4 juillet 2020

The Vast of Night

Et voilà, c'est souvent comme ça : on espère découvrir la dernière pépite en date et on finit par flinguer une heure et demie de sa chienne de vie. 90 minutes, 89 pour être exact, parties en fumée. C'est pas long, certes, mais c'est déjà trop, beaucoup trop. Trop pour une si vaine démonstration technique. Trop pour un scénario si mince et nébuleux. Et encore bien trop pour des personnages aussi antipathiques. The Vast of Night se présente d'emblée et avec fausse modestie comme l'épisode d'une anthologie de science-fiction des années 50. On pense évidemment à La Quatrième dimension. Le premier plan du film nous fait littéralement entrer dans la petite télévision à tube cathodique qui diffuse ce programme, un écran dont on sortira et reviendra régulièrement, l'image devenant noir & blanc puis se colorant, pour des effets jamais vraiment justifiés. Plus le film avance, plus on pense à d'autres œuvres mineures comme le récent Vivarium qui, elles aussi, ont l'air d'épisodes à rallonge de Twilight Zone ou Black Mirror. Des films que l'on a envie d'aimer, qui sont souvent prometteurs sur le papier, avec parfois une idée de départ engageante, mais qui finissent en général par se dégonfler pitoyablement, et plus ou moins vite, sous nos yeux déçus, tels des vieux ballons de baudruche que l'on aurait oubliés en plein soleil, sur un parking jonchés de détritus. 




The Vast of Night nous raconte la nuit mouvementée de deux jeunes habitants d'un petit bled perdu du sud des États-Unis : une greluche, opératrice téléphonique à ses heures perdues (Sierra McCormick), et l'animateur égocentrique et arrogant, aux ambitions démesurées, de la station radio locale (Jake Horowitz). La première reçoit un appel dont émanent des sons étranges et inidentifiables qu'elle transmet aussitôt au second pour qu'il les diffuse en direct à l'antenne afin de demander à ses auditeurs ce qu'ils en pensent. Ils vont ainsi tous deux essayer de remonter à la source de ce qui semble être un contact extraterrestre... Voici donc le pitch de ce premier film auquel j'avais pourtant très envie d'adhérer et que j'ai lancé la fleur au fusil. Radio et cinéma fantastique peuvent faire bon ménage, comme l'avait démontré il n'y a pas si longtemps le bien plus humble et sympathique Pontypool, et c'est toujours une idée très judicieuse, pour un film de genre à si petit budget, de miser autant sur l'ambiance sonore et le hors champ. Hélas, force est de constater que cela produit ici bien peu d'effet et que l'exercice paraît stérile. 




Dès les premières secondes, on sent toute la prétention du cinéaste débutant qui nous sert de longs plans séquences, joliment exécutés mais assez gratuits, lors desquels une caméra très mobile, qui cherche vraisemblablement à évoquer les plus belles heures de la steadicam, suit les personnages principaux d'un endroit à l'autre, d'abord dans le gymnase de la ville où l'équipe de basket locale s'apprête à jouer devant toute la population réunie, puis à travers les rues sombres que parcourent nos deux zigotos. Un peu plus tard, c'est un trèèèès long plan séquence, autrement moins mobile, sur notre demoiselle du téléphone affairée à répondre et recevoir plusieurs appels inquiétants que l'on est supposé admirer. Pendant tout ce temps, l'encéphalogramme demeure pourtant tristement plat, la tension est aux abonnées absentes et le temps commence, déjà, à paraître bien long. Au milieu du film, Andrew Patterson croit nous en mettre définitivement plein la vue avec ce plan certes bluffant où sa caméra parcourt des centaines de mètres dans les rues du patelin, effectuant des accélérations et quelques détours soudains, passant à travers les fenêtres, entre les bagnoles et virevoltant entre les basketteurs avant de finir enfin sa course... où ? Eh bien je ne sais plus, tant ce passage est aussi bien foutu que totalement superflu !




Face à tout cela, on a la désagréable impression d'assister à la démonstration lourdingue des capacités techniques d'une petite troupe très fière d'elle qui sort de l'école ou qui y est encore et fait mumuse avec ses nouveaux joujoux. C'est bien fait, oui, mais contentez-vous de regarder ça entre vous... Le comble de l'ennui est atteint lors de ce monologue interminable d'une pauvre vieillarde qui raconte son anecdote personnelle liée au fameux bruits aliens et qu'un très lent travelling avant ne suffit pas du tout à rendre un tant soit peu captivant. Pour couronner le tout, on note aussi là-dedans un fétichisme déplacé et pénible pour tous ces vieux objets des fifties, du magnétophone énorme que manipule le triste protagoniste à l'écran de télévision incurvé dans lequel on sort et revient régulièrement sans raison, en passant par ces lunettes à grosses montures démodées et ces vieilles bagnoles de collection flambant neuves que l'on croise à chaque coin de rue. 




Tous ces efforts formels ne suffisent pas à masquer la maigreur et la vacuité d'une histoire trop vague. L'apparition finale, visuellement réussie elle aussi, d'un ovni transparent aux jolies lumières, ne vient rien rattraper, il faut dire que j'étais out depuis longtemps. Les extraterrestres ignorent sur quels sombres spécimens de l'humanité ils sont tombés... The Vast of Night nous affiche du début à la fin sa pseudo virtuosité à la gueule et l'on pourrait sans doute faire preuve d'indulgence si l'histoire était prenante, si les personnages en présence n'étaient pas aussi antipathiques, s'il se passait réellement quelque chose entre eux. La palme revient donc à cet animateur radio égocentrique et imbuvable dont on se demande bien comment la jeune fille fait pour ne pas le planter au bout de cinq minutes ; faut-il qu'elle soit une tocarde elle aussi pour accepter de le supporter. Les deux acteurs n'aident en rien et la présence au casting du dénommé Jake Horowitz dans un film quelconque agira désormais sur moi comme un puissant répulsif. On en vient à se demander si ces personnages, vides ou/et imbus d'eux-mêmes, ne ressemblent pas à leurs créateurs... Andrew Patterson a peut-être un talent de technicien et ce premier étalage de ses compétences, ce CV filmé, l'amènera sans doute vers des projets aux budgets plus importants, mais j'ai comme un gros doute sur son compte. Malgré son titre tapageur, The Vast of Night ne vous fera ressentir aucun vertige.


The Vast of Night d'Andrew Patterson avec Sierra McCormick et Jake Horowitz (2020)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire