22 mars 2013

The Forest

J'ai gagné le dvd de ce film grâce à un concours sur Cinédingue le blog de tous les cinémas (j'en profite pour saluer son auteur). J'ai très hâte de le recevoir. En plus, ce sera mon premier dvd. J'attends mon facteur comme le Messie. Je ne bouge jamais de chez moi avant 14h30 pour être sûr de ne jamais le louper. En attendant, j'envisage, j'anticipe, j'imagine et je me plais à rêver, car j'attends du lourd et je veux en prendre plein la vue ! Surtout, je vais enfin sauter le pas, et profiter d'une après-midi libérée pour aller m'acheter un lecteur dvd en vitesse. Par contre, je dois vous avouer que suis un peu perdu... Je connaissais ce film sous son titre original, "The Barrens", et je savais exactement ce que ça voulait dire. J'imaginais donc un film d'horreur se déroulant dans les landes (littéralement "barrens" dans la langue d’Eliott Counterbass Shakespeare). Or, le film est très étrangement devenu en VF "The Forest". Et là, par contre, je sèche. Je cale complètement. Je n'ai plus aucune idée de ce que ça peut bien vouloir signifier. J'ai donc peur d'être amèrement déçu... Et il ne faut évidemment pas compter sur l'affiche ci-contre pour avoir un petit indice. Quelle idée, aussi, de remplacer le titre d'un film américain par un autre titre en langue anglaise pour sa distribution en France... Mais quelle idée !


The Forest (kézako ? please help) de Darren Lynn Bousman avec Stephen Moyer et Mia Kirshner (2013)

35 commentaires:

  1. C'est sans doute le remake d'un film de Shyamalan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais ne t'en fais pas, les remakes des films à succès de Shyamalan, on finira bien par y avoir droit.

      Supprimer
  2. The Forest (Das Forez dans la langue de Jurgën-Rudi Goethe) aborde très certainement le douloureux sujet du déclin de l'A.S. Saint-Etienne.

    Si j'en juge par l'affiche les décors sont très ressemblants !

    RépondreSupprimer
  3. "Quelle idée, aussi, de remplacer le titre d'un film américain par un autre titre en langue anglaise pour sa distribution en France... Mais quelle idée !"

    Vu que tu ne bouges jamais de chez toi avant 14H30, je vais t'apprendre un truc : ils font ça très souvent. Oui, c'est grotesque.

    Sinon, on se croirait revenu aux tout débuts du blog. Bon petit "article-apéro" avant un plus prestigieux, j'espère ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Ils aiment bien aussi traduire des titres de films espagnols en langue anglaise... (cf Timecrimes)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juliette Boniche22 mars 2013 à 20:41

      Comment as-tu fait pour mettre en italiques dans un commentaire ? Trop fort !

      Supprimer
    2. Juliette Boniche23 mars 2013 à 15:25

      Bon à savoir, merci ! :-)

      Supprimer
  5. Gérôme Douma22 mars 2013 à 14:30

    Bonjour, je suis très intrigué par ce film et tout ce qui s'en rapproche, au point que j'ai probablement développé une maladie de type paranoïa. J'ai par exemple commencé une collection complète des affiches de ce film, affiches issues des différents pays et donc traduits dans les diverses langues des contrées dans lesquelles il est sorti. Pour vous donner quelques exemples, les espagnols ont traduit "The Barrens" par "Las Marismas" qui veut dire littéralement "les marais salants" ! Et que dire des allemands qui ont titré le film "Die Hügel", soit en bon français "Les collines" ? Trois affiches allemandes existent pour ce film avec à chaque fois une colline différente en arrière plan : boisée, en flammes ou sous la pluie... Il est sûr que ce sont les italiens qui sont allés le plus loin dans la déformation du titre originel puisqu'ils ont opté pour "I ribelli della foresta" traduit mot à mot par "Les rebelles de la forêt" ! Une traduction tout ce qu'il y a de plus discutable.

    Au final RAF, RAB, je collectionne parce que je sais que plus tard, dans 50-60 ans, ces affiches vaudront, au bas mot, le double voire le triple du prix auquel je les ai achetées. Et ça, ça n'a pas de prix. Je déteste me faire avoir mais j'ai des principes sur lesquels parfois je m'assois.

    J'ai pas encore vu The Forest par contre.

    RépondreSupprimer
  6. Victor Demange22 mars 2013 à 14:42

    Bonjour à tous,

    En raison d'un rythme nycthéméral perturbé par une successions de jet-lags issus de mes déplacements répétés en avion en raison d'une profession exigeant ma présence quasi-simultanée aux quatre coins du globe, j'ai eu le bonheur de voir "The Forest" lors d'un vol Vancouver-Tokyo, ce qui m'a permis de passer environ 1h30 de bonheur à suivre les pérégrinations des héros de ce film et de vibrer pour leur sort si précaire et surprenant grâce à la maestria du réalisateur de ce film qui n'est autre que le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 ainsi que de "Repo! The Genetic Opera" qui a été à l'origine d'une irrémédiable fracture de mon globe oculaire droit. Tout est dit. Je vous remercie de m'avoir lu.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent article qui dit tout et délivre la substantifique moelle de ce film sans en dévoiler une seule bribe ! C'est merveilleux de constater cela. Tout comme il paraît merveilleux d'être capable d'écrire un texte, voire un commentaire complet sans délivrer le moindre renseignement ni la moindre information valable autre que celle de constater que l'auteur de ces lignes est, au choix, un dangereux psychopathe ou un débile léger atteint de paranoïa. D'ailleurs cela me fait penser que je n'ai pas encore procédé à l'ingestion de mon anticonvulsivant. Au choix, je vous adresse un "au revoir" franc et sincère ou bien un geste de mépris sans conséquences. Je suis bipolaire. Je suis à la fois au nord et au sud. J'habite Bordeaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est avéré et prouvé que Bordeaux est le Nord et est le Sud.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Frisson Lesmonts22 mars 2013 à 23:35

      le "Thé Forest" ? Tu n'a jamais entendu parler du thé Forest ? c'est du thé vert, boisé, fumé. On peut le boire avec du citron, parfois une goutte de sang. Les habitants des barrens en offrent une tasse aux voyageurs égarés dans la lande glacée et battue par les vents du chien des baskerville.
      Alors, non vraiment? Jamais entendu parler de ce thé ?

      Supprimer
    2. Lisifront Milla23 mars 2013 à 07:20

      Absolument d'accord, Anonyme. Nul de chez Nul. Mais ça me fait rire!!! Encore plus quand personne d'autre ne rit, que je suis la seule à me tenir les côtes. "La lande battue par les vents du chien des Baskerville", oui, j'ai honte, mais je pouffe!!!
      Que veux-tu...
      Le rire est le propre de chaque homme.
      Pas de Rabelais, cette fois.
      Mais de bibi.

      Supprimer
    3. Zilette Mifront23 mars 2013 à 14:48

      ... mais si tu causais du film, je pô pas dire, ne l'ai pô vu.
      Mais il doit être super bien, avec ce magnifique titre anglais en français... M'est avis que c'est de très bon augure.

      Supprimer
    4. Intituler un film d'horreur "La forêt" ou "La lande" est, de toute façon, un suicide artistique et commercial. Cela avait du sens de le garder aussi court quand il s'agissait de "L'exorciste", "The Thing", "Halloween" et "Jaws", voire même "Jason X". Mais j'ai du mal à envisager des films tels que "Entrevue avec un vampire" et "Les yeux sans visage" se présenter sous les noms de "Entrevue" et de "Les yeux" ! Ça n'indique pas du tout quel est le cachet effroyable censé être contenu dans les longs-métrages. Mais bon, je suis prêt à des concessions. A la rigueur, "A l'intérieur" aurait du s'intituler "Le pavillon" (j'aurais hésité à rajouter le logique "de banlieue" à "Le pavillon" tellement il faut que les titres soient mystérieux et laissent place à l'imagination du spectateur pour se représenter l'horreur ... en voyant l'affiche ... et en regardant le film), "Haute tension" "La camionnette" et "Promenons-nous dans les bois" "L'escalier". Ces opérations auraient été justifiées vu la teneur des œuvres. Mais cette mode globale est probablement due à cette nouvelle vague démodée de films pourris français "La horde", "Ils", "Humains", "Sheitan", "Frontière(s)", "Mutants", "La meute", "Calvaire", "Broceliande" et "Martyrs" ... ou alors, elle est due à la suffisance de cinéastes sans talent et sans initiatives qui nomment leurs pelloches avec la plus satisfaite des complaisances : et ils ont les distributeurs qu'ils méritent !

      Supprimer
    5. Intéressantes et saines réflexions, Arnaud !

      Supprimer
  9. Des acteurs bidons notamment le principal qui surjoue et est plus excité et nerveux que possédé et fou, une réalisation de téléfilm foireux et des corps déchiquetés avec les boyaux à l'air de carton pâte, bref une bonne bouse bien puante.

    RépondreSupprimer
  10. Les commentaires ici sont aussi drôles que l'article :-)

    RépondreSupprimer
  11. Zach de ta Rochatte23 mars 2013 à 16:04

    Vous comptez vous acheter un lecteur DVD en 2013 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils se sont acheté un magnétoscope en mars 2012, mais après avoir écumé les decheteries, ils ne trouvent plus de cassettes. Il faut vivre avec son temps !

      Supprimer
    2. Meilleur pseudo :D :D :D

      Supprimer
    3. J'ai entendu dire que IBM préparait un support de stockage de données sur bande magnétique en forme de cassette audio pouvant contenir 30 To de données. Vous êtes pas si à la ramasse que ça, les gars !

      Supprimer
  12. Juliette Boniche13 janvier 2014 à 14:45

    Eux aussi se foutent de nous !
    http://www.buzzfeed.com/marietelling/26-hilarious-titles-of-hollywood-movies-in-france

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ils ont bien raison. En même temps y'a là-dedans quelque chose de logique, de déplorable et de complètement ridicule mais de logique. Les français incrustent de plus en plus de mots anglais dans leur langage quotidien, parlé ou écrit ("so what ?", "whatever", "deal with it", "asap", "badass", "my bad", et j'en oublie des centaines), notamment à cause d'internet mais aussi des tocards de la télévision qui n'arrêtent pas de le faire pour avoir l'air cool. Tout est plus cool dit en anglais, donc c'est aussi plus vendeur. Mais en même temps la France reste peuplée d'une écrasante majorité de gens infoutus de piger et de parler correctement l'anglais, donc il faut tout simplifier au maximum pour ne perdre personne. C'est d'une logique implacable pour tous les publicitaires de merde.

      Supprimer
    2. Mille fois d'accord. Le plus ridicule que j'ai vu dernièrement, dans le genre : un forum d'orientation lycéenne intitulé 'My avenir". Même les élèves trouvaient cela grotesque.

      Parmi ces « traductions » relevées par ce site américain, la plus indigente à mes yeux (en dehors bien sûr de toutes celles qui ajoutent du « sex », on se demande qui cela peut encore faire venir dans les salles) : 'All About Albert', que talonne de près 'Good Morning England'.

      Mais ça remonte, quand même, cette histoire : 'Fatal Games', 1989 !

      Le premier commentaire, émanant d'un Canadien ('Alexandre Desbiens-Brassard'), est assez accablant...

      Supprimer
  13. Ce qui est aussi déprimant, c'est qu'on ne retient de l'anglais que les pires aspects, les mots les plus laids, alors même que cette langue peut être superbe : c'est celle non seulement de Shakespeare mais aussi de Keats, de Shelley, de Coleridge, d'Oscar Wilde et de T.S. Eliot, pour ne citer que les premiers qui me viennent à l'esprit...

    RépondreSupprimer