8 mai 2012

Un bonheur n'arrive jamais seul

C'est la 600ème critique du blog. Comptez pas, on l'a fait pour vous. Faîtes confiance. Pour fêter cet anniversaire nous avons décidé de vous présenter notre programme pour un nouveau quinquennat de critiques ciné. Voici donc la liste de nos 600 engagements pour la suite :

Moi blogueur ciné, je ferai toujours preuve d'une objectivité à toute épreuve et d'une intégrité indiscutable. Moi blogueur ciné, je ne critiquerai jamais un film qui n'est pas encore sorti et que je n'ai pas vu. Moi blogueur ciné, je ne m'abaisserai jamais à insulter nommément un cinéaste ou un acteur pour la médiocrité de son travail. Moi blogueur ciné, je n'inventerai pas une enfance difficile à un acteur qui me déplaît. Moi blogueur ciné, je ne commenterai jamais mes propres articles sous un autre nom pour m'auto-congratuler ou pour poster des saloperies que je n'assume pas. Moi blogueur ciné, je n'adresserai jamais de menace de mort à une personnalité quelconque. Moi blogueur ciné, je ne ferai jamais de digression à partir d'un film dont je ne dirai pas un mot dans l'article qui le critique. Moi blogueur ciné, je ne modifierai jamais le pitch d'un film pour le ridiculiser. Moi blogueur ciné, je ne dévoilerai jamais le twist final d'un film à twist. Moi blogueur ciné, je ne consacrerai jamais un dossier entier à un cinéaste de seconde zone ou à un thème improbable fabriqué de toutes pièces. Moi blogueur ciné, je n'illustrerai jamais mes articles avec des photos d'actrices nues pour gonfler les statistiques de fréquentation.


Mes aïeux... Gad Elmaleh, salopard, je te conchie pour avoir palpé du cul pendant ce tournage. (Que fout ce canfre de Devendra Banane en background visuel ?)

Moi blogueur ciné, je respecterai la loi HADOP-EE et ne téléchargerai jamais un film même merdique pour le descendre sur la toile. Moi blogueur ciné, je ne dévoilerai pas mes opinions politiques et ne les laisserai pas influencer mon point de vue. Moi blogueur ciné, je n'inventerai pas les conditions difficiles de mon visionnage du film pour expliquer mon dégoût. Moi blogueur ciné, je ne mettrai pas tout sur le dos de mon père pour expliquer pourquoi j'ai détesté regarder Roselyne et les lions ou pourquoi je méprise Tony Gatlift. Moi blogueur ciné, je n'avouerai pas mes pulsions honteuses et animales à l'égard d'une actrice dont le physique ne laisse pas indifférent mon cobra perso. Moi blogueur ciné, je n'utiliserai pas facebook comme une machine de guerre pour faire du chiffre coûte que coûte. Moi blogueur ciné, je ne démarcherai pas tous les tocards qui créent des sites du genre "comment ramasser le pactole pour pas un rond avec ton site en bois". Moi blogueur ciné, je n'irai pas revendre sur e-bay les dvds gracieusement envoyés par DvdTraffic dans le cadre de l'opération "Un dvd = un papier". Moi blogueur ciné, je ne ferai pas passer pour une avant-première projo-presse un screener fraîchement dl maté sur mon canapé. Moi blogueur ciné, je ne serai pas le dernier des hypocrites avec un certain nombre de blogueurs ciné afin qu'ils m'ajoutent en amis sur leur site moisi pour améliorer ma visibilité. Moi blogueur ciné, je n'abuserai jamais des hashtags twitter pour multiplier les visites. Moi blogueur ciné, je n'aurai pas comme bannière le décolleté abyssal d'une pin-up mondiale pour attirer le chaland et me satisfaire la vue personnellement. Moi blogueur ciné, quand je vais à la fnac je n'utiliserai plus tous les ordis modèles d'exposition pour aller sur mon blog et grossir le chiffre des visites. Moi blogueur ciné, je n'irai pas dans la salle informatique et la BU de mon bahut pour faire de même. Moi blogueur ciné, je ne serai pas accro aux stats ! Moi blogueur ciné, je ne mettrai pas mon blog en favori sur tous les ordis auxquels j'ai accès. Moi blogueur ciné, je n'inventerai pas un Top de fin d'année à Quentin Tarantino pour ameuter les foules et faire le buzz. Moi blogueur ciné, je ne copie-collerai pas une critique sur un skyblog d'attardé mental ou d'enflure XXL pour la tourner en dérision et en faire un papelard. Moi blogueur ciné, je ne m'exclamerai pas "ça peut faire un papelard !" dès que j'ai une vieille idée de merde sur un film ou juste une phrase drôle qui me passe par la tête avant d'aller au pieux. Moi blogueur ciné, je mettrai un point d'honneur à évoquer au moins une fois le nom du réalisateur dans la critique de son film. Moi blogueur ciné, je n'inventerai pas de néologismes comme "titrologie" ou "affichographie". Moi blogueur ciné, je ne modifierai pas les noms d'acteurs ou de réalisateurs que je n'aime pas pour faire passer de subtils messages subliminaux sur eux (exemple : Woody Alien, Mélamoi Laurent, Mathieu Aboulelefric, Brian De Palmas, Cate Blanchet et les sept mains, Emir Grossetourista, Greg Skinhead, Clive Owen Wilson Oruma, Dominique 1/2 Moll, Angelina Pas Jolie, etc.). Moi blogueur ciné, je ne me complairai pas à faire des bilans de fin d'année. Moi blogueur ciné, je n'écrirai pas des articles dans un état second. Moi blogueur ciné, je me limiterai à trois paraphets de cinq lignes dans mes critiques, car ras-le-bol des grosses tartines de texte. Moi blogueur ciné, je ne me féliciterai pas d'avoir écrit 600 articles pour mon blog pourri.


Un bonheur n'arrive jamais seul de James Huth avec Gad Elmaleh et Sophie Marceau (2012)

35 commentaires:

  1. Konrad avec un K comme Blitzkriek8 mai 2012 à 11:32

    "My brother (and his friend of course) is the woooooooorld champion"

    RépondreSupprimer
  2. Géant :D
    Vivement le 1000eme papelard !

    RépondreSupprimer
  3. Quand je mate la photo qui illustre notre article je me dis qu'en effet un boner n'arrive jamais seul...

    RépondreSupprimer
  4. Hypocrites blogueurs (mes semblables, mes frères), ces 600 commandements (mais je les ai pas compté) valent bien qu'on vous suive encore un quinquennat de plus et qu'on vous ajoute en supra-favoris sur nos gueblos moisis. Et comme disait Maurice Papelard, "même si vous ne m'aimez pas, sachez que je vous aime quand même !" :)

    Le plus beau dans l'histoire, c'est que je vais voir ce flim jeudi en projo presse, pas besoin de le ripper, je pourrai même vous en dire des nouvelles et en pondre une mini-chronique digne de ce nom ! Comment ça, personne ne s'en soucie du flim de James Hutte avec Sophie Pantomime Marceau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah ! Sache que tu ne fais pas du tout partie des blogs moisis :)
      Et vivement ta "vraie" critique de ce film sans doute terrible (qu'on matera quand même, pour la photo choisie).

      Supprimer
  5. Ces tables législatives méritaient clairement d'être mises par écrit, je vous félicite de prendre de tels engagements !

    RépondreSupprimer
  6. Si vous respectez ces engagements, moi, j'arrête de vous lire.

    RépondreSupprimer
  7. Ouaip, vivement le prochain chiffre rond ! Un de vos (nombreux) best !

    RépondreSupprimer
  8. Bien content qu'il vous plaise ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Les promesses n'engagent que ceux qui les croient...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque fois ferme là toi, tu la ramènes un peu souvent en ce moment. A faire des mots d'esprit là, tu te crois où? C'est bon la gauche a gagné c'est l'avènement de la bonne phrase au lieu de l'action? Putain... 5 ans à tenir...

      Supprimer
  10. J'ai juste envie de vous faire découvrir ce site, que j'ai trouvé très agréable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi blogueur ciné, je ne validerai pas la publication d'un spam dans le seul but que ça fasse un commentaire de plus ! :D

      Supprimer
  11. Je veux bien que vous supprimiez mon 1er post aussi (Génie babab) et celui-ci aussi du coup ;)

    RépondreSupprimer
  12. Devendra Banane... mais lol !

    RépondreSupprimer
  13. Le labeur d'une vie expliqué en un article !
    Personnellement, j'ai connu votre bogl grâce à un lien sur un site de vente de traitements contre l'impuissance masculine. Lien d'ailleurs situé entre les descriptifs des injections intracaverneuses et des pompes à vide. Je ne m'explique pas encore le lien de causalité. Vous ratissez peut-être bien large pour la visibilité.
    Quoiqu'il en soit, beau boulot les gars, jamais vu critiques plus libres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Edit: Site que je fréquentais pour la culture, bien entendu... :D

      Supprimer
  14. Quel bel engagement, quel beau discours... Difficile à tenir, par sa pluralité de principes moraux: quel défi que ce quinquennat! Le changement... c'est maintenant, donc? :p

    RépondreSupprimer
  15. Vous faites fort sur l'anaphore, et pis l'épiphore alors ?

    RépondreSupprimer
  16. Moi Président de la République, je continuerai mes soirées toofs avec mes potes.

    http://twitpic.com/9mzcxd

    RépondreSupprimer
  17. CE FILM EST UNE ÉNORME MERDE, NE LE REGARDEZ PAS, FUYEZ, METTEZ CA A LA POUBELLE!

    RépondreSupprimer
  18. Konrad, homme tronc27 octobre 2012 à 01:39

    Il y a tant d'insultes à proférer envers ce film et la totalité des gens qui y ont participé de près ou de loin que j'en perds mon vocabulaire, mon français, mon latin et mes mots !

    RépondreSupprimer