13 septembre 2020

Un faux mouvement

La solide petite réputation dont jouit encore aujourd'hui ce polar sorti en 1992 ne paraît en rien galvaudée. Carl Franklin, qui n'a semble-t-il jamais fait mieux, peut s'appuyer sur un scénario particulièrement bien ficelé, qui nous tient en haleine jusqu'au bout, signé par l'un de ses acteurs principaux, j'ai nommé Billy Bob Thornton. Ce dernier incarne un dealer de drogue impulsif qui, suite à un vol de coke ayant tourné au massacre à L.A., part en cavale avec la drogue et un gros magot en compagnie de son complice, le particulièrement dangereux et plus réfléchi Pluto (Michael Beach), et sa petite-amie, la belle Fantasia (Cynda Williams). Le trio a pour destination Star City, une petite bourgade paisible d'Arkansas où le shériff, incarné par Bill Paxton, les attend en frétillant d'impatience, bientôt épaulé par deux flics venus de Los Angeles qui feront équipe avec lui.




Si la mise en scène de Carl Franklin ne brille pas particulièrement par son audace, sa capacité à développer une ambiance spéciale ou à nous proposer des images saisissantes, le réalisateur accomplit tout de même un travail des plus honnêtes, il parvient très tôt à instaurer un rythme assez haletant et nous rend son récit très agréable à suivre. Surtout, il réussit parfaitement à faire exister ces différents personnages, bien aidé par un casting irréprochable. Le regretté Bill Paxton trouve peut-être ici son meilleur rôle. Il est assez touchant dans la peau de ce shériff plein d'entrain qui gère sa petite ville avec bienveillance et qui espère briller auprès des deux flics de L.A. La présence de Cynda Williams est également très appréciable, l'actrice est parfaite dans ce rôle de femme versatile et manipulatrice qui a souvent un temps d'avance sur ses acolytes. Le fait que nous croyons et que nous aimons ces personnages permet de nous faire passer comme une lettre à la poste l'une des dernières surprises du scénario, qui aurait été peut-être un peu plus difficile à avaler autrement.




Par ailleurs, sans trop forcer le trait, Carl Franklin réussit très bien à nous montrer le déphasage qui existe entre le sud de l'Amérique et le reste. La question du racisme est abordée avec habileté, sans lourdeur ni insistance. Et si les personnages existent joliment, Star City, ce coin d'Arkansas bien ancré dans le sud, devient également un endroit à part entière, où l'on jurerait avoir effectivement passé un court séjour après avoir vu ce film. Bien que le suspense repose ici tout le long sur l'attente, littéralement (celle de l'arrivée des meurtriers à Star City), le film n'ennuie à aucun moment. Par un montage parallèle aussi simple qu'efficace, Franklin joue plutôt bien de l'avancée du trio sur les routes tandis qu'un autre trio se prépare et monte la garde. Lors de l'ultime séquence, le cinéaste ose un peu plus, nous gratifiant notamment de quelques cadrages obliques qui nous rappellent que One False Move date bel et bien du début des 90's. Avec plus de bonheur, il choisit alors d'accompagner l'action par la mélodie d'un joueur d'harmonica local. La toute fin du film s'avère assez poignante, la preuve qu'il a largement atteint son but. En bref, Un faux mouvement est un vrai bon polar, le film du dimanche soir idéal. 


Un faux mouvement (One false move) de Carl Franklin avec Bill Paxton, Cynda Williams, Billy Bob Thornton et Michael Beach (1992)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire