2 juin 2012

Mille mots

Après Menteur-menteur et The Invention of lying, découvrez la nouvelle comédie ricaine avec le même gros message à la clé, un message indispensable sur les dangers du mensonge et les bienfaits de la vérité. Merci Hollywood de veiller à l'éducation de nos enfants. Eddie Murphy campe un agent littéraire (vous avez bien lu) qui ne cesse de mentir pour obtenir ce qui lui chante, mais il ment une fois de trop et au mauvais type. Il ment à un Chinoir qui lui jette un sort : il ne doit plus parler sous peine d'y laisser sa peau, et ce afin d'apprendre que les mots ont un poids. J'ai envie de demander aux producteurs américains qui ont financé ce projet de se retenir de produire la moindre merde de ce genre pendant au moins dix ans afin de comprendre que chaque film a un poids et qu'il est bon parfois de fermer sa gueule à tout jamais.



Je n'ai pas vu le film (qui va aller le voir ? Sérieusement ? A part Eddie Murphy peut-être). J'ai juste vu la bande-annonce, ce qui en 2012 revient à voir un film dans son intégralité (à part si l'auteur du film s'appelle Resnais). Dans la bande-annonce on voit qu'Eddie Murphy promet donc à un type de publier son bouquin sur les huiles essentielles alors qu'il ne le fera pas (tu m'étonnes). Un arbre de taille adulte sort aussitôt du sol du jardin dans un effet spécial fort beau et le Chinoir en costar brillant informe Eddie Murphy que le bananier perdra une feuille à chaque mot prononcé. Quand il n'y aura plus de feuilles l'arbre mourra et le héros avec. En attendant il reste 1000 mots au personnage, et on apprécie que retentisse sur toute la bande annonce la voix de Noa et sa sublime chanson Babel, celle qui rend fou notre ami Poulpard aka Brain Damage : "Pardon me for babeling, comme des milliers de mots, pardon me for babeling, qui t'envoient des signaux, cent mille mots, blottis au fond de mon cœur, tout là-haut dans les étoiles..." etc. Le héros black du film, au lieu d'apprendre à dire la vérité et à parler vrai, est un type à ce point irrécupérable qu'il est forcé de la boucler. Son éducation ne passe pas par un apprentissage du langage mais par une condamnation au silence, ou quand les producteurs de comédie veulent donner des leçons de morale alors qu'ils ont le ciboulot en berne. J'aimerais moi aussi être d'origine malgache, porter un costume satiné et dire aux producteurs de cette connerie : "Voila, il reste trois ou quatre feuilles à votre arbre à daubes, vous venez d'en flinguer une belle avec ce film, il vous en reste une paire à sortir, parce que je suis sympa, mais après on arrête les frais." Vous vous dîtes que je me répète et que ce paragraphe reformule le premier, vous n'avez pas tort, je viens peut-être de griller deux feuilles à mon arbre aux palabres (et j'en suis ravi) pour dire deux fois la même chose à ceux qui ont fait ce film : vos gueules.


Mille mots de Brian Robbins avec Eddie Murphy (2012)

26 commentaires:

  1. Ca me donne envie de le voir et de la boucler à tout jamais :X

    RépondreSupprimer
  2. Chinoir, malgache, ici au moins les gens parlent vrai !

    (faites gaffe tout de même, moi ils m'ont pincé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le gars est vraiment malgache !

      Supprimer
  3. Mais il était pas mooooooooooooooooort Eddie Mourfi ?

    RépondreSupprimer
  4. Spectateur Lambada2 juin 2012 à 10:56

    Au lieu de nous clamser sur place avec des navets pareil, allez voir Prometheus, c'est le meilleur film de l'univers (jusqu'à la sortie de Dark Night Rises) !

    J'aimerais beaucoup avoir votre avis sur cette fantastique daube dorée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ira bientôt souffrir ces deux gros trucs nazes au ciné, tkt !

      Supprimer
  5. Pyros, l'Athénien2 juin 2012 à 10:57

    Daube dorée, ça me rappelle mon pays, ça !

    RépondreSupprimer
  6. C'est marrant, d'habitude je reconnais vos styles au premier coup de mirette, mais là j'étais convaincu tout du long que l'article était de Féfé ! Faut dire que les grosses merdes comme ça, en général c'est plutôt lui qui se les enfile. SAUF QUE tu ne l'as pas vu, ça aurait du me mettre la puce à l'oreille.

    RépondreSupprimer
  7. Est-ce qu'Eddy Murphy peut écrire ? N'est-il scruté et puni que pour les mots prononcés à haute voix ?
    Ce film m'a tout l'air d'une réponse du berger à la bergère du film "Dead Man Talking"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la bande-annonce on ne le voit pas écrire en tout cas. Comme il est noir les producteurs de ce film si finaud ont peut-être cru qu'il ne savait pas... On le voit juste faire des grimaces : mettre sa bouche en cul et faire non de la tête quand une meuf essaie de piger ce qu'il veut lui dire ; ça a l'air tor-dant.

      Supprimer
    2. J'ai vu ce film au cinéma, intentionnellement, en payant le prix fort, et ce de manière entièrement préméditée pour être ainsi sur de rentrer dans l'histoire du nanar.

      Concernant votre question Eddie ne peut pas écrire car cette malédiction, ce "test" de la vie si je puis dire, touche également l'écriture, et pour chaque mots posés sur un papier une feuille tombe également de l'arbre, le rapprochant ainsi d'une mort certaine.
      En revanche il peut dessiner, ce qui donnera lieu à une séquence de "pendu" mémorable.

      Cordialement,

      Eric.

      Supprimer
    3. Merci Eric le patron ! Voilà qui ravive mon intérêt pour cette daube :-D

      Supprimer
  8. Je reste fasciné par cette coupe de cheveux qu'ont pas mal de noirs américains contemporains, Jamie Foxx en tête, et donc Eddie Murphy désormais : ce casque rasé de près aux contours taillés à la serpe sur le front et les tempes pour obtenir des formes géométriques terribles.

    RépondreSupprimer
  9. Il y a beaucoup de gens qui feraient bien de s'en imprégner de cette idée. (Non, je n'ai pas dit homme politique ! Bon, d'accord)

    Soit-dit en passant et sans transition, je viens de créer un blog où je compte parler de tout et de rien mais surtout de ciné. http://gondebaud.blogspot.fr/ Je pense que ça peut (du moins, je l'espère) intéresser des gens ici.

    RépondreSupprimer
  10. Poulpard, a.k.a. Brain Damage2 juin 2012 à 19:42

    I believe from de babeulé
    Comme des milliè de mots...

    I believe to from de babeulè
    Tout vient à fleur de peau

    I believe to to de babeulè
    J'ai été voir le véto

    I believe to de babeulé
    Pour soigner un nagneau

    I believe to de babeulé
    J'ai payé en euros

    I believe to de babeulé
    Pourtant j'étais à Chicago

    I believe to de babeulé
    Avec mes potes les indiens Navajo

    I believe to de babeulé
    Ici s'arrête mon tempo

    I believe to de BABEULé
    Je vous fais des Philippe Poutous !

    RépondreSupprimer
  11. Je l'ai vu! et entendu (encore pire). Mon excuse : obligée pour cause de stage. Ma critique (incisive et désinvolte) dans les Fiches du cinéma de ce mois ci.
    ps : sans trop spoiler je peux vous dire que cette promesse de faire taire Eddy Murphy n'est malheureusement pas tenue dans ce film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eddy Murphy a pu me faire marrer quelques fois par le passé, mais faut pas qu'il joue dans de tels trucs. C'est fort de ta part de l'avoir maté au ciné !

      Supprimer
    2. Ça sent bon la projo presse faisandée !

      Supprimer
  12. Superbe annonce twitter! ^^

    RépondreSupprimer
  13. Aujourd'hui j'ai écrit mille mots dans mon mémorandum. J'arrête pas de cliquer sur la touche "statistiques" pour voir si ça avance. Dès que je torche une phrase de merde je m'arrête, je souffle, je bois un coca, je fais quinze pompes, je joue du piano, puis je clique pour voir combien de mots ça me fait en plus. Aujourd'hui j'en ai chié des barres, je viens de passer la barre des mille. Autrement dit, j'suis un homme mort, sans compter ce comzzZ....

    RépondreSupprimer