31 mai 2009

Entre ses Mains

Je me faisais si royalement chier devant le film d'Anne Fontaine que j'en ai profité pour enfin lire le manuel d'utilisation de la télécommande de mon lecteur dvd Pioneer. Bientôt cinq ans que je m'en sers, pressant les boutons au pif, cliquant ici et là au hasard de mes repas huileux, là où mes doigts graisseux glissaient. Et pour une fois voilà que j'avais le temps de lire ce gros manuel multilingue voué à m'enseigner les usages de ce petit boitier électronique fort pratique pour naviguer à vue dans les menus de mes dvds préférés tout en gardant mon cul vissé au canapé. J'avais enfin du temps pour moi. Grâce à Anne Fontaine j'avais une heure et demi de temps libre. Du temps suffisamment libre pour potasser mon manuel et j'étais suffisamment occupé, ou devrais-je dire préoccupé par le film pour ne pas le dépenser plus intelligemment. J'ai donc lu ce mode d'emploi dans les largeurs, de travers, cul par-dessus tronche, dans tous les idiomes. Et puis une fois arrivé à terme, j'ai refermé le petit bouquin avant de le déposer dans mes toilettes pour faire quelques économies en papier-cul, fort de quelques trucs et astuces intéressants.



Je vous épargnerai la liste des touches que j'ai pu découvrir et dont j'ai finalement compris l'utilisation, comme la touche nommée "Power", première nouvelle, qui permettrait d'éteindre l'appareil, ce qui m'évitera désormais de laisser tourner ma platine de longue et de fusiller le compte en banque de mes parents pour régler mes notes d'électricité pharaoniques. Pour mes 22 ans, mes vieux ont demandé une dérogation à la préfecture pour me donner comme second prénom "EDF/GDF". Mais je ne vais pas m'étendre sur toutes mes découvertes, je me contenterai de vous parler de cette touche intrigante que j'avais passé des heures entières à regarder sans jamais oser y toucher. Vous devez avoir la même sur vos télécommandes. C'est un bouton sur lequel est dessiné une petite caméra, et qui s'appelle apparemment "Angle". D'après mon manuel d'utilisation, cette touche permettrait de changer l'angle de caméra. Vous devinerez donc que j'ai passé toute la seconde moitié du film d'Anne Fontaine l'index enfoncé sur le bouton, espérant pouvoir modifier l'angle de la caméra, désireux de pouvoir changer de plan, choisir les miens ! Le film d'Anne Fontaine est si mal fait... J'ai cru, un peu naïvement je le concède, pouvoir devenir cadreur le temps d'une séance dvd pour faire de ce film de merde un truc à peu près matable. Mais ça ne marche pas comme ça, cette touche est en réalité purement décorative. En revanche j'ai aussi découvert la touche "Chapitre suivant", qui quant à elle fonctionne à merveille. Et je me suis glissé dans le slip d'un chef monteur pour couper les séquences à ma guise. Autant vous dire qu'avec moi aux ciseaux le film d'Anne Fontaine ne dure pas longtemps, si j'avais découvert ce bouton plus tôt il se serait même achevé avant que d'avoir commencé.



Au dos de la boîte du dvd - que je n'ai que loué, pas d'inquiétude ! - la catchphrase dit : "Il y a du Hitchcock chez Anne Fontaine". J'ai pas bien vu où il se cachait le gros anglais dans tout ce merdier... Ils disent peut-être ça parce qu'elle aime aussi les femmes et qu'elle a un gros bide. Mais à ce moment-là je pige mal le projet de faire de la pub en décrivant la réalisatrice du film comme une gouine obèse. Pas que ce soit totalement anti-publicitaire, ce genre d'individu ça doit forcément en brancher certains, ou certaines. Disons que c'est original, et étonnant. Non en fait c'est vraiment chaud. C'est pas des méthodes...


Entre ses Mains de Anne Fontaine avec Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré (2005)

7 commentaires:

  1. Je l'ai vu ce film. Je le précise car on est ptêtre pas si nombreux. Je l'ai vu, et du tout début à la toute fin. C'est dommage que Poelvoorde, qui pourrait être un brillant acteur, soit méga pote avec Anne Fontaine, car du coup il vient de tourner un nouveau film avec elle, et c'est bien du temps perdu...

    RépondreSupprimer
  2. Triste film oui. Mais y a Isabelle Carré dedans quand même.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis heureux que tu ne te sois pas limitée au simple fait que la réalisatrice prend visiblement son pied pendant le film, parce que quand même, le film est globalement flou, car l'objectif de la caméra est salement dégueulasse: Si Bashung parlait de la pluie et la rosée, chez elle, on parle plutot de la pluie et de l'averse, de l'orage, de la tempête.
    Je suis bien content que vous n'ayez pas mentionné que ca serait une femme, Fontaine.

    RépondreSupprimer
  4. Bel article. J'ai récemment regardé ... attends je vais chercher sur Allociné, j'ai oublié le titre et l'histoire et les acteurs présents dans ce film ... La fille de Monaco !!! Il y a en effet du Hitchcock chez Anne fontaine, je me suis demandé pourquoi le couillon d'avocat (définitivement sur la lune) se sacrifiait comme un con, pourquoi elle faisait ça, pourquoi elle faisait du cinéma, pourquoi appuie-t-elle sur le bouton "on" de son ordi pour lancer un traitement de texte et écrire une histoire. Son art du suspense est en effet redoutable : il pose des tonnes de questions sur le monde du cinéma. Comment arrive-t-elle à faire un film par an ? Qui lui file du pognon ? Est-ce qu Fabrice Luchini a contesté la fin insensée et irrationnelle de La fille de Monaco auprès de la réalisatrice, de son agent ou de la production ? S'il l'a fait, il n'a pas eu gain de cause. Le cinéma d'auteur, c'est aussi ça. C'est aussi Anne Fontaine.

    RépondreSupprimer
  5. On l'avait torché aussi ce film de merde :

    http://ilaose.blogspot.com/2009/09/la-fille-de-monaco.html

    RépondreSupprimer
  6. Je me poile à chaque fois que je lis cette critique ! Sans parler du dernier paragraphe, simplement EPIQUE.

    "Au dos de la boîte du dvd - que je n'ai que loué, pas d'inquiétude ! - la catchphrase dit : "Il y a du Hitchcock chez Anne Fontaine". J'ai pas bien vu où il se cachait le gros anglais dans tout ce merdier..."

    :D:D:D:D:D:D

    RépondreSupprimer