8 avril 2015

Aux Frontières de l'aube

La première fois que j'ai lancé ce film je me suis endormi au bout de dix minutes. La deuxième fois j'ai pioncé à nouveau, et re-pioncé la troisième. Je l'ai retenté deux fois ensuite, les deux fois je me suis encore endormi au passage de la barre fatidique des dix minutes, précisément. Les trois tentatives suivantes (respectivement les sixième, septième et huitième essais) connurent le même sort. Je n'évoquerai même pas la neuvième fois, car elle n'a pas à proprement parler eu lieu. Les cinq fois suivantes, je n'ai pas dépassé le quart d'heure (mais je notai, pas peu fier, une amélioration de cinq minutes sur mon record jusque là maintes fois égalé, jamais dépassé). La quinzième tentative fut la bonne. Ce film m'aura servi une cure de sommeil maxi modèle sur un plateau. On n'a pas idée de tout filmer dans le noir aussi... Near dark c'est dark, très dark, trop dark. Les vampires craignent le soleil, ok, mais pas les spectateurs, alors c'était pas la peine de tourner le film dans le noir complet, parce que c'est con mais on n'y voit rien. J'ai eu beau mettre la luminosité à 100% sur mon écran Daewoo, j'y ai vu que dalle. Comment ne pas pioncer comme un loir ? Et la bande originale par Tangerine Dream (« Tango de rêve ») n'arrange rien. Le rythme mollasson et les suites de plans auxquels on ne comprend rien, non plus !


Lance Henriksen, vampire de longue date, brave l'interdit (foutre un pied dehors en plein jour) pour se faire un McDrive. Après avoir avalé la route à l'aveugle et à 2 km/h, le pare-soleil tendu sur toute la surface du pare-brise, il décide de prendre la file du Drive à l'envers pour ne pas trop s'exposer, quitte à devoir hurler pour qu'on prenne sa commande. Il finit aussi cuit et sec que les deux steaks rachitiques de son prochain Big Mac, mais il termine la scène avec un sourire, assurant que ça valait le coup « pour les corbacs » (cornichons).

Au début du film, une scène s'avère très symptomatique de l'échec de miss Kathryn Bigelow (Academy Award Robber grâce à Démineurs), celle où Mae (Jenny Wright), une vampiros pas du tout lesbos, embarque dans la mustang d'Adrian Pasdar qui l'emmène voir son cheval (un mustang, l'homme fait une fixette). Sous leurs yeux admiratifs, la bête se cabre majestueusement, dévoilant une érection hippique notoire, et la jeune femme, émoustillée, se lance dans des sous-entendus lourdingues quant à son statut de vampire, pendant vingt minutes au bas mot. Alors peut-être que c'est efficace pour ceux qui découvrent le film sans savoir du tout de quoi il s'agit, pour ceux qui ont fermé les yeux en louant le dvd, peut-être que pour eux, qui s'attendent autant à un western spaghetto avec Terence Hill et Budd Spencer jouant à s'envoyer des baffes pendant une heure et demi qu'à une comédie sociale de Philippe Lioret encore plus noire que le film de vampire tourné dans le noir auquel ils devront en réalité faire face, peut-être que pour ces gens-là c'est intriguant et appréciable tout ce passage où la fille fait comprendre à demi-mots à son nouvel étalon qu'elle en est, à coups de « Autant je serai encore là dans mille ans... », « Les chevaux ont peur de oim », « Sans gousses d'ail, ma salade Caesar, tu seras gentil, par contre fais passer le cheddar », « Peut-être que tu pourrais devenir éternel itou si d'aventure on s'encastre », « Ne m'embrasse pas je vais te bouffer la moitié de la joue » et autres « Magne-toi de renfiler ton zlip de gangourou, le jour se lève ». Mais pour nous autres qui savons de quoi il retourne, cette scène est embarrassante. Un peu plus loin, on trouve, ne soyons pas vaches, une scène moins nulle. Quand Adrian Pasdar vient juste de se faire niaquer et cavale dans les champs terreux, ses pas soulevant la poussière derrière lui, son corps fumant de pied en cap à l'approche du soleil. Avec la musique aux sonorités moins directement estampillées 80s qui accompagne le film à ce moment-là (je crois qu'il s'agit de la chanson Marakesh de Tango de rêve), j'ai trouvé cette scène assez réussie. Pas super bien filmée mais assez habile quand même. Sans bien savoir pourquoi, on aime voir ce mec fumant courir plié en deux dans un champ aride du Texas. C'est le seul truc qui fonctionne à peu près dans tout le film.


Adrian Pasdar commence à flamber. Il m'est arrivé la même chose une fois avec un froc Celio*, alors qu'il ne faisait pas spécialement beau. Il a pris feu comme ça, en pleine rue, sans prévenir.

Restent quand même des masses de péripéties pas tellement cohérentes. Je ne suis pas pro en vampires, mais s'il suffisait qu'on leur fasse une transfusion avec du sang de mortel pour qu'ils redeviennent normaux, ça se saurait. Pareil pour la scène de la fusillade dans le bigelow, dans le bungalow pardon : le moindre rayon de soleil fait flamber les vampires alors qu'on les a déjà vus, allongés derrière des persiennes, sur des transats, en train de bronzer comme des gros lézards camés… Puis la fin est limite. Le méga vampire qui suce du sang depuis des lustres se fait surprendre par l'aube en pissant un dernier coup à la belle étoile dans son jardin, alors qu'il n'a que ça à penser, depuis des millénaires : fuir le soleil !


Aux Frontières de l'aube de Kathryn Bigelow avec Adrian Pasdar, Jenny Wright, Lance Henriksen, Bill Paxton et James LeGros (1987)

19 commentaires:

  1. Je l'avais pas détesté à l'époque, quand je l'ai découvert (circa 2004), puis j'ai essayé de le revoir depuis, et les 15 premières minutes m'ont aussi été fatales...

    RépondreSupprimer
  2. En réponse à ton premier paragraphe : Kathryn Bigleuse aime tourner dans le noir, ça rend tout le monde miraud !


    C'est également vrai de la nocturne demi-heure finale de 'Zero Dark Thirty', film très oubliable dont le titre comporte encore le mot « dark ». Il se murmure qu'elle préparerait des remakes de 'Dark Crystal', de 'Dancer in the Dark', de 'Dark City', de 'The Dark Knight' et de 'Jeanne D'Arc', tous avec Mireille Darc et sur une musique de Daniel Darc.

    RépondreSupprimer
  3. C'est pas un film détestable. Mais c'est du Bigelow...

    RépondreSupprimer
  4. Tu dis ça en riant mais je verrais bien un studio ricain plancher sur un "Dark Jeanne D'Arc", avec Jennifer Lawrence dans le premier rôle, et Benedict Cucumberbatch dans la peau de l'évêque Cauchon.

    RépondreSupprimer
  5. Supprime ce message, ça risque de leur donner l'idée !

    RépondreSupprimer
  6. Peut-être que la VF est sympa...

    RépondreSupprimer
  7. Si Bigelow, non contente d'avoir chourrave ses comédiens à son mari de Cameron, lui a aussi piqué l'équipe de doublage d'Aliens, c'est possible.

    Le doubleur de Bill Paxton est notamment capable de quelques facéties pas négligeables.

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai que mon idée de casting est si évidente, si bankable, et si directement vouée à la catastrophe artistique que ça pourrait se concrétiser rapidement cette affaire...

    RépondreSupprimer
  9. Oui, je pense surtout à Paxton... :)

    RépondreSupprimer
  10. J-Law va bientôt jouer une photographe de guerre pour Spielby... :(

    RépondreSupprimer
  11. Une photographe ou un phonographe ?
    Son cul peut faire un excellent bunker !

    RépondreSupprimer
  12. Ca donne trop envie de partager quelques potatoes avec Lance Henriksen... <3

    RépondreSupprimer
  13. Oué, oué, c'est tout à fait crédible ! (Malheureusement)

    RépondreSupprimer
  14. Par ailleurs, sur l'image que tu cites, Félix, la face cramée de Lance Henriksen fait un peu penser à celle du croquemitaine dans 'Jeepers Creepers'. Remarque qui n'a qu'un intérêt très relatif, j'en conviens, si ce n'est de me permettre d'évoquer au passage ce film que j'aime beaucoup (dont la suite est en revanche rien moins qu'indispensable).

    RépondreSupprimer
  15. J'avais bien aimé Jeepers Creepers aussi ! D'ailleurs, à l'époque, j'en avais écrit une critique pour un site internet qui depuis n'existe plus... Je parlais aussi du 2, qui atteint parfois des sommets de ridicule (la fin ! avec le gars qui attend sagement que le monstre se réveille). Peut-être qu'un jour je remanierai cet article (il en a bien besoin) pour le poster ici !

    RépondreSupprimer
  16. Un troisième opus devrait sortir prochainement, je crois, ce pourrait être l'occasion de procéder à ce remaniement...

    RépondreSupprimer
  17. Oui, des rumeurs assez folles circulaient même au sujet de ce troisième opus, présenté comme une sorte de western apocalyptique terrible avec toute une armée de creepers !

    Jeepers creepers, skuncha-skuncha skuuuuncha...

    La chanson est chouette !

    https://www.youtube.com/watch?v=1Obv-a0M7F4

    RépondreSupprimer
  18. Tangerine dream c'est mandarine de rêve pas tango...

    RépondreSupprimer
  19. T'es sûûûûûr ?

    RépondreSupprimer