19 juillet 2014

9 mois ferme

Avec pas moins de six nominations aux César*, 9 mois ferme est le premier film d'Albert Dupontel à être à ce point adoubé par ses pairs. L'homme, que l'on a pu entendre déblatérer toutes sortes d'idioties atterrantes durant la promo, a même été reconnu en tant que réalisateur, puisqu'il a eu droit à une nomination dans cette catégorie, où il concourait aux côtés de Roman Polanski, Abdellatif Kechiche, Alain Guiraudie, Asghar Farhadi et Arnaud Desplechin. Cherchez l'erreur... Rappelons que, question mise en scène, les deux grands mentors d'Albert Dupontel sont très vraisemblablement Jean-Pierre Jeunet et Terry Gilliam : le premier, pour cette hideuse couleur jaunâtre qui inonde son film, le second, pour ces plans obliques dont il abuse. Autant dire que le rejeton de ces deux cinéastes a une sale gueule. 9 mois ferme est très laid, vraiment. C'est une sacrée épreuve pour les yeux. Il y a sans doute de quoi sortir de la salle fou et violent si l'on voit ça au cinéma.




On pourrait regretter cette laideur de chaque instant si, à côté de ça, le film était marrant, mais il ne l'est pratiquement jamais. J'ai ri une fois. Lors de cette scène où un avocat, collègue de Sandrine Kiberlain, fait chuter un gros bibelot de l'étagère située derrière lui, à force de taper sur son bureau par énervement, bibelot qui lui retombe pile poil sur l'arrière du crâne. Bam. Mort sur le coup. Là j'ai ri. Pas un fou rire, loin de là, j'ai simplement pouffé. Mais Albert Dupontel y est-il vraiment pour quelque chose ? Ça ressemble plutôt à un accident de plateau qu'il aurait eu la bonne idée d'immortaliser avec sa caméra et de garder au montage. On m'a déjà suffisamment reproché d'avoir rigolé, un véritable fou rire cette fois-ci, lorsqu'il est arrivé sensiblement la même chose à mon vieux pépé, alors je ne vais pas épiloguer là-dessus...




J'ai aussi aimé la fin du film. Assez soudaine, elle m'a agréable surpris, moi qui n'étais plus tout à fait dedans. J'étais ravi. Reconnaissons au film de Dupontel cette qualité-là : il ne dure que 82 minutes ! C'est une durée tout à fait adéquate pour une comédie, et encore plus quand elle est très mauvaise. Je ne dirai rien de la prestation de Sandrine Kiberlain, qui ne méritait toutefois aucune récompense. Non, la seule personne à blâmer ici est Albert Dupontel, pathétique énergumène tellement sûr de lui qu'il en a oublié de s'inventer un personnage et doit s'imaginer que sa seule présence à l'écran suffit à provoquer l'hilarité, lui qui met en place un suspense tout à fait malvenu avant d'apparaître enfin, comme s'il s'agissait d'une star au charisme fou, alors que c'est bien tout l'inverse ; lui dont l'humour beauf et le style adolescent, quelque part entre la bande-dessinée et le gore idiot, semblent épuisé depuis le départ et condamné à la plus triste répétition. Comment peut-on décemment être fan de ce gars ?!




* Petit rappel indispensable car on a vu beaucoup d'accrochages à ce sujet pendant la période des cérémonies : le mot "César" est invariable, contrairement aux Oscars, où l'on met bien la marque du pluriel, même en français. En anglais, on accorde les noms propres. Pensez à la série d'animation The Simpsons, qui devient en français Les Simpson. Songez aussi aux Beatles que quelques fans français très tatillons nomment encore Les Beatle. 


9 mois ferme d'Albert Dupontel avec Sandrine Kiberlain et Albert Dupontel (2013)

12 commentaires:

  1. Paul Beatles, George Beatles, John Beatles et Ringo Beatles : on doit donc bien dire "Les Beatles" ! (The Beatles' en V.O.)

    RépondreSupprimer
  2. Film jamais drôle et parfaitement hideux, comme tu le dis. Dupontel s'en est encore pris à la Nouvelle Vague, qui selon lui aurait appauvri la richesse visuelle du cinéma français. Si la richesse visuelle, l'inventivité comme ils disent, c'est des caméras penchées sans raison et des filtres vert ou jaune, vive les pauvres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te l'étais envoyé finalement ?

      Supprimer
    2. Un peu mon vieux ! Et jusqu'à la lie.

      Supprimer
    3. Je t'imagine bien comme aç face à Duponflax :
      http://37.media.tumblr.com/75846e1bc8becc7ce21f18daf27de703/tumblr_mxtid8QF0f1s1r0cio1_400.gif

      Supprimer
    4. :D
      Sauf que c'était ma télé Samsung en face et que je m'en bouffe encore les doigts :-((

      Supprimer
  3. Bartholomé de las Casas19 juillet 2014 à 14:32

    Ce film (que je n'ai pas vu) est une stupéfiante fiente!

    RépondreSupprimer
  4. Je pense que j'ai perdu mon trou du cul ! Quand je tâte, avec mes doigts agiles, y a plus rien ! Seulement une raie lisse et parfaite indéflorable ! J'ai demandé à ma copine de vérifier pour moi, de mettre son nez là où les nez ne s'aventurent pas habituellement, elle est devenue blanche, verte et grise, elle s'est levée, m'a serré la main, pris ses affaires, ouvert la porte de l'appart et n'est jamais revenue. Je crois que ça signifie rien de bon...

    RépondreSupprimer
  5. Affreux film ouais, hideux film.

    Je confesse un certain goût, étant adolescent, pour le spectacle de Dupontel (celui avec Rambo) et pour Bernie. J'ai revu tout ça il y a peu et en fait non, c'est pas bien. Je peux affirmer avec vous que ce type est un tocard désormais.

    RépondreSupprimer
  6. The way the way you make me feel
    "The way you make me feel"
    I want I want to wake me up
    "I want to wake me up"
    Into into the want to be
    "Into the want to be"

    RépondreSupprimer
  7. Toute la nuit dernière j'ai eu des gros soucis personnels, un chien de type Jack-Russel a aboyé sous ma fenêtre, une pie est venue frapper ladite fenêtre avec son bec et le perroquet du voisin (Rodrigo Tortilla c'est son nom) n'a pas arrêté de hurler "Jésus te regarde! Jésus te regarde!". Tout en fourrant ma tronche sous mon coussin, j'étais persuadé que je pouvais faire taire et fuir ces trois emmerdeurs en un seul mouvement. C'est que je suis une grosse feignasse, c'est aussi pour ça que je les ai laissé m'emmerder une demi-heure avant de me décider. J'ai donc pris mon dico français-allemand que j'ai toujours sur ma table de chevet et je l'ai balancé à travers la vitre. Ça a dégommé la pie du premier coup, raide morte et en retombant il a atteint le flanc du chien en biseau. Le couinement de ce clébard restera gravé à jamais... Ce couinement a effrayé le perroquet qui s'est mis à couiner de la même façon à tue-tête, et ça a pas plu à son maitre il m'a semblé d'après ce que j'ai cru entendre peu après. J'ai entendu un "Mais bordel tu vas la fermer saleté de piaf de merde!". J'ai entendu une détonation sans équivoque puis plus rien. Je crois qu'il faut que j'évite de faire chier mon voisin parce que d'après le bruit il a une Winchester Model 70 à verrou. Le genre de truc qui te fait un trou d'1,5 mètres à la sortie. Je parle en connaissance de cause, y a un trou de cette taille dans la cloison mitoyenne, avec des plumes partout. C'est dégueulasse mais tout ça, ça m'a coûté qu'une vitre et un dico. Je sors gagnant. Même si je vais prendre 9 mois ferme pour aç...

    RépondreSupprimer