10 décembre 2013

Jack Reacher

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas ressenti ce plaisir-là devant un film d'action américain de ce genre. Ce plaisir bien connu, qui m'était devenu familier grâce à quelques films des années 80 et 90, mais que j'éprouve bien trop rarement depuis, facile, une décennie. Ce plaisir, pourtant tout simple, que l'on peut typiquement éprouver devant un divertissement hollywoodien sympa, car ne se prenant pas véritablement au sérieux, qui assume son second degré, qui est véritablement teinté d'humour et dont on ne rit donc pas à ses dépens. Et je ne parlerai pas de "plaisir coupable", comme il est apparemment de coutume de le faire quand on défend ce film, tant les personnes derrière tout ça semblent avoir pleinement conscience de l'aimable spectacle qu'elles nous proposent humblement. A commencer par Tom Cruise, le grand instigateur du projet, qui a refilé le scénario, adapté d'une série de best sellers du roman policier, à son diligent ami Christopher McQuarrie.




La star incarne de nouveau un rôle de surhomme insaisissable et précognitif, aux répliques foudroyantes et aux poings fulgurants, ou l'inverse, un héros invincible et assuré de sa supériorité, irrésistible aux hommes comme aux femmes. Mais cette fois-ci, Tom Cruise le joue avec un sens de l'autodérision jubilatoire ! Il faut le voir proposer calmement à ses assaillants de décamper fissa avant qu'il ne leur brise tous les os, il faut l'entendre promettre à un vendeur de supérette récalcitrant de lui faire visiter l'intérieur d'une ambulance s'il n'accepte pas sa requête, il faut l'admirer tordre avec peu d'effort les doigts d'un ennemi insouciant et lui demander poliment s'il peut emprunter sa voiture en lui faisant pendre les clés au nez (et celui-ci de répondre "oui oui, prends-la autant de temps que tu veuuuuuuuuuuuuux, considèèèèèèèèèère qu'elle est à toiiiiiiiiiiii, les papiers sont dans la boîte à gaaaaaaaaaaaaaants")... C'est un véritable festival !




Son personnage, un ancien officier de police militaire à la réputation légendaire, un véritable mythe au passé trouble, dont on ne sait pratiquement plus rien car disparu dans la nature suite à son retour au pays après quelques faits glorieux commis lors des différentes guerres qu'il a marquées de son empreinte, Jack Reacher, donc, est ici appelé à enquêter sur un quintuple assassinat perpétré par un sniper. Un coupable que toutes les preuves accablent a rapidement été arrêté par les flics. Il semble évident que le tireur a choisi ses victimes au hasard, emporté dans son délire criminel et sa folie furieuse. Mais les preuves sont trop énormes et ces cinq meurtres cachent quelque chose. Il y a anguille sous roche, et ça, Jack Reacher en est immédiatement persuadé ! Il va donc aider une élégante avocate campée par Rosamund Pike, une blonde aux seins tous azimuts, à rétablir la justice. Sa justice.




Une scène particulièrement risible veut nous faire réaliser l'effet encore dévastateur de Tom Cruise sur la gent féminine. L'acteur est dans sa chambre d'hôtel, torse nu, les poumons remplis d'air, le dos bien droit, le ventre rentré. L'avocate est face à lui, considérablement troublée à la vue de ses saillants pectoraux et de son buste constellé de cicatrices impressionnantes. Ayant par conséquent du mal à discuter avec lui normalement, à trouver les mots justes dans toute cette émotion, elle le supplie d'enfiler sa chemise. Reacher refuse, prétextant qu'il n'en a aucune de propre. Puis avance vers elle, la domine totalement, et l'avocate, incrédule, bouche bée, n'en croyant pas ses yeux, s'offre totalement à lui, comme une évidence, avant de découvrir qu'il voulait simplement lui transmettre un objet quelconque. La scène se termine par Rosamund Pike sortant de la chambre toute émue, chancelante, puis s'arrêtant un instant sur le perron pour retrouver ses esprits, en s'éventant pratiquement le visage avec les mains. On se croirait presque devant les aventures de Ron Burgundy ! Tom Cruise s'amuse, et nous avec lui.




Tom Cruise n'est pas le seul à se faire plaisir. Dans le rôle de Zec, le génie du mal, nous avons l'agréable surprise de retrouver le grand Werner Herzog, à la tronche plus patibulaire que jamais. Ce dernier prend vraisemblablement un pied incroyable à débiter avec une application malsaine et son délicieux accent teuton des dialogues incroyables de cruauté. Un autre moment fort correspond à cette scène terrible où le cinéaste allemand explique à sa victime, en sortant une main salement amochée de sa poche, qu'il a survécu au Goulag en bouffant ses propres doigts. Le pauvre type en face est ensuite sommé d'en faire autant pour prouver qu'il tient réellement à la vie. En vain. Nous avons également le plaisir de retrouver Monsieur Robert Duvall, dans le rôle d'un vendeur d'armes dévoué. Il participera pleinement à la fusillade finale, en faisant preuve d'une précision très aléatoire... Et puis il y a Richard Jenkins, dans le rôle du district attorney. Toujours un plaisir de croiser Dick Jenkins dans un film. C'est un ami.




On se fiche un peu des détails de l'histoire et de la sombre affaire que s'échinent à résoudre Reacher et l'avocate. Tout ce qui compte, ce sont les coups d'éclats de l'acteur vedette, qu'on avait rarement vu aussi décontracté. On compte au moins trois grandes scènes, où il nous laisse goûter un talent comique que l'on aimerait mieux connaître : celle dite du bar, où Cruise finit par affronter cinq types dans la rue après leur avoir balancé une série de répliques cinglantes en sirotant stoïquement sa bière ; celle de la supérette, évoquée précédemment, où tout se joue dans les regards et l'attitude de l'acteur, sa façon de poser tranquillement des menaces mortelles et démesurées ; et celle où deux malabars ont la sale idée de s'en prendre à lui à l'aide de battes de baseball (Cruise finit par littéralement prendre l'un pour taper sur l'autre !). L'ultime scène nous montre Jack Reacher dans un bus le menant on ne sait où, prêt à s'évaporer de nouveau dans la nature après avoir rétabli son expéditive justice. A l'arrière du véhicule, on entend un homme maltraiter sa femme. Agacé, Tom Cruise se lève soudainement. Écran noir. Générique. Nous le quittons, alors qu'il est sur le point d'à nouveau exploser à sa façon ! Ce final m'a laissé tout frustré. Je réclame une suite des aventures de Jack Reacher !


Jack Reacher de Christopher McQuarrie avec Tom Cruise, Rosamund Pike, Richard Jenkins et Werner Herzog (2012)

12 commentaires:

  1. Excellente surprise en effet que ce film! Ça met en rage de devoir admettre ça vu le mépris que j'ai pour Tom Cruise... Par contre un petit bémol, ce film ne réussit pas sa fin et nous offre un scène de baston à mains nues interminable alors qu'une petite rafale de kalach' sur le méchant-second-couteau nous aurait épargné 5 minutes de baston sans intérêt.
    Rosamund Pike est malheureusement une actrice sous exploitée alors que ses formes généreuses sont un atout indéniable pour une caméra et les spectateurs mâles ainsi que les spectatrices homo :)

    RépondreSupprimer
  2. La dernière photo, on dirait un bout de pellicule 35 mm, avec les perforations à la marge, alors que le film a sûrement été tourné en Hache-Dés ! Autre remarque, qui ne vise en rien à gâcher le plaisir exprimé par Rémi : l'affiche est d'une banalité et d'une laideur à pleurer. On en a l'habitude, et heureusement qu'on ne juge pas un film d'après cela, mais c'est quand même incroyable que la batterie de graphistes, communicants et autres designers qui ont été grassement payés pour pondre cette immondice continue de croire que le fait d'exhiber un flingue sur une affiche puisse encore avoir le moindre pouvoir d'attraction... Du coup, cette affiche n'exprime en rien la sympathique décontraction dont parle Rémi. Si les concepteurs d'affiche s'imposaient un moratoire à long terme sur l'usage d'armes à feu (et cela même pour les films dits « d'action »), cela les inciterait peut-être à faire preuve de plus d'invention, et de séduction !

    RépondreSupprimer
  3. Oups oups oups pardon, c'est un texte non de Rémi, mais de Félix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'allais dire : attention à ne pas nous confondre sur ce coup-là, car mon acolyte n'a pas vraiment apprécié ce film comme moi. :)
      Et pour l' affiche, vous avez totalement raison hélas. Pour trouver de belles affiches, maintenant, il faut fouiller le web à la recherche de posters alternatifs créés par des fans. Mais bon, il y a de belles exceptions (L'Inconnu du Lac, La Vénus à la fourrure, par exemple... c'est peut-être plus difficile de trouver des exemples du côté d'Hollywood).

      Supprimer
    2. En fait, les belles affiches de films, je crois que cela a toujours été de l'ordre de l'exception exceptionnelle. Mais à l'époque où le tout venant cinématographique faisait l'objet d'affiches vite faites mal faites, on pouvait comprendre... Quand on sait que depuis un quart de siècle, des staffs s'arrachent spécialement les cheveux là-dessus, on est en droit de trouver le résultat encore plus accablant de médiocrité et de bêtise crasse ! Mine de rien, cela ne fait qu'ajouter à la laideur du monde (comme le design des voitures et les vêtements de plus en plus uniformément noir-gris-marron, soit dit en passant).

      Supprimer
    3. Tu as entièrement raison !
      Je comprends pas, non plus, qu'on puisse vendre des dvds ou blu-ray aux jaquettes ignobles, surtout quand le film permet de belles choses...

      Supprimer
    4. Aaaaah, les jaquettes ! Arrête, cela fait mal aux yeux rien que d'y penser. Le même cauchemar visuel que les affiches, mais démultiplié sous forme de dizaines de vignettes affreuses et interchangeables, sur les présentoirs de la Fnac...

      Supprimer
  4. T'es littéralement in love with Crouzé ! Tu files envie de le voir et à la fois j'ai la flemme, tu files envie de venir chez toi pour que tu me passes les meilleures scènes, en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'attends les doigts de pied en éventail, mon gros, avec des pâtes au beurre prêtes à cuire, du sirop à la menthe dans mon placard et quelques paquets de dinausaurus pour couronner le tout.

      Supprimer
    2. J'ai la dalle !

      Supprimer
  5. Ilaosé qui dit du bien d'un film avec Tom Cruise ? Je suis déçu...

    Ça sent le chèque... :-)

    "Il faut le voir proposer calmement à ses assaillants de décamper fissa avant qu'il ne leur brise tous les os, il faut l'entendre promettre à un vendeur de supérette récalcitrant de lui faire visiter l'intérieur d'une ambulance s'il n'accepte pas sa requête, il faut l'admirer tordre avec peu d'effort les doigts d'un ennemi insouciant et lui demander poliment s'il peut emprunter sa voiture en lui faisant pendre les clés au nez"

    ...Mais ça me donne quand même envie de le voir.

    RépondreSupprimer