'existait pas encore de lampe de poche dans les années 70.

Et puis vers l'heure de film, quand les Warren, c’est-à-dire les véritables chasseurs de fantômes incarnés par Patrick Wilson et Vera Farmiga, débarquent dans la maisonnée pour commencer leur enquête, tout se délite et part en vrille. Le film bascule définitivement dans un grand n’importe quoi terriblement agaçant. Ce triste basculement s’opère à cet instant crucial où, en général, un film de maison hantée classique doit trouver une explication, en levant progressivement le voile sur les évènements terribles survenus dans ladite maison, jusqu’à leur résolution dans le présent. Mais ça, ça n’est pas du tout ce qui intéresse James Wan. En un clin d’œil, Lorraine Warren regroupe coupures de journaux et vieilles photos pour expliquer toute l’histoire à son compagnon, apparemment habitué, et à nous autres, sur le cul ! Une sorcière sataniste vachement rancunière est dans le coup ; comme quoi, nous avons bien fait de les noyer. Le scénario est totalement manichéen. Une fois débarrassé de cela, James Wan peut alors continuer son train-train habituel, dans un déluge de scènes de trouille qui iront crescendo jusqu’à la fin, et réussiront à atteindre des sommets de ridicule. Il s’engage sur les terres savonneuses du film de possession démoniaque, en embrassant encore une fois tous ses clichés, et cela commence à faire beaucoup. Une force invisible traîne l’une des filles par les cheveux. Patrick Wilson improvise un exorcisme pathétique en lisant du latin avec toutes les difficultés du monde et un accent dégueulasse. Lily Taylor campe une bien vilaine possédée. Un duo de techniciens (avatars du cinéaste lui-même et de son scénariste habituel, Leigh Whannell), engagés pour filmer les Warren, viennent ajouter leurs cris au brouhaha général. La suggestion qui dominait la première partie du film est définitivement abandonnée au profit du grand guignol. On pourrait en rire, on est surtout très gênés.


Drôle d'époque où les abat-jours faisaient par contre office de jupe longue... Notez la tronche de cake de Patrick Wilson en plein cours magistral, faisant tout pour être pris au sérieux dans son costume de magicien.

Le film perd alors toute sorte d’impact et devient d’une superficialité assommante, à l'image de cette reconstitution maniaque des années 70. En plus de voler la photographie des films d'horreur de cette période, James Wan surmaquille, surdéguise et suréquipe ses acteurs. Déjà fort peu charismatique au naturel, Patrick Wilson est ainsi condamné à porter des rouflaquettes ridicules et à conduire un Volkswagen Type 2 flambant neuf (vous savez, ce fameux van tant apprécié des hipsters). Tous les habits des comédiens ont l'air de fraîchement sortir de la friperie Groucho (une super adresse à Toulouse que je vous recommande chaudement, soit dit en passant !) ou d'avoir été spécialement conçus pour l'occasion. Aucun n'a l'air à l'aise à l'intérieur, à commencer par le père de famille et sa collection de chemises à carreaux trop cintrées. Sans parler des traces de pli dues à l'acharnement des techniciens au fer à repasser... Tous les décors visent aussi à faire immédiatement penser aux années 70, des tapisseries de mauvais goût en passant par la grosse télé à l'écran bombé placée bien en évidence. La musique vient évidement renforcer cet effet, bien qu'elle aurait pu être encore plus présente. Cette reconstitution est en fin de compte aussi superficielle et fabriquée que la peur suscitée par ces jumps scares incessants que James Wan met en scène. Elle contribue à nous éloigner du film, à nous placer en tant qu'observateur de la mécanique mise en place et à constater le soin apporté dans l'attraction créée par le réalisateur. L'étiquette "inspirée d'une histoire vraie", pourtant lourdement rappelée au début du film et lors du générique final, où de véritables photos des personnes impliquées dans ce fait divers apparaissent à l'écran avec le nom des acteurs les incarnant à côté, n'a ainsi aucune espèce d'incidence. Tout sonne si faux et calculé...


Vera Farmiga a de beaux yeux et prend un plaisir évident à les rouler dans tous les sens.

The Conjuring est également doté d’une propagande religieuse franchement embarrassante, qui pourrait passer sans vrai souci si elle n’était pas aussi grossièrement amenée. Quand le père de famille avoue, un peu honteux, qu'ils ne sont pas croyants et qu'aucune de ses filles n'est baptisée, Patrick Wilson lui répond du tac-o-tac "Revoyez votre copie", lui expliquant ensuite en une paire de phrases lapidaires que quelques crucifix, un peu d'eau bénite et une foi chrétienne retrouvée pourraient bien les sauver. C’est un aspect très secondaire dans l’ensemble, mais il mérite tout de même d’être pointé du doigt car il est représentatif de l'extrême manque de finesse de James Wan. Il faut aussi dire que son film n'est pas non plus aidé par des dialogues lamentables, parfois assez gênants. Comment peut-on avoir peur d'un esprit démoniaque quand celui-ci est comparé, de la bouche du démonologue en personne, à un vieux chewing-gum qui serait bien décidé à rester collé à la semelle de votre godasse ? On a connu plus flippant, on a connu des monologues un peu plus inspirés. Mais il faut croire que James Wan ignore totalement que l'on peut aussi faire peur par le seul langage, par les mots, quand ceux-ci sont correctement écrits et prononcés par des acteurs doués. Je ne lance toutefois pas la pierre à Patrick Wilson, qui fait ici beaucoup d’efforts, ça se voit.


C'est Papy Wilson qui a dû tirer la tronche en découvrant où était passé son fameux gilet jacquard.

James Wan multiplie les effets de manche, les angles impossibles, les mouvements de caméra étonnants et les plans-séquences. C'est souvent osé et l'effet recherché est parfois atteint, cela correspond tout à fait à ce cinéma d'horreur qui s’échine à en mettre plein la vue et à ne laisser aucun répit à son audience, mais ça n'est pas fait avec une réelle vision de cinéaste. Cela vise seulement l'effet immédiat, il n'y a rien que l'on puisse retenir, il n'y a aucune image à laquelle on repensera en fermant les yeux avant de se coucher, ou dans le noir lors d'une de ces escapades nocturnes, animé par une fringale tardive, avec le frigo comme objectif. Ces films-là ne laissent pas de trace. Ils font peut-être peur sur le moment, mais ne laissent aucune marque dans l'imagination ni ne l’émoustillent. Pour cela, il faut être plus talentueux, plus patient, plus ambitieux, et viser un peu plus haut que le porte-monnaie du public.


Le grand Max Von Sydow peut pioncer tranquille, la relève ne lui arrive pas à la cheville.

S'il y mettait plus d'humour, plus de relâchement et plus de folie, James Wan pourrait un jour réaliser un film d'horreur véritablement sympathique. Il lui faudrait pour cela trouver cet équilibre qui lui manque cruellement, ou choisir son camp une bonne fois pour toutes. Il pourrait se placer aux côtés d'un Peter Jackson ou d'un Sam Raimi, produire l'équivalent d'un Braindead ou d'un Evil Dead. Il ne grimperait pas spécialement dans mon estime, car il persisterait dans un registre que je n’affectionne pas beaucoup, mais il trouverait au moins à mes yeux une certaine cohérence. Pour l'instant, je le perçois surtout comme un imposteur, opportuniste et malin, sans réel intérêt, bien plus proche du forain que du cinéaste. C'est tout de même dommage car, aujourd'hui, aucun autre réalisateur spécialisé dans le genre ne jouit d'un tel statut et ne peut bénéficier d'une telle marge de manœuvre. Alors il y a un léger mieux, il faut l'avouer. Mais quand on part de zéro, c'est toujours plus facile et, avec The Conjuring, James Wan finit tout de même par retomber complètement dans ses insupportables travers et semble même vouloir faire sien ce style si lucratif. En fait, il s'installe progressivement comme le réalisateur préféré de ceux qui n'aiment pas le cinéma d'horreur.


Conjuring : les dossiers Warren de James Wan avec Vera Farmiga, Patrick Wilson, Lili Taylor et Ron Livingston (2013)

15 commentaires:

  1. Règlement de comptes ! T'as pas un picz de Lily Taylor possédée ? Remarque, il suffit de taper son blaze dans Google, c'est pas comme si c'était un rôle de compo...

    RépondreSupprimer
  2. Ce film est une ultra merde, une merde ultra, une merde sans nom ! On n'a pas le droit de faire ça, on n'a pas le droit ! Une telle nullité et une telle iniquité, ça me fait mal jusque dans le foie... Les dossiers Warren... Les dossiers Warren ! Bordel quel nom de merde. Je suis ici pour cracher ma bile contre ce film car je le hais avec haine, je le hais avec un grand é !

    RépondreSupprimer
  3. Il manque les images 4 et 5, ou alors vous faites des légendes de photos sans photos...

    RépondreSupprimer
  4. Le pire c'est que ce film a de très bonnes critiques. Bon il est vrai qu'après Evil Dead 2013 c'est regardable.

    On voit même pas le cul de Farmiga en plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni dans Up in the air, on le voit mais c'est une doublure !

      C'est sûr que Conjuring est pas pire qu'Evil Dead.

      Supprimer
  5. J'ai également bien aimé le film jusqu'à ce qu'il verse complètement dans le fantastique sans penser à nous, spectateurs incrédules de ces balivernes qui apprécient les frissons amusants. Pour la catholicisme, je parle plutôt de background que de propagande ... mais bon ... pour l'humour, à la fin, Patrick Wilson se métamorphose en exorciste du dimanche soir ; et ça marche xD ptdr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le terme de "propagande" est peut-être un peu fort, mais c'est la lourdeur extrême des dialogues et du reste qui fait que ce qui devrait être un simple "background", comme tu dis, devient particulièrement voyant et agressif.
      Ce film est laid.

      Supprimer
  6. Tout à fait d'accord, le discours religieux lourdingue (j'ai tiqué sur la même réplique que celle que tu mentionnes), la conclusion ridicule (la citation d'Ed Warren, du genre : dieu existe, le mal existe, choisis ton camp)... sans compter la référence débile aux "sorcières" de Salem. C'est dommage je trouve car en lisant la bio des Warren sur Wiki, je me suis dit qu'un film qui aurait posé les bonnes questions (étaient-ils de purs affabulateurs pour qui le paranormal était un business, ou des illuminés, ou encore des gens sincères, quelle est la part de vérité/de pure invention dans leurs "dossiers", etc.) aurait pu être intéressant et ambigu - mais plus compliqué à écrire et à filmer, c'est certain. S'inspirer de la réalité pour en faire une lecture aussi basic et manichéenne que "Conjuring", ça n'a aucun intérêt, c'est vraiment le degré zéro de l'ambition au cinéma. Par contre Farmiga et Lili Taylor s'en sortent plutôt bien - mais ça ne sauve pas le film !

    RépondreSupprimer
  7. A venir : une suite et trois spin-offs ! :-O

    http://bloody-disgusting.com/news/3264204/exclusive-new-linewb-prepping-three-the-conjuring-spinoffs/

    RépondreSupprimer
  8. tout d'abord, je souhaite préciser que le film a été visionné deux fois pour ma pars avant de vous lacher ce petit commentaire.
    ensuite j'aimerai soulever une question : ou se trouvent l’intérêt d'un film d'horreur ?
    - De mon coté, je suis un excellent client du film d'épouvante, je sursaute a chaque scène et me bouffe littéralement les doigts, et j’avoue que c'est ce que je recherche. Il est également certain que je ne veux surtout pas d'un film qui me laisse l'esprit lourd, et m’empêche de dormir serein !

    Vous faite le rapprochement avec un train fantôme, poussant même la "critique" en comparant ce réalisateur a un forain, mais c'est a mes yeux le rôle de ce genre de film, se faire brasser les tripes pendant une heure en flippant sa race ! Et sur ce point conjuring "20/20" .

    Bref c'est un film que j'ai apprécié, il manque comme tout film d'horreur qui se respecte de "logique": la cave; la religions : le pseudo exorcisme, et utilise en effet tous les cliché que je connaisses. Mais merde, ils sont mis en scène avec un brio sans pareils, une bande son des plus flippante, et un en plus des acteur qui se débrouillent. ensuite pour la logique, si on comparent (et c'est un blasphème) ce film a d'autre type "détour mortel" c'est le king !

    bref je classe ce film dans les meilleure que j'ai vu avec "the blair witch project" et ce avec fierté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand l'idiot montre la lune, l'idiot mate son doigt et le sent.

      Supprimer
  9. J'ai pas vu le film et j'aime pas le cinéma, mais il me semble que l'auteur explique bien ce qu'il reproche au film :
    " Ces films-là ne laissent pas de trace. Ils font peut-être peur sur le moment, mais ne laissent aucune marque dans l'imagination ni ne l’émoustillent. Pour cela, il faut être plus talentueux, plus patient, plus ambitieux, et viser un peu plus haut que le porte-monnaie du public.
    S'il y mettait plus d'humour, plus de relâchement et plus de folie, James Wan pourrait un jour réaliser un film d'horreur véritablement sympathique"

    En gros, mettre plein de "bouh" ça peut fonctionner, mais si le cinéaste ne fait pas preuve d'un peu d'originalité et de talent, ça reste un train fantôme parmi 1000 trains fantômes, de ceux qui ne se distinguent pas des autres et que l'on oublie dès que l'on en descend. C'est suffisant pour certains, mais quand on est un peu amateur du genre, on est en droit de demander plus.
    "The Blair Witch Project" avait justement cette qualité : mettre en place un dispositif un peu nouveau et s'en tenir strictement, avec une économie de moyens aussi rare qu'impressionnante. Ce même dispositif qu'un tas de gars sans imagination ont depuis usé jusqu'à la corde jusqu'à l'épuiser.

    Moi j'men fous, j'aime pas les films d'horreur.

    RépondreSupprimer