28 février 2013

Quatre étranges cavaliers

Ce western d'Allan Dwan n'est pas sans charme. Réalisé en 1954, deux ans après Le Train sifflera trois fois de Fred Zinneman, Quatre étranges cavaliers (Silver Lode en anglais, du nom de la bourgade où se déroule l'histoire) en est un quasi copié-collé. Le film commence en effet quand un homme bien sous tous rapports, Dan Ballard, sur le point de se marier avec sa blonde, est interrompu au dernier moment par l'arrivée en ville des quatre cavaliers du titre, venus se venger. Sauf que le marié n'est pas un shérif rattrapé par son passé sous la forme de quatre malfrats qu'il aurait jadis coffrés, c'est un ancien joueur de poker traqué par un soi-disant shérif pour le meurtre de son frère. Et comme chez Zinneman, notre héros va tout faire pour gagner du temps afin de trouver des alliés parmi les villageois dans l'espoir d'obtenir gain de cause, du moins jusqu'à ce que l'ensemble du patelin retourne sa veste, le laissant se défendre seul, y compris contre eux. L'influence du Train sifflera trois fois n'est pas qu'artistique puisqu'on est en plein cœur d'une nouvelle dénonciation en règle du MacCarthysme et des trahisons en grappes impactées par la fameuse chasse aux sorcières. Le cinéaste n'y va pas par quatre chemins dans la symbolique pour pointer du doigt les exactions en cours dans son cher pays et pour en revendiquer les vraies valeurs : toute l'histoire a lieu sur un seul jour, le 4 juillet (d'où une profusion de fanions bleu blanc rouge dans le décor un poil agressive à l’œil nu), et le final se déroule au sommet du cloché d'une église, dont l'énorme cloche, symbole de liberté, jouera un rôle décisif dans la résolution du récit. Dwan ne cache donc pas ses desseins, au point que son grand méchant s'appelle très littéralement, je vous le donne en mille, Ned McCarthy.




Sinon un pur remake, car les enjeux narratifs dissemblent tout de même, c'est une vraie reprise du film de Zinneman que nous avons là, mais une reprise en mode mineur, réalisée sans le sou, comme une quasi série B, sans la moindre star à l'affiche si ce n'est, dans le rôle du salop de l'affaire (le bien-nommé McCarthy), l'excellent Dan Duryea, qui à défaut d'avoir été une véritable star fut le second couteau de pas mal de grands classiques et l'éternel méchant de quelques westerns (Winchester 73 d'Anthony Mann) et autres films noirs (dont le superbe diptyque de Lang : La Femme au portrait et La Rue rouge). L'acteur principal en revanche n'a pas tant marqué les esprits puisqu'il s'agit de John Payne. Virez-moi un P, donnez-moi un W et le type devenait la plus grande figure du western hollywoodien (à noter que devenir une star mondiale était le cadet des soucis du comédien, qui rêvait juste que ses collègues sur le plateau cessent de l'appeler "John Payne in the ass"). Payne, qui était à un phonème de s'appeler comme le Duke himself, était aussi un mauvais sosie de James Stewart. Et quitte à être comparé à toutes les icônes du western, il passa l'intégralité du tournage de Silver Lode à tenter d'imiter le jeu tout en sobriété, raideur et balais dans le cul du génial Gary Cooper. La performance est plutôt ratée mais tombe à pic dans ce qui se veut une réincarnation de Will Kane, le personnage interprété par Coop' dans le matriciel High Noon.




Quatre étranges cavaliers pâtit un brin du manque de charisme de son acteur principal, et plus généralement de son aspect cheap, avec décors en carton de seconde zone, couleurs criardes et costumes de carnaval loués chez Tati, mais il surprend dans sa dernière demi heure. Le scénario, assez convenu, à base de quiproquos vaudevillesques, laisse alors place à une violence inattendue quand Ballard est contraint d'abattre certains de ses plus fidèles amis pour sauver sa peau, Dwan ne reculant pas devant une cruauté sans détour qui dépasse d'assez loin celle du film de Zinneman. Ensuite parce que l'académisme initial de la mise en scène le cède à deux soubresauts d'élégance, brefs mais frappants. Le premier (je commence en fait par le second, qui survient presque à la fin du film), consiste en une longue scène de course poursuite et de fusillade où notre héros, avec une balle dans le bras (John Payne ne savait d'ailleurs par jouer la balle dans le bras, et encore moins la course à pied avec une balle dans le bras) traverse pratiquement tout le village en parcourant une artère perpendiculaire à plusieurs petites rues d'où surgissent ses assaillants. Ballard est filmé tout le long de sa trajectoire en travelling latéral de suivi, d'abord très rapide quand il court et ne s'arrête derrière quelques barricades de circonstances que le temps d'échapper à la vue de ses ennemis, puis très lent quand il fait face à McCarthy en se planquant derrière un civil qui n'a rien demandé, le tout dans une scène d'action rondement menée et très efficacement coordonnée qui révèle une gestion de l'espace assez remarquable et fait oublier la ridicule pauvreté des décors annoncée par l'ouverture du film.




Le second soubresaut en question, antérieur dans le cours du film, tient au contraire dans un plan fixe plutôt court et se produit quand Dolly (Dolores Moran), la pute du coin affublée d'une robe impossible à brillants, plumes et froufrous fluos du dernier goût, ex-compagne de Ballard abandonnée pour une blonde bourgeoise, aide son héros, qu'elle aime toujours, en s'arrangeant pour vider le bar où elle travaille afin que ce dernier puisse s'enfuir par l'arrière. Après avoir échangé quelques derniers mots pleins de nostalgie et d'affection, Ballard s'éclipse et Dolly sort par l'entrée du saloon, s'enfonçant dans la profondeur de champ et dans un vague flou de l'image non dépourvu de beauté, voire prompt à en insuffler à un personnage très secondaire et à une tenue qui dans la scène précédente prêtait encore à rire. La désormais magnifique Dolly sort de scène, d'un pas d'abord lent, auquel sa main trainante sur le comptoir confère un surplus de tristesse, avant d'accélérer un grand coup pour tourner le dos à son passé et se remettre en action.




Deux séquences pour le moins différentes donc, dans les moyens et dans la visée. Une longue scène d'action pure et de bravoure technique d'un côté, et une autre, très brève et poétique, de l'autre, qui se rejoignent cependant sur l'utilisation assez brillante de la profondeur de champ tout en parant avec brio à la première contrainte du cinéaste, et pas des moindres, un manque de moyens criant qui jusqu'alors se répercutait immédiatement sur la matière première de son film (acteurs, décors et costumes). Ces deux moments et quelques autres éléments contribuent à élever ce western au-dessus de ses petits moyens et de ses petits défauts. Si le film de Dwan emprunte assez peu discrètement son matériau à celui de Zinneman, le cinéaste a certainement su en influencer d'autres à son tour puisque le plan d'ouverture, sur un groupe d'enfants en train de jouer que dépasse la bande des quatre cavaliers venus semer la zizanie dans le village, fait assez directement penser à la légendaire séquence d'introduction de La Horde sauvage de Sam Peckinpah, rien que ça.


Quatre étranges cavaliers d'Allan Dwan avec John Payne, Dan Duryea, Lizabeth Scott, Dolores Moran et Harry Carey Jr. (1954)

10 commentaires:

  1. Beau western représentatif du style et du talent de Dwan dernière période

    http://wp.arte.tv/olivierpere/2012/02/27/allan-dwan-la-legende-de-lhomme-aux-mille-films/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien vers l'article, qui rend bien hommage au cinéaste et donne envie de découvrir ses (nombreux) travaux.

      Supprimer
    2. Ce petit Dwan nerveux, sec, carré, pas fanfaron pour un silver dollar, est bien bien loin, quand même, du lourd, parfois indigeste, train aux 3 sifflements.
      copié-collé sur le Zinnemann ? Allons, allons... Y en a combien, dans les westerns, des histoires de types qui doivent se défendre d'un retour inopiné de leur passé? Combien de duels dans une rue ? Copié-collé des uns sur les autres, oui. Plus plus ces deux-là que tous les autres.
      Dommage pour Dwan, son studio n'avait pas Gary Cooper sous contrat.
      Mais heureusement pour lui, il avait mille fois plus de talent qu'un Zinnemann !

      Supprimer
    3. Certes m'enfin là quand même on est devant une dénonciation du MacCarthysme avec un type sur le point de se marier qui est interrompu par l'arrivée de quatre salops à cheval venus se venger, et qui fait tout pour gagner du temps et des amis mais qui se retrouve tout seul au moment de dresser le bilan. Suis-je en train de résumer le Zinneman ou le Dwan ? Both !

      Supprimer
    4. @ Rémi:
      Hors-sujet : l'autre soir j'écoutais une émission de radio autour du mot "salope", avec extraits de films, chansons etc autour de ce mot et de sa sémiologie. Bref. Un type y disait que personne de nos jours n'écrivait plus "salop" mais "salaud" (qui n'est pas le masculin de salope) Bref, j'aurais aimé lui dire que ça se faisait, si. Sur Il a osé.
      Mais en même temps, je me demande pourquoi. Pourquoi l' écrivez-vous avec cette orthographe ? ça m'intrigue, ce n'est pas courant.

      Supprimer
    5. Tout simplement parce que les deux sont permis et parce que "salop" m'est moins désagréable à l’œil que "salaud". C'est quand même une faute car ils n'ont semble-t-il pas exactement le même sens, or dans cette critique par exemple "salaud" eût été beaucoup plus approprié que "salop". Mais comme j'emploie aussi le mot "salopard", "salop" m'est plus naturel. J'espère t'avoir répondu en long, en large et en travers.

      Supprimer
  2. lichette Frisotte28 février 2013 à 15:33

    Ah non, vous êtes cruels avec Payne.
    D'abord il est très bien peigné.
    Ensuite, je trouve que l'habit de marié lui va bien, surtout en plein gunfight final.
    On ne peut pas lui dénier une certaine et réelle élégance gestuelle.
    Et puis, en le voyant sur quelques autres films (notamment les séries B d'aventures avec la Rhonda-qui-Flamme) il révèle un jeu discrètement mais volontairement et assurément distancié. Pas inintéressant du tout, du coup.
    Ensuite, l'avez-vous vu dans cet autre western d' Allan Dwan face à Ronald Reagan ? Je vous confirme que face à Ronald Reagan, John Payne ressemble soudain étonnamment à Gary Cooper.
    Sans rire , voyez Tennessee's partner. Il y est plutôt bon, le Payne. Sobre et ne se la jouant pas, modeste et crédible. Moi, ça me va.
    Qui demande du resto 5 étoiles tous les jours ? Parfois, un banal poulet à la broche suffit au bonheur des papilles. Moi, du John Wayne à tous les repas, non merci. Une petite alternance Paynienne toute simple, ça soulage et ça détend sans prétention.
    Rien que pour ça, il mérite le respect. Ne mettez pas le Payne à la porte.
    Tiens, vous me verrez 3 Audie Murphy pour la payne. Ou, pire: 3 Ryan Goslin d'affilée!
    Après ça, vous en redemanderez. Le Payne sera votre joie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu les films que tu cites mais Payne dans ce film-là n'a pas vraiment d'arguments pour me séduire, voire au contraire. Politique du pire à l'appui, oui, il est sans doute meilleur que d'autres, mais ça ne fait pas tout.

      Supprimer
    2. Oui. Mais il vaut vraiment mieux que ça. Il est meilleur que l'idée que tu en as, je t'assure. Je trouve qu'il se tire avec une belle élégance et une certaine bonne humeur, d'un tas de petites séries Z assez lourdingues.
      Je dois avouer que j'ai commencé à être sensible au bonhomme au bout d'une demi-douzaine de films seulement. Son charme est très très discret, je te l'accorde. Mais il existe.

      Supprimer
  3. Quatre étranges donneurs de lesson4 mars 2013 à 10:11

    Bon allez, je me joins aux conquis, ce western de Dwan est à mon sens un petit chef-d'oeuvre dont mon amie Filette Mason a parfaitement énuméré les vertus. Bien que j'adore L'Arrière-Train Etoilé de Coop' Flatulera 3 Fois d'Alfred Petomann (pardon...), je dois reconnaître que celui-ci me paraît encore supérieur. Couleurs criardes et costumes de carnaval loués chez Tati, c'est exactement ça, mais je trouve que ça donne justement une sacré patine à cette géniale série B de l'Oncle Allan. Pourquoi Un petit bijou à ranger aux côtés du non moins fabuleux Le Mariage est pour Demain, avec le même John Payninziass, Rhonda 'Déesse' Fleming et rien moins que Nanald Reagan, le seul, le vrai, dans un rôle étonnamment touchant et nuancé.
    Ps. t'as bien raison de le défendre le John Payne, Frisette Lamont. C'était pas un grand acteur non, mais il avait un certain charisme, une certaine prestance, chez Dwan comme chez Karlson et d'autres. Il valait mieux que certaines fausses gloires. Et puis il a quand même joué dans une ribambelle de petites bandes pleines de niaque et de panache, il a de loin pas la pire filmo du monde le mec.
    LdF

    RépondreSupprimer