7 août 2014

Le Masque de la mort rouge

Roger Corman, en adaptant The Masque of the red death d'Edgar Allan Poe, a su que tout résiderait dans un certain mot du titre, l'adjectif de la mort, la rougeur de cette peste qui saigne le peuple et dont rit insolemment le terrible prince Prospero, seigneur esclavagiste perché dans son château orgiaque, signataire d'un pacte avec le diable. Le film de Corman mise tout sur la couleur, de la rousseur de la ravissante Jane Asher, celle de Deep End, à la pâleur de l'excellent Vincent Price, en passant par le monochrome bleu angoissant du semblant de nuit perpétuelle qui cerne le château, seul écrin préservé de la maladie pestilentielle qui ronge le monde. La puissance plastique de ces couleurs vives juxtaposées par aplats (lesquelles menaçaient le film de tomber dans le kitsch et le maintiennent pourtant du côté du beau) explose dans la somptueuse scène du banquet masqué, où, par des effets aussi visibles et, quelque part, aussi émouvants que les raccords déguisés d'Hitchcock dans La Corde, le rouge contamine brutalement les images et les convives, les noie comme il engloutit les mille autres couleurs de la fête morbide.




Et comment oublier, dans l'ultime séquence du film, ces anges de la mort bleue, jaune, verte, blanche, mauve et, bien sûr, rouge, qui hantent le bois. Ce ne sont pas tant des hommes, des mages, des prêtres noirs ou des démons, que des couleurs debout. Vivantes et incarnées. La mort faite couleur, la voilà qui défile solennellement dans une forêt dévitalisée, en marche pour boire les dernières teintes du monde. 




La contamination triomphe lors de la nuit des masques, où la maladie, c'est dans sa nature, avance évidemment masquée, mais où elle est la seule à se montrer telle qu'elle est quand tous les autres portent des déguisements temporaires et rient de leurs cruels jeux de dupes. C'est parce qu'il vit dans le mensonge et l'aveuglement, dans l'illusion bouffonne que les murs de son château le défendront de la mort et qu'un carnaval grotesque maintiendra la mort du monde dans l'oubli, que Prospero ne reconnaît pas la mort rouge, toute honnête, lorsqu'elle s'avance vers lui. Et c'est parce qu'ils portent tous un masque que le prince et ses convives ne voient pas la peste en marche, retour du refoulé. La contamination peut alors commencer, et ce sera avant tout celle du montage, chacune des coupures "masquées" (elles aussi), qui font passer les plans sous un filtre rouge, valant pour autant de frontières conquises par le mal.




Et de même qu'il a judicieusement tout misé sur le dernier mot du titre (en version française, mais ma transition est à ce prix), Corman place un atout majeur sur le générique final de son œuvre, probablement l'un des plus beaux de l'histoire du cinéma, à rapprocher peut-être du générique d'ouverture très graphique du Bal des vampires de Roman Polanski, avec lequel Le Masque de la mort rouge partage par ailleurs une outrance faussement parodique et profondément poétique, un sens aigu de l'ornementation, une incroyable aptitude au merveilleux et, érotisme élégant oblige, une rousse dans son bain. Au générique final du Masque de la mort rouge, une main figée, morte quoique animée, entre à plusieurs reprises dans l'image par le bord inférieur du cadre et dispose une à une sur l'écran les cartes du tarot. Cela semble bien peu, dit comme ça, mais c'est, en fait, la pierre de touche d'une pseudo-série B de très haute volée.


Le Masque de la mort rouge de Roger Corman avec Vincent Price, Hazel Court et Jane Asher (1964)

10 commentaires:

  1. Je serais curieux de savoir si ton enthousiasme serait le même pour La Chambre des tortures, que j'ai pour ma part vu y'a pas si longtemps, qui m'avait plutôt ennuyé et avait bien refroidi, je l'avoue, mon envie de découvrir les autres oeuvres de Corman réalisateur de l'époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaierai de voir ça. En tout cas je te recommande donc chaudement "Le Masque de la mort rouge".

      Supprimer
    2. (Loin du clavier, non loin du cœur...)

      « en marche pour boire les dernières teintes du monde » : joli !

      C'est vrai qu'au même moment, et bien avant Argento, Corman et Mario Bava ont inventé l'horreur en couleurs, lesquelles furent longtemps cantonnées, en cinéma, à la joliesse ou au séduisant. (Là, je sens que quelqu'un va me sortir un antécédent, car il est toujours risqué d'affirmer une « première fois »... Michaell Powell dans 'Le Voyeur' ?)

      C'est vrai aussi que la série des adaptations d'Edgar Poe par Corman est sacrément inégale. 'Le Masque de la Mort rouge' est très bien, mais le premier de la série, 'La Chute de la maison Usher', est involontairement hilarant. Je me rappelle l'avoir vu dans une salle a priori très respectueuse : à un moment de la projection, un spectateur n'a pas pu réprimer un éclat de rire, et à partir de là la salle entière a été secouée d'un rire nerveux quasiment jusqu'à la fin de la séance !

      En revanche, en dehors de la série Edgar Poe mais à la même époque, 'The Intruder' est un superbe film, dans lequel Corman fait preuve d'une complexité morale inattendue sur un sujet ultra brûlant au début des années 1960 (les lois sur l'intégration), et il n'a rien perdu de sa puissance.

      Supprimer
    3. Pas vu "The Intruder". J'essaierai de me le procurer. Un Corman avec le capitaine Kirk, ça m'intrigue.

      Supprimer
    4. Bach Films l'avait édité dans une copie pour une fois pas trop indigne. Et le capitaine Kirk (parfois surnommé William Shatner) y est très bon...

      Supprimer
  2. Nul de chez nul. Je vous ai suivi et vous m'avez trahi. Carton Rouge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous m'avez trahi, comme ça ! Vous m'avez trahi, comme ça !

      Supprimer
    2. C'était pas Taha ça !

      Supprimer
    3. Orson "Cheb" Welles21 août 2014 à 21:52

      J'aime pas trop les voleurs et les fils de pute.

      Supprimer