26 juin 2012

Alice n'est plus ici

Quatrième long métrage de Martin Scorsese, réalisé en 1974, entre Mean Streets et Taxi Driver, Alice n'est plus ici est clairement mon petit chouchou dans la filmographie du plus fameux des cinéastes binoclards amateurs de blues. Ellen Burstyn y campe avec beaucoup d'énergie et de charme un personnage terriblement attachant. L'actrice, très justement récompensée d'un Oscar pour sa prestation, m'a foutu sur le cul plus d'une fois, par son jeu d'un naturel et d'une spontanéité tout simplement bluffant, qui saute tout particulièrement aux yeux dans ses interactions avec son petit garçon (joué par un acteur très doué, dont on s'étonnera qu'il n'ait pas réalisé une belle carrière par la suite). Il faut voir cette scène où, durant un long trajet en bagnole, son gosse ne fait que lui répéter une blague débile comme on peut en inventer à cet âge-là, en étant bien seul à les trouver amusantes, il faut voir la réaction géniale de l'actrice, qui parvient très exactement à reproduire la façon dont les mamans peuvent parfois se comporter dans une telle situation, délicatement blasée et d'une douce sévérité. Et quand Ellen Burstyn pousse la chansonnette, elle est formidable également. Je suis quasiment tombé amoureux de son personnage, incroyablement vivant. J'ai suivi avec un plaisir très rare toutes ses mésaventures, de petits boulots en petits boulots, dans des petites villes typiquement ricaines qu'elle traverse donc avec son fils après la mort accidentelle de son mari, dans cette sorte de road movie féministe superbement filmé par Martin Scorsese, mené à un rythme très soutenu, et qui pourrait même ne jamais se terminer (une série tv a d'ailleurs été tirée du film). A signaler aussi, la prestation géniale de la très jeune Jodie Foster, dans un rôle de petite fille insolente qui lui va comme un gant.



En bref, Alice n'est plus ici est vraiment un très beau film, qui sent très bon les 70's, et que je pourrai revoir très vite sans m'en lasser. Je conseille chaudement à ceux qui ne l'auraient pas encore vu de profiter de sa reprise au cinéma en ce début d'été. Sa découverte fut pour moi un pur bonheur. Je vous préviens également que l'affiche du film utilisée ci-dessus, certes plutôt jolie, donne toutefois une assez mauvaise idée de ce qu'est le film, qui n'est pas vraiment focalisé sur une romance entre Kris Kristofferson et Ellen Burstyn, loin de là. D'ailleurs Kris Kristofferson doit seulement apparaître après l'heure de film ; avant cela, Alice rencontre un jeune loup incarné par Harvey Keitel, brillant aussi.


Alice ne vit plus ici de Martin Scorsese avedc Ellen Burstyn, Kris Kristofferson, Harvey Keitel, Alfred Lutter et Jodie Foster (1974)

14 commentaires:

  1. Un des deux ou trois Scorsese que j'ai pas vus, et tu files très envie.:)

    RépondreSupprimer
  2. Tu fais bien de bien en parler, c'est typiquement le genre de film qu'il faut que je pense à mater; il a tout pour me plaire et que tu confirmes cet apriori :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il vous plairait beaucoup !

      Supprimer
    2. Pareil que nònón, il traîne dans mes armoires depuis un bon bout de temps, et il est temps de le mater !

      Supprimer
  3. Fan du Poulpe. Call me Brain and Legs damage.26 juin 2012 à 12:57

    Ouh ouh!
    ouh ouh!
    And I say no no!
    Nonononono
    I say no no!
    You're not the one for me!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me soutenir, de me supporter, de faire preuve d'adoration à mon égard. Mais je te répondrais comme Samir Nasri à un journaliste de l'AFP. Maintenant j'attends la sanction de la FFF, sereinement.

      Supprimer
  4. Vu et adoré :-)
    Je me suis bien marré, et j'ai pris mon pied.
    Il m'a souvent fait penser à "Imitation of life" pour son héroine.

    RépondreSupprimer
  5. Ah non je dis non non et non ! Film très moyen pour ne pas dire mauvais de l'ami Scorsese. En plus Burstyn vole l'oscar à Rowlands et sa fantastique performance dans Une femme sous influence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Agree to disagree :)
      Que reprochez-vous au film ?
      Quant à l'Oscar, pour ce que ça signifie...

      Supprimer
  6. Le film n'est pas mauvais mais très moyen. Franchement c'est assez décevant. Le personnage de Keitel est intéressant celui de Kris Kristofferson plus que ridicule. Le côté baba cool post easy rider aussi. L'actrice principale ne fait rien d'extraordinaire sur ce film. Bref j'aime bien Scorsese mais là non. Il semblerait que son prochain film soit un condensé de sexe et de drogue sur 3h ( pas vu mais je vois le truc venir comme Django). J'espère que vous ne vous ferez pas avoir par la propagande. Casino , La valse des pantins , le temps de l'innocence ça c'est du cinéma.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 'Casino', 'Le Temps de l'innocence' : pas du tout le cinéma que j'aime, en ce qui me concerne. Mais c'est vrai que, dans mon souvenir lointain, il y avait quelque chose de volontariste dans 'Alice n'est plus ici' : comme si Scorsese avait voulu faire un film « très seventies », road movie + femme d'âge mûr plus ou moins paumée à la Barbara Loden dans 'Wanda', Gena Rowlands dans 'Minnie et Moskowitz' (je ne cite pas 'Une femme sous influence', sorti un an après 'Alice n'est plus ici'), Shirley Knight dans 'Les Gens de la pluie' ou encore Joanne Woodward dans 'De l'influence des rayons gamma...', sans qu'il y apporte une véritable contribution personnelle. Le texte de Félix me donne quand même envie d'aller y refaire un tour !

      Supprimer
    2. Je comprends tes réserves, Hamsterjovial, oui, le film est bien de son époque, ça c'est sûr, mais il n'est pas seulement ça, à mes yeux. :)

      Supprimer
    3. Je n'en doute pas un instant. Et de mon côté, n'étant pas pour gâcher le plaisir des autres à partir du moment où celui-ci ne m'apparaît pas suspect ou révoltant (comme lorsqu'il y va de phénomènes de mode outranciers, d'arbres médiocres qui cachent des forêts pourtant bien plus méritoires ou encore de complaisances de toutes sortes), je m'en voudrais de le faire pour le tien ! :)

      (Peut-être ma déception tint-elle aussi au fait que j'aimais beaucoup le titre avant de voir le film, et que ce dernier ne fut pas à la hauteur de cette promesse, à mes yeux...)

      Supprimer