12 novembre 2012

Twilight - Chapitre 1 : Fascination

Quand nous est venue à l'esprit l'idée de s'attaquer à un Twilight Zone, on a hésité entre les épisodes "Hésitation", "Fascination", "Pénétration", "Temptation", "Damnation", "Rétractation", "Ablation" et "Avion". N'en ayant vu aucun, on a finalement choisi le premier de la série, celui dont l'affiche présente les acteurs à la sortie de leur dixième anniversaire. L'un des couples les plus en vue d'Hollywood devait se former devant le regard attendri d'un public moderne et averti ne s'étonnant plus qu'on puisse baiser comme des bêtes en étant encore enfant et quitte à présenter une demi-molle à une zézette timorée, une dame-pipi ne servant encore qu'à faire précisément pipi. Robert Pattinson et Kristen Stewart, choisis après un casting à la sauvage dans les écoles américaines, seraient donc les ganaches de demain.

Le premier, Bob Pattinson, aperçu en cours d'EPS par Catherine Hardwicke, la réalisatrice du film, grâce à un saut de cabri sur un cheval d'arçon, saut gigantesque fini étalé sur le mur, présentait dès le départ une tronche bien spéciale qui lui permet aujourd'hui de remplir la limousine de Cronenberg dans Cosmopolis comme de côtoyer les plus grands éléphants dans De l'eau pour les éléphants. Quand il a passé le BSR, Pattinson a commis la lourde erreur de se présenter sans casque à l'examen, faute éliminatoire d'office d'habitude (un deux roues = un casque et deux phares éclairés la nuit ; ce sont les seules règles du BSR, une fois qu'on les respecte on peut faire le malade sur l'autoroute sans problème), mais l'examinateur l'a laissé conduire en lui indiquant ses sourcils et en lui disant : "Quant t'as des protections pareilles au-dessus du casque, pas la peine d'en porter !" La seconde, Kristen Stewart, réputée dans tout son bahut pour être la fille au visage le plus droit et à la peau la moins problématique de l'assemblée, et donc le fantasme number one de tous ses petits camarades, mecs ou femmes, s'est également faite repérer en cours de sport, où elle était la seule ravie de porter sa tenue idoine, ce petit shorty lui rentrant dans le derrière et surplombant des jambes rendues uniques par la peau la plus pure qu'on puisse imaginer, une peau de bébé mais même d'avant la naissance, une peau de fœtus, translucide, dégageant une odeur très forte mais de rosée du matin, terriblement agréable pour les hommes et tous les animaux planqués à proximité du lycée (on parle de vraies bestioles, pas de gros malades, et notamment ces vieux chiens qui rôdent toujours autour des aires de lancer de javelots, friands de rapporter un bâton mais à deux encablures de le recevoir entre les deux yeux, qu'on s'amuse à viser en poussant de petits cris aigus au moment de lâcher le projectile, espérant toucher notre cible et le regrettant pourtant aussitôt).




C'est en tournant dans Twilight Chapitre 1, le digne descendant de Buffy contre les Wampas et de son spin off Angel, que ces deux fanfarons sont inévitablement tombés amoureux et se sont promis de s'aimer pour toujours jusqu'à ce qu'une autre queue pointe le bout de son nez. En l'occurrence celle de Rupert Sanders, dit "le profiteur", réalisateur de Blanche-neige et le chasse-neige, dans lequel Kristen Stewart jouait Blanche Neige. Rupert Sanders n'hésita pas à faire passer Robert Pattinson pour un guignol en innovant sur quelques positions du kama-sutra, dont certaines ont fait le tour du monde après avoir été exécutées devant un parterre de pizzaïolos (c'était une partie du "deal" soumis à une Kristen Stewart ravie et prête à reprocher à son ex de ne jamais lui avoir proposé un tel trip). L'actrice aurait même envoyé un mail à son ancien compagnon pour lui dire que dans sa nouvelle relation avec Rupert elle avait davantage sucé de sang qu'en 25 chapitres de Twilight à ses côtés, et qu'elle avait été ravie d'apprendre que ces "choses"-là pouvaient non seulement se décalotter mais aussi doubler de volume en prenant une teinte rouge écarlate (sans omettre en PS de préciser : "Check your booty").




Catherine Hardwicke, la réalisatrice, a su remettre le vampire au goût du jour en adaptant la saga familiale de J.K. Rowlings, revue et corrigée à la sauce samouraï. L'histoire est d'une originalité frappadingue : Isabelle Swan, 12 ans, déménage dans le Comté de Grimbo en Alabama. Dans son nouveau lycée, elle craque pour le leader de la bande des gothiques, Edward Cullen, l'enculé de service aux yeux de tout le reste de sa promotion. DST de maths, devoir sur table de mathématiques, qui devient vite devoir sous table quand Ed Cullen doit former un binôme avec la petite Swan. Se rendant compte que son nouveau boyfriend rate tous les cours ayant lieu en journée et qu'il a déjà pris feu au niveau de ses sandales en traçant du lycée à 8h du mat' sur son vélo B-twin, Isabella Swan commence à pifer le truc, notamment quand elle découvre que son chéri n'a pas de reflet dans les miroirs tendus sous son nez, qu'il fuit l'aïoli comme la peste (même s'il n'est jamais là à l'heure du Self, mais c'est une déduction logique de la petite Isabella), qu'il a défenestré une vieille prof de français arborant un crucifix en pendentif, qu'il n'a pas pu s'empêcher en cours d'SVT de croquer une grenouille vivante et qu'il a une couleur de peau faisant passer Marylin Manson pour un Black Panther. L'héroïne commence à se dire qu'il y a anguille sous roche et que le bel Edward est une goule. Du fait de sa scolarité chaotique, le CPE du lycée décide de placer Eddy en tutorat, une aide aux devoirs réservée aux plus gros cancres du bahut qui consiste à leur adjoindre le plus balèze de la classe (technique qui s'avère désastreuse puisque les deux finissent au ras des pâquerettes, au sens propre comme au figuré, remember notre petit topo sur ce phénomène à l'occasion de la critique de Poltergeist). Le binôme du DST maudit et plein de MST qui s'en tira avec un beau 3 sur 20 se reforme ainsi au grand bonheur de Swan qui aura l'occasion de découvrir l'antre d'Edward Culoden en lui proposant des cours du soir. Lors d'un rapport non-protégé, Swan devient Nosferatu et découvre le petit monde de la nuit de Narnia.


Twilight - Chapitre 1 : Fascination de Catherine Hardwicke avec Robert Pattinson et Kristen Stewart (2009)

23 commentaires:

  1. On n'a jamais rendu meilleur hommage à ces films de merde. Il les aura fallu pour que je me marrâs tant.

    RépondreSupprimer
  2. La première phrase m'a achevé. XD

    RépondreSupprimer
  3. Le film n'est pas si mal. S'ils avaient poussé le concept de la chiantitude jusqu'au bout et supprimé toute velléité d'effets spéciaux ridicules, on tenait un concept de film d'ado assez original. Il y a même quelques bonnes scènes la dedans, au milieu d'un océan de mauvaises...

    Je suis en train de regarder le 2, rien vu d'original pour l'instant. En tout cas ils ne baisent toujours pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu une partie du 2 aussi l'autre soir à la télévision. C'est d'un nul...

      Supprimer
    2. Oui mais il y a quand même une ambiance assez spéciale, un mal-être général. Je ne vais pas tenter de défendre ce film, simplement il est de bon ton de se gausser de cette saga, alors qu'honnêtement, si je devais choisir entre être ado fan de Twilight ou adulte fan du FC Nantes, je préfererais de loin la première solution :-)

      Envoyé depuis mon skyblog.

      Supprimer
    3. Ou fan du PSG sans Zlatan, ça marche aussi !

      Supprimer
  4. j'écris depuis mon iPad! je suis en profond désaccord avec tefal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dénonce, avec fermeté, la paternité du commentaire ci-dessus. Il se trouve que j'ai effectué le prêt d'une tablette de marque mondialement connue et acquise récemment à mon petit frère. Celui-ci usurpe, depuis lors, mon identité.

      Supprimer
    2. Je m'en sers très peu, Cibou est toujours posé dessus. Il te salue !

      http://i41.servimg.com/u/f41/14/91/42/17/cib10.jpg

      Supprimer
    3. Cette photo vient de décupler mon mal de tête. Merci !

      Supprimer
    4. Photo extraite d'un croc sauveur entre 'La Féline' et 'Sisters'...

      Supprimer
  5. J'attends le prince charmant...17 novembre 2012 à 20:37

    Merci pour cette photo de Pattinson, vous me faites ma soirée !!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis en train de le regarder d'un œil à la télé du coup je me suis relu votre papelard et vous m'avez retué avec l'histoire du comté de Grimbo en Alabama. :D

    Sinon c'est vraiment pas bien (disons que certains cadrages, le montage, les effets spéciaux, la musique... Tout ça est de très mauvais goût), mais je rejoins un peu Tepepa sur ce coup : il y a un petit truc, chais pas, une pointe de sensualité et de noirceur, qui rend ça moins nul que tout ce qu'Hollywood produit d'autre pour les enfants/ados (à ma connaissance).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai regardé le 3. C'est toujours pas Pénétration vu que Édouard a peur de la défoncer en baisant. Je n'invente pas, j'espère qu'ils ont exploité ça dans la version porno du film. Bon, tout ça pour dire que la pointe de noirceur et de sensualité à totalement disparu de ce troisième épisode, vraiment chiant.

      Supprimer
    2. On attend ton top/flop annuel, Tepepa ! :D

      Supprimer
  7. Ha, faut que ce soit forcément des films de 2013?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (et si tu n'en as pas 10, pas grave, on prend quand même !)

      Supprimer
  8. Buffy, nowadays, devenue une wampas :
    http://www.becauseiamfabulous.com/wp-content/uploads/sarah-michelle-gellar-2014-.jpg
    http://static1.purepeople.com/articles/4/13/45/74/@/1350945-sarah-michelle-gellar-poses-in-the-950x0-1.jpg
    http://cdn03.cdn.justjared.com/wp-content/uploads/2014/01/smg-pca/sarah-michelle-gellar-amanda-setton-peoples-choice-awards-2014-08.jpg

    RépondreSupprimer